Fodé Mohamed Soumah, président de la GéCi

Il y aura désormais un couplage des élections législatives et du référendum constitutionnel en Guinée pour le 1er mars 2020. L’annonce en a été faite hier mardi, 04 février 2020, à travers un décret du président Alpha Condé lu sur les ondes des médias d’Etat. Une annonce qui divise davantage partisans et adversaires du projet de nouvelle constitution, notamment au sein de la classe politique.

Pour Fodé Mohamed Soumah, président de la Génération Citoyenne (GéCi), son parti ira aux élections législatives malgré le couplage. Il l’a dit dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com dans la journée de ce mercredi, 05 mars 2020.

Selon Fodé Mohamed Soumah, il n’y a pas à s’étonner de ce qui se produit en Guinée, surtout sur le plan politique. « Vous savez, ce qui ce passe aujourd’hui n’est pas une surprise, à moins d’être naïf en politique ou ne pas avoir des stratégies de conquête du pouvoir. Tout le monde savait ce qui se tramait depuis fort longtemps. Personnellement, au niveau de la GéCi, nous avions sonné le tocsin depuis juin 2018 afin d’avoir les élections législatives avant la fin du mandat le 13 janvier 2019. On n’a pas été écouté. On leur a demandé de quitter les institutions. Non. Ils (l’opposition politique, ndlr) ont accepté un décret et après s’être arrangé avec le pouvoir, pour vraiment dire que l’assemblée reste en place jusqu’à l’installation de la prochaine. Ce qui est anti constitutionnel, ce qui ne fait pas partie de nos textes. Donc, ils savaient déjà qu’il y aurait prolongation de leur part, donc par voie de fait, ils ont aussi joué, ils se sont fourvoyés, ils ont joué le risque du glissement et du référendum », estime le président de la GéCi.

Suite à ce refus des opposants de quitter l’Assemblée Nationale et la CENI, Fodé estime que rien ne pourra l’empêcher d’aller aux législatives, bien qu’elles soient couplées avec le référendum. « Après six années en dehors des institutions, on se prépare à avoir des députés. Il n’est pas question pour nous de rester encore dans cette posture pendant 11 ans au moins, alors qu’ils y sont. On leur a demandé de quitter les institutions, de mettre le pouvoir en difficultés et de faire en sorte pour qu’on puisse présenter la Guinée comme une démocratie où l’opposition est absente des institutions. Ils sont à l’assemblée, ils sont à la CENI, ils sont partout et ils ne voudraient pas que nous on y soit. On leur a dit vous quittez et tout le monde se met d’accord pour l’unité d’action, ils y sont… »

Devant cet état de fait, Fodé Mohamed Soumah a laissé entendre qu’il n’y a plus débat sur la participation de la GéCi aux législatives. « Nous nous battrons pour être à l’assemblée nationale, parce qu’il y va de la survie du parti. Donc, nous venons de passer une première quinzaine de campagne prometteuse qui nous rassure le fait que nous irons à l’assemblée. Nous personnellement, après ce qui vient de se passer, on se sent pas du concerné par le couplage, notre problème c’est d’être à l’assemblée pour ne pas tuer les pas… La GéCi travaille à être à l’assemblée et rien ne peut nous détourner de cet objectif, donc nous irons aux élections », a lancé monsieur Soumah.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin