Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) est dans la dernière ligne droite dans son combat contre le projet de nouvelle constitution et des élections législatives. À quelques jours de la tenue de ce double scrutin (le 1er mars prochain), cette entité qui regroupe l’essentiel de la société civile et les partis politiques d’opposition en Guinée a appelé les guinéens à une grandiose manifestation ce jeudi, 27 février 2020. Cette manifestation qui se déroule sous fond de ville morte se récent à plusieurs endroits de Conakry. C’est le constat notamment dans la commune de Kaloum, centre administratif de la capitale guinéenne, où l’ambiance est morose dans les services, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui y a fait un tour.

Contrairement aux jours ordinaires où il faut passer des heures à affronter les embouteillages interminables pour avoir accès à Kaloum, la circulation est fluide ce jeudi (jour de manifestation du Front National pour la Défense de la Constitution). Au niveau du pont 08 novembre, la rentrée de la presqu’île de Kaloum, tous les automobilistes et autres citoyens sont soumis à une fouille. Ceci consiste surement à empêcher les opposants au projet de nouvelle constitution à y accéder et provoquer des manifestations dans cette partie névralgique de la capitale guinéenne.

Pour cette manifestation qui pourrait-être la dernière du FNDC, les rues du centre ville de Kaloum sont quasiment désertes. L’administration qui est déjà paralysée depuis le début de la campagne pour les législatives et le référendum n’est pas fonctionnelle. Dans plusieurs ministères visités, on aperçoit quelques rares fonctionnaires, assis à l’ombre, hors de leurs bureaux.

Au ministère de la fonction publique, par exemple, un cadre qui est venu trouver des femmes dudit département assises sans rien faire, a instruit à celles-ci de rentrer chez elles. « Au lieu de rester ici sans rien faire, vous pouvez rentrer à la maison. Nous savons tous ce qui se passe aujourd’hui », a-t-il dit.

En plus de l’administration, le commerce est aussi affecté par cette manifestation du FNDC dans la presqu’ile de Kaloum. Plusieurs boutiques y sont fermées ; et, le marché Niger n’est pas dans son ambiance habituelle. Par contre, les banques et certains établissements privés étaient ouverts. « Ils observent le service minimum », nous a-t-on confié sur place.

Dans les bars café et autres gargotes, la crainte d’une journée agitée est au bout des lèvres. L’annulation de la visite en Guinée de quatre chefs d’Etat de la CEDEAO (Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest) agrémente aussi les débats.

L’appareil judiciaire n’a pas été échappé paralysie. Les audiences correctionnelles qui devaient se tenir au tribunal de première instance de Kaloum n’ont pas eu lieu. Un garde pénitentiaire a même exigé qu’on ferme la salle d’audience. « Aujourd’hui, il n’y a pas audience et on ne doit pas laisser la salle ouverte comme ça », a-t-il dit avant de rabattre la porte.

Il faut noter qu’aucun incident n’a été signalé et les citoyens vaquaient librement à leurs activités dans une atmosphère timide.

Siba Guilavogui pour Guineematin. com

Tel: 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com