Aboubacar Sylla

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêche, la plénière de ce lundi, 10 décembre 2018, a été momentanément été perturbée par des injures entre les députés de l’opposition et le président de l’Assemblée nationale. Et, c’est au plus fort moment de ce vacarme que le ministre des transports et porte-parole du gouvernement, Aboubacar Sylla, a pris la tangente sans attendre la reprise des travaux pour présenter son budget sectoriel 2019, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché à l’Assemblée nationale.

Ce lundi, 10 décembre 2018, quatre ministres étaient au Parlement pour présenter leur budget sectoriel. Parmi eux, le ministre d’Etat, chargé des transports et porte-parole du gouvernement, Aboubacar Sylla, ancien membre de l’opposition républicaine dont il était le porte-parole des années durant.

Selon le document (non lu) du ministre des transports, dans le cadre du programme national de développement économique et social, PNDES 2016-2020, la mission du département des transports est d’améliorer la mobilité des populations et de leurs biens dans les conditions de confort, de sécurité et de sûreté et à moindre coût.

Partant, Aboubacar Sylla s’engage à réaliser en 2019 12 actions prioritaires. Dans son plan il est annoncé le lancement de la nouvelle compagnie aérienne, la mise en circulation d’un second train de passagers, ou encore le renforcement de la société de transport urbain par la création d’une ligne de transport Dubréka-Express.

Il vise spécifiquement à :

La réalisation des travaux de mise à niveau des aérodromes régionaux (Kankan, Labé et N’Zérékoré ), nécessaires pour la relance de la compagnie, les travaux de génie-civil, les équipements de sûreté et de sécurité ;

La réparation de 60 bis chinois pour augmenter le parc circulant à 100 bus ;

La relance d’un train (Dubréka Express) sur la voie Friguia avec la construction, de 6 nouvelles gares, de 3 voies d’évitement et l’acquisition de 7 voitures-voyageurs complémentaires ;

La construction des voies d’évitement sur la CBK pour permettre la mise en circulation simultanée de deux trains de Conakry-Express ;

La mise en place des subventions pour le fonctionnement des 50 bus, de Conakry-Express et de Dubréka-Express ;

La réforme des auto-écoles ;

La livraison et l’implantation de 1 000 panneaux de signalisation verticale ;

La création d’une agence guinéenne de sécurioté routière (AGUISER) ;

La mise en place d’une autorité organisatrice du transport urbain à Conakry (AOTUC)

La création d’une agence nationale de régulation du transport fluviomaritime ;

La construction des deux stations côtières à Conakry et Kamsar ;

La finalisation du plan national de sécurité routière (PNSR)

L’adoption de la loi ferroviaire.

Pour y parvenir, il compte sur un budget de 44 milliards 580 millions 111 mille contre une enveloppe de 61 milliards 144 millions 394 mille francs guinéens, soit baisse de 18, 64% .

Qu’à cela ne tienne, l’ex opposant annonce la réimmatriculation du par automobile national, la biométrisation des permis de conduire, la construction d’un tronçon de chemin de fer, Conakry-Gombonya (Coyah), l’opérationnalisation de la compagnie aérienne créée il y a deux ans, la mise en place d’un système de transport maritime urbain de personnes et des biens à Conakry, la relance du contrôle technique des véhicules, …

A cela viendra s’ajouter l’élaboration des textes d’application des lois déjà votées au compte de ce département.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin