Salifou Khalissa au milieu de ses deux avocats, entouré de ses proches au TPI de Kaloum, le 18 février 2020

Un citoyen du nom de Salifou Khalissa, mis aux arrêts il y a six jours suite à une manifestation du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), a été libéré ce mardi 18 février 2020, par le tribunal correctionnel de Kaloum. Poursuivi pour attroupement illégal et trouble à l’ordre public, le jeune homme avait été interpellé au quartier Manquepas de Kaloum, suite à une manifestation de femmes à Kaloum contre le 3ème mandat pour Alpha Condé, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Salifou Khalissa a été arrêté le mercredi 12 février 2020 au quartier Manquepas dans la commune de Kaloum et placé sous mandat le même jour. C’était à l’occasion d’une manifestation de femmes dans cette commune de Conakry contre le 3ème mandat pour Alpha Condé.

Selon nos informations, c’est à cette occasion que Salifou Khalissa a vu les forces de l’ordre s’en prendre à une manifestante, voulant l’embarquer de force à cause du slogan « Amoulanfé », qui signifie que « ça ne marchera pas ». En tentant de s’interposer, le jeune homme a été finalement embarqué en lieu et place de la fille et déposé à la maison Centrale. Après son audition de ce mardi, le tribunal a estimé que les faits pour lesquels il est poursuivi ne sont pas constitués. Par conséquent, il a été relaxé purement et simplement pour « délit non constitué ».

A la fin du procès, les deux avocats de la défense, maître Thierno Souleymane Barry et maître Salifou Béavogui, n’ont pas caché leur satisfaction. « Le verdict rendu par le tribunal de première instance de Kaloum nous satisfait. Le droit a été dit. Cependant, nous déplorons toujours les deux poids deux mesures entre les deux camps », a indiqué maître Thierno Souleymane Barry.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com