Des responsables du FNDC en conférence à la Maison de la Presse de Conakry, le 18 février 2020

Comme annoncé précédemment, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a animé une conférence de presse ce mardi, 18 février 2020, pour dénoncer le comportement des autorités face aux opposants à la nouvelle constitution. Profitant de cette tribune, Ibrahima Diallo, chargé des opérations du FNDC, a dénoncé les cas de tortures infligés à des citoyens, notamment au camp militaire de Soronkoni, situé à Kankan, sous la tutelle du ministère de la Défense Nationale.

Les cas de kidnapping et de tortures se multiplient contre les opposants au 3ème mandat. Une situation que dénonce le FNDC, décidé malgré tout à continuer le combat pour la défense de la constitution.

Selon Ibrahima Diallo, responsable des opérations au FNDC, ce tristement camp Soronkoni est entrain d’infliger des tortures à des guinéens en toute illégalité. « Les citoyens sont kidnappé nuitamment. Ils sont déportés au camp de Soronkoni via les véhicules militaires. Un camp qui est devenu aujourd’hui comme un camp de concentration de par les pratiques de torture dont sont victimes les personnes déportées dans ce camp. Le camp de Soronkoni aujourd’hui est assimilable à un camp nazi. Quand nous étions à la maison centrale à l’époque, ils avaient arrêtés des militaires y compris le nommé Hassimiou qui avait été déporté au camp de Soronkoni à Kankan. Et quand il est arrivé à la maison centrale, il ne pouvait pas marcher, il avait perdu l’usage de ses deux pieds », a-t-il expliqué.

Préoccupé par cette situation, le coordinateur des opérations du FNDC demande le concours des populations de Kankan pour fermer le camp. « Je voudrais rappeler que ce camp se trouve à 25 Km de Kankan. Kankan est une ville sainte de par la pratique de la religion musulmane par les habitants de cette ville. Des habitants qui ne sont pas violents, c’est des personnes modérées, c’est des gens qui respectent les droits de l’homme dans l’âme. Je voudrais interpeller le chérif de Kankan, les sages de Kankan, les imams, les religieux, les habitants et ressortissants de Kankan de se lever pour demander la fermeture pure et simple du camp de concentration de Soronkoni. En le faisant, ils auraient rendu un service à ses habitants et à toute la Guinée », a laissé entendre Ibrahima Diallo

En outre, Ibrahima Diallo se dit inquiet de la disparition d’une cinquantaine de personnes avant de pointer un doigt accusateur sur le ministre de la Défense Nationale. « Aujourd’hui, il y a une cinquantaine de personnes disparues. Nous avons reçu 5 familles hier qui nous disent que cela fait 5 à 6 jours qu’on ne voit pas notre enfant ou bien la femme dis je ne vois pas mon mari, cela fait 5 jours. Aujourd’hui, nous vous exprimons ces inquiétudes là. Et nous pensons que la seule voix qui reste aux citoyens, c’est de résister face a l’oppression. Le ministre de la défense nationale, Dr Diané, est le seul responsable de la déportation et de la séquestration des citoyens dans le camp de concentration de Soronkoni. C’est un camp qui relève du ministère de la Défense. »

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel 224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com