A l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de ce samedi, 29 février 2020, le président du PUP, Elhadj Fodé Bangoura, s’est exprimé sur le « léger report » du double scrutin (législatif et référendaire) initialement le 1er mars. Le président du parti de l’unité et du progrès (PUP) estime que cette décision du chef de l’Etat n’a apporté aucune solution à la crise politique actuelle. L’ancien bras droit du président Lansana Conté trouve qu’on n’a fait que reporter les problèmes, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au siège du PUP à Camayenne, dans la commune de Dixinn.

Devant les militants de son parti, le leader du PUP a livré son analyse de la situation liée glissement de la date des élections législatives et du référendum constitutionnel en Guinée. Sans détour, Elhadj Fodé Bangoura a dit que ce report n’a apporté aucune solution aux problèmes des guinéens. « On a fait que reporter les problèmes. Ce discours du président n’a pas résolu les problèmes. Il y a toujours des problèmes en l’air » a-t-il confié.

Pour lui, la crise politique délétère que traverse actuellement la Guinée n’est que la conséquence des actions indélicates posées par la commission électorale nationale indépendante (CENI) sur le terrain.

« Tout ce problème est créé par la CENI. C’est le fichier qui n’est pas propre. Si les gens ne sont pas allés au vote pour les législatives, c’est parce qu’il y a un fichier qui n’est pas propre. Les guinéens disent qu’ils n’acceptent pas ce fichier dans lequel il y a un contentieux de plus de deux millions… Donc, c’est pour cela que les guinéens ne sont pas d’accord », a rappelé Elhadj Fodé Bangoura.

Selon le leader du PUP, il est grand temps de restaurer la confiance pour ouvrir un dialogue. Car, tant que les problèmes ne sont pas résolus, il n’y aura pas d’élection en Guinée. « Dans ce délai de 15 jours, tous les problèmes ne seront pas résolus. Pour moi, tant que les problèmes ne seront pas résolus, il n’y aura pas d’élection. J’ai toujours dit que les guerres les plus atroces finissent toujours autour d’une table. Pourquoi alors on n’appelle pas les guinéens au dialogue ? Mais, pour qu’on aille au dialogue, il faut créer la confiance. Il n’y a pas de confiance entre les guinéens. Donc, il faut restaurer cette confiance… Mais, si c’est ce qui s’est passé là (le report des élections), c’est mieux qu’il y ait vote », a instruit Elhadj Fodé Bangoura.

L’ancien bras droit du feu président Lansana Conté estime que c’est le fruit du combat laborieux des guinéens qui a permis d’attirer la communauté internationale et ainsi d’obtenir ce report. « Ce recul est dû à la pression de la population guinéenne. L’international n’allait jamais venir si les guinéens avaient applaudi. Les guinéens se sont opposés à ce qui se passait en Guinée…Tu ne dors bien que si ton voisin dort. Si ça (le changement de constitution pour un troisième mandat) ne marche pas en Guinée, ça ne marchera pas au niveau des autres frontières. La sous-région sera affectée, la région Afrique sera affectée. Donc, la communauté internationale est venue appuyer les efforts de la communauté nationale », a expliqué Elhadj Fodé Bangoura.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/ 654 416 922

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin