Ibrahima Diallo, Directeur des Opérations du FNDC

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) maintient la pression sur le pouvoir du président Alpha Condé. Il appelle à de nouvelles manifestations de rue dans la journée de demain mardi, 10 décembre 2019 à Conakry, pour protester une nouvelle fois contre le projet de nouvelle Constitution qui ouvrirait la voie à un 3ème mandat pour Alpha Condé. Cette manifestation intervient à quelques jours de la mise en liberté des responsables du mouvement, arrêtés, jugés et condamnés en première instance.

Pour parler de la marche de ce mardi, des mesures prises pour que tout se passe normalement, un reporter de Guineematin.com s’est entretenu avec Ibrahima Diallo, Directeur des Opérations du FNDC. Il a été question de ladite marche, autorisée par les mairies concernées, et qui ira de la Tannerie au stade de Dixinn, en passant par Aéroport, Condébounyi, Hamdallaye, Belle Vue. Le projet de 3ème mandat et la détention « arbitraire » de certains membres du FNDC vont être au centre des contestations.

Décryptage

Guineematin.com : le FNDC organiser une nouvelle marche demain mardi, 10 décembre 2019, sur l’ensemble du territoire national pour protester encore une fois contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Une marche autorisée par les autorités et qui sera encadrée par les forces de l’ordre. Qu’est-ce qui est mis en place de votre côté pour la réussite de cette marche ?

Ibrahima Diallo, Directeur des Opérations du FNDC

Ibrahima Diallo : il y a une commission d’organisation qui nous a notifié que les autorités ont répondu favorablement à l’encadrement de la marche du FNDC, tout en apportant des modifications sur l’itinéraire, préalablement choisi par la coordination nationale du FNDC. Donc maintenant, l’itinéraire c’est le carrefour Tannerie qui est retenu comme point de départ ensuite l’aéroport, Gbessia, Hamdallaye et l’esplanade du Stade du 28 septembre. Il faut aussi dire que la commission d’organisation a mis en place une équipe de deux mille personnes pour encadrer la marche en collaboration avec les forces de sécurité.

Guineematin.com: quelles sont les consignes données par le Front à l’endroit des marcheurs ?

Ibrahima Diallo : c’est une marche pacifique, c’est la marche de la liberté, de la démocratie, la marche de la défense de la patrie. C’est une marche qui consiste à prouver encore une fois à l’opinion nationale et internationale que l’écrasante majorité de la Guinée est opposée à ce projet de 3ème mandat. Lors de cette marche, nous allons profiter pour monter au peuple que cette minorité qui est entrain de prendre ce pays en otage, de manipuler la population, de gaspiller les ressources du pays, qui s’offre des marchés de gré à gré, que ces personnes là qui estiment que leur survie dépend de la présence à vie de Mr Alpha Condé, ont échoué. Notre combat s’inscrit dans la logique de détruire ce système qui est mis en place par certaines personnes pour des fins égoïstes et aussi pour encourager l’alternance en 2020.

Guineematin.com: quelle sera la particularité de cette marche ?

Ibrahima Diallo, Directeur des Opérations du FNDC

Ibrahima Diallo : il y a déjà un fait marquant dans l’organisation de ces manifestations, ce que tous les leaders du FNDC qui sont injustement kidnappés et incarcérés depuis le 12 octobre dernier seront présents à cette marche parce qu’ils ont bénéficié d’une remise en liberté. Nous savons que le peuple de Guinée est toujours déterminé et il restera toujours déterminé pour s’opposer à ce projet de coup d’État constitutionnel en vue. Donc, on attend une marée humaine plus que les précédentes marches pour dire Non et Non à Mr Alpha Condé et à son clan.

Guineematin.com: la marche de ce mardi intervient après quelques jours après votre remise en liberté par la Cour d’Appel. Dans quel état d’esprit vous vous trouvez aujourd’hui ?

Ibrahima Diallo : moralement, nous sommes sereins. D’ailleurs, avant notre arrestation, on était déjà informé. Donc, moralement on était préparé. On ne connaissait pas le jour, mais on savait qu’il était prévu de nous kidnapper. Donc, nous sommes dans le même état d’esprit. Nous sommes plus que jamais engagés à défendre la patrie, la Constitution guinéenne, à barrer la route au projet de coup d’État constitutionnel en Guinée. Que nous soyons en prison ou en liberté, nous allons toujours continuer à nous battre pour les libertés individuelles et pour le respect des lois de la république. Rien ne nous arrêta dans cet élan de combat politique.

Propos recueillis par Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 00224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin