Moussadjan Condé,secrétaire général du syndicat des transporteurs et membre influent du RPG Arc-en-ciel à Kankan

Jusque-là muet au sujet des accusations qui pèsent contre lui, Moussadjan Condé est enfin sorti du silence. Au cours d’une interview qu’il a accordée au correspondant de Guineematin.com sur place, le secrétaire général du syndicat des transporteurs et directeur adjoint de campagne du RPG Arc-en-ciel à Kankan, s’est prononcé sur les exactions qui lui sont attribuées avec ses hommes.

Il s’agit des attaques des sièges des partis d’opposition : PADES, UFR et UFDG, le pillage de boutiques appartenant à des militants supposés de l’UFDG et la récente attaque contre le siège du groupe Dabo Médias à Kankan. En ce qui concerne les attaques des locaux des partis politiques, Moussadjan Condé les revendique avec fierté.

« Il n’y a pas deux partis politiques ici à Kankan et en Haute Guinée. Mes hommes et moi ne nous attaquons jamais à quelqu’un sans motif valable. Ça fait tant d’années que nous militons au sein du RPG, quiconque a pour ambition de s’opposer à ce parti nous trouve sur son chemin », a-t-il déclaré.

Abordant le cas des boutiques attaquées et pillées le 06 janvier dernier dans la ville de Kankan, ce cadre du parti au pouvoir reconnaît également l’intervention de ses hommes dans les zones où ces actes ont eu lieu. Mais là aussi, il trouve un « motif valable » pour se justifier.

« C’est quand il y a eu brûlure de pneus sur la chaussée que nous sommes intervenus. Certaines personnes à Mobile ont voulu brûler le goudron, sous prétexte que ce secteur de Kankan est à eux. Comme nous sommes des usagers de cette route, nous étions en train d’empêcher cette mauvaise action », a-t-il expliqué.

Mais est-ce qu’il revenait au syndicat des transporteurs d’intervenir pour empêcher des émeutes alors que les forces de l’ordre sont en nombre dans la ville ? A cette question, Moussadjan Condé répond par l’affirmative. « Cela ne regarde pas la police. Les citoyens veillent sur la préservation des acquis de la nation. Et si on s’assoit pour attendre l’intervention de la police et qu’une catastrophe se produit avant leur arrivée ? » S’interroge notre interlocuteur.

En ce qui concerne le dernier cas de vandalisme qui a visé les locaux du groupe de presse Dabo Médias, le responsable du syndicat des transporteurs de Kankan reconnaît que ses hommes se sont rendus dans les locaux du groupe mais il soutient qu’il ne s’agissait nullement d’une attaque.

« Si mes hommes partent attaquer cet endroit, c’est le bâtiment en entier qui va s’écrouler. Ils étaient juste partis à la rencontre du propriétaire, Taliby Dabo, pour lui demander de resserrer les rangs. Car il exécutait des activités de campagne, parallèlement à notre directoire. C’est ainsi qu’une bagarre a éclaté. Sinon, si mes hommes étaient partis pour une attaque, vous savez de quoi nous sommes vraiment capables », a dit Moussadjan Condé.

A noter que malgré les multiples accusations qui pèsent contre lui, ce membre influent du RPG Arc-en-ciel à Kankan n’a jamais été convoqué devant la justice.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com