Dr Edouard Zotomou Kpoghomou, président de l’Union Démocratique pour Renouveau et le Progrès (UDRP)

Recalé à la présidentielle du 18 octobre dernier par la Cour Constitutionnelle, le président de l’Union Démocratique pour Renouveau et le Progrès (UDRP) ne démord pas encore. Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, vendredi 27 novembre 2020, Dr Edouard Zotomou Kpoghomou a expliqué qu’une démarche est en cours pour qu’il récupère les 800 millions de francs guinéens qu’il avait déposés pour sa caution à cette élection. Ce membre de l’ANAD (Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie) et allié de Cellou Dalein Diallo (le leader de l’UFDG) est aussi revenu sur le combat actuel de l’ANAD pour la « reconnaissance de la victoire de Cellou Dalein Diallo ». Il s’est également exprimé sur l’avenir de l’ANAD et les nombreuses arrestations d’opposants en cours en Guinée.

« Le simple fait d’obliger le gouvernement à sortir toute une armada parce que simplement les gens ont annoncé leur intention de sortir, pour nous, c’est déjà une victoire. Ça montre effectivement le côté criminel et barbare du régime. Nous avons réussi à exposer le gouvernement ou le régime pour ce qu’il est. Donc, c’est une victoire pour nous ; et, c’est la raison pour laquelle nous allons continuer… Nous sommes en train de parler de démocratie ; mais, quand on dit qu’on n’est pas d’accord avec la position idéologique du régime, ça vous crée des ennuis jusqu’au point où on vous met en prison. Franchement, c’est arbitraire. On ne devrait pas arrêter des gens parce qu’ils sont de l’opposition. Je ne dis pas que la loi ne peut pas sévir. Il faut laisser la justice faire son travail. Mais, ici, c’est tout à fait le contraire. Dès qu’on vous sent, on veut vous créer des ennuis. On vous arrête et on fabrique justement des chefs d’accusation pour les coller… », a dénoncé Dr Edouard Zotomou Kpoghomou.

Décryptage !

Guineematin.com : vous aviez déposé 800 millions de francs guinéens pour la caution au compte de votre participation à la présidentielle du 18 octobre ; malheureusement, vous a recalé par la cour constitutionnelle et vous n’avez pris part à cette compétition pour la magistrature suprême. Aujourd’hui, plus d’un mois après ce scrutin présidentiel, est-ce que vous avez récupéré votre argent ?

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou : la démarche est en cours et nous avons déjà contacté les autorités nécessaires. Je crois que je serais remis dans mes droits, je n’ai pas d’inquiétude. C’est vrai que la loi n’a rien dit là-dessus, mais je n’ai pas participé au concours ; et, je dois être remboursé. La loi dit que quand on est candidat, on va aux élections et on a moins de 5%, on n’a pas droit à recouvrir sa caution. Mais là, il faut avoir participé. En ce qui me concerne, je n’ai pas été retenu comme candidat, par conséquent je dois être remboursé. Je ne sais pas pourquoi le retard ; mais je me dis peut-être que c’est des mesquineries administratives ou bien la lourdeur administrative même si je ne veux pas faire un procès d’intention aux gens. Si j’avais vu que c’était de mauvaise foi, j’aurais pris d’autres mesures. La démarche est faite et elle est sur la bonne voie. Bientôt je serai remis dans mes droits.

Guineematin.com : vous faites partie de l’ANAD qui a soutenu la candidature du leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, à cette présidentielle. Aujourd’hui, votre candidat n’est pas passé pour devenir président de la république. Alors que peut-on dire de l’avenir de l’ANAD ?

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou : il y a eu deux étapes. L’ANAD, dans un premier temps était une alliance électorale. C’est-à-dire qu’il n’y avait pas de structure fixe et on s’était retrouvé justement pour accompagner la candidature d’Elhadj Cellou Dalein Diallo. Après les résultats, encore une fois, nous avons gagné les élections ; mais malheureusement, on n’a pas été proclamé vainqueur comme on le sait et comme on l’a documenté. C’est après ça que nous sommes en train de faire de l’ANAD une alliance politique. Nous sommes à ce niveau et je crois que l’ANAD n’est pas venue pour disparaître.

Guineematin.com : Justement, vous continue à dire que Cellou Dalein Diallo a gagné cette élection, mais force est de constater les résultats de la CENI et la Cour constitutionnelle en disent le contraire. Alors, comment comptez-vous faire pour récupérer votre victoire, surtout que vous continuez à appeler à des manifestations de rue auxquelles les gens ne répondent plus comme avant ?

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou, président de l’Union Démocratique pour Renouveau et le Progrès (UDRP)

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou : moi, j’ai une vue contraire à votre appréciation. On peut penser que les gens ne sortent pas ; mais, ce qu’on ne devrait pas oublier, c’est que dans le subconscient des gens on pense ici quand une manifestation doit réussir il faut forcément qu’il y ait des dégâts matériels et des morts d’hommes. N’oubliez pas qu’il y a un aspect psychologique dans cette guerre si je peux l’appeler ainsi. Le simple fait d’obliger l’Etat, le gouvernement à sortir toute une armada parce que simplement les gens ont annoncé leur intention de sortir, pour nous, c’est déjà une victoire. Ça montre effectivement le côté criminel et barbare du régime. Nous avons dit que nous allons sortir et manifester, ce n’est pas seulement aller faire les casses. Nous sommes sorties d’une manière ou d’une autre. Nous ne sommes pas inconscients au point de pouvoir lancer les gens à poitrine nue contre les militaires. Remarquez une chose, le 25 novembre, au petit matin déjà, c’est toute une armada que l’on rencontrait dans Conakry. Dans certains coins, on avait l’impression que le pays allait en guerre. On n’a pas besoin de ça ; et, pour nous, c’est déjà une victoire, parce que nous avons réussi à exposer le gouvernement ou le régime pour ce qu’il est. Donc, c’est une victoire pour nous et c’est la raison pour laquelle nous allons continuer. Au fil du temps, les gens reconnaîtront.

Guineematin.com : Vous dites que vous allez continuer cette « guerre » pour la reconnaissance de votre victoire ; mais, quelles seront les prochaines actions de l’ANAD sur le terrain ?

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou : nous avons déjà appelé à d’autres manifestations et nous allons nous concerter parce que là c’est une question de stratégie. Nous n’allons pas dire aux gens ce que nous ferons ; mais, ce qui est sûr, nous allons manifester d’une manière ou d’une autre. Pour le moment, on va se retrouver, discuter de ce qu’il faut faire et quand il faut le faire.

Guineematin.com : Alors que vous combattez sur le terrain pour la reconnaissance de ce que vous appelez la « victoire de Cellou Dalein Diallo », plusieurs grandes figures de l’opposition sont écrouées à la maison centrale de Conakry. Certains observateurs dénoncent une chasse aux opposants. Qu’en pensez-vous ?

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou : cette détention montre encore un aspect de la barbarie qui sévit dans ce pays. Nous sommes en train de parler de démocratie ; mais, quand on dit qu’on n’est pas d’accord avec la position idéologique du régime, ça vous crée des ennuis jusqu’au point où on vous met en prison. Ça ne se doit pas. Franchement, c’est arbitraire. On ne devrait pas arrêter des gens parce qu’ils sont de l’opposition. Je ne dis pas que la loi ne peut pas sévir. Il faut laisser la justice faire son travail. Mais, qu’est-ce qu’on fait de la présomption d’innocence ? Même si on vous accuse d’avoir fait quelque chose, il faut qu’on établisse avec preuve à l’appui ce que vous aviez fait avant qu’on ne vienne vous arraisonner. Ici, c’est tout à fait le contraire. Dès qu’on vous sent et on pense parfois que ce sont des calculs politiques, on veut vous créer des ennuis, on vous arrête et on fabrique justement des chefs d’accusation pour les coller. Ce n’est pas normal et ce n’est pas nécessaire. C’est ce qui fait que dans ce pays, ça va être un peu compliqué.

Guineematin.com : votre message de la fin ?

Dr Edouard Zotomou Kpoghomou : je termine en disant que nous voulons parler le langage de la paix. Et, nous avons toujours dit que la paix c’est un comportement. La paix se nourrit de la justice qui, à son tour, repose sur la vérité. Et, la vérité c’est avec l’ouverture du cœur. Tant qu’on n’a pas fait ceci, on ne peut garantir la paix. Ceux qu’on est en train de jeter en prison, ils ont des parents, ils ont des enfants et ils ont des frères. Ils vont garder en eux quelque chose surtout que ce sont des innocents. Alors, ce que nous vivons n’est pas la culture de la paix. Je pense que le régime devrait faire en sorte que l’on puisse parler ; et, si les gens sont effectivement pris en train de comploter comme ils le disent, alors qu’on amène ces preuves et qu’on les confonde avec ces preuves. C’est ça l’esprit de la justice.

Entretien réalisé par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin