image d’archive

Après la tenue de l’élection présidentielle en Guinée, l’heure au bilan chez les formations politiques, notamment sur la gestion du matériel de campagne. A Kankan, l’UFDG a porté plainte contre six (6) de ses responsables pour détournement de huit (8) motos lors de la campagne électorale. Les accusés ont été auditionnés, puis placés sous mandat de dépôt à la maison centrale de Kankan. Selon la fédération de l’UFDG, les mis en cause ont décidé de rembourser les motos volées, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Pendant la campagne électorale, le directoire national de campagne de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée avaient envoyé 26 motos pour la région de Kankan. Huit (8) des 26 motos ont cependant été détournées par certains responsables de Kankan, a dit Antoine Dogbo Guilavogui, le secrétaire fédéral de l’UFDG à Kankan. « Il y a eu des jeunes réfracteurs qui ont pris des motos de l’UFDG, en l’occurrence cinq (5) de Kérouané et trois (3) de Kankan. Ce sont : le premier responsable de la jeunesse, celui de la communication et son adjoint. Pourtant, ces motos était destinées aux sous-préfectures. Malheureusement, nous avons essayé avec toutes les voies sociales pour qu’ils rendent les motos, ils ont refusé. C’est pour cela qu’ils sont en prison », a indiqué le responsable régional de l’UFDG.

Par ailleurs, Antoine Dogbo Guilavogui estime que la décision du président de l’UFDG de poursuivre ces jeunes est une preuve de sa volonté de bonne gouvernance. « Je suis très content de mon leader qui sanctionne ces gens avec le soutien de la fédération. On sait bien que celui qui vole un œuf peut voler un bœuf. Si nous sommes en train de chercher le pouvoir et qu’on a des jeunes qui se comportent ainsi, ça sera pire lorsqu’on aura le pouvoir. Le président Cellou a tenu à ce qu’ils soient poursuivis, ce sont des bandits, des voleurs », a expliqué monsieur Guilavogui.

Finalement, les mis en cause ont bénéficié d’une remise en liberté dans la journée d’hier, mardi 17 novembre 2020, après avoir pris l’engagement de rembourser les motos d’ici le 16 décembre, a ajouté le responsable fédéral de l’UFDG. « Ils ont été transférés hier de la Sûreté au tribunal… Ils ont reconnu les faits et se sont engagés à rembourser les motos ; et, ils ont été libérés. Il y a un garant, le 16 décembre, le tribunal rentrera en possession des motos ».

Au tribunal de première instance de Kankan, nos tentatives pour avoir plus de détails avec le parquet sont restées sans suite.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin