Guy Rondeau, un citoyen canadien poursuit deux de ses anciens employés de nationalité guinéenne. Ousmane Diallo et Baba Alimou Tall- qui étaient respectivement gestionnaire et comptable de l’entreprise OKAPI Guinée Environnement Conseil- sont accusés de vol et de concurrence déloyale par leur ancien employeur, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Dans la journée d’hier, mercredi, 12 décembre 2018, Ousmane Diallo et Baba Alimou Tall ont été entendus au tribunal correctionnel de Dixinn, suite à la plainte de Guy Rondeau, le Directeur Général de l’entreprise OKAPI Guinée Environnement Conseil.

Le plaignant, qui est reparti au Canada depuis, reproche ces deux messieurs de vol et de concurrence déloyale contre son entreprise.

Les deux prévenus, qui comparaissent librement, ont été entendus ce mardi par la juge Maféring Camara, au tribunal correctionnel de Dixinn. D’entrée de jeu, ils ont rejeté en bloc les faits pour lesquels ils sont poursuivis.

Dans leurs explications, Ousmane Diallo et Baba Alimou Tall ont fait savoir que cette société a commencé à travailler en Guinée depuis 2011 et qu’elle est installée dans plusieurs pays d’Afrique. Ils reconnaissent avoir travaillé, sans problèmes, avec Guy Rondeau jusqu’en avril 2016.

Selon Ousmane Diallo, « à partir de cette année 2016, la société a commencé à avoir des problèmes. Les salariés de la société OKAPI Guinée Environnement ne percevaient que la moitié de leurs salaires jusqu’en novembre 2017. Tous les contrats que la société avait eus avec la SAG et autres société minières, le directeur a pris les montants et il est rentré chez lui, au Canada, sans se soucier du sort des travailleurs guinéens ».

Par ailleurs, le gestionnaire de l’entreprise accuse son ancien patron, le canadien Guy Rondeau, d’avoir disparu sans payer les salaires de ses employés. « Il a ramassé tout le montant de la société sans payer la sécurité, le chauffeur, le salaire du gardien, le local qui abrite les bureaux de la société. Je ne savais plus quoi faire en tant que gérant de l’entreprise. Il ne décrochait pas les appels téléphoniques, et les messages aussi, il ne répondait plus. C’est dans ce cadre que j’ai adressé des correspondances aux autres associés des autres pays pour leur dire qu’il fallait revendre une partie des matériels pour désintéresser les uns et les autres. On a rien volé et on n’a pas fait une concurrence déloyale. Il réclame ses machines. Mais, ces machines sont là. S’il paye notre argent, il sera en possession de ses machines. Sans citer les autres, il me doit personnellement 44 mille dollars et 74 mille dollars au comptable, Baba Alimou Tall» a dit Ousmane Diallo.

Les prévenus ont eu également à signaler que leur patron avait engagé une procédure judiciaire similaire au Congo Kinshasa contre Molakimo, gérant d’une autre entreprise. Mais, disent-ils, « le canadien a été débouté de ses prétentions à Kinshasa et le dossier a été classé sans suite ».

Pour ce qui est de la concurrence déloyale, ils ont fait savoir que c’est le comptable, Baba Alimou Tall, qui a créé une entreprise dénommée OKAPI Guinée Environnement Génie Civil. Selon eux, cette entreprise est à son état embryonnaire, elle n’a même pas de siège et n’a donc pas commencé à fonctionner.

De son côte, le procureur Daouda Diomandé dira que, dans cette affaire, il n’y a ni vol, ni concurrence déloyale. Par conséquent, il demande au tribunal de relaxer purement et simplement les deux prévenus pour délit non constitué.

L’affaire a été renvoyée au mercredi, 19 décembre 2018, pour la délibération.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin