Un marchand nommé Macka Diallo a comparu le lundi dernier, 9 décembre 2019, devant le tribunal de première instance de Mafanco. Il est venu répondre des faits d’escroquerie pour lesquels il est poursuivi. La partie civile lui réclame un montant de 90 millions de francs tandis que le ministère public requiert un an d’emprisonnement contre lui, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Cette affaire est partie d’un marché passé au mois d’août 2018, entre Mouctar Diallo (le plaignant) et Macka Diallo (le prévenu). Le premier nommé a remis au second un montant de 60 millions qui devaient servir à lui trouver quatre parcelles dans la préfecture de Coyah. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Mouctar n’a pas eu de parcelles et n’a pas non plus récupéré son argent. C’est ainsi qu’il a porté plainte contre Macka pour escroquerie.

« C’est mon frère qui voulait acheter des parcelles, et j’ai contacté Macka Diallo pour qu’il nous aide. Il nous a fait comprendre qu’il peut nous aider à avoir ces parcelles. C’est ainsi que nous sommes venus chez mon frère à Madina, il a confirmé qu’il a des parcelles à Coyah. On lui a remis 60 millions de francs guinéens à l’effet de nous donner 4 parcelles. Il a emballé la somme dans un carton et il a bien collé. Nous sommes allés ensemble à Coyah pour qu’il me montre les parcelles. Mais, les parcelles qu’il m’a montrées étaient déjà occupées par d’autres personnes. Ensuite, il nous a proposé d’autres domaines. Arrivés là-bas aussi, on trouve que c’est des domaines occupés. Après, il nous a donné un délai de 2 mois. Le délai arrive à terme, on n’a ni parcelles ni notre argent. Ça fait plus d’un an, je n’ai pas reçu les parcelles, ni l’argent. Et, finalement, j’ai porté plainte contre lui pour escroquerie », a expliqué le plaignant devant le tribunal.

Détenu depuis le 5 mars 2019 à la maison centrale de Conakry, Macka Diallo a reconnu, à la barre, la version du plaignant. Il a dit avoir eu personnellement 6 millions de francs dans les 60 millions qu’il a reçus pour l’achat des parcelles. Mais, il accuse un autre citoyen nommé Lamarana de l’avoir trompé. « C’est Lamarana qui m’avait dit qu’il a des parcelles à Coyah. C’est pourquoi j’ai mené ces démarches en prenant l’argent. Mais, je ne savais pas que les parcelles n’étaient pas pour lui. C’est finalement que j’ai compris qu’il n’avait pas de parcelles parce qu’il ne possédait ni acte de cession, ni plan de masse », s’est-il défendu.

Dans ses plaidoiries, l’avocat de la partie civile, maître Ousmane Mansaré, a réclamé le payement des 60 millions de francs que le prévenu doit au plaignant plus un montant de 30 millions de francs à titre de dommages et intérêts. De son côté, le ministère public a requis un an d’emprisonnement plus 2 millions de francs d’amende contre lui, tout en demandant au tribunal de prendre en compte les réclamations de la partie civile.

Finalement, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 30 décembre 2019.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin