Dans les fiefs du RPG, le parti au pouvoir en Guinée, il ne fait pas bon d’afficher son appartenance ou sa sympathie avec le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). Lamine Kouyaté, conseiller communal et secrétaire fédéral du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) à Kouroussa, l’a appris à ses dépens. Pour avoir affiché l’effigie du FNDC à son bureau, il a été mis aux arrêts ce jeudi, 13 février 2020, sur ordre du préfet a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’annonce en a été faite par Faya François Bourouno, responsable de la communication du PEDN, qui dénonce cette tentative d’intimidation. « Lamine Kouyaté est conseiller communal à Kouroussa, en même temps secrétaire fédéral du PEDN. Il a été arrêté injustement ce jeudi et conduit en prison sur ordre du préfet. Le seul crime commis, c’est d’avoir affiché l’effigie du FNDC. Il est membre du conseil communal, il a un bureau, il a affiché l’effigie là. C’est le crime qu’il a commis », a expliqué monsieur Bourouno.

Pour sa part, Mamady Sosso Kanté, également responsable du PEDN, a fait savoir que Lamine Kouyaté est accusé de vouloir créer la contestation de la nouvelle constitution à Kouroussa. « Il a un restaurant où il a mis une banderole du FNDC. C’est son seul crime. C’est de la mauvaise fois. Ils ont dit qu’il veut pousser les gens à contester la nouvelle constitution », a dit monsieur Kanté.

A la question de savoir si cette interpellation ne participe pas de la volonté du régime d’Alpha Condé de museler les opposants au 3ème mandat, Faya François Bourouno est catégorique dans sa réponse. « Bien sûr, c’est de cela qu’il s’agit. Aujourd’hui, on sait le projet qui est en cours. C’est de museler tout le monde, de museler tous ceux qui veulent s’opposer au projet-là. Ce n’est pas autre chose ».

Pour monsieur Bourouno, ces manœuvres ne vont pas décourager le FNDC dans sa lutte. « Le PEDN est membre fondateur du FNDC. Le combat continu et nous sommes partie prenante dans toutes les initiatives du FNDC. Ceux qui parlent d’essoufflement du mouvement, ce n’est pas du tout vrai. C’est le rythme naturel de tout mouvement de contestation. C’est toujours dur, toujours difficile, ça peut atteindre parfois des moments de remords. Mais aujourd’hui, la plus grande victoire, c’est la victoire de la psychose. Mais, on continuera le combat. On ne va pas seulement se limiter à la psychose. Le combat n’est pas perdu, ça va continuer et c’est les lendemains qui nous en diront plus », a-t-il martelé.

Aux dernières nouvelles, Lamine Kouyaté aurait été libéré.

Alpha Kanso pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin