Comme c’est souvent le cas à l’occasion des manifestations du FNDC, des habitants du quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma, ont été victimes d’exactions ce mercredi, 19 février 2020. Des agents des forces de l’ordre sont accusés de s’être introduits de force dans le domicile d’Elhadj Mamadou Hady Bah, imam dans cette localité et d’y avoir commis des abus.

Selon les informations confiées à un reporter de Guineematin.com, qui s’est rendu dans la famille victime peu après les faits, c’est une équipe mixte de gendarmes et de policiers qui a fait irruption dans cette famille. Les agents ont défoncé le portail et sont entrés dans la cour pour s’en prendre aux membres de la famille du premier imam du secteur 4 du quartier Wanindara.

Elhadj Mamadou Hady Bah, 1er imam de la mosquée de Wanindara, secteur 4, victime d’exactions

« C’est peu après midi que j’ai entendu un grand bruit au niveau du portail de ma cour, ensuite il y a eu un coup de feu. Le temps pour moi d’aller aux nouvelles, j’ai vu la porte de ma cour tomber et je me suis retrouvé en face d’un groupe de gendarmes et de policiers. Ils sont entrés pour terroriser ma famille. Je les ai suppliés, à cause de Dieu, de sortir de ma concession puisque ma famille et moi n’avons rien fait de mal pour mériter cela. Mais, ils ne m’ont pas écouté. Ils ont arrêté trois de nos enfants et un vieux du nom de Thierno Boubacar, qui était venu aux nouvelles. C’est d’ailleurs lui qui enseigne le coran à nos enfants. Ils les ont tous embarqués à bord de leur véhicule pour aller avec eux. Cinq minutes après, des gendarmes sont revenus encore. Eux, ils étaient plus violents d’ailleurs, ils ont renversé les marmites qui étaient au feu. Ensuite, ils sont rentrés dans les maisons pour prendre de l’argent et tout ce dont ils avaient besoin. Ils ont endommagé aussi une moto et cassé le parebrise de ma voiture », a témoigné Elhadj Mamadou Hady Bah.

Même s’il est très affecté par ce qui est arrivé à sa famille, le leader religieux dit s’en remettre à la volonté divine. « Moi, je suis une victime et ce n’est pas la première fois que cela nous arrive ici à Wanindara. A l’occasion des manifestations, aucun membre de ma famille ne sort de la cour même pour des programmes personnels. Je les garde tous ici. Mais je m’en remets à Dieu puisqu’il n’y a pas où porter plainte maintenant. Parce que les auteurs des précédentes exactions pas été inquiétés. Je suis inquiet aujourd’hui, car même les religieux ne sont plus épargnés. Mais, nous nous en remettons à Dieu », a-t-il dit.

A noter qu’en plus de la famille d’Elhadj Mamadou Hady Bah, les mêmes agents des forces de l’ordre se sont introduits dans une autre concession voisine pour brutaliser deux vieilles dames. Il s’agit de Thierno Kadiata Djidja Bah, 87 ans, et Aïssata Benthé Bah, 70 ans.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin