De très nombreux guinéens sont inquiets quant à la suite que la CAF (Confédération Africaine de Football) va donner à l’organisation par notre pays en 2023 de la Coupe d’Afrique des Nations. Une inquiétude née de la sortie du président de la CAF, annonçant que les éditions de 2021 et 2023 reviendront désormais respectivement au Cameroun et à la Côte d’Ivoire, sans mentionner le nom de la Guinée. Le journaliste sportif et Historien, Amadou Diouldé Diallo ne s’étonne pas de cet état de faits et dit qu’il faut de la volonté politique pour y arriver, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans un entretien accordé à un de nos reporters, Amadou Diouldé Diallo a dit ses quatre vérités. Selon lui, « c’est le 20 septembre 2014, à Addis-Abeba, que la CAF a donné cette CAN 2023 en présence de six ministres guinéens. Cette présence veut dire que les guinéens tenaient quand même à organiser l’une des CAN… A l’époque, quand la Guinée a perdu les éditions de 2019 et 2021, Issa Hayatou, président de la CAF à l’époque, a donné l’organisation de l’édition de 2023 à la Guinée. Pourtant, 2023 n’était pas à l’ordre du jour. On nous a donnés la 2023 en violation des textes de la CAF, il n’y a pas eu d’appel à candidatures et on n’était pas allé pour ça. On ne l’a pas eu loyalement ».

Par ailleurs, notre interlocuteur rappelle que cette CAN 2023 offerte à la Guinée ne concernait que 16 équipes. La nouvelle équipe de la CAF a fait passer la compétition de 16 à 24 équipes. « Il y a eu un facteur aggravant. La nouvelle équipe dirigeante de la CAF décide de passer de 16 à 24 équipes. Ce qui n’était pas prévu en 2014 et qui augmente les charges de l’organisation, avec de nouvelles exigences, de nouveaux financements. C’est le Cameroun qui va payer en premier le lourd tribut de ces nouvelles mesures ».

Pour ce qui est du cas spécifique de la Guinée, Amadou Diouldé Diallo réitère que la Guinée a obtenu la CAN 2023 « en violation des textes de la CAF. Comment voulez-vous qu’on parle de la Guinée ? Ahmed Ahmad n’a pas parlé de la Guinée. Après, j’entends les gens dire que le gouvernement doit réagir, tel doit réagir puisqu’on n’a pas parlé de la Guinée. On ne doit pas parler de la Guinée parce qu’elle n’a pas eu la CAN suite à un appel à candidatures ».

A la question de savoir ce que la Guinée doit faire pour ne pas rater ce rendez-vous historique, Amadou Diouldé Diallo fait remarquer que rien n’a été fait depuis l’octroi à la Guinée de la CAN 2023 en septembre 2014. « Qu’est-ce qui a été fait en quatre ans ? Rien n’a été fait. Donc, aujourd’hui, je ne nous vois pas dire que la CAF n’a même pas parlé de la Guinée, puisqu’on n’a pas eu la CAN 2023 loyalement. Maintenant, ce qui reste à la Guinée, si on fait un appel à candidatures pour la CAN 2025, si on est encore intéressé, on fait acte de candidature, on constitue un dossier et puis on va à la compétition. Il ne reste que ça », estime-t-il.

Pour finir, Amadou Diouldé Diallo dit que pour arriver à organiser une CAN, « c’est la volonté politique. La Coupe d’Afrique des Nations, ce n’est même pas l’affaire d’un gouvernement, c’est l’affaire du président de la République. Tout dépend de la volonté politique. Lorsque cette volonté est exprimée, il n’y a pas de raison qu’on n’organise pas la CAN ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com