Le recrutement dans l’armée annoncé récemment par le gouvernement guinéen suscite un grand intérêt à Kankan. De nombreux jeunes de la ville souhaitent être parmi les prochaines recrues. Et, ils s’activent actuellement pour constituer les dossiers nécessaires pour postuler, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Suite au communiqué diffusé le 1er février 2019 sur les médias d’Etat par le ministère de la défense nationale, annonçant un recrutement au sein de l’armée guinéenne, de nombreux jeunes de la commune urbaine de Kankan se mobilisent pour déposer leur candidature. Depuis quelques jours, c’est la ruée vers les services d’Etat civil de la ville, où plusieurs citoyens se rendent pour réunir les dossiers requis pour postuler.

Chaque jour, près d’une centaine de personnes s’y rendent. Certains viennent pour confectionner les documents et d’autres pour les actualiser, avant d’aller déposer leur candidature auprès de la commission de réception, basée à la préfecture. Ils sont en grande majorité des chômeurs et espèrent pouvoir intégrer l’armée.

« Tout le monde sait qu’en Guinée, il n’y a pas d’emploi. Donc, quand on a suivi ce communiqué, on est obligé de venir déposer nos dossiers pour voir si on aura la chance d’être dans l’armée. C’est pourquoi, je suis venu chercher le certificat de nationalité et le casier judiciaire. Une fois que mes dossiers sont au complet, j’irai les déposer à la Préfecture », explique Laye Djédy Diallo, l’un des jeunes rencontrés sur les lieux.

Pour Mamadou Saliou Bah, étudiant au département Philosophie de l’Université de Kankan, c’est un devoir pour lui de servir la nation dans l’armée. « Je suis venu chercher mon certificat de nationalité et mon casier judiciaire. Je pense que c’est un devoir de servir l’Etat. Si l’Etat demande de recruter, je vois ça comme une opportunité pour moi de participer à faire du bien et participer au développement de la Guinée, en donnant ce que je peux physiquement et intellectuellement ».

Mais, au tribunal de première instance de Kankan, les choses sont loin d’être aisées pour certains. C’est notamment ceux qui sont nés à l’étranger et qui souhaitent avoir un casier judiciaire. « Ils m’ont dit qu’il faut que j’aille en Côte d’Ivoire où je suis né pour chercher le casier judiciaire. Pourtant, j’ai la nationalité guinéenne, ce n’est pas logique parce que je ne peux pas aller jusqu’en Côte d’Ivoire pour ça. Donc, ils doivent m’aider parce que j’ai la nationalité guinéenne et je suis diplômé aussi en Guinée », témoigne Cécé Moriba Haba.

A rappeler que la date limite du dépôt des dossiers est fixée au 02 mars 2019.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 00 224 627 24 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin