Joséphine Loly Tenguiano, procureure de la République près le TPI de Mafanco

Poursuivi pour « coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner », Alpha Kadiatou Barry a comparu ce mardi, 12 septembre 2021, devant le tribunal criminel de Mafanco. Et, devant cette juridiction de première instance, l’accusé a plaidé non coupable des faits qui lui sont reprochés. Il a réfuté toutes les allégations tendant à faire croire qu’il a porté main sur Amadou Diallo. Mais, le ministère public a quand-même maintenu les charges articulées à son encontre et l’a présenté comme le seul coupable de la mort du tailleur Amadou Diallo. La procureure Josephine Loly Tinkiano a d’ailleurs demandé au tribunal de condamner Alpha Kadiatou Barry à 20 ans de réclusion criminelle, rapporte un journaliste que Guineematin.com a dépêché au tribunal.

Selon les informations, les faits reprochés à Alpha Kadiatou Barry remontent au mois de septembre 2019 à Hafia, un quartier de la commune de Ratoma, dans la haute Banlieue de Conakry. Amadou Diallo faisait la cour à une mineure de 13 ans qui se trouve être la fille de Alpha Kadiatou Barry. Cette histoire a conduit à une altercation entre Amadou Diallo et Alpha Kadiatou Barry. Et, au cours de cette altercation, Amadou Diallo aurait reçu des coups qui lui auraient été administrés par Alpha Kadiatou Barry. En tout cas, avant de mourir, la victime a dit à ses parents que c’est Alpha Kadiatou Barry qui lui a administré des coups lors d’une altercation. Et, après son décès, ses parents ont porté plainte contre Alpha Kadiatou Barry. Ce dernier a été interpellé et placé sous mandat de dépôt le 20 septembre 2019. Et, ce mardi, 12 octobre 2021, il a été présenté devant le tribunal criminel où son procès se tient depuis quelques semaines déjà.

Cependant, l’audience d’aujourd’hui a essentiellement porté sur les réquisitions et plaidoiries des parties au procès. Et, c’est le ministère public qui a ouvert le bal de cette épreuve fatidique.

Devant le tribunal criminel, la procureure audiencière, Josephine Loly Tinkiano, a requis 20 ans de prison contre Alpha Kadiatou Barry.

« Nous (le parquet) sommes convaincus que l’accusé a porté main sur la victime Amadou Diallo.  Le rapport médicolégal signé par le professeur Hassane Bah en fait foi. Ce rapport signé par le médecin légiste professeur Hassane Bah dit que c’est un arrêt cérébral causé par un traumatisme crânien qui a causé sa mort. Mais, l’accusé a fait croire au tribunal qu’il n’a pas touché la victime. C’est pourquoi le ministère public requiert qu’il vous plaise de le retenir dans les liens de la prévention de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Et, pour la répression, vous le condamnerez à 20 ans de réclusion criminelle », a dit Josephine Tinkiano.

De son côté, Me Mohamed Lamine Sylla, l’avocat de la défense, a demandé au tribunal d’écarter le rapport médicolégal qui « prête à confusion » dans cette affaire. Il a également plaidé la relaxe de son client.

« L’accusé n’a jamais administré des coups à Amadou Diallo. Les trois témoins qui ont défilé à la barre ont tous dit qu’il y a eu altercation. Mais, il n’y a pas eu de coups et blessures. Tous les trois ont été précis et concis… Ensuite, je demande au tribunal d’écarter ce rapport médicolégal, parce qu’il est confus. Le rapport dit avoir reçu le corps le mardi 1er septembre 2019, or il (Amadou Diallo) est décédé le 14 septembre de la même année. Ce n’est pas un rapport sérieux. Ce n’est pas un travail digne. Ce n’est pas le travail du professeur Hassane Bah qu’on connaît. C’est pourquoi je vous demande de le renvoyer des fins de la poursuite. Car, les présumés violences qui ont conduit à la mort de Amadou Diallo ne sont pas imputables à l’accusé », a déclaré Me Mohamed Lamine Sylla.

Finalement, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 26 octobre prochain.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/664 413 227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin