Saïkou Yaya sur la nomination de Mohamed Béavogui : « je pense que c’est un bon choix »

6 octobre 2021 à 23 11 59 105910
Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR, n’a pas tardé à réagir à la nomination de Mohamed Béavogui au poste de Premier ministre de la transition. L’ancien député s’est prononcé sur le sujet dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, juste après la publication du décret. Même s’il dit ne pas bien connaître le chef du gouvernement choisi par le colonel Mamadi Doumbouya, il est séduit par son parcours de l’homme et tout ce qu’il a appris jusque-là sur lui.

« Je ne le connais pas trop, mais j’ai entendu beaucoup le présenter comme étant un bon cadre. Et nous avons vu son parcours au niveau international, qui est très élogieux. Nous pensons qu’avec la pondération qui lui a permis d’évoluer au niveau international, il saura utiliser les tacts et les manœuvres nécessaires pour sortir grand dans cette nouvelle mission.

Nous savons que ce n’est pas facile, parce que c’est quelqu’un qui a travaillé beaucoup plus hors du territoire et qui peut avoir des difficultés à partir des personnes malintentionnées, des petits malins. Mais, avec son background et le fait qu’il peut être consensuel, nous pensons qu’il pourra réussir la mission et qu’il ne se laissera pas faire. Donc, je pense que c’est un bon choix », a déclaré ce cadre du parti de Sidya Touré.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Mamadou Sylla parle de Mohamed Béavogui : « il a un grand bagage intellectuel »

6 octobre 2021 à 23 11 32 103210
Elhadj Mamadou Sylla, président de l’UDG

Le président du parti UDG, Elhadj Mamadou Sylla, a de l’estime pour le nouveau Premier ministre guinéen. Il pense que Mohamed Béavogui a la qualification nécessaire pour diriger le gouvernement de transition qui sera bientôt mis en place.

« J’ai rencontré Mohamed Béavogui il y a plusieurs années, à Rome, Italie. J’étais en compagnie du président, Général Lansana Conté, dans une mission. Et lui, il travaillait au compte de la FAO. Il a un grand bagage intellectuel », a déclaré le leader de l’UDG, joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, juste après la publication du décret nommant Mohamed Béavogui. Il invite le nouveau Premier ministre à se mettre rapidement au travail pour répondre aux attentes des Guinéens.

« On avait longtemps attendu ce décret. Maintenant que le Premier ministre est nommé, il doit rapidement mettre en place le gouvernement et commencer à travailler. Je demande au Premier ministre de travailler pour le peuple de Guinée. Les gens ne peuvent pas attendre longtemps sans crier. Donc, il faut se mettre au travail », conseille Elhadj Mamadou Sylla, ancien chef de file de l’opposition guinéenne.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél: 628089845

Lire

Bogola Haba : « Mohamed Béavogui a tout mon soutien »

6 octobre 2021 à 23 11 12 101210
Keamou Bogola HABA, président d’honneur de l’UGDD

Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com juste après la publication du décret à la télévision nationale, Kéamou Bogola Haba a réagi à la nomination de Mohamed Béavogui au poste de Premier ministre de la transition. Le président d’honneur du parti UGDD et président de la commission communication de l’ANAD a félicité le chef du gouvernement choisi par le colonel Mamadi Doumbouya, avant de lui exprimer tout son soutien.

« Nous félicitons le nouveau Premier ministre pour ce choix qui est quand même important. Nous lui apportons tout le soutien, comme nous avons aussi décidé d’apporter tout le soutien au CNRD. Mohamed et moi, nous nous connaissons depuis très longtemps. Et à son arrivée aussi, nous avions échangé sur les enjeux de cette transition, donc il a tout mon soutien. Je suis sûr et certain qu’il a toutes les compétences nécessaires pour accomplir cette mission et parachever la lutte que nous avons commencée », a dit Bogola Haba.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Primature : Dr Diao Baldé salue la nomination de Mohamed Béavogui, « un excellent cadre »

6 octobre 2021 à 22 10 51 105110
Dr Diao Baldé, président du parti UGN

Dr Diao Baldé, président de l’Union pour une Guinée nouvelle (UGN) accueille favorablement la nomination de Mohamed Béavogui au poste de Premier ministre de la transition. Ce leader politique apprécie beaucoup le choix du colonel Mamadi Doumbouya, le président de la transition guinéenne. Car, il est convaincu que l’ancien fonctionnaire international a toutes les qualités requises pour réussir la mission qui lui est confiée.

« Je l’avais déjà dit, qu’il est potentiel Premier ministre depuis la première transition avec Dadis. Monsieur Béavogui est un excellent cadre. Il a travaillé en Guinée et après il a gravi tous les échelons au niveau des institutions internationales. Notamment, au niveau du FIDA, de la FAO. Il a d’ailleurs été chargé de programmes au niveau du FIDA pour toute l’Afrique de l’Ouest. Après, il est allé dans l’institution bancaire.

C’est un excellent cadre et puis un patriote. Il est à tout temps présent en Guinée. Je pense qu’il pourrait être un excellent Premier ministre », a déclaré le président de l’UGN dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, juste après la publication du décret nommant le Premier ministre de la transition. Ce responsable de l’ANAD (Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie) souhaite maintenant que Mohamed Béavogui ait la main libre pour pouvoir assumer pleinement ses fonctions de chef du gouvernement de la transition.

Seulement, il faut qu’on lui donne l’opportunité de se prévaloir, de faire valoir sa capacité relationnelle et technique. Il connaît aussi le secteur rural parce qu’il a mis en place beaucoup de projets du FIDA en Afrique de l’Ouest et surtout en Guinée. Le financement du FIDA en Guinée était d’ailleurs particulier grâce à son pragmatisme et son nationalisme. Je suis vraiment content qu’il soit nommé comme Premier ministre », a dit Dr Diao Baldé, président de l’UGN.

 Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Mohamed Béavogui, Premier ministre de transition : une satisfaction pour Dr Zoutomou Kpoghomou

6 octobre 2021 à 22 10 28 102810
Dr Edouard Zoutomou Kpogomou, président de l’UDRP (Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès)

C’est avec un sentiment de satisfaction que Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou a accueilli la nomination de Mohamed Béavogui au poste de Premier ministre de la transition. Le président de l’UDRP, parti politique membre de l’ANAD, estime que le chef du gouvernement choisi par le colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition, a les qualités nécessaires pour réussir sa mission.

« Je crois que c’est une bonne chose. Je pense que c’est quelqu’un qui ne va pas tarder à apporter toute sa contribution de bon gestionnaire et d’homme rigoureux à l’élaboration d’un programme de transition qu’il suivra. On connait sa rigueur e sa compétence. Moi, je ne peux accueillir cela qu’avec un sentiment de satisfaction », a réagi Edouard Zoutomou Kpoghomou, joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.

Il a profité de l’occasion pour interpeller la junte militaire au pouvoir sur la nécessité d’associer pleinement les partis politiques dans la conduite de la transition. « L’autre chose à ajouter, c’est par rapport au quota qui a été donné par la junte aux partis politiques. Que ça soit au niveau du CNT ou alors même au niveau de l’équipe gouvernementale.

Nous, à l’UDRP, nous pensons que la crise pour laquelle la junte est venue intervenir est une crise politique qui avait des ramifications sur la société civile, sur la vie publique, sur les vies privées et sur l’ensemble des conditions d’existence en Guinée. D’ailleurs, l’équipe de la junte a justifié leur intervention par rapport à cette crise politique. Alors, nous nous disons que les politiques devraient être une partie intégrante des solutions.

Sans ces partis politiques qui ont en fait formé l’ossature de ce mouvement, on ne serait pas à ce niveau. Peut-être qu’il n’y aurait même pas d’intervention. C’est pourquoi, nous nous pensons que la junte et le colonel Doumbouya peuvent penser justement à ce recadrage pour faire en sorte que les politiques jouent leur rôle dans cette équipe », a dit le leader de l’UDRP.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

Lire

Mohamed Béavogui à la primature : « c’est un cadre compétent et expérimenté » (Bah Ousmane)

6 octobre 2021 à 21 09 54 105410
Bah Ousmane

C’est sans surprise que Mohamed Béavogui, dont le nom circulait depuis plusieurs semaines, a été nommé ce mercredi soir, 06 octobre 2021, Premier ministre de la transition en Guinée. Et cette décision du président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, ne laisse pas indifférent Elhadj Bah Ousmane. Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com juste après la publication du décret, le président de l’UPR a salué la nomination d’un cadre dont les compétences et l’expérience ne sont pas à démontrer.

« Je le connais bien. Nous avons travaillé ensemble au ministère de l’énergie et de l’industrie. Il était au centre pilote d’Entag où de nombreux outils étaient fabriqués à l’époque. C’est de là qu’il est allé au Nigeria et depuis lors, il s’est forgé une carrière internationale sûre et efficace. Je souhaite que M. Béavogui réussisse à accomplir la mission qu’on lui a confiée. Je sais qu’il a les compétences et il a de l’expérience », a réagi l’ancien ministre des travaux publics et ancien conseiller du président Alpha Condé.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél: 628089845

Lire

Présidence de la République : le colonel Amara Camara nommé ministre secrétaire général

6 octobre 2021 à 21 09 05 100510
Colonel Amara Camara, ministre secrétaire général à la présidence

Porte-parole du CNRD (la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé), le colonel Amara Camara devient ministre secrétaire général de la présidence de la République.

Le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, l’a nommé à ce poste dans un décret publié ce mercredi soir (06 octobre 2021) à la télévision nationale.

Homme de confiance du colonel Mamadi Doumbouya, le colonel Amara Camara était jusque-là le directeur l’école militaire interarmées (EMIA).

Guineematin.com

Lire

Urgent : Mohamed Béavogui nommé Premier ministre de la transition

6 octobre 2021 à 20 08 40 104010
Mohamed Béavogui

Mohamed Béavogui, c’est le nom du Premier ministre de la transition en Guinée. Le décret annonçant sa nomination à ce poste a été publié ce mercredi soir, 06 octobre 2021, à la télévision nationale. Le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya, a choisi ce grand fonctionnaire international au parcours très élogieux pour diriger le gouvernement de transition.

Guineematin.com vous propose ci-dessous sa biographie :

Né le 15 août 1953, à Porédaka (Mamou), Mohamed Béavogui est le neveu de Diallo Telli (premier secrétaire général de l’OUA, devenue aujourd’hui l’Union africaine). Diplômé en construction mécanique et engins de mines de l’Université Polytechnique de Leningrad (actuellement Saint Petersburg, Russie) et de la prestigieuse Kennedy School of Governement de l’Université Harvard, aux États-Unis, il a travaillé pendant quelques années au compte de la fonction publique guinéenne, avant d’entamer sa longue et riche carrière internationale.

De 1982 à 1986, il a servi à Ibadan, au Nigeria, après avoir remporté un concours des Nations unies pour le poste d’ingénieur au centre africain régional de design et d’ingénierie. En 1986, il est recruté par la FAO comme conseiller technique puis senior chargé de programme, basé à Bujumbura, Burundi. En 1992, il est muté au siège de la FAO à Rome où il devient chargé de programme senior au siège social.

En1994, Mohamed Béavogui devient gestionnaire senior d’un portefeuille de projets du Bureau de l’ONU pour les services d’appui aux projets. Grâce à son travail satisfaisant, il est bombardé directeur régional de l’Agence en 1998 avec siège à Abidjan. Il coordonne les projets dans la sous-région et s’assure qu’ils sont délivrés à temps et dans les normes. En 2001, c’est le Fonds International de Développement de l’Agriculture (FIDA) qui le recrute comme directeur régional des opérations de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, puis directeur du partenariat et de la mobilisation des ressources en même temps conseiller du président de la FIDA.

En 2014, Mohamed Béavogui est choisi pour diriger l’organisme continental africain autonome dénommé Mutuelle panafricaine de gestion de risques. Depuis janvier 2015, le Guinéen est basé à Johannesbourg, Afrique du Sud, où il occupe les fonctions de directeur général de l’Agence africaine de renforcement des capacités. Après la grève générale de 2007, il était l’une des quatre personnalités proposées au président Lansana Conté pour occuper le poste de Premier ministre. Poste qui était revenu finalement à Lansana Kouyaté.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Lettre ouverte : Elhadj Aly Diaby écrit au Chef de l’État et au peuple de Guinée

6 octobre 2021 à 19 07 51 105110
Elhadj Aly Diaby, porte parole du Khalife de Touba

Depuis 300 ans, la Guinée n’a eu ni l’indépendance ni la liberté. Nous ne vivions que dans l’esclavage, la colonisation et la dictature. Pour la première fois, la corde qui nous attachait au cou relâche un peu grâce au courage de ces trois (3) entités : 

1) Les jeunes ministres démissionnaires du régime déchu (tous des hommes, jamais une femme n’a démissionné) ;

2) La presse privée ;

3) Le colonel Mamady Doumbouya et les membres du comité national du rassemblement pour le développement (CNRD).

Toutes ces trois entités ont pris des risques énormes au prix de leur vie et celle de leurs familles respectives.

Les avocats étaient tombés dans un piège mortel (no Away out). Seul Dieu sait vers où on se dirigeait.

Si j’ai un conseil à donner aux guinéens, je commencerai par les hommes politiques. Oubliez d’abord ce fameux fauteuil présidentiel de Sékhoutoureya. Pour les deux (2) prochaines années, retournez vers vos bases pour faire savoir aux Guinéens que votre but, c’est le développement du pays. Si chaque leader arrive à faire comprendre cela à ses militants à la base, on ira vers une élection libre, transparente et apaisée.

Aux commerçants et aux hommes richesses du pays, mettez vos moyens et capacités à la disposition des nouvelles autorités pour ensemble développer notre pays. N’attendez pas tout de l’actuel gouvernement. 

Quant au CNRD, je vous conseille d’approcher les jeunes ministres démissionnaires puisque ce sont les braves et honnêtes hommes qui connaissent le système. Ce sont les seuls qui peuvent vous dire la vérité et la réalité, sans oublier la presse et les vaillants avocats.

Les imams doivent à leur tour vérifier leur pratique religieuse et avoir plus de foi. C’est après tout ça qu’on peut commencer à penser au fauteuil de Sékhoutoureya.

Par Elhadj Aly Diaby, Porte parole de Touba et BENKANTOO

Lire

Course à la Primature : ces autres prétendants…

6 octobre 2021 à 19 07 28 102810

Depuis la prestation de serment du Colonel Mamadi Doumbouya, le 1er octobre 2021, l’opinion attend impatiemment de connaître le nom de la personne qui va diriger le gouvernement de transition. Dans les débats, les noms de candidats potentiels ne manquent pas d’alimenter les discussions. Hormis Mohamed Béavogui, Kéamou Bogola Haba et Thierno Yaya Diallo, cités dans des précédents articles articles de Guineematin.com, plusieurs autres « Premiers ministrables » sont présentes pour le prestigieux poste de PM de la Transition.

Au nombre de ces derniers, figurent en bonne place Abdoulaye Yéro Baldé, ancien ministre d’Alpha Condé, qui a démissionné du Gouvernement Kassory Fofana en opposition au projet du troisième mandat de son mentor, finalement renversé par le Colonel Mamadi Doumbouya, le 5 septembre 2021.

Abdoulaye Yéro Baldé, ancien ministre de l’Enseignement supérieur

Ancien vice-gouverneur de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), Yéro Baldé connaît également le secteur minier guinéen pour avoir travaillé pendant des années au sein de Global Alumina Corporation. Notamment comme Vice-Président Finance à Global Alumina à New York, puis Directeur Financement Projet et Relations Gouvernementales à Guinea Alumina Corporation à Conakry (GAC- une joint-venture entre Global Alumina, Bhp Billiton, Dubal et Mubadala pour construire une raffinerie d’alumine à Sangaredi ; un investissement d’environ 5 milliards de dollars) où il a conduit et coordonné entre autres les questions liées au financement des infrastructures du projet.

Entre 1996 et 2002, Abdoulaye Baldé a occupé le poste d’Economiste à la Banque Mondiale à Conakry où il a travaillé à la conception et la mise en œuvre d’opérations macroéconomiques et de programmes de développement avant d’aller poursuivre des études aux Etats-Unis. 

M. Baldé dispose de solides formations académiques aussi bien en France qu’aux Etats Unis d’Amérique. Abdoulaye Yéro Baldé est titulaire d’un MBA obtenu à la Columbia Business School (Université de Columbia à New York), d’un DESS en Gestion de la Construction et Aménagement Urbain commun à la Sorbonne et à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Paris et d’une Maîtrise en Economie à l’Université de la Sorbonne à Paris.

Autres personnalités citées par l’opinion pour conduire la transition, le banquier Kémoko Touré, les anciens ministres Makalé Traoré, Gassama Diaby et Hadja Aïcha Bah.

Kémoko Touré, ancien Directeur général de la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG)

Kémoko Touré

Originaire de la préfecture de Forécariah (comme les trois anciens Premiers ministres sous Alpha Condé), Kémoko Touré, 73 ans, a occupé de hautes fonctions dans des entreprises occidentales. Il a surtout travaillé Siemens et Thales.

C’est en janvier 2010, de retour en Guinée, que Kémoko Touré a été nommé Directeur général de la Compagnie des bauxites de Guinée (CBG), le 1er africain à occuper ce poste depuis la création de cette compagnie minière.

Après son départ de la CBG, en 2016, il a fondé le groupe Midamel-Consult dont il assure la présidence. Très respecté, Kémoko Touré, donne des conférences à travers le monde, et s’active partout à démontrer la nécessité de lutter contre la corruption.

Makalé Traoré, femme battante, citée pour occuper la Primature

Makalé Traoré, ancienne ministre

A la fois Juriste et économiste de formation, l’ancienne ministre de la Fonction publique du Général Lansana Conté, native de Forécariah, a été longtemps Présidente de la Coalition des filles et femmes de Guinée  (COFFIG) et ancienne Présidente du réseau des femmes parlementaires et ministres, (REFEM). L’ancienne Directrice de campagne du président Alpha Condé en 2010 était candidate contre celui-ci à la présidentielle d’octobre 2020 et a arboré les couleurs du parti le PACT (le parti pour l’action citoyenne et le travail).  

Kalifa Gassama Diaby, une vedette de l’opinion guinéenne

Khalifa Gassama Diaby, ancien ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté

Khalifa Gassama Diaby, ancien ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté sous le régime d’Alpha Condé, est perçu comme un potentiel candidat au poste de Premier ministre de transition.

Après avoir démissionné de ses fonctions ministérielles, Gassama Diaby, a été l’un des défenseurs de la lutte contre le 3ème mandat. Depuis, il reste dans le cœur des Guinéens comme l’un des cadres les plus intègres capables d’assumer de hautes fonctions.

Hadja Aïcha Bah, ancienne fonctionnaire de l’UNESCO

Hadja Aïcha Bah

Hadja Aïcha Bah est une intellectuelle chevronnée. Une icône dans le monde de l’éducation. Après avoir brillé à la tête du département de l’enseignement pré-universitaire et de la formation professionnelle sous Lansana Conté, Hadja Aïcha Bah est depuis plusieurs années fonctionnaire internationale (UNESCO). Pour de nombreux observateurs, cette femme de valeur peut contribuer à la conduite d’une transition inclusive et apaisée.

Ce mercredi 6 octobre 2021, les rumeurs se font de plus en plus persistantes sur la nomination d’un Premier ministre, Chef du gouvernement.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Conakry : 6 anciens membres du Bloc libéral condamnés par la justice

6 octobre 2021 à 18 06 47 104710

Le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimouno, a remporté le procès qu’il a intenté contre plusieurs anciens membres de son parti devant le TPI de Dixinn. La justice a condamné les six prévenus, reconnus coupables de diffamation par voie de moyens audiovisuels, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Le tribunal de première instance de Dixinn a rendu son verdict ce mercredi, 06 octobre 2021, dans le dossier opposant Dr Faya Millimouno à six anciens membres du Bloc Libéral. La juridiction a reconnu les prévenus :Thierno Boubacar Baldé, Halimatou Baldé, Mamadou Maz Bah, Mamadou Oury Diallo, Boubacar Pita Bah et Ibrahima Sory Sow, coupables de diffamation par voie de moyens audiovisuels.

Ils ont été condamnés au paiement d’une amende de 500.000 francs chacun et au paiement d’un franc symbolique au préjudice de Dr Faya Millimouno. Les six anciens membres du Bloc Libéral ont 15 jours pour interjeter appel s’ils ne sont pas d’accord avec la décision rendue.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com 

Lire

Retard de la nomination d’un PM : « tout est bloqué », dit Mamadou Sylla

6 octobre 2021 à 17 05 13 101310
Elhadj Mamadou Sylla, président UDG

Depuis le 5 septembre, la Guinée est dirigée par le Colonel Mamadi Doumbouya, tombeur du régime d’Alpha Condé. Après la dissolution de la Constitution, des institutions républicaines et du gouvernement, le nouvel homme fort du pays et ses hommes, réunis au sein du CNRD, ont organisé deux semaines de concertations nationales pour une transition inclusive et apaisée, suivies de la prestation de serment, le 1er octobre du Président de la transition.

Un mois après le coup d’Etat, le pays n’a encore ni Premier ministre, ni gouvernement. Et, ce sont les secrétaires généraux dans les différents départements qui assurent l’intérim et gèrent les affaires courantes. Ce qui n’est pas sans inquiéter les populations et les partenaires de la Guinée.

Au sein de la classe politique, le retard dans la nomination d’un Premier ministre retient toutes les attentions. C’est le cas d’Elhadj Mamadou Sylla, Président de l’Union pour le Développement de la Guinée (UDG), joint par Guineematin.com, ce mercredi 6 octobre 2021. 

« Le retard de la nomination d’un Premier ministre, c’est surprenant. On ne pensait pas que cela allait prendre un temps si long. Tout est bloqué actuellement. Vous vous rappelez lorsque le président Alpha Condé déchu, a été élu pour son 3ème mandat, il avait attendu un mois pour confirmer le PM, mais tout le monde avait crié et le pays vivait au relanti. Et pourtant, il y avait un gouvernement sur place avec un PM qui attendait d’être confirmé ou remplacé. Moi je suis étonné quand même qu’il y ait autant de retard. Pour un coup d’Etat normalement, la liste des membres de la junte doit être connue avant l’opération, si non 24 h après le putsch. Le cas de Dadis est là. Il a publié la liste des membres du CNDD et puis, il a nommé un Premier ministre suivi de la mise en place d’un gouvernement, en quelques jours seulement », a rappelé l’ancien chef de file de l’opposition.

Toutefois et en fin connaisseur de la situation guinéenne, le patron de l’UDG dit comprendre l’attentisme et la prudence qui caractérisent la prise de décision du Colonel Mamadi Doumbouya.

« C’est vrai, qu’il ya beaucoup de problèmes à régler et le Colonel Doumbouya veut bien faire. Il a posé beaucoup d’actes salutaires sur le terrain. Mais c’est le gouvernement qui gère un pays. D’ici là, le pays est bloqué et rien ne marche. Les projets, les programmes, tout est au ralenti, si non à l’arrêt. Je trouve que cela a trop retardé. Plus d’un mois après, le CNRD doit tout faire pour nommer un Premier ministre et le gouvernement. C’est une étape très importante pour la transition. Puisque tout est bloqué, je peux les conseiller de débloquer le pays. La gestion ne peut pas commencer sans le gouvernement », a fait savoir Mamadou Sylla.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Retard de la nomination du Premier ministre : réaction du président de l’UGN, Dr Diao Baldé

6 octobre 2021 à 16 04 57 105710
Dr. Diao Baldé, Président de l’UGN, membre de l’ANAD

Depuis le 5 septembre 2021, la Guinée a connu un changement avec le renversement du régime Alpha Condé par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD). La Constitution a alors été dissoute, le gouvernement et les institutions également dissouts. Depuis, le pays vit dans un régime d’exception et tout le monde attend avec impatience du Colonel Mamadi Doumbouya, le nouvel homme fort du pays, la nomination d’un Premier ministre et d’un gouvernement.

Interrogé par un journaliste de Guineematin.com sur le retard de la nomination d’un Premier ministre, le leader de l’Union pour une Guinée nouvelle (UGN), Dr Diao Baldé, estime qu’il est plus qu’urgent de résoudre cette question.

« Du moment où le pays a connu un brusque changement, salué aussi bien par l’opinion nationale que l’opinion internationale, il est urgent d’accélérer la mise en place des organes de la transition. Et en premier lieu, il faut penser à nommer le Premier ministre dont le poste et le rôle sont prévus dans la Charte de la transition. Le pays fonctionne au ralenti ; et, tous les projets et programmes de développement sont en stand-by », a expliqué le Président de l’UGN.

Ce membre de l’ANAD conseille le Colonel Mamadi Doumbouya de résoudre cette question qui pénalise le pays.

D’ailleurs, au sein de l’opinion, plusieurs noms sont cités comme préministrables et perçus comme de personnes capables d’appuyer le Colonel Mamadi Doumbouya et le CNRD dans la conduite d’une transition apaisée et inclusive. Parmi eux, figurent en bonne place Thierno Yaya Diallo, président du parti Guinée moderne, une formation politique membre de l’ANAD (Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie). Âgé de 45 ans, le jeune leader politique guinéen connait bien la géopolitique du monde pour avoir été pendant plus de 20 ans fonctionnaire à l’ONU et dans le secteur privé international.

On parle aussi d’Abdoulaye Yéro Baldé, banquier, universitaire et ancien ministre de l’enseignement supérieur, (poste qu’il a démissionné pour dénoncer le 3ème mandat), Mohamed Béavogui, ancien fonctionnaire international, Ousmane Gaoual Diallo, ancien député, membre de l’UFDG et ancien détenu politique, Kéamou Bogola Haba, membre de l’ANAD et ancien détenu politique ou encore Gassama Diaby, ancien ministre de la réconciliation nationale, démissionnaire du gouvernement de Kassory Fofana.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Premier ministre de transition : ce qui milite en faveur de Bogola Haba

6 octobre 2021 à 16 04 03 100310
Kéamou Bogola Haba

Kéamou Bogola Haba, c’est l’une des personnalités citées pour occuper le poste de Premier ministre de la transition en Guinée. Ces derniers jours, son nom revient de plus en plus dans les débats sur ce sujet qui focalisent actuellement les attentions en Guinée. Mais pourquoi son nom figure-t-il sur cette liste des potentiels chefs du gouvernement qui va diriger le pays pendant cette période transitoire ? Qu’est-ce qui milite en sa faveur ? C’est bien sûr son riche parcours, dont Guineematin.com vous propose ci-dessous un résumé très succinct.

Âgé de 46 ans, Kéamou Bogola Haba a une riche carrière qui fait de lui un potentiel Premier ministre. De 2002 à 2019, il a occupé plusieurs fonctions au sein du groupe Nestlé en Guinée, au Burkina Faso, au Cameroun et au Ghana. Depuis 2019,  il est membre du conseil des experts du groupe Gerson Lehrman Group (GLG) et autres ; fondateur et président du Conseil d’administration de l’entreprise LABENIE GROUP S.A.S.U ; volontaire social pour la mise en place de services sociaux partagés pour plusieurs organisations sociales et politiques de conduit du changement.

Sur le plan politique, il a été successivement premier vice-président du parti NFD ; président puis président d’honneur du parti UGDD ; porte-parole de la Troisième Dynamique (3D) ; secrétaire exécutif de l’UNAD ; membre de l’ANAD, dont il est le président de la commission communication. Il fut l’une des figures de proue de la lutte contre le troisième mandat du président Alpha Condé. Lutte qui l’a conduit en prison, où il est resté sans jugement jusqu’à la prise du pouvoir par le CNRD.

En plus de sa riche expérience dans le monde des affaires et dans le domaine politique, et son carnet d’adresse bien garni, Kéamou Bogola Haba est reconnu aussi pour les valeurs qu’il défend : la justice, l’intégrité, la confiance, le respect de la parole donnée, le travail d’équipe, l’obligation de résultat… Autant de facteurs qui militent en sa faveur dans le choix du Premier ministre qui va diriger le gouvernement de transition.

Alpha Diallo Guineematin.com

Tél. : 628 12 43 62

Lire

Premier ministre de transition : Thierno Yaya Diallo, le candidat idéal ?

6 octobre 2021 à 15 03 58 105810
Thierno Yaya Diallo, président du parti Guinée moderne

En plus de la durée de la transition, l’identité du Premier ministre qui va diriger le gouvernement de transition focalise actuellement les attentions en Guinée. Sur ce dernier point, plusieurs noms circulent depuis quelques semaines. Et parmi eux, figure Thierno Yaya Diallo, le président du parti Guinée moderne.

Guineematin.com vous propose ci-dessous un bref résumé de son élogieux parcours, qui fait de lui un candidat idéal.

Thierno Yaya Diallo est le président du parti Guinée moderne, une formation politique membre de l’ANAD (Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie). Âgé de 45 ans, le jeune leader politique guinéen connait bien la géopolitique du monde pour avoir été pendant plus de 20 ans fonctionnaire à l’ONU et dans le secteur privé international. Son âge est un avantage, eu égard à la vaste mission attendue de ce régime de transition, dont les attentes sont si nombreuses qu’elles demandent l’énergie et la vivacité d’un âge médian, d’une présence physique et intellectuelle capable de piloter les projets d’une nouvelle ère. En ce sens, le profil de Thierno est un avantage.

Mais, Thierno Yaya Diallo n’est pas seulement avantagé par ses années de vie, il l’est encore plus par ses compétences et son expérience internationale. En effet, pendant ces 15 dernières années, le leader du parti Guinée moderne a été partout où les crises sociales, les fractures ethniques et les problèmes de hiérarchie ont pris feu pour y apporter solution au nom de la diplomatie internationale, pour ensuite les accompagner dans le processus de réhabilitation et de réconciliation, ou alors le processus de reconstruction d’un État de droit. C’est ce qu’il a fait dans plusieurs pays.

La caractéristique d’un tel profil, nourri par les institutions internationales, est l’intransigeance face à la corruption et aux gabegies financières. Thierno Yaya est sans doute de ces cadres qui font de la rigueur leur nature. Autre point important, ce candidat au poste de premier ministre connait les armées pour avoir accompagné les soldats de l’ONU dans les espaces de conflits, il a cohabité avec ceux-là, connait leur psychologie, tout en ayant un pied dans le cercle des citoyens civils. En d’autres termes, Thierno peut être une passerelle entre les militaires et les civils.

Alpha Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 12 43 62

Lire

Mohamed Béavogui : le futur Premier ministre de transition ?

6 octobre 2021 à 15 03 05 100510
Mohamed Béavogui

Depuis la prise du pouvoir par le CNRD (la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé), le nom de Mohamed Béavogui est cité avec plusieurs autres pour occuper le poste de Premier ministre de la transition. Peu connu au sein de l’opinion publique guinéenne, l’homme a l’avantage d’avoir une carrière internationale très enviable, qui fait de lui un potentiel chef du gouvernement de la transition.

Né le 15 août 1953, à Porédaka (Mamou), Mohamed Béavogui est le neveu de Diallo Telli (premier secrétaire général de l’OUA, devenue aujourd’hui l’Union africaine). Diplômé en construction mécanique et engins de mines de l’Université Polytechnique de Leningrad (actuellement Saint Petersburg, Russie) et de la prestigieuse Kennedy School of Governement de l’Université Harvard, aux États-Unis, il a travaillé pendant quelques années au compte de la fonction publique guinéenne, avant d’entamer sa longue et riche carrière internationale.

De 1982 à 1986, il a servi à Ibadan, au Nigeria, après avoir remporté un concours des Nations unies pour le poste d’ingénieur au centre africain régional de design et d’ingénierie. En 1986, il est recruté par la FAO comme conseiller technique puis senior chargé de programme, basé à Bujumbura, Burundi. En 1992, il est muté au siège de la FAO à Rome où il devient chargé de programme senior au siège social. 

En 1994, Mohamed Béavogui devient gestionnaire senior d’un portefeuille de projets du Bureau de l’ONU pour les services d’appui aux projets. Grâce à son travail satisfaisant, il est bombardé directeur régional de l’Agence en 1998 avec siège à Abidjan. Il coordonne les projets dans la sous-région et s’assure qu’ils sont délivrés à temps et dans les normes. En 2001, c’est le Fonds International de Développement de l’Agriculture (FIDA) qui le recrute comme directeur régional des opérations de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, puis directeur du partenariat et de la mobilisation des ressources en même temps conseiller du président de la FIDA. 

En 2014, Mohamed Béavogui est choisi pour diriger l’organisme continental africain autonome dénommé Mutuelle panafricaine de gestion de risques. Depuis janvier 2015, le Guinéen est basé à Johannesbourg, Afrique du Sud, où il occupe les fonctions de directeur général de l’Agence africaine de renforcement des capacités. Après la grève générale de 2007, il était l’une des quatre personnalités proposées au président Lansana Conté pour occuper le poste de Premier ministre. Poste qui était finalement revenu à Lansana Kouyaté.

Alpha Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 12 43 62

Lire

ALERTE : MENACE CONTRE L’INDEPENDANCE DES MAGISTRATS EN GUINÉE

6 octobre 2021 à 15 03 01 100110
Me Thierno Souleymane Baldé, avocat

L’Institut de Recherche sur la Démocratie et l’Etat de Droit (IRDED) constate avec regret des commentaires désobligeants de certains acteurs de la justice et des citoyens contre le vaillant Juge Charles Wright relatifs à l’enregistrement audio rendu public par la radio espace FM dans son émission des GG du 5 octobre 2021. 

L’IRDED rappelle que cet enregistrement a été fait dans le seul objectif d’avoir des éléments de preuve en cas d’atteinte à l’intégrité physique de son auteur afin d’éviter une situation comme celle de l’affaire Chebeya/Bazana au Congo Kinshasa où les autorités de l’époque ont fait croire qu’il a été assassiné pour un problème des mœurs alors que nous savons maintenant la vérité des faits. 

Les personnes qui doivent être blâmés et sanctionnés à la hauteur de leur forfaiture sont ceux qui ont envoyé nos concitoyens innocents en prison, brisé des familles entières, cautionné l’injustice, violé leur serment d’appliquer et de faire appliquer la loi, rien que la loi. 

Nous devons, tous, homme et femme de Guinée, dénoncer ces pratiques arbitraires et malsaines qui détruisent des vies, garantissent l’impunité aux cadres corrompus, aux ennemis de la démocratie et de l’Etat de droit. C’est à ce prix que ceux qui rendent justice objectivement au nom du peuple de Guinée auront le courage et la détermination de veiller aux respects de nos droits fondamentaux sans aucune considération politique, ethnique ou régionale. 

Le silence n’est pas une option dans cette situation. Nous devons tous déterminer notre position, soit celle de défendre la justice ou la complaisance face à l’injustice et l’arbitraire. C’est cela qui va soit encourager les magistrats intègres à défendre la vérité ou de démissionner face aux pressions d’une élite égoïste qui essaye à tout prix de préserver ses intérêts et avantages liés à la conservation du pouvoir. Toutes les personnes de bonne volonté, éprises de paix et justice doivent dénoncer ces actes, car ils constituent une violation flagrante des dispositions des lois de la république. 

L’IRDED interpelle les autorités publiques, les partis politiques, l’opinion nationale et internationale, les institutions et organisations nationales et internationales, les organisations de défense des Droits Humains, les associations de presse… sur cette tentative de musellement d’un Juge intègre et exige des actions concrètes et immédiates pour garantir l’indépendance des magistrats. 

L’IRDED qui a pour objectif la promotion de la démocratie et de l’Etat de droit dont l’indépendance des magistrats constitue une condition essentielle, ne reculera pas dans son noble combat pour une Guinée juste, démocratique, unie et prospère. 

Conakry, le 6 octobre 2021 

Le Bureau Exécutif 

Me Thierno Souleymane BALDE

Lire

Assurance : NSIA et MTN lancent le service NSIA SONOYA

6 octobre 2021 à 13 01 50 105010

La compagnie d’assurance NSIA et la société de téléphonie mobile MTN ont lancé hier, mardi 5 octobre 2021, à Kaloum, NSIA SONOYA, un service permettant aux abonnés MTN de souscrire à l’assurance de leurs véhicules ou à une assurance voyage, rapporte un journaliste de Guineematin.com. 

Les abonnés MTN, qui disposent d’un compte mobile money, peuvent souscrire à NSIA SONOYA sans se déplacer et recevoir le contrat en 2 heures dans Conakry et environs. Pour souscrire à ce service, il suffit d’enregistrer le numéro 666181282 qui dispose d’un compte WhatsApp et dire bonjour, ensuite suivre les instructions. Dès la fin de la souscription, le demandeur recevra le contrat par un agent de NSIA. 

« NSIA SONOYA c’est un produit de NSIA assurance qu’on a mis sur place pour permettre à nos différents clients de ne pas se déplacer, de souscrire à distance. C’est un produit fait via internet. Partout où le client se trouve, il peut souscrire. Ça lui permet d’éviter les embouteillages, la distance et de faire la queue en agence. C’est pour permettre au client d’avoir son contrat là où il veut et quand il veut.  NSIA et MTN ne sont plus à présenter. Ce sont deux grandes sociétés. On a ensemble décidé de mettre en place ce service via un partenariat pour vendre nos produits. Pour utiliser le service, il suffit d’enregistrer le numéro 666181282 au nom de NSIA SONOYA, un robot va vous guider, il va vous demander la copie de la carte grise si c’est pour l’assurance automobile et la copie du passeport si c’est pour l’assurance voyage. Une fois que cela est fait, il vous demandera le numéro payeur et le numéro où on doit déposer le contrat. Dès que le payement est fait nous on reçoit un message pour nous dire que vous avez effectué un payement pour votre assurance automobile ou assurance voyage que vous recevez dans maximum 2heures. Ça dépendra de l’endroit où la personne est située », a révélé Madame Boiro Hawa Diallo, chargée de ce nouveau service à NSIA assurance. 

Pour le représentant de MTN au lancement du produit, ce service va faciliter la tâche aux abonnés MTN de pouvoir accéder facilement à l’assurance « Nous rentrons dans un monde digital. WhatsApp est un moyen technologique qui est utilisé pratiquement par tous les utilisateurs d’internet. A travers çà, le client pourra interagir avec l’application NSIA SONOYA qui va leur permettre d’envoyer tous les éléments nécessaires afin de pouvoir effectuer un payement à travers MTN mobile money et se faire livrer son contrat d’assurance automobile ou assurance voyage », explique Djibril Thiam, responsable de MTN mobile money.  Le service NSIA SONOYA est déjà disponible et fonctionne depuis quelques jours.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com 

Tél. : 669681561

Lire

Grâce présidentielle en faveur des détenus: Me Hamidou Barry loue les efforts du CNRD

6 octobre 2021 à 13 01 36 103610
Maitre Hamidou Barry, président de la coalition guinéenne de la Cour Pénale internationale

Le président de la coalition guinéenne de la Cour Pénale internationale, Me Hamidou Barry, a loué les efforts du Colonel Mamadi Doumbouya, tombeur d’Alpha Condé, dans la décrispation du climat sociopolitique guinéen, constate un journaliste de Guineematin.com 

« Permettez-moi de remercier le CNRD, parce que depuis la prise du pouvoir par l’armée, le CNRD est en train de poser des actes qui sont salutaires, donc il faut reconnaître cela », a déclaré Me Barry devant la maison centrale Conakry où il a assisté à la libération de détenus ayant bénéficié d’une grâce présidentielle du Colonel Mamadi Doumbouya, le nouvel homme fort du pays à l’occasion du 63e anniversaire de l’indépendance guinéenne. 

« Je crois que c’est la deuxième fois qu’on vient à la Maison Centrale ici pour assister à la libération de détenus. Aujourd’hui encore c’est un sentiment de satisfaction, de soulagement ; c’est comme si vous m’aviez enlevé dans l’enfer pour me mettre dans le paradis. Parce que j’ai des clients qui ont mis du temps ici », ajoute-t-il, avant de remercier les nouvelles autorités et les médias qui ont accompagné le Front national pour la défense de la constitution dans son combat contre le troisième mandat du président déchu.

Le président de la coalition guinéenne de la Cour Pénale internationale a indiqué qu’on ne peut pas gracier tout le monde, parce qu’il y a des détenus de droit commun dont certains ont commis des viols, des meurtres ou des assassinats. Toutefois, il a souhaité pour ces derniers aussi de bénéficier d’une grâce présidentielle lors d’une prochaine fête nationale.

Amadou Diarouga Baldé pour Guineematin.com

Lire

Indépendance guinéenne : les dessous si fascinants

6 octobre 2021 à 13 01 08 100810
Halimatou Baldé

L’indépendance guinéenne est généralement racontée de façon brève et généraliste bien qu’étant particulière dans tous les sens. Pourtant, il est nécessaire voir indispensable d’expliquer le miracle par lequel la Guinée avait réussi à emprunter un chemin particulier parmi une dizaine de colonies françaises et s’en sortir gagnante, car aucune goutte de sang ne coula, ni de maquis ni d’exilés sur son territoire. Il est primordial de comprendre comment la Guinée réussit là où le Cameroun et le Niger eurent échoué.

Sachez que cela fut possible grâce à la grandeur d’âme dont fut preuve ces 3 hommes : Ahmed Sékou Touré, Barry Diawadou et Ibrahima Barry 3, leaders politiques de l’époque.

Bien qu’étant leader du parti majoritaire PDG, Sékou s’était privé de jouer la carte de l’orgueil et du mépris des partis minoritaires (BAG, DSG), en ne se fiant qu’au poids de son parti. Il avait tendu la main avec humilité à ses adversaires politiques pour aller vers une indépendance consensuelle et apaisée.

Quant à Diawadou Barry, il refusa de céder aux alléchantes offres de la métropole et de faire jouer sa position de privilégiée devant la métropole : ancien combattant, l’un des premiers députés à l’assemblée française, ancien fonctionnaire. D’ailleurs, faisant preuve de bonne foi pour faciliter l’indépendance, il renonça à ses primes dues à son rang. Il mit la patrie au-dessus de son adversité avec AST en acceptant l’unité vers l’essentiel.

Barry 3, bien qu’étant fougueux et toujours sûr de lui, il emprunta la même direction pour la cause commune. Il refusa de s’inscrire dans une logique de choisir le chao que l’arrivée d’un adversaire politique au sommet une fois l’indépendance obtenue.  

C’est ainsi, que de leur entente la Guinée échappa aux scénarios nigérian et camerounais. Ce qui a permis notre indépendance d’être apaisée malgré le chemin singulier (Indépendance immédiate) qu’avait emprunté la Guinée parmi les colonies de l’AOF et l’AEF. Pour toujours continuer dans cette élogieuse direction, après indépendance ils formèrent un gouvernement d’union nationale, qui était rare à leur époque. Même si la suite ne fut agréable, nous ne devons occulter cet élément de notre histoire sous aucun prétexte. Que les pages sombres de la période post-indépendance ne soient un alibi pour gommer cette phase ni pour tronquer notre histoire commune. Surtout prenons cet exemple au quotidien pour faire avancer notre Guinée. 

Vivement une nouvelle réconciliée avec elle-même où chanter leurs noms ou les mettre ensemble, n’irritera et ne blessera aucun compatriote.

Gloire au peuple de 1958 à qui l’honneur revient en premier ressort car il rendit l’indépendance effective par les urnes avec un score soviétique.

Hommages aux compagnons de l’indépendance sans exception. Mention spéciale à Ahmed Sékou Touré, Barry Diawadou et Barry 3.

Halimatou Baldé

Halimatou Baldé, Professeure d’Histoire au secondaire et écrivaine

Lire