Les manifestations initiées par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le 3ème mandat pour Alpha Condé ont endeuillé des dizaines de familles en Guinée, particulièrement dans la commune de Ratoma. C’est pour dénoncer ces assassinats ciblés que la mairie de Ratoma, épicentre de la féroce répression des forces de l’ordre, est sortie de son assourdissant silence ce samedi, 1er février 2020. A travers une conférence de presse, le maire Issa Soumah demande l’ouverture d’enquêtes pour retrouver les auteurs de ces crimes odieux, a constaté sur place Guineematin.com à traves un de ses reporters.

Plus de trente personnes ont été tuées depuis le 14 octobre 2019 suite aux manifestations organisées par le FNDC contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. C’est face à ces tueries, qui ciblent singulièrement la commune de Ratoma, que le maire Issa Soumah a brisé le silence ce samedi. « Il faut que l’Etat ouvre une enquête pour arrêter les auteurs de ces crimes odieux contre la population de Ratoma parce que nous ne pouvons pas comprendre qu’à chaque fois qu’il y a des marches pacifiques de l’opposition, ce sont les habitants de ma commune qui tombent sous les balles des forces de l’ordre. Et, le plus aberrant, c’est que ce gouvernement ne fournit aucun effort pour rendre justice à ces personnes tuées par balles par ces agents de sécurité. Il faut que l’Etat épingle les auteurs de ces tueries à Ratoma ».

Poursuivant, le conférencier a dénoncé l’impunité accordée aux agents qui s’introduisent dans les quartiers et les domicilies privés de la commune de Ratoma pour y commettre des exactions. « Ce qui est grave dans ces exactions perpétrées contre la population de la commune de Ratoma lors de ces protestations du FNDC, c’est que les forces de l’ordre, censées protéger nos habitants, se livrent à des jeux de barbarie, en se permettant de pénétrer dans les quartiers et même dans les concessions pour aller s’attaquer aux paisibles citoyens chez eux . C’est extrêmement grave. Il faut que cela s’arrête immédiatement. Nous les premiers responsables de cette commune, nous sommes indignés par ces barbaries de ces forces de l’ordre sur notre population. Donc, nous exigeons sans délai au gouvernement de rendre justice aux 134 personnes tuées lors de ces manifestations politiques », a lancé Issa Soumah.

Pour y arriver, le maire de Ratoma dit avoir saisi les autorités. « Pour cela, nous avons adressé un courrier au gouverneur de la ville de Conakry dans le but de prendre des dispositions draconiennes pour appréhender ces forces de l’ordre qui se permettent de tuer ces paisibles citoyens de Ratoma, pour que plus jamais ça dans ma commune », a-t-il martelé.

De son côté, le 1er vice-maire de la commune de Ratoma, Alpha Oumar Sacko, a indiqué que d’autres initiatives seront prises pour freiner cette descente aux enfers des populations de Ratoma. « Nous serons obligés de faire des marches blanches dans notre commune, une manière de mettre une pression sur le gouvernement pour qu’une enquête soit ouverte dans le but de traquer ces agents de sécurité qui tirent à balles réelles sur notre population de Ratoma, parce que trop c’est trop », a martelé monsieur Sacko.

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tél: 661 74 99 64

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin