Le procès de Mamadou Saliou Barry, ancien comptable de l’Office Guinéen des Chargeurs (OGC), s’est poursuivi hier, lundi 16 mars 2020, au tribunal de première instance de Kaloum. Cette audience a été marquée par la comparution à titre de témoin, d’Ibrahima Sorel Sankhon, ancien directeur général adjoint de l’OGC. Ce dernier a chargé ses ex collaborateurs impliqués dans ce dossier, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters qui était sur place.

Selon le témoin, lorsqu’il a découvert les faits de détournement de deniers publics dont se rendaient coupables l’ancien directeur général de l’Office Guinéen des Chargeurs, Sékou Camara, en complicité avec son comptable, Mamadou Saliou Barry, il a attiré leur attention sur ces agissements, sans suite favorable. « Je travaillais avec messieurs Sékou Camara et Mamadou Saliou Barry, respectivement directeur général et agent comptable. A un moment donné, j’ai constaté des dysfonctionnements au sein de la boite dus à des sorties de montants non conformes aux dépenses.

J’ai adressé des courriels à la banque centrale où est domicilié notre compte pour des relevés de paiement. Ces relevés ont aussi confirmé mes soupçons. J’ai alors attiré l’attention du directeur et du comptable à travers des lettres que je leur ai adressées. Ces lettres sont restées sans suite et la pratique a continué. Je suis même allé voir le directeur pour lui demander si le comptable n’avait pas imité ou falsifié sa signature, je n’ai eu aucune réponse », a expliqué l’actuel DGA du Conseil Guinéen des Chargeurs (CGC).

Poursuivant, il a souligné que c’est cette procédure de dénonciation qui a abouti à l’envoi d’une mission d’inspection, dépêchée par le président de la République, à l’OGC. « J’ai distillé des lettres un peu partout, j’ai même envoyé une lettre au président de la République. Un jour maintenant, suite à une crise que le pays connaissait, un certain nombre de cadres avaient été appelés à la présidence. Après les échanges, le président m’a approché pour demander la situation à l’OGC.

Je lui ai expliqué clairement la situation, il m’a donc demandé de faire l’état des lieux dans une nouvelle lettre que j’ai déposée à son niveau. Avant d’envoyer cette lettre que le président m’avait demandée, je suis venu voir le directeur et le comptable pour les informer de la mission dont le président venait de me charger. Encore une fois, ils n’ont pas réagi, et moi j’ai déposé la lettre à qui de droit. C’est alors que nous avons vu une mission d’inspection quelques jours plus tard », soutient-il.

Ce témoignage a visiblement dérangé les avocats de la défense, qui n’ont pas laissé le témoin aller au bout de ses explications. Cette situation a entraîné une chaude discussion entre les avocats et le témoin. N’arrivant plus à maîtriser la situation, le président du tribunal audiencier a été contraint de renvoyer l’affaire au 30 mars prochain pour la suite des débats.

A noter que Sékou Camara, l’ancien directeur général de l’Office Guinéen des Chargeurs, a comparu également à titre de témoin dans cette affaire. Ce dernier a déjà été condamné par le tribunal de Kaloum avant d’interjeter appel de la décision. Son dossier est pendant devant la Cour d’Appel de Conakry.

Mamadou Saliou Barry, le prévenu dans cette affaire, avait aussi été condamné par défaut par le même tribunal de première instance de Kaloum, en 2017, alors qu’il était à l’étranger. A son retour au pays, il a saisi la juridiction pour demander la réouverture de son procès afin qu’il puisse s’expliquer sur ce qui lui est reproché.

Alsény KABA pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin