Sénégal : un deuxième cas de Coronavirus confirmé à Dakar

3 mars 2020 à 23 11 03 03033

Le Sénégal a enregistré son deuxième cas de Coronavirus. Après celui d’hier, un autre français a été testé positif ce mardi, 03 mars 2020, à Dakar. L’annonce a été faite par le ministère sénégalais de la Santé et de l’Action sociale, à travers un communiqué relayé par des médias du pays.

Lire

Télimélé : deux partisans du FNDC arrêtés nuitamment et écroués

3 mars 2020 à 22 10 28 03283

De nouvelles arrestations dans les rangs du Front National pour la Défense de la Constitution. Deux partisans de la structure opposée à un troisième mandat pour le président Alpha Condé ont été mis aux arrêts et incarcérés à Télimélé. Les raisons de leurs interpellations ne sont pas encore connues, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

Deux opposant arrêtés à N’Zérékoré : « ils sont arrivés au camp de Soronkoni »

3 mars 2020 à 20 08 09 03093

Mamadou Maladho Diaouné, chargé des affaires électorales de l’UFDG à N’Zérékoré

Les deux membres de l’UFDG arrêtés la semaine dernière à N’Zérékoré ont été transférés au camp de Soronkoni, à Kankan. L’annonce a été faite ce mardi, 03 mars 2020, par les responsables locaux du principal parti d’opposition du pays, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Selon Mamadou Maladho Diaouné, le chargé des affaires électorales de l’UFDG à N’Zérékoré, Mamadou Aliou Barry et Ibrahima Bah sont arrivés dans ce camp, où de nombreux opposants à un troisième mandat pour le président Alpha Condé seraient embastillés et torturés.

« Nos hommes sont arrivés à Soronkoni, ils ont fait escale à Faranah, avant de continuer à Kankan. C’est très compliqué. On les a torturés d’abord au camp militaire de N’Zérékoré avant de les emmener là-bas. Aujourd’hui, leurs familles n’ont aucune nouvelle d’eux. C’est très regrettable pour un Etat qui se dit démocratique », a déploré l’opposant.

Les deux partisans de l’UFDG ont été arrêtés le jeudi, 27 février 2020, dans la commune urbaine de N’Zérékoré. Selon leur formation politique, ils ont été conduits au camp militaire de de la ville où ils ont subi toutes sortes de tortures, avant d’être déportés au redoutable camp de Sorononi. Les proches des deux hommes sont fortement préoccupés de leur sort.

De N’Zérékoré Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Lire

Meurtre d’un policier à Wanindara : 7 accusés à la barre du tribunal de Dixinn

3 mars 2020 à 19 07 26 03263

Des policiers déployés pour assurer le maintien d’ordre à Wanindara

Les violentes manifestations politiques en Guinée ont entrainé de nombreux cas de morts qui n’ont jamais été élucidés. Mais, l’assassinat du brigadier-chef Bakary Camara le 08 novembre 2018, au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma, a inspiré la justice guinéenne. Le procès de sept (7) accusés dans ce dossier s’est ouvert ce mardi, 03 mars 2020, au tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la mairie de Ratoma.

Lire

Interdiction de l’importation par voie terrestre : les prix de certains produits s’envolent à Conakry

3 mars 2020 à 17 05 02 03023

La fermeture des frontières terrestres aux importations continue de jouer sur le quotidien des Guinéens, entraînant une hausse généralisée des prix de nombreux produits. Les commerçants du grand marché de Madina, dans la commune de Matam, sont aujourd’hui désemparés avec de nombreux produits de consommation courante qui commencent à manquer, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Venue d’experts de la CEDEAO en Guinée : ce qu’en disent certains citoyens de Conakry

3 mars 2020 à 15 03 10 03103

Sauf changement de dernière minute, les trois experts dépêchés par la CEDEAO, vont arriver ce mardi, 03 mars 2020, à Conakry. Cette mission de l’organisation sous régionale vient procéder à l’audit du contesté fichier électoral et apporter son expertise à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Mais avant même son arrivée, la mission suscite déjà une polémique au sein de la classe politique guinéenne.

Si certains saluent la venue de ces experts, d’autres la désapprouvent en récusant l’un des membres de la délégation jugé très proche du président Alpha Condé. De leur côté, quelques citoyens de Conakry, interrogés par un reporter de Guineematin.com se félicitent de la venue de cette mission et espèrent qu’elle permettra de résoudre la crise politique actuelle en Guinée.

Lire

Dr Édouard Zoutomou : la mission de la CEDEAO « n’a vraiment pas sa raison d’être »

3 mars 2020 à 14 02 11 03113

Avant même son arrivée en Guinée, la mission d’experts déployée par la CEDEAO pour auditer le fichier électoral guinéen suscite une vive controverse dans le pays. Les partis d’opposition, qui contestent la fiabilité de ce fichier, trouvent inopportun de procéder à un nouvel audit du fichier électoral, dont « les insuffisances sont connues de tous ». C’est le cas de l’Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès (UDRP).

Lire

Porto tué au couteau à Bambéto : le tribunal de Dixinn libère sa femme, Mariama Diallo

3 mars 2020 à 12 12 59 03593

La nouvelle de l’assassinat du jeune Alpha Amadou Diallo, connu sous le nom de Porto, en février 2019 à Bambéto, dans la commune de Ratoma, avait suscité l’émoi par son caractère cruel. Accusée d’avoir « égorgé », son mari, Mariam Diallo a été finalement libérée ce mardi, 3 mars 2020, par le tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la mairie de Ratoma.

Lire

Arrivée d’experts de la CEDEAO en Guinée : « ça va permettre de pousser un ouf de soulagement »

3 mars 2020 à 12 12 33 03333

La venue de trois experts de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en Guinée, ce mardi 3 mars 2020, pour se pencher sur le contesté fichier électoral suscite beaucoup de commentaires. Dans les rangs des partis politiques engagés dans la course pour les élections législatives, cette annonce de la CEDEAO est perçue comme une bonne initiative qui va permettre l’assainissement du fichier électoral et la sortie de l’impasse.

Lire

Mission de la CEDEAO en Guinée : Sila Bah trouve insuffisant le délai imparti aux experts

3 mars 2020 à 12 12 18 03183

Comme annoncé précédemment, trois experts de la CEDEAO sont attendus à Conakry ce mardi, 03 mars 2020. Ils viennent procéder à l’audit du fichier électoral contesté par l’opposition et apporter leur expertise pour son toilettage. Mais avant même son arrivée, cette mission de l’organisation sous régionale suscite de nombreuses réactions au sein de la classe politique guinéenne.

Lire

Audit du fichier électoral par des experts de la CEDEAO : ce qu’en dit Jacques Gbonimy

3 mars 2020 à 11 11 09 03093

Le fichier électoral guinéen est l’une des pommes de discorde entre le régime du président Alpha Condé et l’opposition. C’est pour apurer ce fichier que la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) a annoncé l’envoi de trois experts informaticiens pour assister la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) dans ce sens.

Lire

Arnaque à l’Ecobank de Kankan ? Les deux agents inculpés, remis en liberté

3 mars 2020 à 10 10 52 03523

Deux agents de l’agence d’Ecobank Kankan sont inculpés dans une affaire d’abus de confiance portant sur la somme de 36 millions de francs guinéens au détriment de dame Assetou Kourouma, vendeuse de poisson. Après avoir été mis sous mandat de dépôt après audition, Ansoumane Camara et Louis Lamah ont été remis en liberté le vendredi 28 février 2020.

Lire

Faux-fuyant de la CEDEAO : le 3ème mandat d’Alpha Condé sauvé ?

3 mars 2020 à 10 10 25 03253

Après le report du double scrutin, les Guinéens ont poussé un ouf de soulagement. Le pire a été évité de justesse. Mais, l’opposition et le FNDC restent prudents. Ils savent qu’en cédant devant la demande de la communauté internationale, leur adversaire a incontestablement marqué des points. S’il est toujours perçu comme le principal auteur de la crise avec sa nouvelle constitution et ses élections qui excluent les principaux partis de l’opposition, en revanche son acceptation de la demande de ses pairs le présente désormais en homme de dialogue.

Lire

Lutte contre un 3ème mandat en Guinée : « le RPG-AEC a peur des méthodes qu’utilise le FNDC »

3 mars 2020 à 9 09 48 03483

Comme annoncé précédemment, le RPG Arc-en-ciel a animé une conférence de presse hier, lundi 02 mars 2020, à son siège, à Conakry. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, le parti au pouvoir s’est prononcé notamment sur le combat que le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) livre actuellement contre  un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Lire

Report des élections : « on était tous paniqués et étonnés », avoue Souleymane Keïta du RPG

3 mars 2020 à 9 09 32 03323

On n’en a pas fini avec les réactions suite au report des élections législatives et du référendum constitutionnel qui étaient prévus pour se tenir le 1er mars 2020, en Guinée. Jusque-là silencieux sur le sujet, le RPG Arc-en-ciel a enfin donné son avis sur cette décision du président de la République. Le parti au pouvoir s’est fait entendre au cours d’une conférence de presse animée à son siège national à Conakry, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Selon Souleymane Keïta, coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel et conseiller chargé de mission à la présidence de la république, ce report inattendu des élections a été étonnant et douloureux pour les responsables et militants du parti au pouvoir. « Depuis le lancement de la campagne électorale, nous avons battu campagne sur le principe que nous allons aux élections le 1er mars. Et croyez-moi, le RPG en tant que parti compétiteur, avait pris toutes les dispositions pour être au rendez-vous le 1er mars.

Lorsque nous avons appris le report des élections à travers cette adresse à la nation du président de la République, à moins qu’on ne veuille pas être francs, on était tous paniqués et étonnés. Parce que quand vous avez déployé vos missionnaires sur le terrain, vous avez formé les délégués des bureaux de vote, tous les derniers réglages étaient faits, ça (un report) fait de l’étonnement », a-t-il indiqué.

Mais, poursuit ce candidat aux prochaines élections législatives, le RPG Arc-en-ciel comprend bien cette décision et soutient le président Alpha Condé dans sa démarche. « Il peut arriver des moments où le président de la République est obligé de prendre ses responsabilités pour prendre des décisions qui engagent la vie de la nation toute entière. Et nous, en tant que parti politique de la mouvance, nous ne pouvons pas nous soustraire de cette vision du président à maintenir une Guinée en paix, qui se développe et qui est en harmonie avec ses valeurs et avec l’ensemble de ses fils.

Je peux vous garantir qu’au niveau du RPG, nous avons toujours été un parti républicain, un parti de démocratie. On ne fait pas de violence, on ne vole pas d’élections. C’est pourquoi nous sommes d’ailleurs enthousiastes d’accueillir les experts de la CEDEAO et de l’Union africaine, pour venir témoigner à la face du monde que ce qui se prépare en Guinée est bien une élection crédible, sincère et qui respecte les lois de la République », a dit Souleymane Keïta.

Abondant dans le même sens, l’ancien ministre des sports et actuelle coordinatrice générale adjointe de la campagne du RPG Arc-en-ciel, Domani Doré, a laissé entendre que ce report a été une surprise pour le parti au pouvoir. Mais, précise-t-elle, le RPG Arc-en-ciel a accepté cette décision du chef de l’Etat parce que le parti est attaché à la paix en Guinée. « Comment nous avons entendu ce report des élections ? Bien entendu, nous avons été surpris. Parce qu’au niveau du RPG Arc-en-ciel, nous étions radicalement en phase avec les dispositions qui nous incombaient en tant que parti politique en compétition. Mais, nous sommes attachés aux questions de paix. Le chef de l’Etat a rappelé que rien ne vaut ce que nous appelons un environnement pacifique, respectueux des opinions diverses.

Nous ne sommes pas contre une opposition qui ne partage pas notre façon de voir les choses, mais vous savez tous que lorsque nous souscrivons à la démocratie, nous sommes donc prêts à aller aux élections. Et, si l’opposition qui est au sein du FNDC estime qu’elle ne peut pas participer à ces élections, nous ne pouvons que leur rappeler que les prochaines élections sont ouvertes. Mais, pour le moment, nous avons les législatives et le référendum à organiser, de manière inclusive comme elles sont en ce moment. Le processus entamé doit arriver à sa fin », a indiqué Domani Doré.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com
Tel : 622 97 27 22

Lire