Une jeune femme est décédée dimanche matin, 16 mai 2021, à l’hôpital régional de Kankan, à la suite d’une fausse couche. Selon ses proches, la victime a été abandonnée par les médecins pour n’avoir payé un montant de 700.000 francs pour ses soins, a appris Guineematin.com à travers son correspondant sur place.

C’est dans la nuit du jeudi, 13 mai 2021, que Mariam Kandé, enceinte de trois mois, est tombée malade. Elle a été aussitôt admise à l’hôpital régional de Kankan. Mais, selon son mari, le caporal-chef Souleymane Camara, conservateur de la nature, la dame n’a pas bénéficié des soins nécessaires, parce n’ayant pas payé l’argent qui lui a été réclamé. C’est ainsi qu’elle a rendu l’âme à l’aube du dimanche, 16 mai 2021.

« Ma femme était enceinte de trois mois. Lorsqu’elle a eu un malaise le jeudi nuit, nous nous sommes rendus immédiatement à l’hôpital de Kankan. Après l’échographie, ils ont dit que ma femme est menacée d’avortement. On nous a prescrit des médicaments qu’on a achetés la même nuit. Le lendemain, vendredi, on a fait encore l’échographie, on nous a dit que le bébé n’a pas de problème. Donc, elle a continué à prendre les médicaments. Mais, avec tout ça, ça n’allait pas, elle avait toujours des douleurs.

Le samedi encore, on nous a dit d’aller faire une échographie. Après cela, on m’a dit que l’enfant est décédé et qu’il faut faire un lavement pour qu’on puisse nettoyer son ventre. Nous sommes venus à la maternité, et la femme qu’on a trouvée là-bas nous a dit de payer 700.000 GNF. Je lui ai dit de faire le travail, je vais payer l’argent. Elle a dit qu’elle ne peut pas faire le travail ce jour-là, d’attendre le lendemain (dimanche). La même nuit, la douleur s’est aggravée, je suis allé voir les médecins mais personne n’est venu s’occuper de ma femme.

De 23 heures à 5 du matin, elle se tordait de douleur. Finalement, elle a rendu l’âme à 5 heures. Ce n’est pas parce que je n’avais pas d’argent pour payer les 700.000 qu’on nous a réclamés. Mais j’ai un grand frère qui travaille là-bas, il a voulu m’aider en plaidant ses collègues de me faire une réduction. S’il n’était pas là-bas, j’allais donner l’argent pour qu’ils fassent le travail. Mais je ne voulais pas outrepasser ce que mon frère a dit. Et quand il a dit de diminuer le montant, les médecins ont abandonné ma femme », explique l’épouse de la défunte.

Joint au téléphone, Dr Mamady Souaré, médecin chef de la maternité de l’hôpital régional de Kankan, a laissé entendre qu’il n’est pas pour l’heure bien imprégné de cette situation. « Je n’ai aucune information puisque je n’ai pas travaillé aujourd’hui, mais j’ai un ami qui m’a appelé pour m’informer. Donc je suis en train de réunir les informations », a dit le médecin.

A noter que la victime, Mariame Kandé, était élève à l’école de santé de Kankan. Elle a rejoint sa dernière demeure ce dimanche 16 mai 2021. L’ONG AJDRAK (association des jeunes pour le développement de la région administrative de Kankan) menace porter plainte.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com