25 personnalités guinéennes ciblées par des eurodéputés : voici la réaction du gouvernement

18 mai 2021 à 19 07 17 05175

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, des députés européens ont rendu public la liste des 25 dignitaires du régime Alpha Condé qui sont menacées de sanctions pour des violences des droits de l’homme en République de Guinée. Peu après la publication de cette liste, les dignitaires concernés ont réagi au nom du Gouvernement.

En attendant de savoir la suite qui sera donnée à ce qui pourrait être le début de la déchéance (au moins diplomatique) de certains dirigeants de notre pays, Guineematin.com vous propose la réponse du Gouvernement, signée par son porte parole, Tibou Kamara, lui-même dans le viseur des protecteurs des droits humains…

Une liste de personnalités Guinéennes qu’un groupe de députés européens voudraient voir “sanctionner” par l’union européenne pour des faits loin d’être établis, circulent allègrement dans les médias, à des fins de propagande, certainement. Car, la réponse du Haut Représentant de l’institution européenne auquel la “requête” a été adressée est claire et explique sa position qui, loin d’être coercitive et dogmatique, rappelle la tradition de dialogue et de concertation entre l’Europe et la Guinée.

A ce jour, la Guinée poursuit les consultations habituelles et suivies avec son partenaire Européen par les canaux diplomatiques connus de tous. Et, comme il est de règle dans les relations internationales, chaque partie respecte la souveraineté de l’autre et reste aussi à l’écoute sans le moindre préjugé pour comprendre ses préoccupations et en tenir compte dans l’analyse de toutes les situations.

Dans toutes les démocraties, chacun est libre de ses convictions, a le droit d’exprimer ses opinions et d’avoir des sympathies politiques. L’État Guinéen croit à la liberté d’expression, même, avec les excès qui l’accompagnent.

Et, il ne peut assimiler les prises de positions des uns et des autres fractionnaires à un discours officiel ou aux décisions des États ou d’institutions internationales. Un amalgame volontaire pour distraire l’opinion publique ou laisser croire à des légitimités acquises.

La Guinée, est certes ouverte au monde et coopère avec tous les États et institutions internationales, mais demeure jalouse de son indépendance, chèrement acquise, et revendique comme tous les peuples du monde son droit à l’auto-détermination, à choisir son chemin et à décider librement de son destin.

L’État Guinéen, comme tous les États du monde, est engagé à défendre ses institutions, sa sécurité intérieure et extérieure dans le respect des libertés publiques et des Droits démocratiques. Une mission régalienne confrontée à de nombreuses tentatives et velléités de remettre en cause l’ordre constitutionnel et des visées de changements inconstitutionnels de régime.

Les violences déplorées au cours d’événements et de manifestations politiques en découlent et méritent d’être analysées sans passions ni stigmatisation systématique d’acteurs responsables et conséquents, érigés en bouc-émissaires parfaits pour être jeté en pâture à une opinion crédule ou de partenaires de bonne volonté. La vérité est à ce prix, la justice aussi.

Tibou Kamara,

Ministre D’État, Conseiller Spécial, Ministre de l’Industrie et des PME, Porte-parole du Gouvernement.

Fait à Conakry, le mardi 18 mai 2021

Lire

Sanctions de l’UE : voici la liste des 25 dignitaires du régime Alpha Condé ciblés par les eurodéputés

18 mai 2021 à 19 07 07 05075

Le Premier ministre guinéen et plusieurs membres de son gouvernement, des présidents d’institutions nationales, mais aussi des responsables des forces de défense et de sécurité, composent la liste de 25 dignitaires du régime Alpha Condé dans le viseur de 32 députés du parlement européen.

Ces eurodéputés ont transmis récemment les noms des personnalités concernées à la Commission européenne. Ils réclament des sanctions individuelles contre ces hauts responsables guinéens, accusés d’avoir joué un rôle dans les multiples cas de violations des droits enregistrées ces dernières années en Guinée.

Guineematin.com vous propose ci-dessous la liste complète des personnalités ciblées :

Lire

Trafic de drogue : plus de 2 tonnes de chanvre indien saisis à Kindia

18 mai 2021 à 18 06 29 05295

La saisie de cette quantité de stupéfiants a eu lieu hier, lundi 17 mi 2021, dans la sous-préfecture de Mambia. C’était lors d’une opération menée par la gendarmerie territoriale et la brigade de recherche de Kindia. Ces plus de deux tonnes de chanvre indien se trouvaient dans un camion en partance pour Conakry, rapporte un des correspondants de Guineematin.com dans la ville des agrumes.

Au total, ce sont 2.340 kilogrammes de chanvre indien qui ont été saisis par la gendarmerie. Le camion transportant cette quantité de stupéfiants était en provenance de la préfecture de Forécariah pour Conakry. Il a été intercepté à Fossikhouré, dans la sous-préfecture de Mambia (Kindia).

Amadou Diallo, procureur de Kindia

« C’est hier que notre parquet a été informé par le commandement de la compagnie de la gendarmerie territoriale de Kindia de la saisie d’un camion contenant une quantité importante de chanvre indien. Ce matin (mardi) nous nous sommes rendus dans cette unité pour voir la quantité saisie. C’est 2.340 kg soit 2 tonnes 340 kg.

Nous avons demandé à ce que les procédures se fassent dans un bref délai, parce qu’un présumé du nom d’Abdoulaye Sylla est arrêté. Et, toutes les personnes prises seront jugées », a indiqué Amadou Diallo, procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kindia.

Le procureur a aussi laissé entendre que « le camion dans lequel la drogue a été saisie sera confisqué au profit de l’État ».

A noter que le principal suspect dans cette affaire de trafic de drogue, Abdoulaye Sylla, se trouve actuellement dans les mains de la gendarmerie. Ses complices, eux, ont réussi à prendre la poudre d’escampette au cours de l’opération de saisie.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com
Tel: 628 516951

Lire

Labé : une nourrice tuée dans un accident de la circulation à Dionfo

18 mai 2021 à 18 06 06 05065

Un accident de la circulation a suscité tristesse et indignation ce mardi, 18 mai 2021, dans la sous-préfecture de Dionfo, préfecture de Labé. C’est un camion benne qui a percuté une moto avant d’écraser la tête d’une femme, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Labé.

L’accident s’est produit aux environs de 12 heures dans le district de N’Deylal, relevant de la sous-préfecture de Dionfo. Selon les témoins, c’est un camion benne transportant du sable, en provenance de Labé, qui a percuté une moto transportant quatre personnes. Lorsque ces personnes sont tombées, le véhicule a marché sur l’une d’entre elles, écrasant sa tête.

Il s’agit de Mme Assiatou Baldé, 25 ans, mère de trois enfants, dont un nourrisson qu’elle portait au dos, et qui a miraculeusement survécu. Elle se rendait dans son village, Hobhéré, dans la préfecture de Koubia pour dire au revoir à sa maman, avant de retourner auprès de son mari, en Côte d’Ivoire. Son corps a été transporté avec les autres passagers de la moto, qui sont blessés, à l’hôpital régional de Labé.

Choqués par ce drame, plusieurs habitants de Dionfo ont voulu lyncher le chauffeur du camion. Mais les services de sécurité sont intervenus pour les en dissuader. Le chauffeur se trouve actuellement dans les mains de la gendarmerie régionale de Labé pour des fins d’enquête, nous a confié le maire de la commune rurale de Dionfo, Elhadj Boubacar Baldé.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

INTEGRA : 25 JEUNES ENTREPRENEURS DE LABE ET PITA BENEFICIENT D’UN ACCOMPAGNEMENT DE 6 MOIS

18 mai 2021 à 17 05 50 05505

Le programme d’appui à l’intégration socio-économique des jeunes (INTEGRA), financé par l’Union européenne a procédé le lundi 03 Mai dernier, au lancement officiel du programme d’accompagnement de 25 jeunes entrepreneurs de 18 à 35 ans dont 11 femmes en présence de Mr Safioulahi BAH, Préfet de Labé. Durant 6 mois, ces jeunes entrepreneurs issus des préfectures de Labé et Pita bénéficieront d’un accompagnement technique et financier visant la structuration et le développement de leur projet.

Dans le cadre du parcours d’accompagnement mis en œuvre par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce sont au départ 80 jeunes de Labé et Pita qui ont été sélectionnés à la suite d’un appel à candidature pour une formation de trois jours sur l’idéation et la créativité entrepreneuriale réalisée au mois de mars dernier. INTEGRA a ensuite sélectionné 25 de ces jeunes pour une formation approfondie de 6 mois.

M. Safioulahi BAH, Préfet de Labé dans son intervention a tout d’abord félicité les sélectionnés avant de les encourager : « vous devez être fiers d’intégrer le parcours d’accompagnement des entrepreneurs mis en œuvre par le PNUD à travers le Programme INTEGRA. Nous croyons en vous et profitez de cette expérience pour réaliser votre rêve. L’ambition de faire de la Guinée, la locomotive de l’Afrique ne sera effective que grâce à votre implication. »

M. Elhadj Mamadou DIALLO, Coordinateur du programme INTEGRA au compte du PNUD est revenu sur les objectifs de ce programme : « Nous souhaitons à travers cette initiative, accompagner les projets qui sont porteurs, dotés d’un fort potentiel de succès. Ces jeunes entrepreneurs présents aujourd’hui ont fait preuve d’une assiduité et d’une témérité durant la phase de présélection. Les renforcements de capacité dont ils bénéficieront au cours de cet accompagnement permettront de booster durablement le développement de leur projet ».

M. Youssouf  Saran Donzo, Directeur National Adjoint de la Direction Nationale de l’Emploi des Jeunes, déclare quant à lui : « L’un de nos objectifs majeurs est la création de 100.000 entreprises viables, durables et compétitives. Cette volonté devient progressivement réelle d’une part, grâce à la mise en place de dispositifs techniques, réglementaires favorables à l’émergence et à la consolidation de l’entrepreneuriat des jeunes mais aussi, au soutien sans faille des partenaires au développement notamment le PNUD dans le cadre du programme INTEGRA.  »

Bakayoko Mamadou Malal, membre de la 1ère cohorte de Labé, fait part de son engagement : « Nous sommes conscients de l’opportunité qui nous est offerte et espérons qu’à travers cet accompagnement du programme INTEGRA nous réaliserons nos rêves respectifs et contribuerons à la création d’emplois pour nous et d’autres jeunes. Nous sommes résolument déterminés et engagés à réussir nos différents projets ».

A travers ce type de formation, INTEGRA a assuré depuis 2019, l’accompagnement technique de nombreux jeunes entrepreneurs sur l’axe Conakry-Labé. Certains de ces bénéficiaires ont reçu un fond d’amorçage leur permettant de démarrer ou dynamiser leur activité.

Le programme INTEGRA se veut une contribution pour amorcer de nouvelles dynamiques dans le développement socio-économique en Guinée. Financé par l’Union européenne au titre du Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique, INTEGRA crée des opportunités pour la jeunesse guinéenne à travers la préparation à la vie professionnelle dans les établissements scolaires, la réalisation d’infrastructures économiques, la formation professionnelle, la création d’emplois durables et le développement de l’entrepreneuriat.

En définitive, à travers ce programme, ce sont plus de 15 000 jeunes qui seront directement accompagnés pour mettre en œuvre cette nouvelle dynamique socio-économique par la création d’emplois et l’appui au développement de l’entrepreneuriat en Guinée.

Suivez INTEGRA Guinée sur Twitter | Facebook |

Suivez la Délégation de l’Union européenne en Guinée sur Twitter | Facebook |

#INTEGRA_GUINEE | #AfricaTrustFund | #PNUD | #ITC | #ENABEL | #GIZ | #TeamEurope | #EUSolidarity | #AUEU | #UE

Lire

Putrajaya en Malaisie : le Ministre des Affaires religieuses accueille le Secrétaire Général de l’Académie internationale de l’OCI

18 mai 2021 à 17 05 25 05255

Dans le cadre du renforcement des relations de coopération et de travail entre le Secrétariat Général de l’Académie internationale de la jurisprudence islamique de l’OCI et les départements et institutions malaisiens en charge des affaires religiouses et des recherches  scientifiques, Son Excellence le Professeur Koutoubou Moustapha SANO, le Secrétaire  général de l’Académie, a été reçu le lundi 17 mai 2021 à Putrajaya, la capitale administrative malaisienne, par l’Honorable Dr. Zul Kifli Mohamed Bakri, le Ministre malaisien chargé des affaires religieuses. Ce dernier a souhaité la bienvenue à son hôte en Malaisie. Il lui a également exprimé ses vives félicitations pour sa nomination à la tête de l’Académie, d’une part, et, d’autre part, pour les réformes qualitatives que l’Académie connaît depuis sa prise de fonction. 

En plus, pour le ministre malaisien, cette visite s’inscrit dans le dynamisme insufflé à l’Académie par le Professeur SANO. 

À cet effet, il a exprimé le souhait ardent de fortifier   davantage la coopération scientifique et intellectuelle entre l’Académie et toute institution religieuse et scientifique, particulièrement le Conseil national de Fatwah et le département national en charge du développement des affaires islamiques. 

Pour sa part, le Professeur Koutoubou SANO a remercié l’honorable, le ministre malaisien pour l’accueil si chaleureux et les aimables paroles envers sa modeste personne. Ensuite, il lui a assuré de la disponibilité totale de l’Académie et de son engagement personnel de renforcer davantage les liens de travail et de coopération entre l’Académie et les institutions malaisiennes.

Pour ce faire, les deux se sont mis d’accord de signer le mercredi le 19 mai 2021, un mémorandum d’entente (MoU) entre les deux parties, afin de définir les stratégies, les programmes et activités devant concrétiser cette coopération voulue, et devenir ainsi un modèle de partenariat à suivre. 

À la fin de la rencontre, le Professeur Koutoubou SANO a accordé une interview de 45 minutes à la télévision nationale malaisienne, en vue de clarifier la prévision de la jurisprudence islamique relative à l’utilisation des vaccins disponibles contre la Covid-19. Le Professeur a confirmé la permission de la chariah d’utiliser ces vaccins. Il a lancé un appel pressant aux musulmans à travers le monde, afin de se vacciner et de respecter scrupuleusement les gestes barrières édictés par les autorités sanitaires compétentes de leurs pays respectifs.

Le service de communication

Lire

Kankan : le procureur réclame 2 ans de prison contre l’imam Nanfo Diaby

18 mai 2021 à 16 04 11 05115

Comme prévu, le procès de l’imam Nanfo Ismaël Diaby s’est tenu ce mardi, 18 mai 2021, au TPI de Kankan. Le prévenu a plaidé non coupable des faits mis à sa charge, justifiant sa décision de prier en langue maninka (N’ko). A l’issue des débats, le procureur a requis 2 ans d’emprisonnement et le paiement d’une amende d’un million de francs contre lui, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

C’est un Nanfo Ismaël Diaby très serein qui s’est présenté devant le Tribunal de Première Instance de Kankan. Le prévenu a rejeté en bloc les faits articulés contre lui. Parlant de sa décision de prier en langue maninka, il a expliqué que sa religion s’appelle Yèrèkolobaya (soumission) et que celle-ci lui donne la latitude de faire la prière dans la langue de son choix.

Dans ses réquisitions, le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Kankan a demandé au juge de retenir le controversé imam dans les liens de la culpabilité de faits de « troubles apportés par le ministère de culte et manquement aux dispositions réglementaires de l’article 991 du Code pénal guinéen » pour lesquels il est poursuivi.

Pour la répression, le représentant du ministère public a réclamé une peine de 2 ans d’emprisonnement et le paiement d’une amende de 1.000 000 de francs guinéens contre Nanfo Ismaël Diaby. De son côté, l’avocat de la défense a demandé la relaxe pure et simple de son client qui, selon lui, est tout simplement victime d’une persécution, à cause de sa foi religieuse.

Après avoir écouté toutes les parties, le tribunal a mis le dossier en délibéré pour décision être rendue le 25 mai 2021.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Procès en appel de Foniké Menguè : le FNDC renouvelle son soutien à l’activiste

18 mai 2021 à 14 02 32 05325
Foniké Menguè

La coordination nationale du FNDC informe l’opinion nationale et internationale ainsi que les militants pro-démocratie que le procès en appel du camarade Oumar Sylla alias Foniké Menguè, responsable de la mobilisation et des antennes du FNDC, s’ouvre ce jeudi 20 mai 2021 à la Cour d’Appel de Conakry à 9h30.

Ce responsable de premier rang de la coordination nationale du FNDC a été kidnappé le 29 septembre 2020 et soumis à un procès téléguidé qui l’avait condamné injustement à 11 mois de prison ferme pour son opposition au troisième mandat du dictateur Alpha Condé.

A cette occasion, la coordination nationale renouvelle son soutien à Oumar Sylla ainsi qu’à tous les détenus politiques privés de leur liberté par le dictateur Alpha Condé.

La coordination nationale appelle tous les démocrates à rester mobilisés pour exiger la libération des détenus politiques et poursuivre le combat contre cette dictature qui prive la Guinée de son élan de démocratisation entamée en 2010.

Ensemble, Unis et Solidaires, Nous Vaincrons.
Conakry, le 18 Mai 2021

Lire

Report du congrès de la Féguifoot : Lucien Guilao « pas surpris, mais choqué »

18 mai 2021 à 14 02 05 05055
Lucien Beindou Guilao

Les réactions continuent de se faire entendre suite au report du Congrès de la Fédération Guinéenne de Football (FGF), à la demande de la FIFA. Candidat à la vice-présidence de la Féguifoot, Lucien Beindou Guilao s’est prononcé sur cette question dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce mardi 18 mai 2021. Même s’il dit ne pas être surpris par le courrier de la FIFA demandant de surseoir à l’Assemblée générale élective, l’ancien international guinéen se dit choqué par ce nouveau rebondissement.

« Au regard de tout ce qui se passait ces derniers temps, la réaction de la FIFA était attendue. Quand on prend toutes les entorses qui ont été faites à l’endroit des statuts et règlements, quand on voit comment la commission électorale et la commission électorale de recours ont travaillé, on ne pouvait qu’à s’attendre à ça. Je ne suis pas surpris. En tant que candidat, je suis choqué quand même de ce report. Parce qu’on a mis assez de temps dans la campagne, assez d’efforts et de moyens dans cette élection. On est bloqués cette fois-ci, mais la prochaine fois on espère que ça ira », a réagi M. Guilao.

Pour lui, ce sont les violations récurrentes des statuts et règlements de la FGF par la Commission électorale et la Commission de recours qui ont conduit à cette situation. « Je trouve les griefs de la FIFA pertinents et réels. J’ai à maintes reprises dénoncé ça dans la presse. C’est la commission électorale et la commission électorale de recours qui sont les deux fautifs dans cette histoire. On ne respecte pas les textes de lois. Et quand on nous sanctionne, on soupçonne une main noire dernière. À mon avis, il n’y a aucune main noire derrière. C’est juste le non-respect des statuts et règlements de la fédération qui nous a conduits à tout cela ».

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

TPI de Kaloum : « il y a bien une procédure qui est pendante contre Antonio Souaré »

18 mai 2021 à 12 12 15 05155

Samedi dernier, une information relative à un mandat d’arrêt qui aurait été décerné contre Mamadou Antonio Souaré a enflammé la toile. Quelques jours plus tard, Guineematin.com a pu avoir des précisions sur cette affaire. Une source proche du parquet de Kaloum s’est confiée à notre rédaction dans la soirée de ce lundi, 17 mai 2021, sur ce sujet.

Notre interlocuteur a démenti l’existence d’un mandat d’arrêt contre le richissime homme d’affaires et président sortant de la Fédération guinéenne de football. Toutefois, il confirme que le parquet a engagé des démarches visant à amener Antonio Souaré au tribunal de première instance de Kaloum dans le cadre d’une procédure judiciaire le concernant.

« Ce n’est pas un mandat d’arrêt qui est décerné contre M. Antonio Souaré. Le mandat d’arrêt, c’est le juge qui le signe et non le procureur. C’est plutôt des réquisitions que le procureur a signées, demandant à ce que M. Antonio Souaré soit amené au tribunal de première instance de Kaloum. Parce qu’il y a une procédure qui est pendante ici contre lui. Donc je confirme que le procureur a signé des réquisitions demandant à ce qu’il soit amené au tribunal, mais il ne s’agit pas d’un mandat d’arrêt », a indiqué notre source.

A suivre !

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Lire

La banque UBA s’apprête à célébrer la Journée de l’Afrique 2021

18 mai 2021 à 12 12 02 05025

« UBA Africa Conversations 2021 » : Rejoignez les leaders africains mondiaux – Président Kagame du Rwanda, Ngozi Okonjo-Iweala de l’OMC, Tony O. Elumelu de UBA, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus de l’OMS, Makhtar Sop Diop de l’IFC, pour célébrer la Journée de l’Afrique lors des UBA’s Africa Conversations 2021

La United Bank for Africa (UBA) Plc, s’apprête à célébrer la Journée de l’Afrique de cette année en commémoration de l’unité africaine avec la troisième édition des UBA’s Africa Conversations, animées par des leaders internationaux de l’Afrique, dont le Président du Rwanda, S. E. M. Paul Kagame, Mme Ngozi Okonjo-Iweala, la Directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et M. Makhtar Sop Diop, Directeur général de la Société financière internationale (SFI). Les échanges se tiendront en ligne sur www.ubagroup.com/africaday

À une époque où le leadership africain dans les organisations internationales est sans précédent, les UBA’s Africa Conversations offrent l’opportunité à un public africain et mondial d’écouter directement nos éminents panelistes aborder de la relation de l’Afrique avec le monde, les opportunités et des défis, ainsi que de leurs parcours personnels. 

Ayant comme modérateur Tony O. Elumelu, Président du groupe UBA et fondateur de la Fondation Tony Elumelu, les discussions porteront sur le développement de l’Afrique dans les domaines de l’économie et de la finance, du commerce, de la santé et sur l’unité du continent.

Le thème de cette année est « Bringing Africa to the World » (Intégrer l’Afrique au monde), comme en témoigne le brillant parcours international des orateurs. L’événement se tiendra virtuellement le mardi 25 mai 2021 à 12 heures WAT.   

La Journée mondiale de l’Afrique est célébrée depuis 1963 tous les 25 mai sur le continent africain et dans le monde entier. Cette journée a été instituée par l’Organisation de l’unité africaine, en vue de promouvoir l’unité, la diversité et la beauté de l’Afrique et de ses habitants. 

UBA, l’une des principales institutions de services financiers d’Afrique, dont la présence panafricaine s’étend sur 20 pays africains ainsi qu’en Amérique et en Europe (États-Unis, Royaume-Uni et France,) continue de mener le récit axé sur le développement, la croissance et l’unité africaine. 

Les UBA’s Africa Conversations sont ouvertes à tous et l’inscription est possible sur le site du groupe UBA africaday.ubagroup.com/reserve

À propos de la United Bank for Africa (UBA) :

UBA Plc est une institution financière panafricaine de premier plan, offrant des services bancaires à plus de vingt-cinq millions de clients, à travers plus de 1 000 bureaux et points de contact avec la clientèle, dans 20 pays africains. Présente aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France, UBA met en relation des personnes et les entreprises à travers l’Afrique par le biais de services bancaires destinés aux clients particuliers,  commerciaux et  aux entreprises, de paiements transfrontaliers innovants et de transferts de fonds, de financement du commerce et de services bancaires connexes. 

Lire

Report du Congrès de la Féguifoot : KPC « adhère » à l’initiative de la FIFA

18 mai 2021 à 11 11 54 05545
Kerfala Camara, KPC

J’ai pris connaissance du contenu de la lettre adressée par la FIFA lundi 17 mai à la Fédération Guinéenne de Football : courrier relatif à la tenue de l’Assemblée Générale élective prévue ce mardi 18 mai, pour le renouvellement des instances dirigeantes du football national. 

La FIFA a émis des recommandations en vue de restaurer la confiance et faire en sorte que les élections aient lieu, le moment venu, dans le respect total des statuts et règlements de la FGF.

Ce message adressé à toute la famille du football Guinéen et notamment aux candidats, exprime la volonté d’engager la Fédération dans un processus électoral régulier et transparent qui garantira la légitimité des futurs dirigeants élus, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

J’adhère pour ma part à toute initiative susceptible d’aboutir au renforcement de la cohésion et la crédibilité du football guinéen, tout en privilégiant aussi l’intérêt national.

Aussi, en attendant que toutes les conditions d’une élection ouverte et transparente dont les résultats s’imposeront à tous soient réunies, je souhaite profiter de l’occasion qui m’est donnée pour réitérer mes sincères remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont soutenu ma candidature et demeurent mobilisés derrière moi dans la perspective de mon élection à la présidence de la FGF.

Je n’ai pas de doute que les meilleures décisions seront prises dans le sens de l’intérêt suprême du football Guinéen, que je me suis engagé à servir ; et que je servirai avec le soutien de toutes les bonnes volontés qui s’exprimeront dans le même sens, sans jamais ménager mes efforts.

Kerfalla CAMARA – KPC

Candidat à la présidence de la FGF

Lire

Procès du journaliste Amadou Diouldé Diallo : le verdict sera rendu ce mercredi 19 mai

18 mai 2021 à 11 11 19 05195
Elhadj Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Dans moins de 24 heures, le journaliste Amadou Diouldé Diallo sera situé sur son sort. Le Tribunal de Première Instance de Dixinn va rendre sa décision dans son procès demain, mercredi 19 mai 2021. C’est le procureur de la République près le TPI de Dixinn, Sidy Souleymane N’diaye, qui a annoncé la nouvelle à la rédaction de Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Célèbre journaliste sportif et historien, Amadou Diouldé Diallo a été interpellé sans convocation préalable dans la matinée du samedi, 27 février 2021, alors qu’il pratiquait du sport à Conakry. Une arrestation qui fait suite à son passage dans une émission de radio, où il a été critiqué vigoureusement le président Alpha Condé.

Après une garde à vue de 48 heures dans les locaux de la DPJ (direction centrale de la police judiciaire), il a été déféré dans l’après-midi du lundi 1er mars au tribunal de première instance de Dixinn, où il a été inculpé pour « offense au chef de l’Etat » et placé sous mandat de dépôt à la Maison centrale de Conakry.

Lors de son procès, le procureur avait demandé au tribunal de le déclarer coupable d’offense au chef de l’Etat et de le condamner à une peine d’amende de 5 millions de francs guinéens.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Lire

Mort d’une femme à l’hôpital de Kankan : deux personnes suspendues et mises à la disposition de la police

18 mai 2021 à 8 08 59 05595
Tibou Kamara, porte-parole du Gouvernement

Communiqué du Gouvernement– Le Gouvernement, informé du décès d’une patiente, madame Kandé Mariame, dans des circonstances jugées contraires à l’éthique médicale et au sacro-saint serment d’Hippocrate a diligenté une enquête pour éclairer l’opinion publique.

Le Chef de l’État, son Excellence Professeur Alpha Condé, le Premier ministre ainsi que le Gouvernement, présentent leurs condoléances les plus attristées à la famille éplorée, lui expriment leur solidarité et s’engagent à ce que la vérité soit établie et que justice soit aussi rendue.

Les investigations menées ont établi les faits suivants :

Madame Kandé Mariame, âgée de 30 ans, a été admise à la maternité de l’hôpital régional de Kankan, le 13 mai. Elle souffrait de ces maux : Aménorrhée de deux mois, douleur pelvienne, perte liquidienne.

Le diagnostic, a révélé : une grossesse de 12 semaines avec menace d’avortement, selon le résultat de l’échographie du 15 mai, montrant un fœtus non viable.

Le dossier, fait état d’un suivi médical et paramédical de 3 jours.

Le 16 mai, à 4h du matin, Madame Kandé Mariame est malheureusement décédée, par suite de complications.
Suite à ce décès, le Directeur Régional de la santé par intérim, a convoqué une réunion d’urgence à l’hôpital régional le 17 mai.

La réunion, a regroupé toutes les parties prenantes, afin de reconstituer les faits pour la manifestation de la vérité.
Après avoir écouté, la sage-femme, le médecin chef de la maternité et le représentant de la famille, il a été établi les faits qui suivent :

– La sage-femme, aurait demandé la somme de 700.000 gnf à la famille de la patiente, au titre de la prise en charge, mais qui n’a pas été acquittée.

– Le médecin chef, informé de la situation, a rassuré la famille qu’elle n’avait pas à payer les soins sollicités.

– Une négligence dans le suivi médical de la patiente le 15 mai, correspondant au jour de garde de Madame Fatou Camara, sage-femme, de son état.

– La famille soutient que la négligence coupable n’est imputable qu’au défaut de payement pour la prise en charge.

A la suite des explications données, par toutes les parties, les autorités sanitaires, ont pris les décisions, ci-après :

– Une note de suspension du chef de la maternité et de la sage-femme de leurs fonctions, Dr Mamadi Souaré et Madame Fatou Camara, respectivement.

– La mise à disposition des personnes incriminées à la police pour des fins d’enquête.

Le Gouvernement, suivra de près l’évolution de l’instruction en cours de cette affaire dramatique.
C’est le moment de rappeler à l’intention de tous, la volonté et la détermination inébranlables du Chef de l’État, son Excellence Professeur Alpha Condé et de son équipe gouvernementale dirigée par Dr Ibrahima Kassory Fofana, à ne pas faire de concessions ni tolérer la complaisance pour tous les manquements et les fautes professionnelles dans le service public, en particulier, ceux dont dépendent la vie et la santé des populations.

Tibou Kamara,

Ministre d’État, Conseiller Spécial du Président de la République, Ministre de l’Industrie et des PME, Porte-parole du Gouvernement.

Fait à Conakry, le mardi 18 mai 2021

Lire

Conakry : le député Abdoulaye Kourouma attaqué par des hommes armés

18 mai 2021 à 8 08 21 05215
Abdoulaye Kourouma, président du parti RRD

L’honorable Abdoulaye Kourouma, président du RRD et député à l’Assemblée nationale, a été victime d’un braquage dans la soirée du lundi, 17 mai 2021, à Conakry. Des individus armés ont intercepté sa voiture et ont braqué une arme sur lui. Heureusement pour l’opposant guinéen, il a réussi à se sauver avec son véhicule. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, il est revenu sur les circonstances de cette attaque.

« C’est à 21 heures, lorsque je rentrais de la ville que j’ai été attaqué par des hommes armés. Quand je suis arrivé au niveau de la colline situé juste après le grand marché de Bonfi, il y a un caillou qui est venu taper ma voiture. Il a cassé les vitres et est tombé dans la voiture. Dès que j’ai ralenti, j’ai deux motos, chacune transportant deux personnes, venir moi. L’une des motos est venue sur le côté gauche et l’autre sur le côté droit.

Ils ont tenté d’ouvrir les portières du véhicule, mais ils ont trouvé qu’elles étaient verrouillées. J’ai fait descendre la vitre pour vérifier ce qu’ils faisaient, et immédiatement, l’un d’entre eux a braqué une arme sur moi. Mais je n’ai pas paniqué. J’ai tapé sa main et j’ai continué mon chemin. Quand je suis arrivé au niveau du pont sur la Transversale 1, je ne les ai plus vus. Je ne sais pas par où ils sont passés », a expliqué le parlementaire.

Même s’il est heureux d’avoir pu sortir indemne de cette attaque, le président Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) reste tout de même inquiet. Il s’interroge sur les intentions de ses agresseurs. « Quand des hommes armes opèrent comme ça en pleine ville, à 21 heures, c’est quand même inquiétant. Je me demande qu’est-ce qu’ils voulaient réellement. Est-ce que c’était de prendre la voiture ? Est-ce que c’est ma personne qui était visée ? Je n’en sais rien ».

Abdoulaye Kourouma dit avoir aussitôt informé le ministre de la Sécurité et de la protection civile de cette situation. Il compte également porter plainte contre X.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Lire

Marché central de Boké : le maire Tawel Camara annonce un « déguerpissement imminent »

18 mai 2021 à 7 07 56 05565

L’annonce a été hier, lundi 17 mai 2021, par le maire de la commune urbaine de Boké, Mamadouba Tawel Camara, à l’occasion d’une réunion de concertation avec les sages de la ville, les chefs quartier et quelques vendeuses du grand marché. A partir de la semaine prochaine, tous les occupants du grand marché pour cause de « reconstruction ». L’autorité communale, largement épaulée par le préfet Hassane Sanoussy Camara, a laissé entendre que l’argent pour l’exécution des travaux est déjà disponible, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Boké.

« Nous allons démolir ce marché et le reconstruire en étage », a lâché le maire Mamadouba Tawel Camara devant l’assistance. Et, immédiatement, il obtient l’adhésion du préfet Hassane Sanoussy Camara à ce projet très décrié par les commerçants de la ville de Boké. Ce dernier a précisé que l’argent de la reconstruction est actuellement stocké à la banque centrale de Boké. Et qu’à partir de lundi prochaine, les machines vont entrer en action pour démolir tous les vieux bâtiments qui se trouvent dans ce marché.

Hassane Sanousy Camara, préfet de Boké

« Ce marché ne répond plus aux normes des marchés. Il a plus de 100 ans d’existence. Le président de la république a déjà construit le meilleur marché de la région à Boké. Nous demandons aux gens de quitter le marché central et occuper ces marchés de 400 bâtiments et de Hangar. Le dernier délai sera le dimanche à 00 heure. Le lundi matin les machines seront là pour détruire les bâtiments. Déjà nous avons reçu plus de 11 milliards de francs guinéens pour reconstruire le marché. Maintenant, puisque nous sommes prêts, nous demandons aux commerçants de plier leurs bagages. Le lundi matin je mettrais à la disposition de la commune tout le matériel nécessaire pour casser les vieux bâtiments qui sont là », a dit le préfet, Hassane Sanoussy Camara.

Seulement, dès l’annonce de cette information, les femmes présentes à cette rencontre ont poussé des cris assourdissants. « Il n’ya pas de place dans les marchés de 400 et de Hangar », ont-elles dit dans un brouhaha total.

Mais, à ces cris de détresse, le maire de la commune urbaine de Boké a donné une réponse claire et ferme.

Mamadouba Tawel Camara, maire de la commune urbaine de Boké

« Il y a suffisamment de places dans les marchés de 400 Bâtiments et de Hangar. En tout cas, tous ceux qui se sont recensés à notre niveau ont tous été recasés. Mais, il y a des gens qui ne veulent pas quitter. Ce sont eux qui manipulent un petit groupe de personnes pour leur dire de ne pas quitter. Mais, est-ce que vous avez constaté l’absence de la chambre de commerce ? Nous nous sommes déjà prêts, nous allons démolir ce marché et le reconstruire en étage », a martelé Mamadouba Tawel Camara.

A noter qu’aucun membre du bureau de la chambre de commerce de Boké n’était présent à cette réunion. Ils ont visiblement préféré tourner le dos à l’invitation des autorités pour ainsi marquer leur opposition à ce projet de déguerpissement.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628-98-49-38

Lire

Premières pluies à Mandiana : la ville dans un état d’insalubrité indescriptible

18 mai 2021 à 7 07 39 05395

Depuis plus de 24 heures maintenant, les principales artères de la commune urbaine de Mandiana présentent un visage pas reluisant. Et pour cause, les ordures y ont érigé domicile après la tombée des premières pluies. Egalement, des flaques d’eau sont visibles un peu partout sur le trottoir, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture de Mandiana.

Cette situation était prévisible, d’autant plus que ça a fait belle lurette que la ville de Mandiana n’a pas connu un coup de balai. Les ordures y sont déposées çà et là par les populations. Et, la commune a visiblement démissionné de l’assainissement. D’ailleurs, la mairie ne possède actuellement aucun camion en bon état pour ramassage d’ordures. Et, la pluie de ces derniers jours n’a fait aucun cadeau à la ville. Car, elle a exposé au grand jour l’insalubrité dans la commune urbaine. Et, il suffit d’un petit tour en ville pour toucher du doigt cette triste réalité.

Aux alentours du marché central, les caniveaux sont remplis d’ordures de tout genre. Le même constat se dresse au niveau des caniveaux qui se trouvent à côté de la grande mosquée. Egalement, les caniveaux qui se trouvent aux alentours de la maison des jeunes sont complètement bouchés. A ce niveau d’ailleurs, la boue et les déchets plastiques se disputent la chaussée et le trottoir.

Cependant, le constat de cette insalubrité est pire dans certains quartiers. C’est le cas notamment à  »Château d’eau’’ où certaines concessions ont été envahies par les ordures drainées par les eaux de ruissellement rejetées par les caniveaux.

Egalement, les ordures règnent en maître sur la route qui relie Mandiana1 au quartier Noumoussoulou. Elles s’entassent aussi au pied des murs de plusieurs maisons d’habitations, au grand dam des populations.

Cependant, les quartiers périphériques du fleuve Sankarany sont visiblement les plus impactés. Car, les routes dépourvues de goudron sont devenues des chantiers de boue parsemés de flaques d’eau qui rendent la circulation extrêmement difficile. Et, avec l’annonce de la saison pluvieuse, l’inquiétude est grande chez les populations. Beaucoup y redoutent des inondations, comme ce fut le cas l’année dernière dans cette localité.

De Mandiana, Mamady Konoma Keita pour Guineematin.com
Tel : 00224 625 81 03 26

Lire

Sanctions de l’UE contre d’anciens dignitaires du CNDD : la colère de Me Paul Yomba Kourouma

18 mai 2021 à 6 06 19 05195
Me Paul Yomba Kourouma, avocat à la cour

Comme annoncé précédemment, l’Union européenne vient de brandir des sanctions (interdiction de voyage, gel des avoirs) contre cinq anciens responsables du CNDD (conseil national pour la démocratie et le développement). Il s’agit du capitaine Moussa Dadis Camara, du colonel Moussa Tiégboro Camara, du colonel Jean-Claude Pivi, du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité alias ‘’Toumba’’ et d’Abdoulaye Chérif Diaby, tous accusés d’avoir joué un rôle dans le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry (des massacres commis à ciel ouvert avaient fait au moins 157 morts, des centaines de blessés et plusieurs femmes violées). Mais, c’est avec une grande colère que l’avocat du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba appris cette nouvelle.

Joint au téléphone hier, lundi 17 mai 2021, par un reporter de Guineematin.com, Me Paul Yomba Kourouma a qualifié ces sanctions de « prématurées ». L’avocat accuse aussi l’Union européenne de « violation des droits humains » et assure que la culpabilité ou l’innocence des personnes visées ne doit être établie qu’à la suite d’un jugement.

« Il s’agit là d’une mesure qui viole la présomption d’innocence. Elle est prématurément entreprise par l’Union Européenne. L’Union Européenne est défenseur des droits humains, mais elle prend les personnalités du CNDD pour des coupables avant même quelques interventions judiciaires que ce soient. Alors, c’est vraiment une violation flagrante des différentes chartes, des différents instruments juridiques que l’Union Européenne vient de se rendre auteur. C’est vraiment très surprenant qu’une institution de cette taille qui prétend défendre des droits humains, viole délibérément les droits humains, les droits à un procès juste et équitable, les droits à être défendu et à se défendre. Ensuite, la décision n’est pas notifiée aux parties et aux personnes concernées. Cette décision n’a pas pu être connue réellement, les personnes concernées par la décision n’ont pu être identifiées que grâce à la perspicacité de la presse. Sinon les personnes inculpées n’ont commis de faute que parce qu’elles avaient des responsabilités à l’époque des faits au sein de l’appareil d’Etat. Elles n’ont commis de crime que parce qu’elles ont tout simplement été citées dans cette affaire. Mais, on dit qu’ils sont des présumés auteurs, pas des auteurs. La culpabilité ou l’innocence va être établie à la suite d’un jugement. Il faut plutôt que de s’acharner contre l’Etat qui refuse d’organiser ce procès. Parce que l’instruction est déjà close depuis longtemps. L’ordonnance de renvoi est rendue il y a longtemps. Le dossier de la procédure est déjà entre les mains des juridictions compétentes il y a de cela 3 ans », a indiqué Me Paul Yomba Kourouma.

Pour l’avocat de Toumba Diakité, cette décision de l’Union européenne est « partiale, clandestine et non contradictoire ». Au regard de la situation, Me Paul Yomba Kourouma promet d’attaquer cette décision devant la Cour européenne des droits de l’homme.

« D’abord, nous attendons la notification de cette décision. Parce qu’elle ne peut pas être opposante dès lors qu’elle n’est pas notifiée. Et, lorsqu’elle sera notifiée, nous nous allons l’attaquer devant la cour européenne des droits de l’homme. Nous allons formaliser le dossier avec nos confrères résidants  dans l’espace de l’union. Nous allons faire retracer cette décision arbitraire, illégale, injuste, irrespectueuse des chartes des droits humains et toutes les règles de procédures. L’Union Européenne pense défendre les droits humains. Alors qu’elle ignore tout de ces droits. Il faut vraiment apprendre ces leçons de droits, de la démocratie et de l’Etat de droit. Elle a dorsalement attaqué les personnes concernées, pas frontalement. Elle refuse encore de les notifier du fondement de leur décision tout court. Elle n’agit que par intérêt, elle a des réactions trop partiales dans ses actions. Parce qu’il y a longtemps que Toumba par exemple souffre d’une grave pathologie à la maison centrale, mais l’Union Européenne, ces eurodéputés n’ont jamais interpellé l’Etat guinéen sur cet état de fait, pour que Toumba soit examiné par des médecins. Donc, cette décision est prématurément entreprise. Elle est close, elle est clandestine et elle n’est pas contradictoire, » a martelé Me Paul Yomba Kourouma.

Mohamed Gueasso DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire