Cellou Dalein Diallo aux Guinéens : « ce qui intéresse Alpha Condé, c’est son pouvoir et l’enrichissement de son clan »

15 mai 2021 à 19 07 38 05385
Cellou Dalein, président de l’UFDG

Comme annoncé précédemment, l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a tenue ce samedi, 15 mai 2021, son assemblée générale virtuelle. Et, à l’occasion de cette rencontre politique virtuelle avec ses militants, le leader dudit parti, Cellou Dalein Diallo, s’est attaqué la gouvernance du président Alpha Condé. L’opposant accuse l’actuel chef de l’Etat guinéen d’avoir divisé les guinéens et de s’être enrichi illicitement avec son clan sur le dos peuple. Cellou Dalein Diallo a aussi appelé les guinéens à faire front commun pour barrer la route à la confiscation de leurs droits et libertés.

« Vous savez que nous avons 30% des réserves mondiales de bauxite, mais jusqu’à maintenant le marché mondiale n’avait pas besoin de notre bauxite. Parce que le pouvoir d’Alpha Condé pense que c’est sont mérite, non. C’est une question de conjoncture. C’est maintenant que le marché mondiale ne peut plus se passer de la bauxite guinéenne, du fer de Guinée. Et, c’est pourquoi les multinationales accourent vers notre pays. Alpha profite de ça pour s’enrichir et enrichir son clan, bloquer la démocratie, bloquer l’instauration de l’Etat de droit, violer impunément les droits de l’homme et garantir l’impunité aux criminels. Voilà pourquoi nous devons rester mobiliser pour revendiquer nos droits et libertés », a dénoncé Cellou Dalein Diallo.

A en croire le leader de l’UFDG, le président Alpha Condé ne va pas ménager les guinéens dans sa quête effrénée de richesse et de pouvoir. Et, il revient aux guinéens de se mobiliser pour la reconquête de leurs libertés dans ce pays.

« Il (Alpha Condé) a divisé le pays. Il aimait dire qu’il a trouvé un pays sans Etat, mais aujourd’hui il a détruit l’Etat, il a détruit le pays. Parce qu’il a réussi à opposer les guinéens. Aujourd’hui les guinéens souffrent ensemble de l’absence de recours, ils souffrent ensemble de la misère. Parce que les ressources générées par nos ressources sont confisquées par un clan qui s’enrichi, alors que le peuple n’arrive pas à assurer, pour certains, même un repas par jour… Mes chers compatriotes, mobilisons-nous. Alpha ne fera pas de cadeau. Ce qui l’intéresse c’est son pouvoir et l’enrichissement de son clan. C’est à nous de défendre nos droits », a indiqué Cellou Dalein Diallo.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Cellou Dalein Diallo parle du président Alpha Condé : « c’est l’homme du désordre et des conflits »

15 mai 2021 à 19 07 17 05175

A la faveur d’une assemblée générale virtuelle tenue ce samedi, 15 mai 2021, par son parti, Cellou Dalein Diallo, le leader de l’UFDG (union des forces démocratiques de Guinée) s’est attaqué à la gouvernance du président Alpha Condé. Avec des mots durs, le principal opposant au régime de Conakry a accusé le chef de l’Etat guinéen d’avoir semé le « désordre » dans le pays. Cellou Dalein Diallo assure que Alpha Condé est un « homme de désordre et de conflits » qui cherche, autant que faire se peut, à mettre sous sa coupe toutes les institutions de la république et les organisations politiques et sociales du pays.

« Alpha c’est l’homme du désordre et des conflits… Il (Alpha Condé) a semé le désordre dans la classe politique, il a semé le désordre dans le fichier électoral, il a semé le désordre dans les élections où aucune règle, aucune discipline n’est observée, il a semé le désordre dans la religion. Il est en train de semer le désordre dans le sport, notamment dans le football… Il ne supporte pas qu’il y ait une organisation politique, une organisation de la société civile qu’il ne contrôle pas. Dès qu’il a des doutes, il faut que les hommes soient changés et qu’il mette des gens à sa dévotion. Il l’a déjà fait avec les institutions de la république. Il n’y a aucune institution indépendante. Toutes les institutions sont soumises aux caprices de monsieur Alpha Condé, elles sont toutes mobilisées pour défendre son pouvoir, pour défendre son troisième mandat illégal. Et, il n’y a plus aucun recours. Car, lorsqu’il n’y a une justice indépendante dans un pays, ça signifie que vous n’avez plus de recours. Alpha le sait ; et, c’est pourquoi il a inféodé la justice, c’est pourquoi il avait chassé de la cour constitutionnelle feu Kéléfa Sall… », a martelé Cellou Dalein Diallo.

Pour l’ancien chef de file de l’opposition guinéenne, le président Alpha Condé a réussi à tout soumettre sauf l’union des forces démocratiques de Guinée. Et, c’est ce qui explique l’emprisonnement de certains hauts cadres de ce parti politique d’opposition.

« Aujourd’hui tout lui est soumis. Mais, l’UFDG reste une force indomptable, incorruptible. Et, c’est pour ça qu’il (Alpha Condé) a peur de nous et qu’il veut tout faire pour nous neutraliser. C’est pourquoi il a arrêté nos cadres et il les accable d’infractions grotesques et fallacieuses. Mais, ça ne marchera pas… Dans le monde entier les patriotes guinéens sont mobilisés pour arrêter la dictature pour que règne la paix du cœur dans notre pays et que les guinéens soient des frères, qu’ils puissent jouir pleinement des immenses ressources dont notre pays recèle », a confié Cellou Dalein Diallo.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Célébration de fête de ramadan : 4 personnes grièvement blessées dans des accidents à Labé

15 mai 2021 à 19 07 10 05105

Même si leur nombre a fortement diminué par rapport aux années précédentes, les accidents de la circulation ont émaillé la célébration de l’Aïd El Fitr, la fête marquant la fin du ramadan cette année encore. Selon le bilan fourni par la police, deux collisions de motos ont été enregistrées dans la ville, faisant quatre blessés graves, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

« Nous avons bien pu tenir les carrefours recensés le jour de la fête. Mais le lendemain de la fête, c’était de la pure pagaille. En  ville, on voyait des jeunes rouler sur des motos à tombeau ouvert. Or, le premier ennemi d’un conducteur, c’est l’excès de vitesse. Parce qu’en cas d’obstacle brusque, il ne pourra pas l’éviter. Donc c’est dans la nuit du vendredi, 14 mai 2021, que nous avons enregistré deux cas d’accidents sur la route qui mène au camp Elhadj Oumar Tall.

Ce sont des motos qui sont entrées en collision. Heureusement, il n’y a pas eu de mort, mais il y a eu quatre blessés graves conduits à l’hôpital régional de Labé pour des soins. Les motos quant à elles, sont irrécupérables. Ces accidents sont dus à l’excès de vitesse », a annoncé le colonel Tidiane Sanoh, commissaire spécial de la sécurité routière de Labé.  

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Fête de l’Aïd El Fitr : 7 morts et plusieurs blessés enregistrés dans des accidents de la circulation (Police)

15 mai 2021 à 18 06 53 05535

La police a publié ce samedi, 15 mai 2021, le bilan des accidents de la circulation enregistrés le jour et le lendemain de l’Aïd El Fitr, la fête marquant la fin du ramadan. Ce bilan fait état de 7 morts, dont 5 à l’intérieur du pays, et plusieurs blessés, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon le contrôleur général Boubacar Kassé, porte-parole de la police nationale, tous les accidents recensés par la police le jour de la fête ont eu lieu à Conakry. « Pour la journée du jeudi, 13 mai 2021, le jour de la fête, la police a enregistré trois cas d’accidents survenus à Conakry. A l’intérieur du pays, nous n’avons enregistré aucun cas d’accident. Il y a eu au total sept blessés dont deux grièvement. A 22h 30’ sur la T1 entre Kondébounyi et Concasseur, il y a eu un accident moto contre un véhicule. Une moto TVS AD 5688 RC conduite par Mamadou Saliou Keïta, qui a été blessé et admis à l’hôpital et une voiture Mazda RC 6554 AE conduite par Ibrahima Kalil Fofana, qui a été aussi légèrement blessé.

A 22h 25’, à côté du commissariat central de Nongo, deux véhicules sont entrés en collision. Il s’agit d’un taxi Peugeot 306, RC 1897 Y conduit par Ibrahima Sory Diallo et une voiture personnelle, une Nissan Primera RC 6446Y conduite par Thierno Sadou Diallo. Le taxi venait en 3ème position et a percuté la voiture. Il a fallu l’intervention de la police pour extraire le chauffeur qui était coincé à l’intérieur et le conduire à l’hôpital Les Flamboyants. Il y a eu quatre personnes blessées, c’est-à-dire le chauffeur et les trois passagers, tous admis à l’hôpital. Le 3ème cas est survenu au niveau de Dabomba, dans la commune de Matoto, où la flèche du chef d’Etat-major général des Armées a été renversée et le conducteur de la moto a eu une blessure légère », a indiqué l’officier de police.

Le bilan dressé par la police s’est nettement alourdi hier, vendredi 14 mai, lendemain de la fête de l’Aïd. « Pour la journée du vendredi, 14 mai 2021, le lendemain de la fête, à Conakry, il y a eu deux accidents : à Cosa, au niveau du camp carrefour, un enfant d’environ 11 ans a été percuté vers 23 heures par un véhicule qui ne s’est pas du tout arrêté et qui est poursuivi actuellement pour délit de fuite. Cet enfant a trouvé la mort sur place et le corps se trouve à la morgue du CHU Ignace Deen. Notons que le corps n’a pas été identifié, parce que les enfants n’ont pas de pièce d’identité.

Nous profitons des médias pour inviter les parents qui constateront qu’un de leurs enfants n’est pas rentré, à se rendre à la morgue d’Ignace Deen pour identifier le corps qui est déposé là-bas. A 22 heures, à Bomboli, il y a eu un autre accident voiture contre voiture. Il n’y a pas eu de blessé, mais l’une des voitures s’est renversée dans le caniveau. On nous a signalé aussi un cas d’accident mortel sur l’autoroute Fidel Castro, précisément au niveau de la SIG Madina, voiture contre piéton où il y a eu un mort. Le chauffeur, qui est blessé, est aussi admis à l’hôpital.

A l’intérieur du pays, à Kissidougou, il y a eu deux cas d’accidents. Le premier cas c’est moto contre voiture. Le conducteur qui est blessé a été transporté à l’hôpital. Et le second accident, il s’agit de deux motos KTM. Le conducteur de l’une des motos du nom d’Alain Samory Mansaré a eu le pied fracturé. A titre d’information, parce que ça s’est passé en rase campagne, il nous a été signalé que dans la localité de Woréda, à 25 kilomètres de Kissidougou, un camion qui s’est retrouvé sur une colline n’a pas pu continuer et a fini par reculer et se renverser. Il y a eu un bilan de 5 morts », annonce le contrôleur général Boubacar Kassé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Siguiri : des citoyens manifestent contre une société minière à Dankakoro

15 mai 2021 à 18 06 46 05465

Un mouvement de colère a eu lieu ce samedi, 15 mai 2021, à Dankakoro, un district relevant de la commune urbaine de Siguiri. Plusieurs citoyens sont sortis manifester contre la société minière Guinean Gold Exploration (GGE) qui évolue dans cette localité. Au moins une personne a été blessée et des motos ont été incendiées suite à l’intervention des forces de l’ordre, a appris Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

De la colère, c’est le sentiment que les habitants de Dankakoro éprouvent vis-à-vis de la société minière Guinean Gold Exploration (GGE), qui exploite de l’or dans ce district de Siguiri. Ils accusent l’entreprise de refuser de recruter les jeunes de cette localité. C’est pourquoi, plusieurs sont venus ériger des barricades sur les routes menant à l’usine de la société pour l’empêcher de fonctionner.

« Cette société ne considère pas la communauté de Dankakoro. Depuis le démarrage de ses travaux, elle n’a jamais recruté un natif de Dankakoro. Pourtant, elle évolue dans notre localité, elle exploite nos terres. Nous réclamons la dissolution de la commission de recrutement installée par la société, car elle ne respecte aucune loi du pays. Mais désormais, la société va recruter les jeunes de Dankakoro, sinon il n’y aura pas de travail ici », a lancé Bakary Doumbouya, l’un des manifestants.

Selon ce citoyen de Dankakoro, une personne a été blessée et deux motos ont été incendiées suite à l’intervention de la police. Il accuse les agents de sécurité d’avoir commis ces actes. Pour l’heure, le calme est revenu, et des négociations sont engagées entre la direction de la société et les sages de Dankakoro, en vue de trouver une solution durable à ce problème.

Nous y reviendrons !

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Célébration de l’Aïd El Fitr : 7 cas d’accidents enregistrés au CMC de Ratoma

15 mai 2021 à 15 03 44 05445
Dr Sayon Kourouma, médecin en service à la chirurgie du Centre Médical Communal (CMC) de Ratoma

Comme annoncé précédemment, de nombreux accidents de la circulation ont été enregistrés cette année encore en marge de la célébration de l’Aïd El Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, à Conakry. Au Centre Médical Communal (CMC) de Ratoma seulement, 7 cas ont été recensés avec des blessés plus ou moins graves. C’est le bilan fourni par Dr Sayon Kourouma, médecin en service à la chirurgie de ce centre hospitalier dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce jeudi 15 mai 2021.

 « Le jour de la fête et le lendemain, nous avons reçu au total 7 cas d’accidents liés à la voie publique. Ces 7 cas ont eu lieu entre piétons et motards. Nous avons reçu trois personnes avec des traumatismes crâniens et quatre cas avec d’autres types de traumatismes. Tous les patients ont été pris en charge par nos services. Il n’y a pas eu de référence vers d’autres structures hospitalières. Après les soins et la réanimation des trois cas qui ont eu des traumatismes crâniens, tous les patients ont été libérés », a-t-il confié.

Dr Kourouma ajoute que les patients reçus dans ce centre médical étaient de deux catégories : « la première catégorie des patients reçus était dominée par des mineurs qui conduisent les engins sans la moindre prudence. Et la seconde catégorie, ce sont des personnes en état d’ébriété, c’est-à-dire des personnes qui étaient sous l’effet de l’alcool », a indiqué le médecin.

Au regard de ce constat, il invite les chefs de familles et les autorités à prendre des dispositions face à cette situation. « Il faut retirer les engins roulants dans les mains des enfants. Pour la plupart des accidents enregistrés, ce sont des enfants qui roulent sur des motos et qui percutent des piétons. C’est pourquoi, et les parents et les autorités, chacun doit jouer son rôle pour préserver la vie des citoyens surtout à l’occasion des fêtes », conseille Dr Sayon Kourouma.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Etat d’urgence sanitaire : N’valy Sacko plaide pour la réouverture partielle des lieux de loisir

15 mai 2021 à 15 03 34 05345

Tout comme l’an dernier, la fête marquant la fin du ramadan est intervenue cette année encore à un moment où les lieux de loisir sont officiellement fermés en Guinée. Cela, en raison de l’état d’urgence sanitaire décrété dans le cadre de la lutte contre le coronavirus toujours en vigueur dans le pays.

Et, cette situation n’est pas du goût du président de l’association des tenanciers des bars, restaurants, motels et night-clubs de Guinée. Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 15 mai 2021, N’valy Sacko a regretté et déploré la décision du gouvernement de fermer ces lieux de loisir. Il dénonce une instrumentalisation de la pandémie de Covid-19 à des fins politiques.

« On est en train de politiser tout en Guinée. Dans les pays où il y a eu 20 mille à 30 mille morts par suite de Covid-19, il y a le déconfinement progressif qu’on est en train d’observer en Europe et aux Etats Unis. Tous les pays de la sous-région aussi sont en train de rouvrir progressivement les activités, parce que leur économie est en danger. Mais ici, nous sommes en train de fêter sans lieu de loisir. Une fête sans lieu de loisir, imaginez ce que ça fait en matière sociale. Sur le plan économique d’ailleurs, on n’en parle même pas.

Depuis l’apparition de la Covid-19, tous les tenanciers tirent le diable par la queue. Parce qu’ils n’ont pas été accompagnés alors qu’ils sont obligés de faire face à leurs obligations, comme payer le loyer, les factures d’eau et d’électricité. Pourtant, les marchés sont ouverts, les transports publics et plusieurs autres lieux de regroupement qui fonctionnent. Ce sont les tenanciers des lieux de loisir qu’on empêche de travailler. Or, il ne devrait pas y avoir deux poids deux mesures dans un pays », a-t-il déploré.

Le président de l’association des tenanciers des bars, restaurants, motels et night-clubs de Guinée demande au gouvernement de penser aux conséquences négatives de la fermeture de ces lieux de loisir et d’autoriser leur réouverture partielle. « Nous avons environ 10. 000 tenanciers inscrits au sein de notre association. Tous ceux-ci ont chacun au moins 5 employés. Et ces gens-là, s’ils ne travaillent pas, ils ne peuvent se trouver à manger, ils ne peuvent pas trouver de quoi se vêtir.

Et ils vont être frustrés de constater gouvernants, les nantis de la République, toutes leurs familles sont dans des bonnes conditions parce qu’ils profitent des biens de l’Etat. Donc je demande au gouvernement d’accepter la réouverture. Puisqu’on ne nous accompagne pas, qu’on accepte une réouverture partielle des lieux de loisir pour permettre aux gens qui travaillent là de gagner leur quotidien », plaide M. N’valy Sacko.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Un domaine agricole d’Elhadj Ousmane (Sans lois) transformé en mine de diamant : « j’ai déposé une plainte »

15 mai 2021 à 10 10 09 05095
Elhadj Ousmane Fatako Baldé, président de la Coordination nationale Haali-Poular de Guinée

Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, Elhadj Ousmane Fatako Baldé (Ousmane Sans lois) est revenu sur la saisie de son domaine agricole situé dans le district de Samoronya, relevant de la sous-préfecture de Damakania, préfecture de Kindia. Le terrain de 119 hectares, nous vous l’annoncions précédemment, a été transformé en mine de diamant par les autorités locales. L’opérateur économique dénonce une nouvelle tentative d’expropriation et annonce avoir saisi la justice de cette affaire.

Décryptage !

Guineematin.com : nous apprenons que votre domaine agricole situé à Samoronya, dans la préfecture de Kindia, est transformé en mine de diamant. Des mineurs travaillent sur les lieux sans votre consentement. Expliquez-nous cette situation.

Elhadj Ousmane Fatako Baldé : effectivement, on m’a informé que le sous-préfet de Damakania a effectué un déplacement chez le président du district de Samoronya. Et les deux ont partagé mon domaine à des gens qui exploitent du diamant. Celui qui a besoin d’une portion, il paye une somme de 200 mille francs guinéens pour l’obtenir. Et après l’exploitation, si l’intéressé gagne du diamant, il se le partage avec le sous-préfet de Damakania et le président du district de Samoronya. Après avoir appris cette nouvelle, j’ai envoyé des gens sur place pour savoir ce qui se passe réellement sur les lieux.

Et ceux-ci ont trouvé effectivement que le partage avait déjà commencé. Les parcelles sont découpées et distribuées en fonction des besoins des clients. Et les gens qui ont reçu leurs parcelles avaient déjà commencé à mettre des piquets. Après, il y a des journalistes dont un de vos collègues de Guineematin.com qui se sont rendus sur le terrain pour faire un constat. Quand ils ont demandé à ceux qui travaillent sur les lieux pourquoi ils sont dans mon domaine, ceux-ci ont répondu que ce sont les autorités qui leur ont donné le domaine pour chercher du diamant. Et vous savez que quand on fait de l’exploitation minière sur un domaine, il ne servira plus à rien.

Guineematin.com : les autorités locales indiquent que le domaine en question est litigieux. Qu’en dites-vous ?

Elhadj Ousmane Fatako Baldé : oui, le chef de district a affirmé que le domaine fait l’objet d’un conflit franco-guinéen, mais ce n’est pas vrai. Le domaine n’a aucun conflit. Moi, je l’ai acheté avec le titre foncier dans les mains d’un Libanais. Quand les blancs étaient prêts à rentrer, ils ont laissé le domaine dans les mains d’un Libanais de nationalité guinéenne. C’est ce dernier qui m’a revendu le domaine il y a près de 30 ans. Le titre foncier porte le nom de ma société et mon nom propre.

Mais on m’a beaucoup fatigué dans ce domaine, parce que tout ce que je mettais là-bas, des gens venaient voler tout. Ils ont incendié le domaine par trois fois. Mais dire que ce terrain fait l’objet d’un conflit entre l’Etat guinéen et l’Etat français, c’est faux. Si cela était vrai, soit les Français allaient partir avec leur titre foncier, s’il leur appartenait, ou bien on allait retrouver le titre foncier avec l’Etat guinéen. Mais ce n’est ni l’un ni l’autre. C’est moi qui détiens le titre foncier parce que le domaine m’appartient.

On dit aussi que le sous-préfet ou le maire de Damakania a déclaré que le domaine est saisi par l’État pour la construction d’une école régionale. Ce qui n’est pas vrai. Mon terrain et le terrain qui est réservé pour la construction de cette école sont proches mais ils sont bien séparés. Ils ne sont même pas collés l’un à l’autre. Les habitants de Damakania le savent, le président du district de Samoronya le sait. C’est de faire des affirmations gratuites comme ça, seulement pour semer la confusion dans le but de faire en sorte que sorte que ça soit une propriété de l’Etat. 

Tout le pays appartient à l’Etat, mais chaque citoyen a sa part là-dedans. Si l’Etat a besoin de cette part, il négocie avec le propriétaire selon les règles édictées en la matière. Depuis que j’ai acquis ce domaine-là, on est en train de me combattre pour le retirer dans mes mains. Mais puisque c’est à tort, Dieu n’a pas voulu que ces manœuvres aboutissent encore. Ceux qui le font savent bien que Dieu ne l’a pas voulu encore.  

Guineematin.com : que comptez-vous faire face à cette situation ?

Elhadj Ousmane Fatako Baldé : quand je me suis rendu compte que le terrain est effectivement occupé par des gens à qui je n’ai pas donné l’autorisation d’y aller, j’ai formulé une plainte que j’ai déjà déposée. Maintenant eux et moi, nous allons voir pourquoi ils ont occupé mon domaine. Parce que le domaine n’appartient ni à eux, ni à l’Etat. C’est à moi qu’il appartient. C’est une plantation que j’avais là-bas. C’est parce que les gens ont volé tout ce qui était dans la plantation que j’ai ralenti les activités sur le domaine. Et maintenant, ils veulent m’exproprier le domaine pour y exploiter du diamant.

Ils sont en train d’user de tous les moyens qui leur sont possibles pour saboter ou retirer le domaine avec moi. Le domaine, je l’ai acheté pour faire de l’agriculture et non pour en faire un domaine d’exploitation du diamant. Tout ce que l’environnement interdit, c’est ce que j’interdis sur ce domaine. Quand je fais l’agriculture sur les lieux, c’est  au bénéfice des Guinéens à commencer par les habitants de Kindia jusqu’à ceux d’autres régions du pays.

Entretien réalisé par Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: +224622919225

Lire

Arrestation de l’imam Nanfo Diaby : son avocat dénonce « de la persécution et de l’arbitraire »

15 mai 2021 à 8 08 12 05125
chroniqueur islamique et promoteur de l’écriture N’ko

Interpellé par la police alors qu’il dirigeait la prière de l’Aïd El Fitr jeudi dernier à Kankan, l’imam Ismaël Nanfo Diaby est poursuivi pour troubles à l’ordre public. C’est son avocat, Me Salifou Béavogui, qui a annoncé la nouvelle dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, dans la soirée de ce vendredi 14 mai 2021. L’avocat dénonce une injustice trop flagrante, estimant que son client a été arrêté tout simplement parce qu’il a décidé de faire la prière non pas en arabe (comme le font tous les musulmans), mais plutôt en langue maninka.

« Je suis très inquiet par l’injustice dont est victime mon client. Il était dans sa cour avec sa famille en train de se préparer pour la prière de l’Aïd El Fitr. D’un seul coup, une équipe la CMIS (compagnie mobile d’intervention et de sécurité) de Kankan débarque sur les lieux et tire du gaz lacrymogène, blessant des gens dont je n’ai pas encore le nombre. Ils ont interpellé mon client et l’ont fait promener un peu partout, avant de le garder dans une CMIS où il a passé la nuit. Nous avons  tenté depuis hier de joindre l’autorité judiciaire, mais impossible. 

Et aujourd’hui, on apprend qu’il a été conduit à la police, et on nous dit qu’il est poursuivi pour troubles à l’ordre public. Quelqu’un qui était chez lui, on est venu l’arrêter à son domicile, comment lui il a troublé l’ordre public ? Il est simplement persécuté pour sa foi religieuse. Ils se basent sur l’interdiction de diriger la prière prise par la ligue islamique contre mon client. Mais cette interdiction fait l’objet d’un recours devant la Cour suprême, la plus haute institution judiciaire, et toutes les parties sont là-bas. 

Il fallait attendre que la Cour suprême se prononce. Donc, vraiment c’est une persécution. C’est de la persécution et de l’arbitraire que je dénonce », s’insurge l’avocat, tout en exigeant la libération pure et simple de l’imam Nanfo Diaby. « Il n’y a même pas de procès dans cette affaire. Il faut qu’il soit libéré immédiatement. Sinon c’est une atteinte à la dignité de mon client, c’est une arrestation arbitraire », a dit Me Salifou Béavogui.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tél. : 622919225

Lire

Fête de Ramadan : la police annonce trois cas d’accidents enregistrés à Conakry

15 mai 2021 à 7 07 18 05185
Contrôleur général Boubacar Kassé, porte-parole de la police nationale

Trois accidents de la circulation, c’est ce que la police a recensé le jour de la fête de ramadan (célébrée avant-hier, jeudi 13 mai), à Conakry. Ces accidents ont fait sept blessés, la plupart légèrement, et des engins (véhicules et motos) endommagés, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes. C’est le contrôleur général Boubacar Kassé, porte-parole de la police nationale, qui a publié ces chiffres hier, vendredi 14 mai 2021.

« Pendant la fête de l’Aïd El Fitr, la police a enregistré trois cas d’accidents survenus à Conakry. A l’intérieur du pays, nous n’avons enregistré aucun cas d’accident. Il y a eu au total cinq blessés dont deux grièvement. A 22h 30’ sur la T1 entre Kondébounyi et Concasseur, il y a eu un accident moto contre un véhicule. Une moto TVS AD 5688 RC conduite par Mamadou Saliou Keïta, qui a été blessé et admis à l’hôpital et une voiture Mazda RC 6554 AE conduite par Ibrahima Kalil Fofana, qui a été aussi légèrement blessé.

A 22h 25’, à côté du commissariat central de Nongo, deux véhicules sont entrés en collision. Il s’agit d’un taxi Peugeot 306, RC 1897 Y conduit par Ibrahima Sory Diallo et une voiture personnelle, une Nissan Primera RC 6446Y conduite par Thierno Sadou Diallo. Le taxi venait en 3ème position et a percuté la voiture. Il a fallu l’intervention de la police pour extraire le chauffeur qui était coincé à l’intérieur et le conduire à l’hôpital Les Flamboyants.

Il y a eu quatre personnes blessées, c’est-à-dire le chauffeur et les trois passagers, tous admis à l’hôpital. Le 3ème cas est survenu au niveau de Dabomba, dans la commune de Matoto, où la flèche du chef d’Etat-major général des Armées a été renversée et le conducteur de la moto a eu une blessure légère », a indiqué le porte-parole de la police nationale.

En plus de ce bilan dressé par la police, il faut signaler qu’un autre accident de la circulation est survenu avant-hier, jeudi, au niveau de Sanacian, une localité située à environ 55 km de la ville de Kouroussa. C’est un camion remorque immatriculé RC 5512-0 qui s’est cogné à un arbre situé au bord de la route. Il y a eu un mort (l’apprenti chauffeur qui conduisait le véhicule) et deux blessés.  

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Sadou Keïta, gouverneur de Kankan : « il y a eu beaucoup de mauvais actes commis pendant le Ramadan »

15 mai 2021 à 7 07 11 05115

En marge de la célébration de la fête marquant la fin du Ramadan, avant-hier, jeudi 13 mai 2021, le gouverneur de Kankan est revenu sur les attaques des domiciles du grand imam et du patriarche de Kankan. Des attaques perpétrées par des citoyens qui manifestaient contre l’interdiction des prières nocturnes dans les mosquées pendant les dix derniers jours du mois de ramadan. Sadou Keïta a déploré « grosse erreur »,  appelant les auteurs de ces actes à demander pardon aux victimes, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Sadou Keïta, Gouverneur de Kankan

« Nous devons implorer la grâce divine. Il y a eu beaucoup de mauvais actes commis pendant le ramadan. Des musulmans ont attaqué le domicile du premier imam et celui du patriarche de Kankan en scandant Allah Akbar. Cela a été une grosse erreur, ils ne doivent plus répéter cela. Ils doivent aller demander pardon à ces victimes, sinon Dieu ne leur pardonnera jamais », a dit le gouverneur de la région de Kankan, tout en invitant les habitants de la région à se mobiliser pour se faire vacciner contre la pandémie du coronavirus.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

L’érudit de Kindia à Alpha Condé : « je le prie de libérer les détenus politiques »

15 mai 2021 à 7 07 06 05065
Abdoul Wakil Keïta, érudit de Kindia

En marge de la célébration de l’Aïd El Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, avant-hier, jeudi 13 mai 2021, l’érudit de Kindia a adressé un message au président Alpha Condé. Elhadj Abdoul Wakil Keïta a demandé au chef de l’Etat guinéen de libérer les prisonniers politiques au nom de la paix et de la quiétude sociale en Guinée.

« Si le miséricordieux te fait du bien, à ton tour fais du bien aux démunis. S’il te donne de la puissance, du pouvoir, il faut le remercier, car il ne n’accorde pas cette faveur à tout le monde. Et quand il te confie une portion du pouvoir, il t’observe, car il sait que tu retourneras vers lui. Donc, à cette occasion, je dirai ceci à notre président Alpha Condé : je sais qu’il peut mettre en prison qui il veut et quand il veut.

Mais s’il pardonne, c’est ce qui est bon pour le pays, c’est ce qui renforce la cohésion nationale, le tissu social. Alors, pour la paix et la quiétude en Guinée, je le prie de libérer les détenus politiques.  C’est la Guinée qu’il doit regarder pour libérer ces détenus afin qu’il est la paix dans notre pays. On doit s’aimer et se pardonner pour que la Guinée bouge », a plaidé l’érudit Elhadj Abdoul Wakil Keïta.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

 Tel: 628518888

Lire