Les faits se sont produits vers la fin de la deuxième du mois de septembre dernier à ‘’Petit Simbayah’’, un quartier de la commune de Ratoma (dans la haute banlieue de Conakry). C’était suite à une bagarre que la mise en cause (Hadjiratou Barry) a livré contre sa locataire (Assiatou Diallo). Cette dernière l’a battue ; et, quelques jours plus tard, en dépit de la médiation pour les réconcilier, Hadjiratou a tenu à « se venger ». C’est dans ce cadre qu’elle a ébouillantée Assiatou Diallo. Et, pour cet acte, elle a été arrêtée et placée en détention le 16 septembre dernier. Son procès pour « coups et blessures volontaires » s’est ouvert mercredi dernier, 20 octobre 2021, devant le tribunal correctionnel de Dixinn.

A la barre, Hadjiratou Barry a plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés. Et, elle a accusé ‘’Satan’’ de l’avoir poussé à se venger d’Assiatou Diallo.

« Il y a eu une altercation entre nous, on s’est bagarré. Elle (Assiatou Diallo) m’a frappé. Quelques jours après, mon oncle est venu me gifler sans même me demander ce qui s’est passé. Finalement, mon oncle, mon mari et le mari de Assiatou Diallo nous ont réconciliées. Mais, mon cœur n’était pas tranquille. Satan m’a poussé, j’ai chauffé l’eau et je l’ai versée sur elle (Assiatou Diallo). Je regrette les faits et je demande pardon. C’est Satan qui m’a poussé à le faire », a déclaré Hadjiratou Barry devant le tribunal.

« Tu n’avais aucune solution pour te venger, sauf verser de l’eau chauffée à 100 degré sur son corps ? » se presse de demander le ministère public.

« Non ! Je ne pensais pas que cela allait être aussi grave que ça », a répondu la prévenue.

Mais, visiblement, sa réponse n’a fait qu’ajouter à la colère du procureur Boubacar I Bah.

« Maintenant ton cœur est tranquille, non ! Tu pensais que tu peux verser cette eau sur elle et aller dormir tranquillement chez toi ? Voilà pourquoi tu es en prison », a martelé le parquetier audiencier.

« Non, c’est Satan qui m’a poussé à faire ça. Sinon, après les assises organisées par mon oncle et nos époux, j’avais pardonné. Mais, c’est par après que Satan m’a poussé à faire cet acte », a insisté Hadjiratou Barry.

« Cesse d’accuser Satan ! » s’exclame le procureur, avant de poursuivre : « Tu es croyante pour combattre Satan. Donc, si c’est Satan qui te guide, ça veut dire que ta croyance manque encore ».

Appelée à la barre, la victime (Assiatou Barry) a laissé entendre que Hadjiratou Barry l’a attaquée par surprise pour l’ébouillanter.

« Ce jour, il n’y a même pas eu de dispute entre nous. Elle (Hadjiratou) est venue tout simplement verser l’eau chaude sur moi », a dit Assiatou Diallo, avant que son mari ne vienne demander le remboursement des 3 896 000 francs guinéens qu’il a dépensé pour les soins.

Finalement, le tribunal a renvoyé l’affaire au 29 octobre prochain pour les réquisitions et plaidoiries.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/664 41 32 27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin