Devant la fréquence des conflits transfrontaliers, responsables guinéens et maliens se sont retrouvés ce lundi, 11 février 2019, à Kankan. La démarche vise à se pencher sur la prévention et la gestion desdits conflits, mais aussi à conduire des campagnes de sensibilisation conjointes des populations frontalières, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Il s’agit d’une rencontre d’échange d’idées du comité interrégional de pilotage des activités de coopération transfrontalière Mandiana et Siguiri (Guinée), Yanfolila et Kangaba (Mali).

En effet, ces dernières années, que ce soit vers Siguiri ou Mandiana, les conflits transfrontaliers ont souvent opposé des guinéens et des maliens. Parfois, des cas de morts et de blessés sont enregistrés des deux côtés. C’est pour mettre fin à ces conflits que les acteurs impliqués, en l’occurrence les autorités maliennes et guinéennes, se sont retrouvés à Kankan.

La rencontre, qui vise à mettre en place des structures de coopération dans les espaces déjà définis par les deux pays, « s’inscrit dans le cadre de la recherche des solutions aux questions de coopération et de développement des zones frontalières, qui ont toujours été au centre des préoccupations des populations et des autorités des deux Etas ».

Boubakar Bagayoko

Selon Boubakar Bagayoko, gouverneur de la région de Sikasso, dans la république du Mali, chef de mission, la Guinée et le Mali ont été divisés par la France. « Nous avons été divisés par le colonisateur, donc une frontière est entre nous. Mais, quand les uns sont assis à côté des autres, il faut quand même qu’ils s’entendent pour faire la gestion de tout ce qui se passe des deux côtés de cette frontière. Donc, nous sommes venus pour que nous nous asseyions, pour que nous discutions, pour mettre des papiers comme il faut, pour la gestion et la bonne coopération transfrontalière », a-t-il expliqué.

Mohamed Gharé

Pour sa part, le gouverneur de Kankan a mis un accent particulier sur la délégation malienne, forte de plusieurs membres. « Cette présence très significative, qui s’inscrit dans la tradition du bon voisinage, exprime à la fois les relations de solidarité profonde entre le peuple malien et guinéen et concrétise la relation d’amitié et de fraternité entre nos deux chefs d’Etats. C’est un moment solennel de rappeler, avec ferme conviction, que le Mali et la Guinée restent et demeurent liés par l’histoire et la Géographie, que ni les soubresauts ni velléités incontrôlées ne pourront ébranler », a laissé entendre Mohamed Gharé.

Mamoudou Tapily

Ce projet, exécuté sur le terrain sous financement du ministère Allemand des affaires étrangères, à travers la GIZ, rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui aux programmes frontières de l’union africaine. Mamoudou Tapily, conseiller technique régional en gestion des frontière à la GIZ, a dit ses attentes. « Ce que nous attendons, c’est le lancement officiellement des activités de gestion des frontières, particulièrement les activités de coopération transfrontalière, entre les collectivités frontalières de la république de Guinée et celles frontalières de la république du Mali. Comme vous le savez, la Guinée et la Mali sont des pays frères. Mais, mais il y a beaucoup d’incompréhension sur le terrain, vu que les frontières ne sont pas matérialisées ».

A rappeler que la fin des travaux est prévue pour le 14 février 2019.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : 00224 627 27 13 24

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin