Honorable Pépé Toupou, député uninominal de Macenta

La situation sociopolitique en Guinée reste marquée par le débat autour du changement de la constitution et du retrait des grandes formations politiques d’opposition du processus électoral en cours. Sur ce second point, les religieux (chrétiens et musulmans) ont demandé à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de reporter la date du 16 février 2020 pour la tenue d’une élection législative inclusive.

Un avis loin d’être partagé par l’honorable Pépé Toupou, député uninominal de Macenta et président de la commission aménagement du territoire et des transports de l’Assemblée Nationale. Il l’a dit au cours d’un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com dans la journée le vendredi dernier, 31 janvier 2020.

Guineematin.com : l’opposition a saisi la Cour Constitutionnelle par rapport aux intentions du chef de l’Etat de doter notre pays d’une nouvelle constitution. Qu’en pensez-vous ?

Honorable Pépé Toupou : je ne vois pas en quoi l’opposition peut avoir gain de cause parce que c’est un devoir régalien pour le président de demander un référendum pour changer ou amender une constitution. Moi je pense que c’est un devoir, ce n’est pas une dictature. C’est absolument une consultation, changer une constitution, ce n’est pas venir imposer une constitution aux gens. Mais, on le fait par référendum et une fois qu’on parle de référendum, il n’y a rien de meilleur à ça, il n’y a rien de plus démocratique parce que la base de la démocratie, c’est d’abord la consultation. Si l’opposition est en train de s’aventurer sur un terrain comme ça, elle est en train de donner un coup de sabre dans l’eau. Il n’y a aucune possibilité de réussir une telle démarche.

Guineematin.com : les religieux ont demandé à la CENI de reporter la date du 16 février 2020 pour permettre la tenue d’une élection législative inclusive. Est-ce que vous êtes d’accord ?

Honorable Pépé Toupou : ils ont peut-être raison de le dire, mais ils l’on dit en retard. On aurait pu le dire avant même que le processus soit engagé. Maintenant que les choses sont allées jusqu’au moment où les gens ont financé, sont dans la campagne et ont versé leurs cautions, ce n’est pas en ce moment qu’il faut dire à la CENI de reculer le temps parce que tout recul qui se fait pèse sur la tête de ceux qui sont engagés dans la course. J’ai lu quelque part que les opposants qui sont allés aux élections sont contre un recul de la date parce que c’est un problème d’abord pécuniaire. Ensuite, c’est un problème d’honneur aussi. Les gens ne peuvent pas s’engager et après dire que tous ceux qui sont engagés, leurs points de vue ne comptent pas, c’est le point de vue du FNDC qui n’a semé que de la terreur dans le pays qui compte. Il faut que les religieux comprennent que c’est bien d’arranger, mais il ne faut pas arranger sur la tête des autres. Aucune frange de la population ne vaut mieux que l’autre. Les législatives dont il est question, c’est un processus qui a été engagé par la CENI qui a fait assez de consultations. C’est au finish de tout ça qu’ils ont présenté un chronogramme qui a été apprécié par la plupart de la classe politique guinéenne. Le président a trouvé que si la majorité est d’accord avec ce chronogramme, il n’y a rien à s’opposer à ça. Il a convoqué les électeurs et je pense qu’il y a un retard dans les démarches des religieux.

Guineematin.com : nous savons que le processus électoral en cours a connu des perturbations et des listes électorales ont été déchirées et incendiées. Ne pensez-vous pas que les religieux ont raison de demander un report pour empêcher d’éventuels troubles ?

Honorable Pépé Toupou : est-ce que vous pensez que ceux qui vont se sentir frustrés ne vont pas troubler quand on va leur demander de reculer ? C’est une question d’équité, tout ce qui se fait pour arranger le peuple on est d’accord. Mais, il ne faut pas volontairement troubler ce qu’il ne faut pas troubler… Il y a eu des consultations pour lesquelles le RPG n’a pas voulu se présenter et ça a continué. Il y a eu un référendum pour lequel on n’a pas voulu et ça s’est fait. On ne peut pas refuser quand on vous appelle à une consultation. Si vous êtes prêts vous allez et si vous n’êtes pas prêts, vous ne partez pas. Si aujourd’hui on demande au président de la CENI de reporter la date des législatives, c’est une erreur parce que la CENI est totalement indépendante. Le président de la CENI ne peut pas parce que c’est un décret qui a appelé les électeurs au vote. Donc, c’est au-dessus du rôle de la CENI de déranger le processus. Pour ne pas mettre encore de l’huile sur le feu, les religieux n’ont qu’à demander pourquoi ceux-ci ont refusé ? Ce n’est pas obligatoire d’aller aussi aux élections. Quand tu trouves qu’une élection ne colle pas à tes aspirations, mais tu laisses les autres y participer. Il ne faut pas mettre le président de la CENI au ridicule.

Guineematin.com : une femme a été violentée et utilisée comme bouclier par des agents de maintien d’ordre à Wanindara. Un acte qui a irrité plusieurs personnes. Est-ce le cas chez vous ?

Honorable Pépé Toupou, député uninominal de Macenta

Honorable Pépé Toupou : je crois que vraiment ça doit irriter quand la pudeur est atteinte. Une femme ne mérite pas d’être traînée comme ça, l’intégrité d’un homme ne doit pas être vraiment mise en cause de cette façon. Trainer une femme et en faire un bouclier, c’est ramener à la basse valeur un homme, surtout une femme qui mérite tout le respect et tous les honneurs. Je trouve que c’est très mauvais. Mais tout ça est la résultante du fait que des gens volontairement et délibérément sont en train de troubler la quiétude en allant à un débat qui ne se fonde sur rien d’objectif. On vous demande de venir aux législatives, tous les débats ont été faits, vous n’avez pas voulu participer au débat, vous dites que vous n’allez pas et que vous êtes en train de faire des marches qui sont toujours émaillées de problèmes. Brûler les pneus, ce n’est pas une marche, prendre des fusils et tirer, parce qu’on a pris des éléments avec des fusils, ce n’est pas normal. Il faut qu’on ait pitié de cette Guinée qui est bénie, Dieu siège ici parce qu’il y en a qui veulent faire de ce pays un champ de guerre et Dieu n’acceptera jamais. Tous les jours, nous prions en tant que chrétiens et les musulmans prient aussi pour demander la paix à Dieu. La Guinée est sous le contrôle de Dieu, elle est sous le regard de Dieu, la main droite et victorieuse de Dieu plane sur la Guinée. Nous disons Dieu merci, sinon il y en a qui ont gros sur le cœur. Regardez des gens qui vont incendier des véhicules sans savoir ça appartient à qui. Ils n’ont pas raison, sinon les débats sont ouverts et on peut régler des problèmes comme ça autour de la table. C’est eux qui poussent les religieux pour dire que nous voulons qu’on recule la date, pourquoi reculer ? On ne va pas reculer, ils ne valent pas mieux que les Guinéens qui sont engagés dans ces élections. Tantôt ils disaient que nous avons une assemblée périmée, ce vocabulaire là, c’est avec eux qu’on a entendu ça. Aujourd’hui, on leur dit de venir aux élections pour mettre une nouvelle assemblée et là encore, ils ne veulent pas. Ils ne veulent de rien qui soit bon pour la Guinée.

Guineematin.com : les communicants de votre parti, le RPG Arc-en-ciel sont en grève depuis le dimanche, 26 janvier 2020 et exigent l’amélioration d’un certain nombre de conditions. Comment vous trouvez leur démarche ?

Honorable Pépé Toupou : en tant que militant, tout ce que l’on fait, c’est le volontariat. Ce n’est pas une institution administrative publique, ce ne sont pas des fonctionnaires de l’Etat qui doivent peser sur le budget de l’Etat. Nous à notre temps, quand un ami avait un baptême, on mettait un pagne où chacun donnait ce qu’il peut et c’est avec ça on allait saluer les familles sous les toits desquels il y avait une naissance ou un décès et ainsi de suite. S’ils ont besoin que le parti leur apporte des instruments, en ce moment il n’y a pas de grève dans ça. Je ne vois pas en quoi vraiment les communicants peuvent essayer d’aller en grève. Ça, c’est vraiment rater l’idée de leur fonction. Quand on est un communicant d’un parti politique, on est d’abord militant et le militantisme, c’est le bénévolat. On ne demande rien en retour. De mon point de vue, ce n’est pas normal. D’ailleurs, nous à notre temps, on prenait l’argent de nos poches pour faire fonctionner le parti.

Guineematin.com : quel est votre mot de la fin ?

Honorable Pépé Toupou, député uninominal de Macenta

Honorable Pépé Toupou : je remercie le Professeur Alpha Condé parce que vraiment c’est un homme qui est mûri d’un esprit démocratique. Il fait souvent des choses qu’on pense que c’est inutile, mais c’est plus tard qu’on se rend compte que c’est utile. C’est difficile de réveiller quelqu’un qui fait semblant de dormir… Les autres là sont animés d’une bonne foi, sinon, un matin on peut se réveiller et voir un projet de référendum. On peut voter ou ne pas voter. Je prie les gens de ne pas faire de ce pays une Orange, c’est-à-dire la mettre dans la bouche pour la sucer. On ne doit pas mettre à l’esprit que tant que ce n’est pas moi le président de la République, rien ne marche. Ça, c’est la plus grande méchanceté et c’est ce qui est dans l’esprit de nos frères. Tout ce qu’ils réclament, c’est pour eux-mêmes. Ils sont en train d’utiliser le peuple comme bouclier, en train d’utiliser le peuple comme appât pour qu’ils viennent à ça. Mais, ils n’ont qu’à patienter parce qu’ils ne peuvent être plus forts que le peuple. Tous les jours qu’il y aura des morts, il faut qu’ils aient sur la conscience qu’ils sont responsables de ces morts-là. Tous ceux qui sont blessés, il faut qu’ils sachent qu’ils ont une part. Parce qu’il n’y a pas de raison qu’ils aillent brûler les pneus, tirer les fusils sur les gens. J’appelle tout le monde à l’apaisement et de comprendre qu’un peuple, une nation, c’est un bien commun et que tous les jours que vous êtes en train de travailler dans le sens de retarder ce pays, sachez que vous êtes en train d’enlever la paille sur le toit d’un bâtiment. Parce qu’à un moment donné, ça va couler et ça va pleuvoir sur tout le monde. J’en appelle à la bonne compréhension, à l’esprit patriotique des gens pour accepter de donner la paix à ce pays. Le résultat que le Professeur Alpha condé a eu, c’est dans le feu. Tous les jours, il y avait des troubles mais comme Dieu l’a amené pour ça, c’est une espèce de messie. C’est pourquoi, quand les gens bavardent, il prend son avion pour aller chercher quelque chose pour notre pays. Nous prions pour lui et nous souhaitons que Dieu lui donne toujours la sagesse, la compréhension, mais la protection totale par rapport aux désirs, je ne dirais pas sataniques, mais malveillants de notre opposition.

Interview réalisée par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin