Dans le souci de casser la grève du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLCEG), entamée depuis le 09 janvier dernier, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) a entamé une série de tournées à travers le pays. Dans la matinée de ce mercredi, 5 février 2020, Mory Sangaré a conféré avec les autorités locales, les responsables de l’administration scolaire et les parents d’élèves de la région de Kindia. Le ministre a menacé les grévistes avant d’inviter les enseignants à soutenir la nouvelle constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Selon le correspondant local de Guineematin.com, la délégation ministérielle a rencontré les responsables de l’administration scolaire régionale, préfectorale et sous préfectorale. Au cours de la rencontre, tenue à l’école nationale de la santé de Kindia, Mory Sangaré est d’abord revenu sur le contenu du protocole d’accord signé entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation, (à l’absence du vrai SLECG) pour amener les enseignants à de meilleurs sentiments. « Ma visite ici à Kindia est une visite de prise de contact avec les enseignants et encadreurs du système éducatif. Donc, je profite de cette visite pour vous dire que nous avons invité le syndicat de l’éducation et nous avons obtenu un protocole d’accord que nous allons mettre en vigueur. Nous allons tout faire pour valoriser les primes de fonction et je pense que nous sommes sur la bonne voie. Donc, les enseignants qui sont encore à la maison doivent rebrousser chemin, sinon une autre mesure sera prise contre eux. Parce que les enseignants guinéens, à la date d’aujourd’hui, chacun a son salaire multiplié par 4. Mais, les grèves ont fait que les élèves ont été perturbés dans leur formation. Il faut qu’ils reviennent en classe. A défaut, ils vont perdre doublement parce que leurs salaires seront supprimés et de nouveaux enseignants seront recrutés pour les remplacer », a laissé entendre Mory Sangaré.

Plus préoccupé par la conservation de son poste que de trouver une vraie solution aux problèmes du système éducatif, Mory Sangaré n’a pas raté l’occasion pour parler du contesté projet de nouvelle constitution. Devant les enseignants, les autorités éducatives à tous les niveaux et les parents d’élèves, le ministre de l’Education Nationale a demandé à l’ensemble des acteurs du système éducatif de la région d’accompagner Alpha Condé dans son projet de nouvelle constitution. « Un ministre comme moi, un enseignant comme vous, en marchant, c’est un pied dans l’administration et un pied dans la politique du gouvernement, surtout que c’est un enseignant qui est au pouvoir. Donc, nous devons l’accompagner dans son projet de nouvelle constitution. »

Plus loin, Mory Sangaré a remué le couteau dans la plaie du FNDC en disant clairement que le pouvoir de cette structure va certainement prendre fin à partir du 1er mars, date du Référendum constitutionnel et des élections législatives.

Depuis Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin