Mohamed Ismaël Traoré, gouverneur de la région administrative de N’zérékoré

Les propos incendiaires tenus par le préfet de N’zérékoré, Elhadj Sory Sanoh, continuent de faire des vagues dans la capitale de la Guinée Forestière. Après avoir été saisi par la jeunesse forestière qui exige le départ d’Elhadj Sory Sanoh, le gouverneur tente de recoller les morceaux. A l’occasion d’une rencontre avec les jeunes, dans la journée d’hier, jeudi 05 mars 2020, Mohamed Ismaël Traoré a dénoncé les propos du préfet avant de demander pardon à toute la communauté, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Elhadj Sory Sanoh a tenu des propos qui ont fait le tour de la Guinée et suscité l’indignation. Dans un entretien avec des médias de la place, le préfet avait laissé entendre qu’il était prêt « à égorger » si le président Condé le souhaitait. Des propos qui ont provoqué une levée de boucliers des jeunes de la Guinée Forestière qui demandent son départ.

Après avoir été saisi à cet effet par une correspondance, le gouverneur a rencontré les jeunes pour échanger à ce sujet. Mohamed Ismaël Traoré, gouverneur de la région administrative de N’zérékoré, a commencé par regretter les propos du préfet. « La situation qui prévaut dans la ville de N’zérékoré est une situation très malheureuse, parce que c’est suite à un propos malveillant que monsieur le préfet a proféré au cours d’un point de presse qui a fait que les jeunes sont en débrayage. Et la logique que les jeunes montrent, c’est que le mot que le préfet a prononcé était de nature à mettre l’équilibre social en péril. Et comme ils sont acteurs de la paix et ils ne veulent pas que les gens considèrent N’zérékoré comme foyer de tension, ils sont venus me voir.

Ils ont d’abord demandé le départ imminent du préfet. Quand ils m’ont adressé la lettre, j’ai accusé réception et les a invité de venir partager avec moi pour que nous puissions discuter de long en large, pour voir comment nous pouvons trouver des approches de solution. Après avoir écouté les jeunes, écoutant également mes collègues qui étaient à côté de moi, j’ai compris que nous sommes en faute. Nous les administrateurs territoriaux, il y a des termes, quand vous les dites, vous jetez l’huile sur le feu. Dans les propos que j’ai eu à avancer, je leur ai dit qu’ils ont raison. Nous allons demander pardon à toute la congrégation des jeunes, nous demandons pardon à la notabilité et nous allons leur dire que ça serait peut-être notre première et notre dernière fois d’agir de cette manière », a déclaré le gouverneur.

Pour l’autorité régionale, il n’est pas question qu’un administrateur territorial se comporte de la sorte. « Nous qui sommes représentants de l’Etat, nous qui devons mettre tout en œuvre pour le respect de l’autorité de l’Etat, si nous sommes les premiers à lancer des propos pour créer le trouble dans notre juridiction, je crois c’est quelque chose qu’il faut interdire et qu’il faut cesser de faire », a dit Mohamed Ismaël Traoré.

Avant de sortir de la salle, le gouverneur de région a donné 48 heures aux jeunes à qui il a dit d’aller présenter ses doléances à leur base afin de trouver un terrain d’entente.

A suivre !

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com