Révoltés par les délestages électriques qui deviennent de plus en plus récurrents à Mandiana, plusieurs jeunes ont manifesté hier, mardi 4 mai 2021, dans la ville. Ils ont chassé le directeur de l’agence locale d’EDG, avant de fermer les locaux de la société chargée de la fourniture du courant électrique en Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est aux environs de 14 heures que plusieurs jeunes en colère ont envahi les locaux d’EDG (Electricité de Guinée) à Mandiana. Ils sont venus demander des explications par rapport à la baisse constatée récemment dans la fourniture du courant électrique dans la ville. Et, les explications données par le directeur de l’agence locale d’EDG n’étaient pas rassurantes. Ce qui a poussé les manifestants à prendre une décision radicale consistant à fermer les locaux de la société, explique leur porte-parole, Djoumé Diallo.

« On a constaté un changement radical dans la fourniture du courant électrique. Avant, le système de délestage qui était là consistait à donner le courant à chaque quartier pendant trois nuits consécutives, en raison de 5 heures par nuit. Mais ces derniers temps, chaque quartier ne reçoit le courant qu’une seule nuit. C’est-à-dire que lorsque vous avez le courant pendant 5 heures cette nuit, vous ne l’aurez pas demain. Demain, c’est un autre quartier qui l’aura et ainsi de suite. Après avoir fait ce constat, nous avons décidé d’aller demander au directeur d’EDG la raison de ce changement.

Kémo Keïta nous a répondu qu’il lui faut un deuxième groupe pour pouvoir faire face au problème lié à la desserte du courant électrique à Mandiana. Selon lui, il a toujours sollicité l’obtention de ce deuxième groupe, mais il n’a pas eu de suite favorable. Il a dit que même tout récemment, il était à Kankan où se trouvent actuellement cinq groupes neufs, mais il n’a pas pu en avoir un pour Mandiana. Donc le directeur nous a montré qu’il n’y a plus d’espoir. C’est pourquoi on l’a chassé et on a fermé les locaux d’EDG », a indiqué le porte-parole des manifestants.

Pour qu’ils acceptent de rouvrir les locaux d’EDG, ces citoyens de Mandiana exigent l’obtention d’un deuxième groupe électrogène et la fin des délestages. « On a posé une seule condition : c’est l’envoi d’un deuxième moteur pour nous permettre d’en finir totalement avec les délestages. Nous réclamons aussi plus de transparence dans la gestion du carburant, parce que nous soupçonnons un vol massif », a dit Djoumé Diallo.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin