Comme annoncé précédemment, en plus du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, ceux de l’enseignement supérieur et de l’enseignement technique sont passés aussi devant l’Assemblée nationale hier jeudi, 06 décembre 2018, pour présenter et défendre leurs budgets sectoriels. Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a défendu un budget de 949 milliards 258 millions 589 mille francs guinéens, et Lansana Komara, ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, a présenté un budget de 211 milliards 750 millions 489 mille francs, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans la loi de finances initiale 2018, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique avait une enveloppe de 1 036 milliards 555 millions 631 mille francs. Ce montant a été réduit à 804 milliards 279 millions 77 mille francs dans la loi de finances rectificative, pour un taux de décaissement de 79%. Pour l’année 2019, il est inscrit un montant de 949 milliards 258 millions 589 mille GNF comme budget de ce département.

En défendant ce budget devant les députés, le ministre est revenu d’abord sur les activités réalisées auparavant. Il s’agit, selon lui, de :

L’amélioration de la gouvernance de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à travers la création de nouveaux services, la dynamisation des deux directions générales (enseignement et recherche), la création et l’opérationnalisation de l’autorité nationale d’assurance qualité, la reconfiguration du paysage institutionnel avec le rattachement de certaines institutions d’enseignement et de recherche à d’autres, en vue d’une plus grande efficacité dans la gestion des ressources allouées.

A cela, vient s’ajouter le recensement biométrique des étudiants et des enseignants qui a permis de déceler 30000 fictifs.

Abdoulaye Yéro Baldé soutient aussi qu’il a été observé l’amélioration de l’orientation des bacheliers avec la vulgarisation du système d’orientation en ligne. La plateforme « GUPOL » permet une maîtrise des effectifs à travers le contrôle des étudiants à l’entrée des Universités, le lancement de l’étude sur l’élaboration du schéma directeur d’information du ministère.

Il y a également eu la mise en place effective des Comités d’administration de l’UGANC, ISMG de Boké, ANAQ. Il est aussi envisagé pour les autres institutions d’enseignement supérieur et de recherche scientifique de leur doter prochainement d’un conseil d’administration.

De l’accès à la qualité et de l’équité aux études supérieures, le ministre cite comme réalisations, le développement des programmes de construction d’infrastructures notamment à Labé, Conakry et les études sont en cours à Kankan, le choix du site devant abriter les classes préparatoires aux grandes écoles, l’organisation des formations en informatique en faveur des femmes.

Sans oublier l’octroi de prix aux meilleures filles/femmes dans les sciences techniques ingénieures et mathématiques. Un programme qui intègre le développement de la qualité de l’enseignement, de l’apprentissage et de la recherche, la revalorisation de la recherche, le développement des compétences et la motivation du personnel, le renforcement du volume, de l’efficacité et de l’efficience du financement, la promotion de la coopération scientifique et technique sous régionale et internationale.

De son côté, Lansana Komara, le ministre de l’enseignement technique, est revenu aussi sur les grandes réalisations de son département au cours de l’année écoulée. Une façon de prouver que le budget alloué à son département a été bien géré avant de demander à l’Assemblée nationale d’approuver le projet de budget pour 2019 qui s’élève à 211 milliards 750 millions 489 mille francs. Soit une baisse de 2.15% par rapport au budget de l’année qui s’achève.

Selon lui, l’accent a été mis dans la qualification de ce secteur par la construction et la rénovation d’infrastructures, la formation des formateurs, la création et la diversification de l’emploi, la meilleure gestion des pensions et l’amélioration de la gouvernance.

Après leurs présentations, les deux ministres se sont prêtés aux questions et suggestions des députés.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com
Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com