Le parquet de Siguiri a rencontré la jeunesse des seize quartiers de la commune urbaine, ce vendredi 1er février 2019. La démarche vise à inviter les jeunes, regroupés en brigades de surveillance, à ne pas verser dans la contestation des décisions de justice, comme c’est souvent le cas, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La contestation des décisions de justice est récurrente dans la ville de Siguiri. Régulièrement, des jeunes en colère manifestent leur opposition devant certains actes posés sur le terrain. C’est pour inviter les jeunes à mettre de l’eau dans leur vin et à respecter la loi que le procureur, Alghassimou Diallo, les a rencontrés.

Selon lui, « je ne marcherai pas sur le dos de la cuillère sur les contestations de masse, à chaque fois qu’une personne est interpellée. Le dernier cas, c’est certaines personnes de Doko qui auraient cassé le domicile du président de district, qui a fait une plainte contre les personnes qui se sont attaquées à son domicile. Ceux-là ont été interpellés. Compte tenu de la gravité, j’ai pris décision de les maintenir en détention. Il y a un groupe de jeunes qui est venu marcher ici, que ces gens n’iraient pas en détention », a expliqué le procureur.

Alghassimou a invité les jeunes à se ressaisir pour que force reste à la Loi. « Je ne marchande pas, quand je décide ou un autre magistrat décide, on ne reculera sous l’effet d’aucune contestation de masse. Imaginez qu’on tue votre enfant. Quand vous portez plainte, vous voulez qu’une suite judiciaire soit donnée à votre plainte. Accepteriez vous que vous vous promenez au quartier avec le présumé assassin de votre enfant ? Respectons la loi, car force doit rester à la loi », a martelé le procureur.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin