L’opération de déguerpissement, lancée la semaine dernière par le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, continue de faire des victimes à Kaporo Rails, dans la commune de Ratoma. Les écoles et les lieux saints ne sont pas épargnés. Un centre de mémorisation du Saint Coran, ayant en son sein une mosquée, est dans la ligne de mire des engins lourds de la gendarmerie de l’habitat au grand dam des responsables des lieux, a appris un reporter que Guineeematin.com a dépêché sur place.

Des bâtiments à usage d’habitation, des usines, des centres islamiques et des mosquées sont, entre-autres, des réalisations non épargnées par la fameuse opération de déguerpissement à Kaporo rails.

A l’image du complexe scolaire Balouta Diallo, le centre de mémorisation du Saint Coran Alfourghâne et la mosquée du secteur Kissia sont de nos jours désertés.

Cette situation préoccupe le directeur général dudit centre. Rencontré par un reporter de Guineematin.com, Alpha Oumar Diallo a exprimé son amertume. « Nous sommes concernés par ce déguerpissement en cours. Nous ne serons pas épargnés par cette opération, parce que de d’un, ils ont marqué la morgue et le hangar de la mosquée. De deux, ils ont marqué tous les bâtiments qui sont dans le secteur, aux alentours du centre. Donc, tous les gens qui viennent prier ici et envoyer leurs enfants au centre sont chassés de leurs maisons. Donc, qui viendra ici ? Personne ne viendra ici. Donc, ça veut dire que ce centre et la mosquée vont aussi être démolis. Le samedi dernier, j’ai demandé aux élèves dont les bâtiments des parents sont marqués de lever la main, j’ai trouvé que 98 % sont de la zone. Les autres sont de Soloprimo (quartier non concerné par le déguerpissement, ndlr). Actuellement, les élèves ont cessé de venir, les uns sont partis au Fouta, d’autres à Coyah, ainsi de suite. Donc, beaucoup de gens sont partis ».

Selon alpha Oumar Diallo, le centre islamique est composé de trois grandes salles de classe, d’une direction, d’une mosquée, d’une morgue et d’un forage. Parlant de l’effectif des élèves et du personnel du centre, le directeur a précisé que, « nous avons un effectif de 160 élèves qui viennent régulièrement étudier ici, matin et soir. Il y a 4 enseignants disponibles pour le centre, trois (3) enseignants qui ont un emploi de temps stable et un autre qui vient temporairement ».

En outre, Alpha Oumar Diallo déplore la situation et demande au gouvernement de trouver des logements pour les personnes déguerpies. « La situation est très difficile. Les gens n’ont même pas de quoi manger. Je demande au gouvernement de construire des logements sociaux pour les personnes déguerpies, parce que de toutes les façons, ces personnes déguerpies sont des citoyens guinéens. Aujourd’hui, beaucoup sont sortis et sont assis là, ils n’ont pas trouvé où aller. Au centre ici, ça fait 4 jours aujourd’hui que les élèves ne viennent pas. Donc, nous aussi, je ne suis pas sûr que nous allons continuer à rester ici pour enseigner puisqu’il n’y a personne », a fait savoir monsieur Diallo.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin