Laurent Gbagbo, ancien président ivoirien

Définitivement acquitté par la Cour pénale internationale, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, est rentré en Côte d’Ivoire le jeudi dernier, 17 juin 2021, après 10 ans d’absence. Ce retour, interprété par certains comme un pas décisif vers la réconciliation nationale dans ce pays, a été largement suivi et commenté en Guinée par les ivoiriens qui y vivent. Et, Guineematin.com a donné la parole à des ivoiriens qui vivent à Conakry pour commenter cette importante actualité sous-régionale. Parmi nos interlocuteur, certains ont quitté leur pays depuis 2002. Ils connaissent les épreuves de l’exil et sont heureux de voir leur ancien chef d’Etat regagner le bercail. Mais, ils précisent aussi que le retour de Laurant Gbagbo ne règle pas tous les problèmes de la réconciliation en Côte d’Ivoire.

Décryptage !

Aboubacar Bamba, styliste modéliste est ressortissant ivoirien en Guinée

Aboubacar Bamba, alias ‘’Bamba Création’’, styliste modéliste, réside en Guinée depuis 12 ans : « C’est avec beaucoup de joies qu’on a accueilli son retour ; parce que hors politique, c’est un citoyen ivoirien qui a eu des difficultés à un moment donné. Aujourd’hui il a été innocenté par la cour pénale internationale, donc il est important qu’il rentre chez lui. Ceux qui suivent l’actualité à distance pourraient penser à un éventuel trouble à l’ordre public ; mais, ceux qui connaissent le terrain, je ne pense pas si sa venue pourrait être source de tension. Moi je suis né dans le même village que Gbagbo, à Gagniwa précisément. Je crois que le pouvoir en place a bien stabiliser les choses ; et, la Côte d’Ivoire est dans une stabilité aujourd’hui. Il pourra peut-être mener sa vie politique, mais il ne pourra pas déstabiliser le pouvoir actuel à mon avis. Je ne pense pas que cela soit même l’intention de Gbagbo. En plus, je ne suis pas trop d’accord avec ceux qui pensent que son arrivée pourrait réconcilier les ivoiriens. Parce que la crise qui est là est vraiment profonde. Il va falloir que chacun y mette de la volonté pour aller vers cette réconciliation tant attendue. Mais, ce n’est pas un seul individu qui va tout changer en un clin d’œil. Sinon, la population elle-même fait tout ensemble, mais ceux qui sont politiquement engagés peuvent avoir des problèmes, parce qu’ils trouvent que  leur mentor est en dehors du pays. L’arrivée de leur champion pourrait décrisper un peu la situation politique, mais cela ne saurait être la solution pour la réconciliation ».

Dimitri Diomandé, ressortissant ivoirien en Guinée

Dimitri Diomandé a quitté de la Côte d’Ivoire suite à la guerre avec la rébellion en 2002 : « C’est une bonne nouvelle et je pense que c’est un pas pour la démocratie. Parce que Laurent Gbagbo est l’un des rares présidents qui ont mis pieds à la Haye et s’en sortir. Sinon, la plus part des présidents qui vont là bas ne viennent pas. Donc, il faut se réjouir de cet acquittement. Mais, la question que nous nous posons aujourd’hui, si Gbagbo est déclaré non coupable, qui est alors le coupable ? Parce que vous n’êtes pas sans savoir que c’est une guerre qui a causé la mort de plus de 3 mille personnes sans compter les déplacés (refugiés) que nous nous sommes. Il faut qu’ils nous disent aujourd’hui qui exactement a fait qu’on a abandonné nos parents pour venir vivre ailleurs. Aujourd’hui, les jeunes ivoiriens sont versés partout à travers le monde. Sinon, avant 2002, les jeunes ivoiriens ne sortaient pas. C’est Gbagbo qui a été accusé d’être à la base de cette rébellion ; alors, comme il est acquitté devant le monde entier, ils doivent se battre pour terminer le travail. On a besoin du coupable, parce que les gens ne sont pas descendus du ciel pour tuer, les armes n’ont pas poussé sur terre. C’est les gens qui ont pris les armes pour tuer d’autres. C’est une rébellion qui a été financée par quelqu’un. C’est pourquoi il est important qu’on sache qui a divisé les ivoiriens et a poussé les ivoiriens à sortir. Nous nous sommes venus en Guinée depuis 2004, près de 20 ans loin de mes parents. À mon avis pour qu’il y ait la paix définitive en Côte d’Ivoire, il faut qu’ils nous sortent le ou les coupables de ces crimes et les punir ».

Amara Bamba, agent orange money ressortissant

Amara Bamba, agent d’orange money : « L’arrivée de l’ancien président Laurent Gbagbo au bercail, je trouve ça salutaire. Puisqu’il a été extradé de la Côte d’Ivoire vers la Haye, après tout il a été acquitté par cette juridique par rapport à son inculpation. Donc, nous sommes vraiment contents de le voir rentrer libre dans son pays. D’une part, ce retour peut être un facteur de réconciliation. En tant qu’ancien président, faire 10 ans en dehors de son pays doit être une leçon pour lui. On souhaite que ses partisans aient l’esprit de la paix dans le pays pour ne pas que ce retour bascule dans le désordre. D’ailleurs, en Afrique on est fort lorsqu’on est au pouvoir. Même s’il a la possibilité d’appeler à la marche qui pourrait créer une instabilité politique. C’est ce que nous nous craignons, parce que cela pourrait nous retourner en arrière. Le président Gbagbo doit faire une prise de conscience qu’il est venu pour son pays et non contre son pays. Mais, si ses partisans trouvent que aujourd’hui Gbagbo est rentré au pays et il faut que demain qu’il soit encore président, là c’est ce qui ne va pas marcher ».

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-6629-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin