Commune de Ratoma : les citoyens dressent un bilan mitigé du député Aliou Bah

Mamadou Aliou Bah, député uninominal de Ratoma

Le mandat des députés guinéens depuis le 13 janvier dernier (21 jours ce 04 février 2019). Leur bilan, scruté par nos compatriotes, est diversement apprécié. Mais, une majorité écrasante de nos compatriotes se dit déçu de l’apport des députés uninominaux, qui les ont représentés pour les cinq dernières années au parlement. Dans la commune de Ratoma, le bilan du député Aliou Bah est loin de faire l’unanimité.

Élu sous les couleurs de l’UFDG, principal parti de l’opposition en Guinée, Aliou Bah, peu connu des citoyens, n’a pas bonne presse dans la commune de Ratoma. Même si certains citoyens le dédouanent, d’autres dressent un bilan négatif de son passage à l’assemblée nationale.

Selon Diallo Ousmane, Sociologue de formation, rencontré dans une cafétéria à Kipé, la mouvance présidentielle a empêché le vote de certaines lois et autres à l’assemblée, parce qu’ils sont majoritaires. « Comme on le sait aujourd’hui, l’assemblée guinéenne est majoritairement dominée par la mouvance présidentielle. Donc, à l’assemblée, les choses évoluent par vote. Il est très difficile de voir l’impact des députés des partis d’opposition par ce qu’ils sont minoritaires. Tel est les cas du député Mohamed Aliou Bah de Ratoma. Ils sont toujours mis en minorité. Mais, par la qualité de certains parmi eux, ils sont arrivés à équilibrer les choses. Ils n’ont pas laissé les députés de la mouvance pour aller dans la dérive. Pour ce qui est de l’impact sur la commune de Ratoma, ce n’est pas facile de le constater. Je n’ai pas remarqué son impact exact. Le texte de lois qui arrange le régime en place, c’est ce qui passe à l’assemblée. Moi je ne lui en veux pas », dit-il.

Lamine Kourouma, commerçant au quartier Kipé Centre-émetteur, s’inscrit dans la même dynamique et dit que le bilan est globalement positif. « Moi, je dirais qu’en général, les députés ont un bilan positif avec les textes de lois qu’ils ont défendus pour les programmes de développement communautaire et local. Mais, la question que je me pose, c’est est-ce que ces textes seront concrétisés ? Parce que, quand je regarde le passé, ils ont ténu beaucoup de promesses pour le peuple, pour ne pas dire que rien n’a été respecté, mais nous n’avons rien vu. Pour le cas de Ratoma, je n’en veux pas au député Elhadj Mohamed Aliou BAH. Les gens comprennent très mal quand on dit député uninominal. Ce ne sont pas les députés qui viendront développer notre localité, non. Le rôle d’un député, c’est de légiférer sur les textes de lois, de voter les projets en faveur des communautés. Mais, un député n’a pas ce moyen à sa disposition pour développer sa localité. Cela revient au gouvernement d’initier des projets en faveur des localités. Ce que le député peut faire, c’est de soulever les problèmes de sa localité. S’il y a un problème dans sa commune, il peut exposer ce problème à l’assemblée nationale pour que tous les députés puissent s’exprimer là-dessus. S’il y’a lieu d’apporter les solutions dans la localité, qu’ils puissent le faire ensemble. Mais, une chose est claire, il y a eu des projets, c’est le Gouvernement qui a initié ces projets. Par exemple, l’accord cadre que nous avons obtenu avec la Chine, ça a été voté par les députés. Ils pouvaient s’opposer et on allait perdre cette opportunité. Mais, ils ont vu d’abord l’importance de cet investissement dont Ratoma bénéficiait… Ils ont mis d’abord l’intérêt de la Guinée en avant. Ils ont accepté de voter. Aujourd’hui, nous commençons à avoir l’impact de leur vote. Par ce que les chinois commencent à mettre ce fonds à notre disposition. Vous avez vu le projet de Souapiti, les travaux de réhabilitation de nos routes, Plazza Diamond, Sheraton. Je crois que c’est un atout aujourd’hui de leur mandature. Surtout le cas de Ratoma, la sécurité aujourd’hui, ça va, parce qu’il y a des patrouilles qui sillonnent partout. Dans le cadre de la santé, le centre de santé de Ratoma a été toujours équipé. Le gouvernement a tout fait pour envoyer de bons médecins dans cet hôpital. Moi, je remercie notre député ».

Par contre, ils sont nombreux à tirer à boulets rouges sur le député, qui n’a pas fait grand-chose pour Ratoma, à leurs yeux. Diané Ibrahima, comptable de formation, vendeur de matériels électriques à Kaporo rails, dit ne même pas connaitre le député de Ratoma. « D’abord, je vais commencer par dire que nous, les populations de la commune de Ratoma, nous ne connaissons pas notre député. Je ne sais pas s’il est actif dans d’autres quartiers. Mais nous, dans la commune ici, nous ne l’avons jamais rencontré une fois. Pour cela, je serai étonné de savoir qu’il a réalisé des projets ou qu’il a défendu un texte dans l’intérêt de la commune. Malheur à nous, on ne connait pas concrètement ce qu’il a fait pour cette commune ».

Abondant dans le même sens, Baldé Mamadou Lamarana, rencontré à Cosa, pense que les députés sont au parlement pour se faire de l’argent. « Je ne connais même pas le député de la commune. Je ne l’ai jamais vu. Je n’ai vu aucune action de lui dans la commune de Ratoma. Si la population savait ce qu’elle voulait, c’est-à-dire connaitre d’abord notre souffrance, on n’allait pas être là aujourd’hui. On allait choisir un bon député. Moi de mon côté, je ne vois rien de bon du côté de notre député. Ils vont à l’assemblée pour nous défendre. Mais, on ne voit rien, ils se font de l’argent. »

Même son de cloche de la part de Sylla Alhoussein, domicilié au quartier Nongo. « Moi je dirai que les députés, en général, n’ont rien fait. Il faut voir Conakry. Celui de Ratoma, durant les 5 ans, vu la grève des enseignants, rien n’a été défendu par le député, il n’a rien dit à propos de l’éducation des enfants. Durant tout ce temps, le SLECG a souffert, le député n’a rien apporté. Ils ont tenu des promesses mais, rien n’a été réalisé. Au niveau de l’assainissement, rein n’a été fait. La commune de Ratoma est l’une des communes les plus sales de Conakry ».

Ousmane Barry, gérant d’un bar-café à Kipé Dadya, pense que rien sérieux n’a été fait durant les cinq dernières années par les députés guinéens. « Pour ne pas dire que rien n’a marché, je ne retiens pas beaucoup de choses pour ce qu’il a fait pour la commune de Ratoma. Je ne retiens rien de ce qu’il a fait. A ma connaissance, depuis qu’il est élu, je ne l’ai jamais vu ni entendu à la radio. Donc, ce qui reste clair, je n’ai rien retenu de bon de lui ou de projets concrets. Selon mi, pour l’assemblée nationale en général, je ne retiens rien. Les lois qu’ils ont votées, peut-être c’est pour leurs propres intérêts, mais pour la population, il n’y a rien. Ils ont parlé de la polygamie, ça ce n’est pas l’intérêt ou l’attente du peuple. La polygamie, qu’ils la légalisent ou pas, elle est déjà appliquée en Guinée. Ils devaient penser aux choses sérieuses ».

Propos recueillis par Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : (00224) 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS