Alphadio Diallo, âgé d’une cinquantaine d’années, est poursuivi pour des faits de viol sur deux mineures de moins de 13 ans. Les faits se sont produits il y a deux ans, au quartier Lambanyi, dans la commune de Ratoma. L’accusé a comparu ce mardi 26 février 2019 devant le tribunal criminel de Dixinn, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Mis aux arrêts et déféré à la maison centrale de Conakry le 30 décembre 2017, Alphadio Diallo était à la barre ce mardi pour répondre des faits de viol. Devant le juge Aboubacar Maféring Camara, l’accusé a nié les faits mis à sa charge. « Je ne reconnais pas les faits dont on m’accuse. D’ailleurs, les filles dont il s’agit, ce sont mes nièces. Un jour, j’étais au travail, Boubacar Sow, qui est leur tuteur, m’a appelé pour dire que j’ai violé les deux filles. Je lui ai dit que j’étais au travail et qu’on ne peut pas parler de ça au téléphone. Quand je suis rentré à 18 h, il est venu me dire qu’ils ont amené mes nièces à l’hôpital. Il a dit que j’étais l’auteur du viol. Il m’a demandé de payer les frais qui s’élevaient à 2 millions 700 mille francs guinéens. Au début, je n’ai pas accepté. J’ai appelé Mamadou Aliou Diallo, ici présent, qui est mon cousin et beau père de l’une des filles. Je lui ai dit que Boubacar Sow m’accuse d’avoir violé les deux filles. Mamadou Aliou m’a dit d’aller en famille pour en parler. C’est là qu’on m’a mis la pression pour que je paye les 2 millions 700. Mais, je n’ai jamais reconnu les faits, puisque je ne suis pas coupable », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, Alphadio Diallo dira que ce dossier a été monté contre lui par le tuteur des fillettes. « C’est un coup monté contre moi par Boubacar Sow, parce que j’ai refusé de lui donner l’argent qu’il m’avait demandé il y a quelques temps. Il m’avait d’ailleurs dit de lui remettre 50 millions de francs guinéens pour arranger l’affaire du viol, pour ne pas que ça arrive en famille. J’ai refusé, parce que je ne me reproche de rien. Il a donc fomenté ce coup contre moi. Un jour d’ailleurs, il m’a menacé parce que j’ai refusé de lui donner de l’argent pour faire ses affaires. A l’époque, il m’avait dit qu’il allait me créer des problèmes », accuse-t-il.

Devant cette négation, le juge va demander à Mamadou Aliou Diallo, beau père de l’une des filles, de venir à la barre pour donner sa version des faits. Selon lui, « cet homme est entrain de mentir et je trouve très étonnant qu’il le fasse, parce qu’il avait reconnu avoir violé les deux filles devant des sages, le muezzin du quartier et plus de 15 autres personnes. Il avait même signé un document avec 4 témoins pour reconnaître les faits. Il dit que c’est Boubacar Sow qui a monté un coup contre lui pour lui soutirer de l’argent. Moi, je ne suis pas au courant de cette affaire d’argent entre eux. Tout ce que je sais, c’est qu’un jour, Alphadio Diallo est venu chercher ma belle fille et ma petite fille pour qu’elles aillent laver sa maison. Elles y ont passé la nuit et sont revenues le lendemain. C’est depuis ce jour que ces filles ont commencé à tomber malade. C’est ainsi que Boubacar Sow les a conduits dans une clinique. Les médecins de là-bas ont demandé à ce qu’il les envois chez Dr Hassane. Et Dr Hassane a conclu au viol. On a appelé Alphadio, il a reconnu les faits et a payé les frais et Boubacar Sow a porté plainte contre lui », a dit Mamadou Aliou Diallo.

Toutefois, Mamadou Aliou Diallo a dit au tribunal que la famille s’est concertée et a décidé de pardonner à Alphadio. C’est pourquoi, il va demander de bien vouloir l’acquitter.

Une doléance rejetée par le juge Aboubacar Maféring Camara, qui dira que tout sera clair dans cette affaire. Selon lui, la loi sera appliquée si Alphadio Diallo est reconnu coupable. Une position appuyée par le procureur, Boubacar 1 Bah.

L’affaire est renvoyée au 12 mars 2019 pour la comparution des deux filles et de Boubacar Sow.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 224 623 53 25 04

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin