Crise de viande à Koubia : le prix du kilogramme revu à la hausse

A la veille de la célébration de la fête marquant la fin du Ramadan, la ville de Koubia fait face à une crise de viande. La quantité de viande qui était disponible ce matin était largement inférieure à la demande. Un déséquilibre favorable aux bouchers, qui en ont profité pour augmenter le prix du kilogramme de viande, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Ce mercredi, 12 mai 2021, la déception est lisible sur les visages de nombreux habitants de Koubia. Et pour cause, ils ne pourront pas préparer de la viande chez eux demain, jour de la fête de l’Aïd El Fitr, marquant la fin du Ramadan. En effet, la ville fait face à une véritable crise de viande, à un moment où cette denrée est fortement prisée. En fin de matinée, la boucherie préfectorale et les autres points de vente de viande étaient tous vides.

Habituellement, une dizaine de bœufs sont abattus à la veille des fêtes musulmanes dans cette localité. Mais aujourd’hui, seulement trois ont été abattus. Une quantité largement insuffisante par rapport à la demande. Ce qui a amené d’ailleurs les bouchers à revoir à la hausse le prix du kilogramme de viande, qui est passé de 35 000 francs à 40 000 francs. Les citoyens qui n’ont pas pu avoir de la viande ont dû se tourner finalement vers le poisson frais.

Interrogé par le correspondant de Guineematin.com, Boubacar Diallo, le président de la coopérative des bouchers de Koubia, a expliqué ce manque de viande par la rareté des bœufs et la cherté de leur prix. Selon lui, la plupart des éleveurs ont migré avec leur bétail vers d’autres préfectures du pays.

Alpha Koubia  Diallo pour Guineematin.com 

Tél. : (00224)628546933

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS