Guinée-Sénégal : le CNRD ordonne la réouverture de la frontière

13 septembre 2021 à 23 11 04 09049

Fermée depuis octobre 2020, la frontière entre la Guinée et le Sénégal sera rouverte avant le 24 septembre 2021. La décision a été annoncée dans un communiqué diffusé ce lundi soir, 13 septembre, à la télévision nationale. Elle s’inscrit dans le cadre de la réouverture des frontières terrestres guinéennes avec tous ses voisins, décidée par le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), la junte militaire au pouvoir en Guinée.

Guineematin.com vous propose ci-dessous le communiqué :

« Suite au communiqué numéro 1 relatif à la fermeture des frontières terrestres, il est demandé aux acteurs concernés par l’application de ces mesures : FDS (forces de défense et de sécurité), administration du territoire, services de santé, commerce et transport, de procéder immédiatement à une évaluation de la situation sécuritaire et sanitaire en vue de l’ouverture graduelle de ces frontières suivant le calendrier ci-dessous :

1- Pour la frontière Sierra-léonaise, avant le 15 septembre 2021

2- Pour la frontière libérienne, avant le 16 septembre 2021

3- Pour la frontière ivoirienne, avant le 17 septembre 2021

4- Pour la frontière malienne, avant le 18 septembre 2021

5- Pour la frontière Bissau-guinéenne, avant le 20 septembre 2021

6- Pour la frontière sénégalaise, avant le 24 septembre 2021 ».

Lire

Guinée : la junte militaire donne une injonction aux conseillers d’Alpha Condé

13 septembre 2021 à 22 10 39 09399

Après les membres du gouvernement Kassory Fofana et les anciens présidents des institutions républicaines, le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) se tourne maintenant vers ceux de la présidence de la République.

Dans un communiqué publié ce lundi soir, 13 septembre 2021, la junte militaire qui a renversé Alpha Condé a sommé les ministres conseillers de l’ancien chef d’Etat de rendre « sans délai » leurs véhicules de service.

Les nouvelles autorités guinéennes ont adressé une mise en garde à tous ceux qui ne se conformeraient pas à cette décision. Guineematin.com vous propose ci-dessous le communiqué lu à la télévision nationale.

« Suite au communiqué numéro 2, il est demandé à tous les ministres conseillers sortants de la présidence, de rendre sans délai leurs véhicules de service à l’équipe de contrôle basée au chapiteau.

Tout contrevenant sera tenu responsable de l’infraction et en tirera toutes les conséquences prévues par la loi ».

Lire

Yomou : un cultivateur tue sa femme à l’aide d’un couteau

13 septembre 2021 à 22 10 34 09349

Les faits se sont produits dans la nuit du samedi dernier, 11 septembre 2021, à Zolikwéléloma, un secteur du district de Ouro, dans la sous-préfecture de Bowé, préfecture de Yomou. Et, c’est Moriba Lamah, un jeune cultivateur âgé de 30 ans, qui a poignardé son épouse, Gobou Kpoghomou, avec un couteau. La jeune femme de 25 ans a succombé à ses blessures sur place.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, Gobou Kpoghomou a surpris son mari (Moriba Lamah) avec une autre fille dans leur chambre conjugale. Et, pour éviter d’être démentie après par son mari, elle a fait appel à leurs voisins pour qu’ils viennent témoigner de leurs yeux l’adultère dont son mari s’est rendu coupable. Ensuite, elle s’est jetée sur la maitresse de son mari pour lui infliger une correction. Mais, au cours de cette bagarre entre fille, Moriba Lamah s’est saisi un couteau pour venir en aide à sa maitresse. Finalement, il a poignardé sa femme au dos et au niveau du cou. Cette dernière a trouvé la mort sur place.

Cependant, dans sa lutte pour préserver sa maitresse, Moriba a aussi blessé trois autres personnes (dont une fillette de 7 ans) avant de prendre la poudre d’escampette. Mais, sa cavale ne sera que de courte durée. Car, aussitôt informé de ce drame, le nouveau préfet de Yomou, le Colonel Karamoko Boké Camara, va instruire à la gendarmerie de le retrouver pour qu’il soit traduit devant la justice. Il sera finalement capturé chez un de ses amis à Kobela.

« J’ai été informé qu’un jeune de 30 ans a poignardé sa femme à mort et a pris la fuite. J’ai ordonné à la gendarmerie de faire tout pour ce que malfrat soit mis aux arrêts dans les heures qui suivent. Et, à l’heure où je vous parle, le jeune (Moriba Lamah) est dans les mains de la gendarmerie et il sera traduit devant le parquet », a expliqué le Colonel Karamoko Boké Camara.

De son côté, après son interpellation par la gendarmerie, Moriba Lamah, visiblement sans grand remord, a laissé entendre que sa femme a été tuée par sa propre jalousie.

« Nous étions à un partage d’argent de notre association. En venant, j’ai envoyé ma copine dans la chambre où je passe la nuit. Ma femme a vite compris et elle a foncé sur la jeune fille. Ses frères et sœurs sont aussi venus l’aider. Et, quand je suis venu, ils se sont aussi jetés sur moi. Mais, comme il faisait nuit, je me suis dis qu’ils voulaient me tuer. Moi aussi j’ai pris le couteau de ma femme, mais je ne savais pas que c’est elle (Gobou Kpoghomou) qui était en face de moi, puisque il faisait nuit, j’ai poignardé celle qui était devant moi. J’ai ensuite pris la fuite ; mais j’ai finalement été arrêté à Kobela chez mon ami. Donc, c’est sa jalousie qui à fait qu’elle (Gobou Kpoghomou) a eu la mort », a déclaré Moriba Lamah.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire

L’ONU rassure les Guinéens : « c’est à vous de décider de la durée de la transition »

13 septembre 2021 à 20 08 10 09109
Mahamet Saleh Annadif, représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel

Une semaine après la première sortie de son secrétaire général, Antonio Guteres, (qui avait condamné le coup d’Etat en Guinée et exigé la « libération immédiate » du président Alpha Condé), l’ONU a changé de discours. Désormais, sa préoccupation est de faire en sorte que la transition qui va s’ouvrir soit inclusive et apaisée, et qu’elle permette le retour à l’ordre constitutionnel. C’est en tout cas le message délivré par le représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, ce lundi 13 septembre 2021, à Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Neuf jours après la chute du président Alpha Condé, renversé par le Groupement des forces spéciales, l’ONU a dépêché un émissaire en Guinée. Arrivé ce lundi matin à Conakry, Mahamat Saleh Annadif a rencontré le CNRD (la junte militaire au pouvoir), les responsables du RPG Arc-en-ciel (le parti d’Alpha Condé), mais aussi les opposants Cellou Dalein Diallo (président de l’UFDG) et Sidya Touré (président de l’UFR).

Mahamet Saleh Annadif, représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel

« Nous leur avons passé un message simple pour dire tout simplement que nous voulons les écouter pour savoir ce qu’ils pensent de l’avenir de leur pays, quelle transition ils veulent pour leur pays, afin que nous puissions les accompagner pour que la Guinée sorte de la crise. Voilà à peu près le message dont nous sommes porteurs depuis ce matin et que nous avons fait passer à tous les interlocuteurs que nous avons rencontrés », a indiqué le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée à l’issue de cette journée de travail.

Il ajoute que le comité national pour le rassemblement et le développement s’est montré très rassurant. « Le comité national nous a rassuré qu’il a lancé des rencontres de concertation qui vont commencer à partir de demain et que c’est le fruit de cette concertation, les conclusions qui seront issues de cette concertation qui vont guider la feuille de route qu’ils auront à tracer », a dit Mahamat Saleh Annadif.

Le responsable onusien précise que les Nations Unies sont là uniquement pour accompagner la Guinée, afin de l’aider à « sortir de cette phase difficile ». Mais, dit-il, c’est aux Guinéens eux-mêmes de décider de l’avenir de leur pays. « La durée de la transition sera celle que les Guinéens décideront eux-mêmes. Nous sommes en concertation avec la CEDEAO, nous voulons une durée raisonnable.

Mais la durée raisonnable dépend des Guinéens eux-mêmes, parce que je voudrais dire et le répéter que quel que soit l’accompagnement, quel que soit le soutien de la communauté internationale, l’avenir de la Guinée, c’est entre les Guinéens. Donc, nous ne sommes pas encore entrés dans ces détails, nous plaçons beaucoup d’espoir dans les concertations inter-guinéens qui vont commencer à partir de demain », a dit le Tchadien.

Par ailleurs, Mahamat Saleh Annadif s’est réjoui de constater que le président déchu, Alpha Condé, se porte bien. « Nous avons rencontré le président Alpha Condé et nous nous sommes rassurés de sa sécurité et de sa santé », a-t-il dit, avant de souligner que la CEDEAO est en train de négocier avec le CNRD pour la libération de l’ancien chef d’Etat guinéen.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel: 622 67 36 81

Lire

Incendie d’un entrepôt à Coléah : « les dégâts sont énormes »

13 septembre 2021 à 20 08 01 09019

Comme annoncé précédemment, un incendie s’est déclaré ce lundi, 13 septembre 2021, au quartier Coléah, dans la commune de Matam (Conakry). Le feu s’est déclaré dans un entrepôt contenant des produits agricoles et d’autres matériels. Malgré la forte mobilisation des sapeurs-pompiers, tout le contenu du magasin a été consumé par les flammes, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’incendie s’est produit aux environs de 14 heures. Aussitôt, le propriétaire de l’entrepôt a fait appel aux sapeurs-pompiers, qui sont rapidement intervenus. Mais il leur a fallu beaucoup pour pouvoir maîtriser le feu et éviter qu’il ne se propage. 

Moussa Camara, Contrôleur Général et Directeur Général de la protection civile

« C’est aux environs de 14 heures qu’on a été informés par la transmission du ministère de la sécurité et de la protection civile qu’il y a un incendie dans l’entrepôt du groupe Shaaref. Et aussitôt, on a mobilisé le service d’incendie de Kaloum qui est venu en premier lieu. Quand ils ont vu l’ampleur du feu, ils ont demandé du renfort à Matoto, Ratoma et en plus on a appelé Laguipress et Topaz. Le travail n’a pas été facile, parce que le magasin contient des produits toxiques. Il y a des sapeurs-pompiers qui portaient des masques, donc c’était difficile pour eux de respirer quand ils s’approchaient des flammes. Mais comme c’est notre métier, on s’est donné les mains pour maîtriser le feu », a expliqué le Contrôleur général de police Moussa Camara, directeur général de la protection civile.

Pour l’heure, les causes de l’incendie ne sont pas connues. Le patron de la protection annonce l’ouverture d’une enquête pour chercher l’origine du feu.

Ali Shaaref Saadi, propriétaire de l’entrepôt

De son côté, le propriétaire de l’entrepôt dit ignorer pour l’heure la valeur des pertes subies. Ali Shaaref Saadi, citoyen libanais, se félicite tout de même qu’il n’y ait pas eu de pertes en vie humaine et de blessés. « Pour le moment, je ne peux pas vous donner un bilan global. Tout ce que je sais, c’est que les dégâts sont énormes, parce que tout le contenu du magasin est parti en fumée. Ce sont des matériels de protection, des intrants agricoles et beaucoup de caoutchouc. Heureusement qu’il n’y a eu aucun mort et aucun blessé ».

Mohamed Guéasso DORÉ et Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Guinée : la PJDD exhorte le CNRD à auditer la gestion du régime Alpha Condé

13 septembre 2021 à 19 07 31 09319

A l’image de nombreuses autres organisations politiques et de la société civile de Guinée, la Plateforme des jeunes leaders de l’Axe pour la démocratie et le développement (PJDD) Conakry salue la prise du pouvoir par le CNRD, la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé. Dans une déclaration publiée ce lundi, 13 septembre 2021, elle a exprimé son soutien aux nouvelles autorités guinéennes, tout en leur adressant quelques doléances. Il s’agit de rendre justice à toutes les victimes du pouvoir d’Alpha Condé et d’auditer la gestion de l’ancien régime.

Guineematin.com vous propose ci-dessous l’intégralité de la déclaration :

Conakry, le 13 Septembre 2021

Déclaration de la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD) sur la prise du pouvoir en Guinée :

Ibrahima Diallo, président de PJDD

La plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD) et ses structures à Conakry suivent avec attention l’évolution de la situation actuelle de notre pays, marquée par la prise du pouvoir par le Comité National de Rassemblement et de Développement(CNRD) qui a mis fin à un régime issu d’un coup d’Etat constitutionnel qui a fait trop de victimes et d’injustice dans le Pays.

Les citoyens de l’Axe Hamdalaye, Bambeto, Cosa, Wanindara et Kagbelen ont payé le plus lourd tribut du régime d’Alpha Condé entre autres, des centaines de morts dont la plupart par balle ; des dégâts matériels considérables; des femmes et des filles violées, violentées et utilisées quelques fois comme boucliers humains par les forces de l’ordre; des blessés par balle et des handicapés à vie ; des pères et des mères de familles, des sages et des chefs religieux violentés et humiliés ; des citoyens traqués, kidnappés, déportés et emprisonnés arbitrairement dans des conditions inhumaines; des quartiers militarisés dont les citoyens sont régulièrement victimes de nombreuses exactions; des habitations, des infrastructures scolaires et sanitaires et des lieux de cultes rasés sans dédommagement et j’en passe.

Face à tous ces crimes horribles et inhumains, nous exhortons le Comité National de Rassemblement et de Développement, CNRD, à agir pour rendre justice à toutes les victimes sur toute l’étendue du territoire national.

La PJDD/Conakry, dans son combat pour la Démocratie sans Violence, exprime ici sa satisfaction au CNRD pour avoir parachevé la lutte tant menée par les citoyens de Guinée. La prise du pouvoir sans faire de victimes majeures au sein de la population civile. Les bonnes déclarations d’intention de faire de la Guinée un Etat de droit où chaque citoyen vivra désormais sans être inquiété.

La libération progressive des prisonniers politiques, la promesse d’organiser une consultation nationale avec les forces vives de la Nation pour décider de l’avenir du pays mais aussi et surtout le rapprochement qu’a suscité l’avènement du CNRD entre les Hommes en tenue et la population civile.

Face à toutes ces preuves de volonté de changement, nous, membres de la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD), sommes résolument déterminés à accompagner le CNRD pour une transition apaisée et démocratique où chaque citoyen apportera sa petite pierre pour l’édification d’une Guinée démocratique, débarrassée de toute peur, de toute haine et de toute injustice.

Nous recommandons par ailleurs au CNRD d’auditer tous les comptes publics de l’Etat pour éviter de retomber dans les erreurs du passé. Nous disons aux amis de la Guinée, pas aux amis de monsieur ALPHA CONDE que c’est maintenant que la Guinée a besoin de leurs soutiens, de leur assistance et surtout de ne pas abandonner la Guinée.

Toutefois, entre deux maux, lequel choisir ?

Nous posons cette question à la Communauté internationale.

Nous réitérons que nous restons et resterons toujours les sentinelles de la Démocratie et de l’Etat de droit en Guinée.

A nos compatriotes tués ou handicapés par les balles du défunt régime, nous leur disons qu’ils ne seront jamais oubliés et prions pour que Dieu Le tout puissant accorde le paradis à ceux qui sont morts et la guérison à ceux qui sont blessés et devenus handicapés à vie.

Vive la Démocratie;

Vive l’Etat de Droit;

Vive la Justice

Vive la PJDD.

A bas l’impunité et la corruption.

Que Dieu bénisse la Guinée.

Je vous remercie

Lire

AMI : Recrutement d’un Assistant technique au niveau local pour appuyer la mise en œuvre du projet d’assistance technique à l’emploi des jeunes en République de Guinée

13 septembre 2021 à 19 07 17 09179

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

Travail – Justice – Solidarité 

MINISTERE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

UNITE DE COORDINATION ET D’EXECUTION DES PROJETS (UCEP)

PROJET D’ASSISTANCE TECHNIQUE A L’EMPLOI DES JEUNES (PATEJ)

AVIS A MANIFESTATION D’INTERET

 SERVICES DE CONSULTANTS (Individuel)

 

Secteur                                                           : Développement social

Référence de l’accord de de don FAT             : 5900155016367

N° de Projet                                                        : P-GN-I00-009

Date de l’avis                                                     : 10 septembre 2021

Intitulé de la mission                                         : Recrutement d’un Assistant technique au niveau local pour

appuyer la mise en œuvre du projet d’assistance technique à l’emploi des jeunes en République de Guinée.

Le Gouvernement de la République de la Guinée a reçu un financement du Groupe de la Banque Africaine de Développement  afin de soutenir le coût du Projet d’assistance technique à l’emploi des jeunes (PATEJ), et a l’intention d’utiliser une partie des sommes accordées au titre de ce don pour financer le contrat des services d’un consultant individuel, assistant technique au niveau local, pour appuyer la mise en œuvre du projet d’assistance technique à l’emploi des jeunes en République de Guinée.

Les services prévus au titre de cette prestation comprennent :

  • Appui au processus de renforcement du cadre réglementaire et institutionnel pour l’emploi et l’entreprenariat des jeunes à travers l’élaboration de la Politique Nationale de l’Emploi (PNE) et du Renforcement du dispositif de mise en œuvre de la PNE ;
  • Soutien au processus d’amélioration de l’employabilité des jeunes afin de renforcer le cadre institutionnel de l’enseignement technique, professionnel, en gestion des projets de développement et en appui technique à l’entreprenariat des jeunes.

Le consultant devra posséder les qualifications et expériences suivantes :

  • Avoir au Minimum un Master I ou équivalent en sciences économiques ou en particulier en économie du développement, en analyse macroéconomique et sectorielle ou en économie du travail ;
  • Justifier d’une formation complémentaire en matière d’élaboration de politique nationale de l’emploi et de l’emploi des jeunes et de programmation sur l’emploi et l’emploi des jeunes ;
  • Justifier d’une expérience d’au moins cinq (5) ans dans l’appui aux politiques nationales de l’emploi, et aux programmes emploi des jeunes ;
  • Justifier d’une connaissance de base du cadre juridique, politique et économique de la Guinée ;
  • Justifier d’une expérience de trois (3) années de travail pertinente en lien avec les politiques nationales de l’emploi et les programmes emploi des jeunes ;
  • Une expérience de deux (2) années de travail avec les Ministères en charge de l’emploi et du travail, de la formation professionnelle, des services publics de l’emploi, et des départements sectoriels est un atout majeur ;
  • Avoir une expérience de trois (3) années de travail dans un projet financé soit par la BAD, le PNUD ou du BIT ou un autre partenaire technique et financier (PTF) de la Guinée serait un atout ;
  • Justifier d’une très bonne maîtrise du français écrit et parlé, et avoir des capacités de rédaction, de communication et de coopération avec divers acteurs.
  • Compétences de haut niveau en planification, organisation et gestion du temps, y compris la flexibilité, le souci du détail et la capacité à travailler sous pression pour respecter les échéances changeantes.

Les consultants seront évalués sur la base de leurs dossiers de candidature, suivant les critères et le barème de notation ci-après :

Critères Score
I. Qualifications générales et formation en adéquation avec la mission (Master I en sciences économiques ou en particulier en économie du développement, en analyse macroéconomique et sectorielle ou en économie du travail) 10
Moins de BAC + 4 0
Au moins BAC + 4 10
II. Expériences générales de cinq (5) années dans la réalisation de missions d’appui aux politiques nationales de l’emploi et aux programmes emploi des jeunes. 20
Moins de 5 ans d’expérience 0
Au moins 5 ans d’expérience 20
III. Expériences spécifiques en lien avec les politiques nationales de l’emploi et les programmes emploi des jeunes.

–       Avoir participé à des missions en lien avec les politiques nationales de l’emploi et les programmes emploi des jeunes : 10 points par mission similaire

40
IV. Expérience de travail dans un projet financé soit par la BAD, le PNUD, le BIT ou un autre partenaire technique et financier (PTF) de la Guinée.

–       5 points par projet

15
V. Expérience de travail avec les Ministères en charge de l’emploi et du travail, ou de la formation professionnelle, ou des services publics de l’emploi, et des départements sectoriels 5
–       Oui 5
–       Non 0
VI. Connaissance linguistique et informatique 5
–     Connaissance du français 2.5
–     Connaissance informatique (Word, Excel, PowerPoint, Internet) 2.5
VII. Connaissance du contexte socio-économique et de l’environnement de l’emplois jeunes 5
–     Si Guinée 5
–     Si Afrique de l’Ouest 3
–     Si Afrique subsaharienne 2
–     Autres 0
TOTAUX 100

Le score minimum requis pour être sélectionné est de 70 points sur 100. Le candidat classé premier dont la note totale est égale ou supérieure au score minimum ci-avant cité sera invité à négocier un contrat. Au cas où des consultants seront classés 1er ex-aequo, le candidat ayant le plus grand nombre de missions évaluées pour le critère III sera sélectionné.

Le consultant retenu devra fournir les documents suivants : une ou les copies légalisée(s) du ou des diplômes et les copies légalisées des attestations de travail des employeurs et des attestations de service fait délivrées par le Client, et les preuves complémentaires de qualification et d’expériences jugées nécessaires.

L’Unité de Coordination et d’Exécution des Projets (UCEP) du Ministère du Plan et du Développement Économique invite les consultants à présenter leur candidature en vue de fournir les services décrits ci-dessus. Les consultants intéressés doivent produire les informations sur leur capacité et expérience démontrant qu’ils sont qualifiés pour les prestations (CV détaillé, copies de diplômes et attestations de formations, références de prestations similaires, expériences dans des missions comparables accompagnées des preuves de réalisation notamment des attestations de services faits délivrées par le Client, certificats de travail des employeurs, etc.) Pour chaque mission similaire, les consultants devront présenter les informations suivantes : le nom et le descriptif de la mission, le pays où a été exécutée la mission, le nom du client, la date et la durée de la mission, le coût du projet en lien avec la mission, ainsi que les performances du projet réalisé.

Les critères d’éligibilité, l’établissement de la liste restreinte et la procédure de sélection seront conformes au « Cadre de passation des marchés pour les opérations financées par le Groupe de la Banque », Edition octobre 2015 de la Banque Africaine de Développement, qui est disponible sur le site web de la Banque à l’adresse : http://www.afdb.org.

Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires et les termes de références à l’adresse mentionnée ci-dessous, aux heures d’ouverture de bureaux, du lundi au vendredi, de 8h00 à 16h30.

Les expressions d’intérêt doivent être déposées à l’adresse ci-après, ou transmises par courrier électronique en version PDF avec la mention « Recrutement d’un Assistant technique au niveau local pour appuyer la mise en œuvre du projet d’assistance technique à l’emploi des jeunes en République de Guinée – avis à manifestation d’intérêt n°001 » au plus tard le 01er octobre 2021 à 12h00 minutes GMT.

Ministère du Plan et du Développement Économique

Unité de Coordination et d`Exécution des Projets.

À l’attention : Monsieur Abdoulaye Wansan BAH,

Coordonnateur de l’UCEP

Immeuble MAB, 1er étage près de l`Hôtel du Golf

Minière, Commune de Dixinn-Conakry-Rép. de Guinée.

Tel : +224 62 00 39 69 / 622 42 43 98 / 623 26 14 96

E-mail: [email protected]

Lire

Dr Faya à Mahamat Saleh : « c’est aux Guinéens de définir l’agenda de la transition »

13 septembre 2021 à 18 06 21 09219
Faya Millimouno, président du parti Bloc Libéral, membre du FNDC

Plus d’une semaine après le coup d’Etat militaire qui a renversé le régime d’Alpha Condé, le représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et au Sahel, Mahamat Saleh Annadif, a foulé le sol guinéen ce lundi, 13 septembre 2021. Officiellement, l’émissaire onusien est à Conakry pour rencontrer la junte militaire au pouvoir et les acteurs politiques « pour voir comment l’ONU et la communauté internationale peuvent accompagner la Guinée pour que la paix, la stabilité et l’unité soient préservées ». Et, dans ce sens, l’émissaire d’Antonio Guterres a déjà rencontré certains acteurs sur place.

Mais, dans un entretien accordé à Guuineematin.com cet après-midi, Dr Faya Millimouno, le président du Bloc Libéral (BL), a demandé à ce qu’on laisse le soin aux Guinéens de définir l’agenda de cette transition.

« Tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux qui ont un rôle à jouer sont les bienvenus, en notant qu’il soit laissé aux Guinéens de définir l’agenda de cette période transitoire : les objectifs à atteindre et la durée. Il faut que ce soit les Guinéens eux-mêmes qui définissent le futur de leur pays », a dit le leader du BL.

A noter qu’on ignore toujours la durée et les objectifs de cette transition. L’opinion ignore jusqu’à la composition du CNRD, même si nombreux acteurs de la vie sociopolitiques souhaitent que cette période d’exception débouche sur des élections pour un retour à l’ordre constitutionnel dans les meilleurs délais.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Gouvernorat de Conakry : Mathurin Bangoura passe le témoin à M’ma Hawa Sylla

13 septembre 2021 à 16 04 37 09379

A la faveur d’une cérémonie à laquelle plusieurs officiers et sous-officiers de l’armée guinéenne ont pris part ce lundi, 13 septembre 2021, le Général Mathurin Bangoura a cédé son fauteuil de gouverneur de la ville de Conakry à la Générale M’ma Hawa Sylla (la nouvelle promu à ce poste). La passation de service entre ces deux officiers et administrateurs territoriaux a été présidée par Cheick Mohamed Konaté, conseiller spécial au ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est le bloc principal du gouvernorat de Conakry qui a servi de cadre à cette passation de service et d’installation. Et, devant les cadres dudit gouvernorat et les maires des six communes de Conakry, le gouverneur sortant a demandé à ses désormais collaborateurs d’apporter tout le soutien nécessaire à celle qui le succède à la tête de la ville de Conakry.

Général de division Mathurin Bangoura, ancien gouverneur de la ville de Conakry

« Vous comprendrez avec moi que ce n’est pas aisé de se séparer. La séparation est toujours accompagnée d’émotion. Aujourd’hui, nous somme dans cette phase de séparation pour les travailleurs de la ville de Conakry… C’est une première qu’on ait à la tête de ce Gouvernorat une dame. Encore une fois, je souhaite à madame la gouverneure de Conakry tout le succès possible dans ses nouvelles fonctions. Donc, mesdames et messieurs les cadres du gouvernorat de la ville de Conakry, je vous remercie très sincèrement du travail d’ensemble qu’on a pu abattre. Parce que, sans vous, les résultats auxquels on est parvenus aujourd’hui, très honnêtement, on n’allait pas les avoir. Cette dame qui est en face de moi, je ne l’ai pas connu civile. Je l’ai connu militaire, je l’ai encadré dans le cadre du sport. Aujourd’hui, elle est militaire, elle est Générale. Je vous demande humblement de lui apporter, comme vous me l’avez fait, tout le support possible pour qu’elle puisse réussir dans sa mission. Nous sommes dans un gouvernement militaire qui va s’installer bientôt. Il faudrait que vous intégriez ça dans vos rapports de collaboration, que vous comprenez que c’est le gouvernement militaire qui est là », a dit le Général de Division Mathurin Bangoura.

De son côté, la Generale M’ma Hawa Sylla, Gouverneure entrant, a fait part de sa satisfaction pour sa nomination à ce poste. Elle a également exprimé sa disponibilité de travailler avec tout le monde pour le bonheur des habitants de la capitale guinéenne.

Générale M’mah Hawa Sylla, nouvelle gouverneure de la ville de Conakry

« C’est le lieu pour moi, en ces instants d’émotions, de rendre grâce à Dieu, le tout puissant, et d’exprimer toute ma gratitude au vaillant peuple de Guinée, à mes parents et singulièrement au président du CNRD, le Colonel Mamady Doumbouya pour cette marque de confiance portée en ma personne. Les mêmes remerciements vont aux honorables membres du CNRD, mais aussi aux officiers, sous-officiers, hommes du rang, des forces de défense et de sécurité qui ont contribué à ma nomination à ce poste stratégique. Par cette nomination, ce sont les braves femmes qui sont honorées. Qu’elles en soient aussi honorées et magnifiées. Ainsi, je prends la pleine mesure des responsabilités qui seront désormais les miennes dans la conduite des destinés du Gouvernorat de la ville de Conakry. Je m’engage à mériter la confiance des autorités de la transition. Toute fois, je ne saurais mener à bien cette lourde responsabilité sans le concours de tout le personnel du Gouvernorat, les maires des 6 communes, ainsi que les populations de Conakry auxquelles je tends une main de franche collaboration dans l’accomplissement de notre noble et exaltante mission. Je m’en voudrais si je terminais mon mot sans faire une mention spéciale au gouverneur sortant, pour le volume de travail abattu à la tête du Gouvernorat, pour son réalisme, son humanisme, son esprit d’initiative. Je lui souhaite bon vent dans ses futures fonctions. Ensemble œuvrons pour bâtir une Guinée forte, unie, prospère, réconciliée avec elle-même, profondément encrée dans les valeurs ancestrales, démocratiques, de paix, de justice sociale, de sécurité et de développement », a indiqué Générale M’me Hawa Sylla. 

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Coléah : un dépôt de produits agricoles ravagé par un incendie

13 septembre 2021 à 15 03 55 09559

Un incendie s’est produit ce lundi, 13 septembre 2021, au quartier Coléah, dans la commune de Matam (Conakry). Le feu s’est déclaré vers 14 heures dans un dépôt de produits agricoles et phytosanitaires, qui appartient à un Libanais.

Selon le constat des reporters de Guineematin.com qui sur le terrain, tout le contenu du magasin a été ravagé par les flammes. Plusieurs voitures qui étaient garées à côté du local ont également été consumées.

Selon le propriétaire du magasin, l’incendie est parti d’un transformateur d’EDG installé auprès du dépôt. La police et la gendarmerie sont venues établir un périmètre de sécurité pour permettre aux sapeurs-pompiers de travailler.

Pour l’heure, aucune perte en vie humaine ni de cas de blessés n’ont été signalés.

A suivre !

Amadou Lama Diallo Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com 

Lire

Fin d’exil pour Ibrahima Diallo, Sékou Koundouno, Fodé Sanikayi Kouyaté et Djani Alfa : communiqué du FNDC

13 septembre 2021 à 15 03 29 09299
Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno

La Coordination Nationale du FNDC informe l’opinion publique du retour des camarades de lutte contre le 3ème mandat à savoir Ibrahima Diallo, Sekou Koundouno, Fode Sanikayi Kouyate et Alpha Midiaou Bah dit Djani Alfa, le samedi 18 septembre 2021 à Conakry, après plusieurs mois d’exil forcé.

 A cette heureuse occasion, la Coordination Nationale du FNDC invite les populations de Conakry à réserver un accueil chaleureux à nos combattants qui, malgré les affres de la dictature de l’ancien président Alpha Condé, n’ont pas courbé l’échine. L’accueil est prévu le samedi 18 septembre à l’aéroport international de Conakry-Gbéssia à partir de 10h30. 

La réception se terminera par un recueillement sur les tombes de martyrs du 3ème mandat au cimetière de Bambéto.

 Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons ! 

 Conakry, le 13 septembre 2021

La Coordination nationale du FNDC

Lire

Cellou Dalein à Mahamat Saleh Annadif : « l’Armée a plutôt mis un terme à un 3ème mandat illégal et illégitime »

13 septembre 2021 à 14 02 55 09559

Comme annoncé précédemment, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel est actuellement en visite en Guinée. Mahamat Saleh Annadif est arrivéà Conakry ce lundi, 13 septembre 2021, pour rencontrer le CNRD (la junte militaire qui a renversé le régime d’Alpha Condé) et les acteurs politiques de la Guinée. Et, c’est dans ce cadre qu’il a été reçu ce jour par Cellou Dalein Diallo, le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et principal challenger d’Alpha Condé depuis 2010. Mais, loin d’être gratifié d’une condamnation du coup d’Etat du 05 septembre dernier (comme l’a fait son institution), ce responsable onusien a été interpellé sur les bienfaits de ce coup de force.

« J’ai rencontré, dans la matinée de ce lundi 13 septembre, M. Mahamat Saleh Annadif, Représentant Spécial du SG des NU en Afrique de l’Ouest et au Sahel, en présence de M. Vincent Martin, Coordonnateur résident des Nations en Guinée. J’ai eu l’occasion de lui expliquer qu’à mes yeux, l’intervention de l’armée a plutôt mis un terme à un troisième mandat illégal et illégitime et qu’elle doit être considérée comme une première étape vers le retour à l’ordre constitutionnel.

La deuxième étape consistera bien sûr à mettre en place dans un délai raisonnable des institutions démocratiques issues d’élections inclusives et transparentes. À cet égard, l’accompagnement des partenaires techniques et financiers traditionnels, dont notamment les NU, l’UE, l’OIF et la CEDEAO serait d’une grande utilité », a écrit Cellou Dalein Diallo sur sa page face book.

A rappeler que l’arrivée de Mahamat Saleh Annadif en Guinée intervient quelques jours seulement après la visite éclair des émissaires de la CEDEAO (communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest) dans le pays. Une visite intervenue vendredi dernier et qui a permis la mission de l’organisation sous-régionale de rencontre le CNRD  et le président déchu Alpha Condé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Entrepreneuriat féminin : ENABEL et CADES/Guinée lance une plateforme de concertation

13 septembre 2021 à 14 02 48 09489

En soutien à l’autonomisation des femmes ainsi qu’à leur accès à leurs droits, l’Agence belge de développement et l’ONG CADES/Guinée mettent en œuvre, sur l’axe Conakry-Kindia-Mamou, le projet APaCED-AEF (Amélioration Participative des Conditions d’Égalité de Droits et d’Autonomisation des Femmes). Il vise à contribuer à l’émergence d’un environnement des affaires propice à l’entrepreneuriat féminin et à l’égalité des genres, via la formalisation de mécanismes participatifs communautaires de concertation.

Inscrite dans le cadre du projet Entrepreneuriat féminin, mis en œuvre par Enabel sur financement du Royaume de Belgique, l’action articule son intervention autour de :

  • L’engagement et le leadership communautaire sur les questions de droits et d’égalité genre
  • La structuration des idées d’actions issues des concertationspour en faire un instrument de plaidoyer/lobbying auprès des autorités à tous les niveaux
  • La contribution au renforcement du cadre juridique et réglementaire du pays sur la thématique adressée.

Pour rendre possibles les délibérations aussi bien à l’échelle des zones ciblées que sur le plan national, le projet a développé un web forum (https://bit.ly/3gR1Scu), une plateforme digitale de concertation en ligne qui mobilisera l’ensemble des acteurs intervenant sur la thématique.

L’ONG CADES/Guinée et l’Agence belge de développement ont ainsi organisé, vendredi 3 septembre 2021 à l’Hôtel Riviera Royal de Kaloum, une cérémonie de présentation et de lancement officiel de cette plateforme, devant un panel représentatif d’acteurs nationaux intervenant sur la thématique de l’entrepreneuriat féminin.

Mamadou Aliou Bah, secrétaire exécutif de l’ONG CADES Guinée et coordinateur du projet APaCED-AEF

« Notre projet part du principe qu’en lançant les concertations autour de cette problématique de l’autonomisation économiques des femmes, on peut comprendre les fondements des pesanteurs socioculturelles qui empêchent les femmes de jouir de leur épanouissement. Les comprendre et, ensuite, essayer de les déconstruire », a expliqué Mamadou Aliou BAH, coordinateur du projet APaCED-AEF et Secrétaire Exécutif de l’ONG CADES/GUINÉE.

Selon Monsieur BAH, en même temps que les concertations se déroulent en présentiel au niveau des communautés, un dispositif numérique est développé à travers une plateforme digitale. « La plateforme digitale, basée sur la logique des réseaux sociaux, est voulu comme un espace virtuel de débats et de proposition d’action. C’est un dispositif déployé en versions web, android et iOS. Tous les sujets de concertation seront mis en ligne par l’administrateur sous la forme écrite – en français – et la forme vocale – dans les langues soussou, pular maninka) ».

François KIEFFER, chargé des opérations de l’Agence belge de développement en Guinée

De son côté, François KIEFFER, chargé des opérations de l’Agence belge de développement en Guinée, s’est réjoui de la tenue de la rencontre avant de mettre en évidence l’attention que son Institution accorde à la mise en œuvre de ce projet . « Pour que l’esprit d’entreprendre des femmes guinéennes puisse être fructueux, il doit être encouragé et accompagné. Il doit aussi se nourrir d’échanges, de savoirs croisés surtout à cette époque où le numérique et la digitalisation élargissent les champs des possibles. Pour Enabel, la mise en œuvre du projet APaCED-AEF résonne comme une opportunité qui permettra de répertorier les principaux freins et obstacles à l’égalité des droits et à l’autonomisation économique des femmes pour ensuite formuler des propositions d’actions et faire évoluer les attitudes, les comportements, les mentalités et les lois », a-t-il laissé entendre.

Mme Marie-Goretti Nyirarikundo, première secrétaire-coopération ambassade d u Royaume de Belgique en Guinée

Pour Marie-Goretti NYIRARUKUNDO, première secrétaire Coopération de l’Ambassade du Royaume de Belgique en Guinée, partenaire financier du projet, « la plateforme permettra aux femmes et aux filles de surmonter les barrières culturelles et structurelles pour innover et oser entreprendre ».

Mme Fatoumata Traoré, Directrice générale du centre d’autonomisation des femmes (CAF)

Présidant la cérémonie, la Directrice Générale du centre d’autonomisation des femmes (CAF), Madame Fatoumata Traoré,  s’est dite satisfaite de ce projet avant de formuler le souhait que les discussions issues de cette plateforme permettent « de susciter l’engagement et le leadership communautaire sur les questions des droits et d’égalité genre, la structuration des idées d’actions issues des concertations pour en faire un instrument de plaidoyer auprès des autorités à tous les niveaux », a-t-elle cité, entre autres.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com
Tél : 622 68 00 41

Lire

Éviction d’Alpha Condé : la chambre de commerce de Matam salue le courage et le professionnalisme de la junte

13 septembre 2021 à 14 02 00 09009

Dans une déclaration publiée ce lundi, 13 septembre 2021, la chambre communale de commerce, d’industrie et d’artisanat de Matam, s’est prononcée sur le coup d’Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé. Les commerçants ont salué le courage et le professionnalisme de la junte militaire qui a pris le pouvoir après avoir arrêté l’ancien chef d’Etat guinéen. Ils ont aussi émis le souhait de discuter avec les nouvelles autorités pour trouver les voies et moyens d’atténuer le coût du panier de la ménagère.

Guineematin.com vous propose ci-dessous leur déclaration :

Lire

Cas d’Alpha Condé, transition : l’ONU dépêche un émissaire à Conakry

13 septembre 2021 à 13 01 25 09259
Mahamat Saleh Annadif, représentant du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel

Une semaine après le coup d’Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé, l’ONU a dépêché un émissaire en Guinée. Mahamat Saleh Annadif, représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, est arrivé ce lundi, 13 septembre 2021, à Conakry. Il est venu échanger avec les nouvelles autorités guinéennes sur la situation qui prévaut dans le pays, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est peu avant 10 heures que le responsable onusien est arrivé dans la capitale guinéenne. Il a été accueilli à l’aéroport de Conakry par une délégation conduite par Fanta Cissé, secrétaire générale du ministère des affaires étrangères, qui assure l’intérim du ministre suite à la dissolution du gouvernement. A sa descente d’avion, le représentant du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, a décliné l’objectif de sa mission.

« Ma mission consiste à venir d’abord vous voir, vous écouter et de voir comment les Nations Unies, comment la communauté internationale peuvent vous accompagner pour que la paix, la stabilité et surtout l’unité de la Guinée puissent être préservées. Donc, au nom du secrétaire général, nous sommes là pour vous écouter et voir comment on peut ensemble travailler pour que nous puissions dépasser cette phase difficile », a-t-il déclaré.

Mahamat Saleh Annadif va s’entretenir avec le colonel Mamady Doumbouya, président du comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé, le 5 septembre dernier. Il devrait aussi rencontrer certains acteurs de la vie politique guinéenne, notamment les opposants Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire

N’Zérékoré : Cécé Loua annonce une « marche de pèlerinage » pour célébrer la chute d’Alpha Condé

13 septembre 2021 à 12 12 15 09159
Cécé Loua, coordinateur régional de l’UFR à N’Zérékoré

Ancien détenu politique, Cécé Loua dit Gbouo-cé, coordinateur régional de l’UFR (Union des forces républicaines) à N’Zérékoré, a accueilli avec beaucoup de joie le coup d’Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé. L’opposant promet qu’il va organiser une « marche de pèlerinage » pour célébrer la chute de l’ancien chef d’Etat guinéen. Il l’a annoncé dans un entretien avec le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Coordinateur régional de l’Union des forces républicaines (UFR) à N’Zérékoré, Cécé Loua a payé cher son opposition au troisième mandat du président Alpha Condé. Il a été arrêté avec de nombreux autres responsables et militants du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) et emprisonné pendant plusieurs mois à la maison centrale de Kankan. C’est donc tout naturellement qu’il salue le renversement de l’ancien chef d’Etat par le CNRD, la junte militaire dirigée par le colonel Mamady Doumbouya.

« Je suis très content aujourd’hui qu’on parle d’Alpha Condé au passé dans notre pays. Je suis ravi et satisfait. C’est le lieu de remercier le colonel libérateur, mon frère et ami Mamady Doumbouya, que j’appelle le héros national. À l’UFR, nous nous rallions carrément derrière ces jeunes militaires. Nous les soutenons parce que nous voyons en eux des libérateurs. Pour moi, ce n’est pas un coup d’État qu’ils ont fait, ils n’ont fait que libérer le peuple de Guinée.

Parce que sous le régime Alpha Condé, nous qui sommes de l’opposition et tous ceux qui avaient des opinions contraires à celles des gouvernants, nous avions une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. On pouvait se faire arrêter et emprisonner à tout moment. C’est ce qui m’est arrivé en avril 2020. Pour avoir dit Non au changement de la constitution, j’ai été arrêté, violenté, humilié et jeté en prison avec beaucoup d’autres personnes. Mais Dieu a écouté nos pleurs et il nous a vengés. C’est pourquoi je suis content aujourd’hui », a déclaré l’opposant.

Depuis l’annonce de l’arrestation d’Alpha Condé par le Groupement des forces spéciales, des scènes de liesse ont été enregistrées dans plusieurs villes du pays. De nombreux citoyens sont descendus dans les rues pour exprimer leur joie d’avoir été libérés de la dictature que leur imposait le régime déchu. Mais le coordinateur régional du parti de Sidya Touré à N’Zérékoré, lui, compte célébrer autrement la chute de l’ancien président guinéen.

« Quand j’étais en prison, j’ai pris l’engagement que le jour où Alpha Condé va tomber, je ferai une marche de pèlerinage de N’Zérékoré à mon village, c’est-à-dire 32 Km de marche. Je réitère aujourd’hui cet engagement que je compte réaliser très bientôt. Je savais qu’il allait tomber un jour, parce que je savais que son régime était sur du sable mouvant. Je savais que ce régime était en train d’être trompé par ces vautours, par ces voraces, par ces bouffeurs d’argent. Et aujourd’hui, le Pr Alpha Condé est en train de récolter ce que son régime a semé dans une humiliation totale.

Quand j’ai vu ce monsieur aux mains des jeunes militaires, j’ai trouvé que c’est malheureux et c’est honteux pour un homme de son âge qui a dirigé les destinées d’un pays pendant plus de 10 ans. Il aurait pu partir tranquillement et honorablement à la fin de son second mandat et avoir une retraite dorée. Il aurait même pu devenir un consultant international et avoir tous les honneurs qu’il faut. Mais il a refusé cela et aujourd’hui, il récolte ce qu’il a semé », estime Cécé Loua, ancien maire de N’Zérékoré.

Par ailleurs, l’opposant se dit prêt à participer au processus de transition qui est sur le point de s’ouvrir. Il souhaite que cette transition soit inclusive, apaisée et qu’elle n’excède pas deux ans. Cela, pour permettre le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Lire

Transition : la Coordination des Associations Guinéennes de France (CAGF) écrit au CNRD

13 septembre 2021 à 12 12 14 09149

Dans une déclaration transmise à Guineematin.com, la Coordination des Associations Guinéennes de France (CAGF) a salué les initiatives des nouvelles autorités guinéennes à associer les diasporas guinéennes dans la réussite d’une transition inclusive et apaisée. La CAGF exhorte les nouvelles autorités du pays à plus de responsabilité pour préserver la paix, la liberté, les droits humains, l’unité nationale et la sécurité de tous les citoyens en Guinée.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de la déclaration de la CAGF :

DECLARATION DE LA CAGF

Lire

Guinée : le terrorisme menace de nombreux pays africains

13 septembre 2021 à 9 09 41 09419

Lu pour vous : l’histoire de la domination française en Afrique remonte au XVIIe siècle, lorsque Paris a commencé à occuper des régions du continent et à exploiter la population locale à partir de 1624.

Récemment, le continent africain est devenu terriblement vulnérable aux guerres civiles et aux conflits, ce qui en fait un refuge pour de nombreux pays occidentaux pour exploiter la richesse des pays pauvres. Un exemple est l’État du Mali, qui a connu deux coups d’État militaires au cours de l’année écoulée, au Tchad, le président Deby est décédé subitement (il a été mortellement blessé dans une bataille avec des terroristes).

Maintenant, la Guinée-Conakry est également tombée sous une vague de putschistes, pendant ce temps, personne n’a annulé le problème aigu du terrorisme. À l’heure actuelle, le plus grave de tous les problèmes en Afrique est la vague de terrorisme brutal qui s’est propagée au Mali, au Burkina Faso, au Niger et à d’autres pays africains, signalant clairement la détérioration de la situation sécuritaire en Afrique.

Ainsi, en Guinée-Conakry, la tension s’est intensifiée le 5 septembre, vers 8h00, un fort échange de coups de feu a éclaté près de Sekhutureya, le palais présidentiel, où résidait le chef de l’Etat, qui a duré toute la matinée. Des éléments du groupe des forces spéciales ont capturé le président de la république, tandis que de nombreux soldats étaient visibles dans les rues. En présence de hauts représentants du régime Alpha Condé, le leader des putschistes, Mamady Doumbouya, a promis de créer un « gouvernement d’union nationale » qui conduira la période de « transition » politique.

De nombreux pays partenaires ont déjà demandé la libération du président et un cessez-le-feu, et condamné la prise du pouvoir par les armes. Pourtant, malgré les déclarations de Paris et de l’ONU, qui condamnent la tentative de prise de pouvoir par la force, la situation en Guinée Conakry est loin d’être résolue.

Quand on regarde ces questions sous un autre angle, plus précis, on constate que tout se déroule selon un schéma strict visant une révolution africaine typique. Par exemple, peu de gens savent que dans le passé, le chef du coup d’État, le colonel Mamady Doumbouya était un soldat de la Légion étrangère française, mais il y a quelques années, il a été invité en Guinée pour diriger les Forces d’opérations spéciales (GPS) créées en 2018.

Avec ce simple regard, on peut à nouveau observer indirectement l’intervention française. L’intervention de Paris sur le continent africain a toujours été un obstacle pour les pays africains ambitieux dans un avenir prospère, et elle l’est encore jusqu’à présent, étant donné que la France n’a pas besoin d’une Afrique prospère et apaisée et c’est bien connu. Il est à noter que le colonel Doumbouya serait un ami proche du colonel Assimi Goita, l’actuel président du Mali. Il est rapporté que les deux hommes se sont rencontrés à plusieurs reprises lors d’exercices conjoints des forces spéciales destinés à lutter contre le terrorisme.

En mentionnant la République du Mali, on constate que la situation est très similaire, et la même politique française se répète, mais il y a quelques nuances. Au grand regret des Français, l’humeur anti-française de la population s’est renforcée dans le pays, qui ne voit pas les résultats de la présence de missions militaires sur le territoire du Mali. Malgré le déploiement massif des troupes françaises au Mali et dans la zone de conflit du Sahel, en principe, le terrorisme n’a pas été éradiqué. Outre la menace terroriste, le pays, ainsi que la Guinée Conakry, connaît des crises économiques, et désormais politiques. Mais il y a quelques nuances. Au grand regret des Français, l’humeur anti-française de la population s’est renforcée dans le pays qui ne voit pas les résultats de la présence de missions militaires sur le territoire du Mali. Malgré le déploiement massif des troupes françaises au Mali et dans la zone de conflit du Sahel, en principe, le terrorisme n’a pas été éradiqué. Outre la menace terroriste, le pays, ainsi que la Guinée Conakry, connaît des crises économiques, et désormais politiques.

Le vice-président de la période de transition, le colonel Asimi Goita, chef du coup d’État d’août 2020, a annoncé son arrivée au pouvoir. Dans une déclaration, Goita a accusé le gouvernement précédent que leurs actions ont conduit à des grèves et des manifestations à l’échelle nationale. Néanmoins, le colonel Goita a confirmé son intention de tenir les élections conformément au calendrier ; la situation au Mali reste instable, car la fragile transition politique dans le pays, qui a commencé après le coup d’État d’août 2020, a été interrompue par le deuxième coup d’État du 24 mai.

Selon les experts en sécurité, l’Occident n’est pas fort dans les opérations antiterroristes. Ceci est confirmé par l’arrivée des talibans au pouvoir et le retrait du contingent américain après 20 ans de déploiement. A cet égard, une situation similaire est à noter au Mali, lorsqu’au printemps 2021 le président Emmanuel Macron a annoncé la fin de la mission Barkhan et le retrait des troupes françaises. Cependant, cela pourrait aussi s’expliquer par les forts sentiments anti-français qui ont récemment prévalu en Afrique francophone.

Quant à la Guinée équatoriale, le récent rapport de l’Institut pour l’économie et la paix (IEP) montre que la Guinée équatoriale fait partie des pays où les processus de paix, tels que les attitudes, les institutions et les structures qui créent et soutiennent des sociétés pacifiques, ont le plus diminué. La réduction des dépenses militaires et les accidents récents, tels que l’explosion de Bata en mars 2020, sont également préoccupants. Cela prouve une fois de plus que les forces de défense de la Guinée équatoriale sont en mauvais état.

Il convient de noter que le président de la Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est le dirigeant du pays depuis août 1979. Les événements de 2011 en Libye ont montré que la concentration du pouvoir entre les mains d’un dirigeant après sa mort conduira au chaos et à l’instabilité dans le pays. Ainsi, la Guinée équatoriale est sous une grande menace de terrorisme, lorsque des groupes armés concurrents se battront pour l’influence en cas de mort d’un seul dirigeant. De plus, la situation sécuritaire dans le pays est extrêmement tendue, plusieurs tentatives de coup d’État et le renversement du gouvernement actuel ont déjà été enregistrés. Ainsi, le 28 juillet, un hélicoptère de l’armée française de type Fennec a atterri à Bath, la deuxième ville de Guinée équatoriale. selon le chef d’état-major de l’armée de l’air de Guinée équatoriale, le général de division Fausto Abeso Fuma, l’avion français qui a survolé la ville de Bata le 28 juillet ne correspondait pas à ce qui est indiqué dans le permis pour lequel ils demandent. Le général a accusé Paris d’avoir tenté de porter atteinte à la sécurité du pays. « C’est une grave violation de la réglementation aérienne. On peut dire qu’il s’agit d’une atteinte à la sécurité de l’Etat, car c’est un appareil militaire », a déclaré le chef d’état-major de l’armée de l’air de Guinée équatoriale.

Dans une autre ancienne colonie française, la République centrafricaine, il a récemment arrêté l’agent parisien Rémy Quignolot et de nombreuses armes ont été retrouvées à côté de lui. Selon le parquet centrafricain, il était engagé dans le financement et la formation de militants. Cette nouvelle a renforcé le sentiment anti-français déjà fort en République centrafricaine. Les Centrafricains ont commencé à organiser de nombreuses manifestations, exigeant que le gouvernement centrafricain rompe toutes relations avec la France. De nombreux experts s’accordent à dire que l’influence française en Afrique prendra bientôt fin, et que la Turquie, la Chine ou la Russie prendront la place de la France sur le continent africain.

Par exemple, la coopération avec la Russie a été très appréciée par les résidents de la République centrafricaine. Lorsqu’en décembre 2020, la RCA était menacée d’un coup d’État en raison de l’offensive rebelle sur la capitale Bangui, le gouvernement s’est tourné vers la Russie pour obtenir de l’aide. En conséquence, les instructeurs russes ont fourni une aide inestimable aux soldats de l’armée nationale et l’attaque des rebelles a été repoussée.

Cet exemple de coopération militaire réussie et efficace a également inspiré les habitants d’autres États africains, comme le Mali, où la population a commencé à manifester, appelant la Russie à aider à rétablir la paix et la stabilité dans leur pays.

En résumant tout ce qui précède, il convient de noter que de nombreux États africains sont sous la menace du terrorisme en raison des activités des groupes armés. Les gouvernements devraient prendre dès maintenant des mesures extrêmes pour lutter contre le terrorisme, tout d’abord en trouvant des partenaires solides et efficaces.

Par Femi Kolapo, Professeur d’histoire africaine à l’Université de Guelph, Ontario, Canada (CAJ News)

Lire

Boké : le grand marché déguerpi transformé en dépotoir d’ordures

13 septembre 2021 à 8 08 44 09449

Situé en plein centre-ville, le marché central de Boké a été déguerpi et démoli au mois de mai dernier par les autorités locales. Officiellement, cette action des autorités devait permettre la mise en œuvre d’un projet de « reconstruction » de ce marché. Mais, plus de trois mois après cette opération bulldozer qui a fait de cet endroit un champ de ruine, rien n’a encore été fait sur le terrain. D’ailleurs, certains citoyens de la commune urbaine de Boké ont fait de ce lieu un dépotoir d’ordures, sous le nez et la barbe des autorités, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour exécuter les opérations de déguerpissement de ce grand marché de la commune urbaine, au mois de mai dernier, le préfet de l’époque, Hassane Sanoussy Camara, avait laissé entendre que « l’argent de la reconstruction est actuellement (le 17 mai 2021) stocké à la Banque Centrale de Boké ». L’autorité préfectorale avait également affirmé que « nous (les autorités) avons déjà reçu plus de 11 milliards de francs guinéens » pour ce projet de modernisation de ce marché.

Seulement, depuis la démolition des vieux bâtiments et autres auxiliaires de commerce qui se trouvaient sur ce lieu de négoce, aucun bâtiment n’y a encore poussé de terre. Seuls quelques amas de granites sont visibles sur les lieux. Et, puisque la nature a horreur du vide, ce marché accueille aujourd’hui des déchets de tout genre. Des citoyens de la commune urbaine profitent de la nuit pour venir y jeter leurs ordures.

« C’est la nuit qu’ils envoient des ordures ici. Mais, ces ordures nous fatiguent beaucoup. Ils dégagent des odeurs nauséabondes qui risquent même de nous donner des maladies. On ne peut pas prendre des dispositions, parce qu’on est dans nos quartiers la nuit. Et, c’est la nuit que les gens viennent jeter les ordures dans le marché », a expliqué Mamadou Camara, un riverain de ce marché.

De son côté, ce commerçant, Arabiou Diallo, abonde dans le même sens.

« On vient le matin et on trouve ces ordures ici. Ce sont des inconnus qui les jettent ici la nuit. Comme le marché est déguerpi, il n’y a plus d’autorité chargé de ces petites boutiques qui sont là », a-t-il dit.

Interpellé sur cette situation, le maire de la commune urbaine de Boké, Mamadou Tawel Camara, a laissé entendre que c’est l’insalubrité de ce marché qui avait conduit les autorités à faire déguerpir les lieux.

« C’est la cause même de ce déguerpissement. Quand on a déguerpi ces lieux, si vous aviez vu les déchets qui étaient dans ce marché, vous nous auriez remercié. Parce que c’était incompréhensible que là où on vend des aliments, que ce lieu soit aussi sale », a-t-il dit, tout en annonçant que les travaux de reconstruction de ce marché vont bientôt commencer.

Diarouga Aziz Baldé pour Guineematin.com

Lire

UBA enregistre une croissance des revenus de 33% en glissement annuel et annonce un dividende intérimaire de 20 000 par action

13 septembre 2021 à 8 08 23 09239

La principale institution financière d’Afrique, United Bank for Africa (UBA) Plc, a annoncé ses résultats financiers semestriels audités pour le semestre clos le 30 juin 2021, montrant une croissance impressionnante dans toutes les principales lignes de revenus et indicateurs de performance.

L’institution financière panafricaine a enregistré une croissance de 33,4% de son bénéfice avant impôts qui est passé à 76,2 milliards de nairas (185,5 millions de dollars) en juin 2021, contre 57,1 milliards de nairas (139,1 millions de dollars) enregistré au cours de la même période de 2020, se traduisant par un rendement annualisé des capitaux propres moyens de 17,5% contre14,4%  une année auparavant.

Cette prouesse a été atteinte malgré l’environnement commercial et économique difficile qui a été occasionné par la lenteur des activités suite au confinement mondial lié à la pandémie de Covid-19.

Les résultats enregistrés auprès de la Bourse nigériane ont montré que le profit après impôts du Groupe s’élevait à 147,5 millions de dollars, soit une augmentation significative de 36,3 % par rapport aux 108,2 millions de dollars enregistrés au premier semestre 2020, tandis que le résultat brut est passé à 769,6 millions de dollars contre 732,0 millions de dollars au mois de juin 2020 soit une croissance de 5%.

Au 30 juin 2021, l’actif total du Groupe a franchi la barre des 19,5 milliards de dollars pour atteindre 20,2 milliards de dollars contre 18,7 milliards à la fin de l’exercice 2020. Les dépôts des clients ont également franchi la barre des 14,6 milliards de dollars, augmentant de 7,4 % pour atteindre 14,8 milliards de dollars au cours de la période considérée, contre 13,8 milliards de dollars en décembre 2020.

Les fonds propres du Groupe sont restés solides se chiffrant à 1,83 milliard de dollars contre 1,76 milliard de dollars en décembre 2020, reflétant sa forte capacité de génération de capital interne. Conformément à la culture de la banque consistant à verser à la fois un dividende intérimaire et final en espèces, le Conseil d’administration d’UBA Plc a déclaré un dividende intérimaire de 20 kobo par action pour chaque action ordinaire de 50 kobo détenue par ses actionnaires.

Le directeur général du groupe UBA, M. Kennedy Uzoka, s’est félicité de la performance de la banque au premier semestre de l’année, en déclarant : « Ce premier semestre a été solide pour nous, car la reprise économique mondiale a dépassé les attentes, créant un effet positif sur la confiance des consommateurs et des entreprises, l’épargne et les activités d’investissement. Nous avons constaté que cela avait un impact positif sur notre entreprise, alors que nous continuions à tirer parti de nos principaux leviers stratégiques – les personnes, les processus et la technologie, et notre philosophie du client d’abord, pour révolutionner l’expérience client chez UBA. »

Il a ajouté que l’investissement de la banque dans le reste de l’Afrique (excl. Nigeria) continue de donner de bons résultats pour le groupe. Selon lui « les avantages de la diversification panafricaine des activités du Groupe sont une fois de plus évidents, avec une croissance des bénéfices bruts et des revenus d’intérêts de 5,1 % et 8,3%  respectivement, malgré l’environnement de faible rendement de notre plus grand marché, le Nigeria. Nous réalisons des progrès remarquables dans notre stratégie qui positionne progressivement UBA comme la banque de choix sur le continent, grâce à notre accent sur l’innovation technologique et la meilleure expérience client. »

Poursuivant, le DG du groupe a souligné que la banque reconnaît les effets de grande envergure de la pandémie sur les entreprises du monde entier et reste concentrée sur sa promesse de toujours fournir à nos clients les meilleures expériences bancaires possibles. « Notre performance H12021 reflète nos efforts progressifs pour tirer parti de la forte dynamique avec laquelle nous avons commencé l’année. En tant qu’organisation axée sur les objectifs, nous restons déterminés dans notre quête d’une croissance soutenue de l’acquisition de clients, des volumes de transactions et du bilan, alors que nous consolidons notre position sur le marché comme « Africa’s Global Bank » dans les années à venir, améliorant ainsi les moyens de subsistance à travers le continent »,  a fait observer Uzoka.

Le directeur financier du groupe UBA, Ugo Nwaghodoh, a pour sa part noté que l’objectif de la banque est d’améliorer sensiblement la qualité des bénéfices tout en maintenant un levier d’exploitation positif ainsi qu’une qualité d’actifs de premier ordre. « Le Groupe a enregistré un RoAE de 17,5% (contre 14,4% au S1 2020) et un NIM de 5,8% (contre 5,4% au H12020) alors que nous avons joué avec diligence dans l’environnement de rendement volatil pour le meilleur rendement de nos actifs productifs d’intérêts. La position de capital est restée solide, avec des ratios de solvabilité et de liquidité de 24,9 % (22,4 % au premier semestre 2020) et 58,3 % (58,2 % au premier semestre 2020). , suffisamment solide pour soutenir nos ambitions de croissance », a-t-il déclaré. 

Le GCFO a souligné que même si l’environnement opérationnel reste largement incertain et volatil, malgré une amélioration marquée du stress macroéconomique induit par Covid-19, UBA continuera à renforcer sa résilience grâce à son modèle d’entreprise géographiquement diversifié pour soutenir la croissance des bénéfices bruts du Groupe. 

« Nous restons attachés à nos objectifs respectifs de croissance du RoAE et des dépôts de 18% et 15% pour l’exercice 2021, alors que nous continuons d’investir dans des opportunités de croissance dans nos zones d’opération, tout en gérant prudemment le capital et le bilan », a déclaré Nwaghodoh. 

United Bank for Africa Plc est une institution financière panafricaine de premier plan, offrant des services bancaires à plus de vingt-cinq millions de clients, dans plus de 1 000 bureaux d’affaires et points de contact client, dans 20 pays africains. Avec une présence aux États-Unis d’Amérique, au Royaume-Uni et en France, UBA connecte les personnes et les entreprises à travers l’Afrique par le biais de la vente au détail ; banque commerciale et d’entreprise; paiements et envois de fonds transfrontaliers innovants ; financement du commerce et services bancaires auxiliaires.

Transmis par le service de communication de UBA en Guinée

Lire