Examen d’entrée en 7ème : réaction de Ramatoulaye Souaré, première de la commune de Ratoma

4 septembre 2021 à 20 08 59 09599

Une grande joie anime Ramatoulaye Souaré et tous les membres de sa famille, après la publication des résultats des examens nationaux, session 2021. En effet, la jeune fille de 12 ans, élève au groupe scolaire privé Hamdallaye Primaire, s’est classée première à l’examen d’entrée en 7ème année dans la commune de Ratoma (Conakry). Un succès qui n’étonne pas la nouvelle collégienne, rencontrée par un journaliste de Guineematin.com, ce samedi 4 septembre 2021.

Ramatoulaye Souaré, première à l’examen d’entrée en 7ème année dans la commune de Ratoma

« Je suis heureuse et très satisfaite. Je ne suis pas étonnée de mon rang, parce que j’ai beaucoup travaillé durant l’année scolaire. Chaque jour, quand je rentre de l’école, je révise mes leçons. Et je reprends toujours les exercices à la maison avec mon père », a expliqué Ramatoulaye Souaré, première à l’examen d’entrée en 7ème année dans la commune de Ratoma.

Mais malgré sa joie, la jeune fille pense aussi à ses collègues qui n’ont pas eu leur examen. Elle leur demande de redoubler d’efforts pour réussir l’année prochaine. « Mes amis qui n’ont pas eu, je leur demande d’être courageux et de fournir beaucoup d’efforts, en révisant et en faisant des exercices à la maison. Il faut prendre les cahiers comme des amis », conseille Ramatoulaye Souaré.

Après le collège, la jeune fille compte faire les sciences expérimentales pour pouvoir accomplir son rêve de devenir médecin à la fin de ses études.

Mariame Diallo pour Guineematin.com

Lire

Gaoual : 42,40 % au CEE, 49,90 % au BEPC et 7,56% au Bac unique 2021

4 septembre 2021 à 20 08 50 09509

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, les résultats des examens nationaux sont tombés depuis hier, vendredi 3 septembre 2021. Ce samedi, dans toutes préfectures du pays, l’angoisse qui habitait les candidats a laissé la place à la joie pour les admis et la déception pour le grand nombre d’entre eux.

A Gaoual, les résultats enregistrés dans cette préfecture et consultés par un journaliste de Guineematin.com, ne font pas l’exception.

Pour le Certificat d’études élémentaires (CEE), au compte de l’enseignement général, 784 dont 293 filles ont obtenu leur ticket pour le Collège, contre 1872 dont 755 filles ayant effectivement composé sur les 2237 dont 917 filles initialement inscrits. Soit un taux de réussite de 41, 88%.

Au compte de l’enseignement du franco-arabe, ils étaient  190 dont 89 inscrits pour 168 dont 61 ayant effectivement pris part à l’examen.Au finish, 81 dont 25 filles ont été déclarés admis. Soit 48,21%.

Ce qui donne un total d’admis au CEE à Gaoual pour les deux catégories 865 dont 318 filles, soit un taux de réussite de 42, 40%.

Pour le BEPC, les candidats ont fait plus de succès avec un taux de réussite qui a frôlé les 50%. Selon les statistiques consultées par Guineematin.com, le nombre de candidats inscrits pour les deux catégories est de 565 dont 164 filles et ont répondu présents 533 dont 154 filles. Cette année, ils sont 266 dont 130 filles à avoir obtenu leur Brevet d’études du premier cycle (BEPC), soit un taux d’admission de 49,90%.

Au Baccalauréat unique, session 2021, la préfecture de Gaoual a enregistré un des taux les plus médiocres du pays avec moins de 10 % de réussite.

Sur un total inscrit de 122 dont 37 filles, 119 dont 37 filles ont abordé les sujets. A la proclamation des résultats, des 87 candidats de la série sciences sociales, seulement sont admis dont zéro fille. En série expérimentale, il n’y a eu aucun admis des 19 inscrits. En sciences mathématiques, seuls 2 garçons des 18 inscrits ont franchi le cap pour les instituts d’enseignement supérieur. Soit un total de 9 admis sur les 119 candidats présents. Ce qui donne un taux de succès de 7,56 % pour toute la préfecture de Gaoual.

Contrairement au BEPC où les filles ont battu le record devant les jeunes collégiens avec un taux de réussite de 84,41 %, au BAC, aucune des 37 candidates n’a été admise.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Examens nationaux : résultats catastrophiques à Koumbia (Gaoual)

4 septembre 2021 à 20 08 15 09159

A l’instar des autres localités du pays, les résultats des examens nationaux ont été publiés hier, le vendredi 3 septembre 2021, dans la sous-préfecture de Koumbia, relevant de la préfecture de Gaoual. Mais comme l’année dernière, ces résultats ne sont pas reluisants pour la plus part des candidats qui ont affronté ces examens cette année.

Selon les résultats disponibles et communiqués à Guineematin.com, ce samedi, très peu de candidats ont réussi à obtenir le bon sésame. C’est moins ce qui ressort  des statistiques.

A l’examen d’entrée en 7ème année, sur les 594 inscrits (dont 254 filles), 502 dont 197 filles ont affronté les épreuves au compte de l’enseignement général et en provenance des 21 écoles primaires publiques et privées de la Sous-préfecture. Pour l’enseignement du franco arabe, ils étaient 13 candidats inscrits dont 4 filles et 12 étaient présents à l’examen dont 3 filles. Finalement ce sont 5 élèves dont 2 filles qui ont été déclarés admis.

Guineematin.com, vous propose les statistiques reçues de la Délégation scolaire de l’enseignement élémentaire de Koumbia (DSEE), dans les écoles ayant présentée de candidats. Sur les 21 établissements publics et privés, trois ont recueilli zéro admis. Il s’agit des écoles primaires publiques de  Labha N’diyan, (3 candidats présentés), Kambala avec 7 candidats et MBouly, 1 candidat contre 10 écoles l’année dernière. A la queue des écoles ayant enregistré un seul admis, on dénombre six établissements, tous relevant du public. Ce sont: Dapompo, Ndiouriya,  Sinta Sanoumou, Kabara, KWame N’kruma et Kembéra.

Les autres écoles ayant obtenu des scores plus ou moins reluisants sont l’école primaire publique de Madina-Guilédji  avec 8 admis sur 17 candidats, l’école privée Alélouya qui récolté 9 admis sur 11 candidats, l’école privée Arc-en-ciel qui sort avec 3 admis sur 8 candidats, l’école primaire publique de Dara Bowé qui a enregistré 49 admis sur 90 candidats, l’école primaire publique de Nyampiya qui obtient admis sur 14 candidats, l’école primaire publique de Kamélé qui bénéficie de 9 admis sur 17 candidats, l’école primaire publique de Thiéwéré qui rafle 11 admis sur 26 candidats, l’école primaire publique de Ben Bella qui s’en sort avec 23 admis sur 103 candidats, l’école primaire publique de Dombiadji qui fait 50% de réussite avec 6 admis sur 12 candidats, l’école primaire publique de Thankoundiaré qui se hisse avec 7 admis sur 12 candidats et l’école primaire publique Elhadj Bambo, à Kamélé qui se tape 5 admis sur 11 candidats.

S’agissant du BEPC (le Brevet d’études du premier cycle), sur les 187 candidats inscrits comprenant 45 filles, 180 ont répondu présents dont 43 filles. A la proclamation des résultats,17 ont été déclarés admis dont 3 filles, soit 9,14%, à en croire, Souleymane Diallo, le responsable chargé des statistiques à la DPE de Gaoual.

Pour le centre d’examen de Koumbia, il y avait les élèves du Collège de Wendou M’Bour, au nombre de 55 candidats qui ont obtenu admis. Le Collège de Koumbia centre a présenté lui 132 candidats dont trois filles et a enregistré 14 admis dont 3 filles.

Pour le baccalauréat unique session 2021, le lycée de Koumbia n’a enregistré qu’un (1) seul admis sur les 20 candidats présentés, tous en sciences sociales.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Lire

Emmanuel Condé, premier au Bac en sciences sociales : « mon secret, c’est le courage, la révision »

4 septembre 2021 à 19 07 49 09499

Comme à ses habitudes, le groupe scolaire Emmanuel de Kankan s’est bien illustré cette année encore au baccalauréat unique. Le premier de la République en sciences sociales est venu de cette école privée. Il s’agit d’Emmanuel Condé, âgé d’une vingtaine d’années, résidant au quartier Bordeaux, dans la commune urbaine de Kankan. Rencontré ce samedi 4 septembre 2021 par le correspondant de Guineematin.com dans la ville, le jeune homme a exprimé sa joie, avant de livrer les secrets de sa réussite.

Emmanuel Condé, premier de la République, option sciences sociales

« Être premier de la République, c’était un rêve pour moi depuis les vacances. Alors, je me suis levé tôt pour réaliser mon rêve, en prenant du courage et en révisant intensément. Le plus grand secret, c’est Dieu. Parce que quel que soit ton courage, quel que soit ton travail, si tu n’as pas la bénédiction de Dieu, tu ne peux pas réussir. Donc, mon secret c’est la révision, le courage et la bénédiction de Dieu », a laissé entendre le bachelier, qui remercie tous ceux qui l’ont aidé à avoir ce résultat.

Après avoir réalisé son rêve d’être premier de la République, le jeune homme se fixe un nouvel objectif. « Aujourd’hui, ce que je veux, c’est aller faire mes études supérieures à l’extérieur et revenir servir la nation. C’est pourquoi d’ailleurs, j’invite l’Etat à nous accorder des bourses pour aller étudier à l’étranger. Même s’il y a la pandémie de Covid-19, j’espère qu’on pourra bénéficier de cette opportunité », a dit Emmanuel Condé.

A rappeler que Kankan a connu un succès particulièrement éclatant au baccalauréat unique, session 2021. Les premiers de la République en sciences expérimentales et en sciences sociales, mais aussi la grande majorité des 10 premiers de chaque option, sont venus de cette ville.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Labé : des jumeaux classés premier et deuxième au BEPC

4 septembre 2021 à 18 06 28 09289
Alhousseïny Diallo, Alhassane Diallo

La joie est immense aujourd’hui dans la famille d’Alhassane et Alhousseine Diallo, des jumeaux qui étudient au complexe scolaire Tountouroun, situé au quartier Daka, dans la commune urbaine de Labé. Les deux jeunes se sont classés respectivement premier et deuxième de la région au Brevet d’études du premier cycle (BEPC), session 2021. Le correspondant de Guineematin.com à Labé est allé à la rencontre de ces nouveaux lycéens, très heureux de leur classement.

Alhassane Diallo, premier de la région de Labé au BEPC

Selon Alhassane Diallo, ce résultat est loin d’être un fait du hasard. C’est plutôt le fruit d’un travail acharné que lui et son jumeau ont abattu durant toute l’année scolaire. « Ce n’est pas une coïncidence, chacun de nous a travaillé dur pour occuper sa place. On travaillait ensemble à la maison, on avait les mêmes encadreurs et on adoptait la même procédure dans nos révisions. Le seul secret pour réussir, c’est juste d’étudier. Et nous, on a travaillé dur pour réussir. Car à certains moments, on passait des nuits blanches en train de réviser. Être premier de la région, c’est un rêve qui m’animait depuis toujours », a dit le jeune homme.

Alhousseïny Diallo, 2ème de la région de Labé

De son côté, Alhousseïne Diallo soutient que ce n’est pas étonnant que lui et son jumeaux occupent les deux premières places au BEPC dans la région de Labé. « Tout ce que je peux dire, c’est que tous les deux, on a travaillé dur pour obtenir ce résultat. Durant toute l’année scolaire, on révisait ensemble, de jour comme de nuit. Et je rappelle que ce n’est pas la première fois qu’on se suit au classement.

Lorsqu’on a fait la troisième année, j’ai été troisième au classement et mon jumeau a été quatrième. En cinquième année aussi, il a été le premier de la classe et j’ai été le deuxième. Et en sixième année, j’ai occupé la première place et lui la deuxième. Donc, s’il est aujourd’hui premier au BEPC et moi deuxième, ce n’est pas du tout étonnant. Je suis très heureux pour lui et pour moi », a confié cet autre élève admis au lycée.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Baccalauréat 2021 : 12,90% de réussite à Télimélé

4 septembre 2021 à 18 06 11 09119

Publiés hier, vendredi 03 septembre, par le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation, les résultats du baccalauréat unique, session 2021, ne sont pas satisfaisants à Télimélé. Car seulement 12,90% des candidats ont décroché leur examen dans les trois options confondues, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

En Sciences mathématiques, sur les 164 candidats dont 61 filles, 55 candidats dont 22 filles, sont admis. Soit un taux de réussite de 33,54%.

En Sciences expérimentales, sur les 245 candidats dont 51 filles qui ont affronté les épreuves, 14 candidats dont 3 filles ont décroché leur examen. Soit un taux de réussite de 5,71%.

En Sciences sociales, sur les 208 candidats dont 48 filles, 12 candidats dont 4 filles, sont admis. Soit un taux de taux de réussite de 5,77%.

Il faut noter qu’en Sciences mathématiques, le premier de la préfecture de Télimélé est originaire du Lycée Ley-Wendou. Il occupe le 428ème rang à l’échelle nationale.

En Sciences expérimentales aussi, le premier de la préfecture vient du même lycée. Il arrive au 1 316ème rang sur le plan national.

En Sciences sociales, le premier de préfecture est venu du lycée Sarékaly, la sous-préfecture la plus proche du chef lieu de la préfecture (qui a enregistré 25% d’admis au baccalauréat et 95% au BEPC). Il est classé 1 845ème de la République.

De Télimélé, Mamadou Saliou Bah pour Guineematin.com

Tél. : 628 88 04 73

Lire

BEPC 2021 : 2 481 admis sur 8 091 candidats dans la région de Faranah

4 septembre 2021 à 16 04 58 09589

Les candidats aux examens nationaux, session 2021, sont désormais situés sur leur sort. Dans la région de Faranah, sur les 8.091 candidats qui ont affronté les épreuves du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), 2.481 sont admis. Soit un taux de réussite 30,66%.

La préfecture de Faranah arrive en tête, avec un plus de 45% d’admis. Faranah : 2.596 inscrits, 1.173 admis (45, 18 %). Dinguiraye : 893 inscrits, 287 admis (32,13%). Dabola : 1425 inscrits, 335 admis (23,5%). Kissidougou : 3.177 inscrits, 686 admis (21,59%).

« C’est à peu près la même situation que l’année dernière, mais nous allons tirer les leçons sur ça à l’ouverture prochaine. Nous allons travailler avec les proviseurs et les principaux des collèges, surtout au niveau des collèges ruraux. C’est ce qui va nous aider à faire des analyses et prendre des précautions pour l’année à venir », a réagi Fodé Bangaly Condé, inspecteur régional de l’éducation par intérim de Faranah.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel : 620241513/660272707

Lire

Bac 2021 à Siguiri : 2e de la République en SE, N’faly Camara exprime sa joie et fait part de ses rêves

4 septembre 2021 à 16 04 50 09509
N’faly Camara, deuxième de la République en SE

N’Faly Camara, élève au groupe scolaire privé Ibrahima Ducal Baldé de Siguiri, est particulièrement heureux après la publication des résultats du baccalauréat unique, session 2021. Car le jeune homme s’est classé 2ème de la République en Sciences expérimentales. Rencontré le par le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture, le bachelier a exprimé sa joie, tout en donnant les clefs de sa réussite.

N’faly Camara, deuxième de la République en SE

« Ce résultat, je le dois à mes professeurs. Mais sincèrement, je ne suis pas surpris de mon résultat, car j’ai travaillé dur pour l’obtenir. Depuis l’ouverture jusqu’au jour de l’examen, j’étais en classe pour travailler. Mon objectif était d’être parmi les lauréats de la République. A un mois de l’examen, je suis rentré à l’internat pour ne sortir qu’à la veille du Bac. Donc, je me suis bien préparé avant d’aller dans la salle d’examen », a indiqué N’Faly Camara.

Le jeune homme annonce que son rêve est de devenir un ingénieur des mines.

De Siguiri, Bérété Lancéi Condé pour Guineematin.com

Lire

Mory Kaba, premier de la République au baccalauréat 2021, Sciences Expérimentales : «  c’était mon rêve » !

4 septembre 2021 à 14 02 26 09269

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, les résultats des examens nationaux ont été rendus publics dans la soirée d’hier, vendredi 03 septembre 2021. Sur un total 77 560 candidats ayant composé, ce sont 19 669 qui ont été déclarés admis ; soit un taux de réussite de 25, 36 pour cent. Et, le profil Sciences Expérimentales a enregistré un très faible taux d’admission 26, 37%. Ce qui laisse entendre un très fort taux d’échec (73, 63%). 

Mory Kaba, premier de la République Sciences Expérimentales

Au-dessus des heureux admis du profil Sciences Expérimentales du baccalauréat de cette année, Mory Kaba ne fait pas la fierté que de ses parents et de son lycée d’origine. Le premier de la République est aujourd’hui célébré par tout le Nabaya et même toute la région de Kankan. 

Interrogé dans la matinée de ce samedi par toute la cohorte de journalistes qui se marchent dessus actuellement derrière chacune des nouvelles qui tombent dans la ville, la nouvelle étoile du quartier Kabada 1 (commune urbaine de Kankan) n’a pas caché sa satisfaction. 

Issu d’une famille de 13 enfants, ce candidat du lycée Morifindjan Diabaté, a lui-même estimé que premier de la République n’est pas donné à tout le monde. « Tout le monde voudrait être premier de la République ; mais ce n’est pas donné à tout le monde. Cette place, pour l’avoir, ça demande un travail acharné, une détermination et une motivation. En terminale, on peut avoir le baccalauréat ; mais, être bien demande une préparation dès les années antérieures », a indiqué Mory Kaba.

Mory Kaba, premier de la République Sciences Expérimentales

« C’était un rêve pour moi depuis la 11ème année, après le BEPC, on ne savait pas c’était quoi être lauréat ; mais, les professeurs nous ont expliqué ensuite, ils nous ont encouragé et motivé. Donc, c’est ainsi que c’est devenu un rêve pour moi. Et, depuis la 11ème année jusqu’en terminale, je ne me suis plus reposé, je ne faisais pas de vacances, j’ai travaillé jusqu’en terminale. Pour devenir premier de la République, il n’y a pas d’autres secrets que le travail. Il faut avoir un emploi de temps très précis et être déterminé à respecter cet emploi là, parce que nous les jeunes, on ne respecte pas les emplois », a-t-il ajouté.

Pour la suite de ses études, Mory Kaba souhaite faire la médecine. Mais, pour l’instant, il approfondir la réflexion et consulter sa famille. « À l’université, je rêve faire la médecine ; mais, c’est quelque chose qui n’est vraiment pas encore décidé. Je vais d’abord réfléchir et comme ça je trouverai une réponse clair avec ma famille », a-t-il confié aux journalistes qui se bousculaient devant lui ce matin.

Ce samedi, 04 septembre 2021, la famille de Mory Kaba n’a pas accueilli que les représentants des médias. Parents, amis, voisins et enseignants se relaient auprès des parents pour féliciter le premier de la République, option sciences expérimentales.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Examens nationaux : 2 admis au Bac pour toute la préfecture de Koubia…

4 septembre 2021 à 14 02 12 09129

Les candidats aux examens nationaux de cette année sont désormais situés sur leur sort. Les résultats, publiés vendredi soir, 3 septembre 2021, étaient particulièrement attendus dans la préfecture de Koubia, qui avait enregistré des résultats catastrophiques l’année dernière, avec seulement 5 admis au Bac et 0 admis au BEPC. Cette année, le taux de réussite s’est amélioré au niveau du BEPC, mais il a chuté au niveau du baccalauréat.

Interrogé par le correspondant de Guineematin.com à Koubia, Mamadou Oury Mariame Diallo, chargé des examens à la direction préfectorale de l’éducation, a indiqué que la préfecture a présenté 1.026 candidats dont 499 filles au certificat d’études élémentaires (CEE), l’examen d’entrée en 7ème année. Parmi eux, 718 admis dont 337 filles sont admis.

Au Brevet d’études du premier cycle (BEPC), 248 candidats dont 82 filles ont affronté les épreuves. 45 d’entre eux dont 9 filles sont admis. Soit un taux de réussite de 18%. Au Baccalauréat unique, Koubia avait 73 candidats en Sciences sociales et en Sciences mathématiques. Et sur ces 73 candidats, seulement 2 sont admis. 

De Koubia, Mamadou Alpha Diallo pour Guineematin.com

Lire

Examen d’entrée en 7ème Année (CEE) 2021 : voici les résultats (toutes options confondues)

4 septembre 2021 à 11 11 50 09509

Comme le baccalauréat et le BEPC, les résultats de l’Examen d’entrée en 7ème Année (CEE) 2021 ont également été publiés hier, vendredi 03 septembre 2021, par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation (MENA). Sur un total 244 922 candidats ayant composé, seulement 152 054 ont été déclarés admis ; soit un taux de réussite de 62, 08 pour cent. 

Enseignement Général :

Ils étaient 225 042 à avoir composé et 139 912 ont été déclarés admis ; soit 62, 17% d’admis dont 61, 29% de filles.

Franco Arabe :

Ils étaient 19 880 à avoir composé et 12 142 ont été déclarés admis ; soit 61, 08% d’admis dont 59, 67% de filles.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, la liste intégrale des admis :

Résultats CEE-2021

Félicitations à tous les admis et courage aux autres !

Lire

BEPC 2021 : voici tous les résultats (toutes options confondues)

4 septembre 2021 à 11 11 36 09369

Comme le baccalauréat unique, les résultats du BEPC 2021 ont aussi été publiés hier, vendredi 03 septembre 2021, par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation (MENA). Sur un total 144 841 candidats ayant composé, seulement 50 807 ont été déclarés admis ; soit un taux de réussite de 35, 08 pour cent. 

Enseignement Général :

Sur les 139 615 candidats ayant composé, 47 926 ont été déclarés admis ; soit 34, 33% d’admis dont 31, 93% de filles.

Franco Arabe :

Sur les 5 226 candidats ayant composé, 2 881 ont été déclarés admis ; soit 55, 13% d’admis dont 53, 63%

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, la liste intégrale des admis :

Résultats du BEPC 2021

À suivre, le résultat de l’examen d’entrée en 7ème année

Lire

Baccalauréat 2021 : voici les résultats (toutes options confondues)

4 septembre 2021 à 11 11 20 09209

Les résultats du baccalauréat unique session 2021 ont été rendus publics hier, vendredi 03 septembre 2021, par les autorités guinéennes en charge de l’éducation. Sur un total 77 560 candidats ayant composé, seulement 19 669 ont été déclarés admis ; soit un taux de réussite de 25, 36 pour cent. 

Profil Sciences mathématiques : 35,11% d’admis.

Profil Sciences expérimentales : 26,37%

Profil Sciences Sociales : 16,48%

Profil Sciences expérimentales Franco arabe : 18,50%

Profil Sciences Sociales Franco arabe : 35,85%

Soit un total d’admis de 25,36% avec 21, 35% des filles.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, la liste intégrale des admis de tous les profils :

Liste des admis SS BAC 2021 PDF

Liste des admis SE BAC 2021

Liste des admis SM BAC 2021

Liste des admis SS-Franco Arabe BAC 2021 PDF 2021

Liste des admis SE-Franco Arabe BAC 2021 PDF

À suivre les résultats du BEPC et ceux de l’Examen d’entrée en 7ème Année

Lire

Affrontements autour d’une mine d’or à Mandiana : la police annonce la saisie de 28 motos et 6 fusils de chasse

4 septembre 2021 à 10 10 38 09389
Oumar Camara, commissaire centrale adjoint de la police de Mandiana

Après les affrontements sanglants qui ont opposé des habitants des quartiers Mandiana1 et Oudiala pour le contrôle une mine d’or de la commune urbaine de Mandiana, la police locale annonce avoir saisi 28 motos et six fusils de chasse sur des citoyens, rapporte le correspondant local de Guineematin.com.

Dans entretien qu’il nous accordé, le commissaire central adjoint de la police de Mandiana a révélé : « Du jour de l’affrontement jusque-là où nous sommes les enquêtes se poursuivent. Et, à date, on a saisis 28 motos dont 8 ont été restitués à leurs propriétaires qui avaient des papiers de leurs motos au complet. Les 20 autres sont à notre niveau jusqu’à ce que les propriétaires fournissent leurs papiers. Deux couteaux et 6 fusils de chasse sont à notre niveau pour des fins d’enquête », a confié le commissaire Oumar Camara qui indique par ailleurs que des interpellations ont commencé dans la ville qui a pourtant renoué avec le calme.  

Le couvre et d’autres mesures drastiques instaurés suite aux récents évènements  ont été déjà allégés par les autorités.

De Mandiana, Mamady Keita Konoma pour Guineematin.com

Tél. : 00224 625 81 03 26 

Lire

Dabondy-Rails (Matoto): nouvelle manif contre l’installation au forceps d’un président du conseil de quartier

4 septembre 2021 à 10 10 36 09369

Le lundi 30 août dernier des habitants de Dabondy-Rails étaient dans la rue pour s’opposer à l’installation de Lansana Conté au poste de Président du conseil de quartier dont il assurait l’intérim depuis la mort de l’ancien chef de quartier, Ousmane Sylla, il y a 9 mois. Hier vendredi encore des jeunes et des femmes se sont massivement mobilisés pour s’opposer une nouvelle fois au forcing des autorités communales de Matoto qui voulaient installer une autre personne proche du désavoué Lansana Conté, constate un journaliste de Guineematin.

L’installation du nouveau président du conseil de quartier de Dabondy-Rails était prévue à 17 heures, ce vendredi.  Mais la forte mobilisation des jeunes et des femmes dudit quartier a eu raison de la détermination  des agents communaux de Matoto commis à la tâche. Souleymane Bérété, un jeune leader du quartier, ne comprend pas pourquoi la mairie veut imposer un chef de quartier qui ne fait pas l’unanimité.

Souleymane Bérété, jeune leader Dabondy

« Depuis lundi le maire Mamadouba Tos Camara a dit qu’il a disqualifié Lansana Conté (Mario). Ils ont annoncé à la mosquée que le maire viendra installer le chef de quartier que la jeunesse souhaite. La cérémonie était prévue ce vendredi à l’école Bora pour l’installation. Mais vue peut-être la mobilisation des jeunes et des femmes, ils ont eu peur ils sont partis dans un autre quartier .Celui que les habitants veulent, Mamadouba Tos Camara ne veut pas de lui. Il veut imposer un proche de Lansana Conté. La majorité des habitants de Dabondy-Rails veulent Mohamed Camara (Bems) comme chef de quartier. Je ne sais pas pourquoi Tos ne veut pas de lui ? », a-t-il confié.

Abdoulaye Yama Soumah, jeune leader Dabondy

Un autre jeune du quartier plaide pour que le maire de la commune de Matoto accepte le choix des habitants de Dabondy-Rails. « Cela fait 9 mois que l’administration du quartier est complètement bouleversée. Chaque fois c’est des polémiques, de la pagaille. Tout çà est dû à monsieur le maire, parce qu’il n’a pas pris une décision conforme au choix des habitants de Dabondy-Rails. Pourtant, il doit respecter le choix de la population pour une accalmie dans le quartier », estime Abdoulaye Yama Soumah.

Une femme du quartier a expliqué au micro de Guineematin.com les raisons pour lesquelles beaucoup d’habitants de Dabondy-Rails souhaitent la nomination de Mohamed Camara comme président du conseil de quartier. « Bems ne nous a rien donné, mais nous sommes pour lui. Souvent quand le courant se gâte c’est lui qui répare, les ordures c’est lui qui les enlèves, il s’occupe des cimetières. Mais quand l’argent vient d’autres personnes se présentent », affirme Porè Diawara alias Bébé.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 621686148

Lire

Adoption de la LFR 2021 : réactions croisées des députés Aly Kaba, Dembo Sylla et du ministre Ismaël Dioubaté

4 septembre 2021 à 10 10 34 09349
Honorable Aly Kaba, Président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel

Les députés guinéens ont adopté le jeudi 2 septembre 2021, à une écrasante majorité, la Loi de finances rectificative (LFR 2021) de l’année, a constaté Guineematin.com à travers son équipe de reporters. Au terme de cette session extraordinaire du parlement guinéen, nous avons recueilli les réactions de certains acteurs du processus d’adoption de la LFR 2021.

 « Vous savez, la Loi de finances rectificative vient corriger des données dans le budget. Quand le gouvernement se rend compte, par rapport à certains facteurs, qu’il y a eu des changements des équilibres, il y a lieu de réaménager le budget. C’est ce qu’on appelle la Loi de finances rectificative. Et vous avez suivi cette LFR 2021 vient améliorer les recettes de façon conséquente. Vu la pertinence du sujet, la majorité des honorables députés ont examiné et adopté le texte en toute confiance. En ma qualité du Président du Groupe parlementaire de la majorité, je suis satisfait par rapport au travail abattu. Puisque que tout ce que nous faisons c’est pour le bien-être du peuple de Guinée. Et cela permet au gouvernement d’améliorer à chaque fois le budget soumis à l’appréciation des députés », a fait valoir Honorable Aly Kaba, le Président du Groupe de la majorité parlementaire RPG Arc-en-ciel. 

S’agissant des recommandations formulées par les députés, Honorable Kaba a précisé :« Vous savez que les œuvres humaines ne sont pas parfaites. A chaque fois que nous avons un texte, pour éviter qu’il ne soit comme une lettre à la poste, on utilise les instruments à notre disposition. Quand nous observons qu’il y a des choses à améliorer, nous formulons des recommandations à l’endroit du gouvernement pour pouvoir les faire améliorer dans le futur ».

Honorable Dembo Sylla, Président du Groupe Parlementaire Alliance patriotique

Honorable Dembo Sylla, le Président du groupe parlementaire Alliance patriotique met le gouvernement à l’épreuve et appelle celui-ci au respect strict de ses engagements pris devant les honorables députés pendant l’examen du projet de loi portant sur la LFR 2021. Pour ce responsable de l’UDG d’Elhadj Mamadou Sylla, Chef de file de l’opposition, une gestion budgétaire transparente et saine, impliquant une exigence de résultats, réunit un certain nombre de conditions à  savoir : «  l’engagement du gouvernement à lutter vigoureusement contre la corruption mais Monsieur le Ministre n’a pas fait cas d’une lutte contre les détournements de deniers publics ; le respect du contenu de la LFR 2021 dont l’objectif porte sur une gestion plus vertueuse des ressources publiques et la promotion d’une croissance économique encore plus forte et plus inclusive ; le dédoublement d’ici deux ans des recettes internes mobilisées en 2020  et la réduction du train de vie de l’Etat, élimination des surfacturations et autres dépenses improductives pour pouvoir investir efficacement dans l’avenir ».

Cette mise au point de l’opposant a été précédée du rappel des conditions de vie difficile traversée par les populations par ces temps de pandémie de Covid-19 doublée de crise économique qui ne dit pas son nom et embrasse toutes les différentes catégories socioprofessionnelles.

« Nous sommes tous témoins, malheureusement, du désarroi et des inquiétudes profondes de nos acteurs économiques, sociaux et culturels. Les tenanciers de restaurants, des lieux de loisirs, les théâtres, les cinémas et autres ont besoins de la solidarité agissante pour couvrir les contraintes de vie et de survie très fragilisée par la crise sanitaire et les mesures de confinement et de restrictions », a souligné Honorable Dembo Sylla.

De son côté, le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, a promis de prendre en compte des observations et des suggestions des parlementaires en vue de répondre à l’attente des populations.

Ismaél Dioubaté, ministre du Budget

« Le budget se traduit par la volonté politique de l’État. Tout ce que nous faisons sous le leadership de Monsieur le président Pr Alpha Condé, c’est d’améliorer les conditions de vie des populations. Cela se ressent à travers le budget, les grands travaux sont enclenchés et nous ferons en sorte que le budget soit aligné aux objectifs sectoriels que le président a fixés à chaque département », a indiqué le ministre.

Profitant de cette occasion, Ismaël Dioubaté a rappelé que le salaire des fonctionnaires n’a été diminué par la LFR. Selon lui, la diminution des budgets des départements de l’éducation et de la santé, qui a soulevé l’ire des députés, n’est autre que la réduction  du titre 2, relatif aux traitements et salaires.

« Cela est dû essentiellement au non recrutement par les départements de la santé et de l’éducation. Si non les autres titres sont restés intacts », a-t-il juré.

Pour ce qui est de l’augmentation de la subvention accordée à l’EDG, le ministre du budget argue que cette entreprise d’Etat n’a pas atteint sa rentabilité financière totale. Et c’est pour cette raison que l’Etat continue d’injecter des fonds dans cette entreprise avant de saluer les résultats sur le terrain. « De nos jours les populations ont le courant », a-t-il expliqué.

Rappelons que le budget rectifié de l’État pour l’exercice 2021 est arrêté en recettes à la somme de 25 783,96 Mds contre une prévision initiale de 23 511,64 Mds, soit un accroissement de 9,66% et en dépenses à 29 318,96 Mds contre une prévision initiale de 27 739,07 Mds, soit une augmentation de 5,70%.

Abdallah BALDE et Mariama DIALLO pour Guineematin.com

Lire

Fortes pluies à Labé : plusieurs quartiers inondés, des dégâts enregistrés

4 septembre 2021 à 10 10 33 09339

La ville de Labé est secouée par des inondations. Suite à une forte pluie qui s’est abattue dans la journée d’hier, vendredi 3 septembre 2021, les eaux de ruissellement ont envahi plusieurs quartiers de la commune urbaine, faisant des dégâts matériels à certains endroits, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Labé.

Dans l’après-midi de ce vendredi, plusieurs habitants ont eu du mal à se frayer un chemin pour regagner leur domicile. Cela, en raison des inondations qui ont suivi une forte pluie enregistrée dans la capitale de la Moyenne Guinée. Les cours d’eau ont débordé, se déversant sur la voie publique et dans les quartiers. Au carrefour Hoggo M’bouro, le pont reliant les quartiers Mairie et Tata 1 a été submergé, ce qui a rendu impossible le passage à cet endroit. La station-service qui se trouve à côté de là aussi a été fortement inondée.

Quant aux riverains, plusieurs d’entre eux se sont retrouvés les pieds dans l’eau. Les mécaniciens et menuisiers installés au bord de la rivière qui entoure la ville de Labé ont fait les frais de cette forte pluie. Certains mécaniciens se plaignent d’avoir perdu du matériel de travail et d’autres menuisiers cherchaient à récupérer des lits et autres meubles emportés par les eaux. Au quartier Doghora également, le pont communément appelé « Djély Sory » était infranchissable, à cause des eaux qui surplombent l’ouvrage de franchissement. 

A Sassé, plusieurs citoyens ont été surpris par les eaux dans leurs domiciles et dans certaines boulangeries. Au-delà de la ville de Labé, on apprend aussi que des ponts en bois qui servent de liaison entre certains villages de la préfecture ont été emportés par les eaux.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Lire

Faranah : 2 groupes de chasseurs traditionnels rivaux enterrent leur hache de guerre

4 septembre 2021 à 10 10 12 09129

Après plusieurs années d’adversité, deux groupes de chasseurs traditionnels rivaux de Faranah ont enfin fait la paix des braves en élisant un chef de la confrérie, le 1er septembre 2021, à Laya Sandö, un district situé à 35 kilomètres de la commune urbaine, rapporte le correspondant local de Guineematin.com à Faranah.

Après plusieurs tractations entre le groupe de Mâma Oularé et celui Lancinet Fofana, un vote a départagé les deux protagonistes. Sur les huit membres statutaires des deux groupes, Lancinet Fofana a obtenu 4 voix contre 1 voix de son adversaire et les trois autres membres ont voté blanc. Suite à cette élection, le nouveau président des chasseurs traditionnels de Faranah a tendu la main à ses pairs pour donner un nouveau souffle leur confrérie.

« Aujourd’hui est un grand jour, qui restera gravé dans les annales de l’histoire des chasseurs traditionnels de Faranah. À partir du moment où un président est élu, la première mission est de renforcer la paix et la cohésion entre tous les chasseurs traditionnels de Faranah. Pour réussir ce pari, j’invite les composantes de cette structure à l’unité et la cohésion.  Je tends une main franche à mes pairs auxquels je demande à se pardonner et à collaborer dans la sincérité afin de donner  un nouveau souffle au fonctionnement  de la confrérie des chasseurs de Faranah », a déclaré Lancinet Fofana.

Gnalén Balla Kourouma, qui a piloté la médiation entre les deux anciens groupes rivaux a insisté sur  l’importance de la paix au sein de cette confrérie. « La paix n’a pas de prix. Si vous vous entendez et vous acceptez, dans la différence, vous allez réussir. Le gouvernement aura besoin de vous. Si vous vous organisez bien pour entreprendre un travail l’Etat peut vous appuyer. Mais vous êtes divisés vous ne bénéficierez rien, vous serez négligés. Et ça, vous allez perdre beaucoup de chance. Espérons que la paix retrouvée perdure ».

Pour donner un éclat particulier à cette rencontre, les chasseurs et guérisseurs traditionnels  de Faranah, de Kissidougou, de Dabola, de Dinguiraye et d’ailleurs ont marqué leur présence. Dans la foulée, des griots entonnaient les chansons de paix et de bravoure dédiées aux chasseurs. 

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tél. : 620241513/660272707

Lire

Kamsar : les femmes donnent un ultimatum de 3 jours aux autorités

4 septembre 2021 à 9 09 28 09289

Après trois jours d’agitation, Kamsar a renoué avec la sérénité. Hier, vendredi 3 septembre 2021, les activités ont grandement repris dans la cité industrielle. Le train minéralier qui avait été arrêté à cause du mouvement de colère des femmes de Kamsar contre le manque du courant électrique a repris du service, le grand marché Sahara a ouvert ses portes et la circulation d’engins roulants se fait sans encombre, a constaté l’envoyé spécial de Guineematin.com à Kamsar.

Ce retour au calme a été obtenu grâce aux négociations rondement menées par les autorités administratives locales.  Face à l’ampleur des manifestations dans la zone, le préfet et le gouverneur de Boké ont dû s’employer pour calmer l’ardeur des femmes de Kamsar.

Au micro de Guineematin, Ousmane Camara a fustigé le fait que Kamsar village- comme on appelle la périphérie de la cité industrielle- soit tout le temps privé d’électricité. « Cela fait 20 ans que Kamsar peine à avoir de l’électricité. C’est pourquoi, nous nous sommes levées cette fois-ci. Il n y a pas une usine en Guinée plus que celle de Kamsar. Si les autorités veulent que l’usine fonctionne, que les trains passent, il faut qu’il y ait de l’électricité. Dans les autres villes comme Sangaredji et Fria, il y a le courant partout. Or, ici il n y a pas de courant, même pour recharger un téléphone, c’est difficile. C’est une inégalité qui ne dit pas son nom ».

Hassane Sanoussy, préfet de Boké

Au cours d’une réunion de crise qu’il a présidée dans la matinée de ce vendredi, le Préfet de Boké n’a surtout pas voulu entendre parler de grève. « Ce n’est pas une grève », a estimé Hassane Sanoussy. Pour lui, les populations de Kamsar ont réclamé du courant. Ce qui, à ses yeux, est tout à fait légitime, parce qu’il y a un problème de délestage qui se pose. Il explique néanmoins que les groupes électrogènes que la CBG met à disposition ne peuvent pas tenir toute la ville à cause de la situation démographique de Kamsar. Le préfet de Boké a demandé à toutes les parties concernées de sursoir à toute manifestation et d’attendre que « le président tranche sur ce problème ».

Un appel qui a été entendu d’une bonne oreille si l’on en juge par le calme qui prévaut actuellement à Kamsar et ses environs.

Aissatou Bérété qui a assisté à la réunion d’urgence a confié à Guineematin.com que les manifestantes ont donné aux autorités un ultimatum de trois jours. « On était ici pour une réunion d’urgence convoquée par le préfet de Boké. Il nous a parlé des mesures entreprises pour résoudre ce problème. Ils ont même amené une délégation à Conakry pour l’obtention d’un groupe électrogène auprès du président de la République. On leur a donné trois jours pour pallier le manque de courant », a-t-elle indiqué.

Jean Felix Bangoura, sous-préfet de Kamsar

« Je suis vraiment satisfait de l’implication de chacun et de tous. Parce que le préfet et le gouverneur sont venus pour la résolution définitive de cette situation qui maintenant a commencé à perdurer. L’appel qu’on a lancé au président de la République a de fortes chances d’être entendu », s’enthousiasme le sous-préfet de Kamsar, Jean Felix Bangoura.

De Kamsar, Amadou Diarouga Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com

Lire