Guinée : le CNRD annule le prélèvement de 5% sur les salaires des fonctionnaires

14 septembre 2021 à 22 10 56 09569

C’est une bonne nouvelle pour de nombreux fonctionnaires guinéens. Le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé d’abroger la décision relative au prélèvement de 5% sur les salaires des fonctionnaires. Les nouvelles autorités guinéennes ont annoncé cette mesure dans un communiqué publié ce mardi, 14 septembre 2021, à la télévision nationale.

« Dans le but d’améliorer les capacités d’achat des ménages, le CNRD informe l’ensemble des fonctionnaires de la fonction publique, de l’abrogation de la mesure du prélèvement des 5% des salaires des fonctionnaires. Le ministère du Budget et celui de l’Economie et des Finances sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’application du président communiqué », a annoncé le porte-parole du CNRD.

Le prélèvement de 5% sur les salaires des fonctionnaires, qui est entré en vigueur fin août dernier, s’inscrivait dans le cadre de l’opérationnalisation de l’institut national d’assurance-maladie obligatoire (INAMO) et de la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat (CNPSAE).

Guineematin.com

Lire

Une délégation de l’Ambassade de Guinée aux États-Unis à l’Exposition Minière Internationale de Las Vegas pour rassurer les investisseurs miniers

14 septembre 2021 à 21 09 20 09209

Une délégation de l’Ambassade de Guinée à Washington DC séjourne actuellement à Las Vegas pour représenter la Guinée à l’exposition Minière Internationale de Las Vegas. Cette exposition qui va se dérouler du 13 au 15 septembre 2021 est la plus importante exposition minière du monde. Elle enregistre plus de 1000 participants, dont des équipementiers miniers. Des transactions y sont effectuées pour l’achat d’équipements ainsi que des présentations des dernières innovations dans le secteur.

La délégation de l’Ambassade est composée du Conseiller Économique M. DIALLO Mamadou et de la Responsable Financière Mme TOURE Adama Keita. Joint au téléphone, M. Diallo a expliqué les raisons de la présence de notre Ambassade à cette exposition internationale par la nécessité de rassurer les investisseurs miniers : « Nous sommes à cette exposition à la demande de nos autorités de tutelle qui ont souhaité qu’on profite de cette occasion pour rassurer le milieu des investisseurs miniers. Une délégation du Ministère des Mines devait assister à cette exposition mais les derniers développements survenus dans le pays l’en a empêchée. Il était donc important que notre représentation diplomatique soit présente afin de rassurer le milieu des investisseurs. »

Pour être plus explicite, M. Diallo explique : « Comme vous le savez, à la suite des évènements survenus chez nous, on a enregistré une augmentation du prix de l’aluminium qui s’explique en partie par les inquiétudes des miniers sur les perspectives du pays. Notre pays est devenu deuxième producteur mondiale de bauxite.  Tout événement qui va se passer en Guinée va impacter le cours des prix de l’aluminium. Nous profitons donc de cette tribune pour faire passer le message des nouvelles autorités aux miniers. Notre pays a une longue tradition de protection des investisseurs miniers, la CBG qui est installée depuis les années 1970 n’a jamais arrêté ses activités pour des raisons politiques. En plus, les toutes premières décisions du CNRD ont été de rassurer les sociétés minières installées en Guinée et comme réponse à ces mesures nous avons vu par exemple la réaction du Président de la Chambre des Mines que les sociétés minières sont rassurées par ces premières mesures. Nous essayons donc de profiter de notre séjour ici à Las Vegas pour faire passer ce message ».

Il faut rappeler que cette exposition minière internationale prendra fin le mercredi 15 septembre 2015.

Nima Barry pour Guineematin.com

Lire

Elhadj Sékhouna Soumah : « on ne doit pas donner la parole aux promoteurs du 3ème mandat »

14 septembre 2021 à 20 08 06 09069
Elhadj Sékhouna Soumah, président de la coordination de la Basse Guinée

Pour Elhadj Sékhouna Soumah, Kountigui de la Basse Guinée, on ne doit pas donner la parole aux promoteurs du troisième mandat du président Alpha Condé pendant les concertations nationales lancées ce mardi, 14 septembre 2021, par la junte militaire qui a renversé l’ancien chef d’Etat. Des concertations qui doivent déboucher sur l’élaboration d’une feuille de route de la transition. Il l’a dit au cours de la rencontre entre le CNRD et les coordinations régionales du pays, et l’a réitéré devant les médias, au sortir des discussions.

Elhadj Sekhouna Soumah, président de la coordination de la Basse Guinée

« Pour commencer, nous remercions l’armée guinéenne, le colonel Mamady Doumbouya et tous ses compagnons, pour ce qu’ils ont fait pour nous sortir de la crise dans laquelle nous étions plongés. Il nous a fait appel pour nous dire qu’il a pris le pouvoir, parce que la Guinée se trouvait vraiment dans une mauvaise posture, et pour qu’on essaye de voir comment on va travailler ensemble afin de sortir de cette situation.

En réponse, nous lui avons adressé nos remerciements. Et nous lui avons dit que le premier travail auquel il doit s’atteler, c’est de faire en sorte que les Guinéens soient unis, parce que notre pays se trouve aujourd’hui dans une situation très préoccupante. Ensuite, nous avons rappelé qu’il y a certains Guinéens qui s’étaient levés ici pour s’opposer au projet de troisième mandat parce que c’est quelque chose qui est mauvais pour le pays.

D’autres par contre ont soutenu le projet, ils ont fait en sorte qu’il puisse aboutir, alors qu’ils savaient que ce n’était pas bon pour le pays. Donc, je crois qu’on ne doit pas donner la parole à ces gens-là lors des rencontres de ce genre. Parce que tout ce qu’ils diront, c’est de la pure démagogie. On doit donner la parole à ceux qui se sont opposés au troisième mandat dès le début.

Nous appelons tous les Guinéens à s’unir, à se donner les mains pour lutter contre l’ethnocentrisme. Aujourd’hui, la faim, la pauvreté et l’ethnocentrisme, le manque d’emploi sont légion dans notre pays. On ne donne pas le travail à ceux qui le méritent. L’ethnocentrisme est à l’origine de beaucoup de problèmes que nous connaissons actuellement en Guinée », a dit Elhadj Sékhouna Soumah.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Lire

Elhadj Mansour Fadiga au sortir de la rencontre avec le CNRD : « nous sommes très contents des discours »

14 septembre 2021 à 20 08 01 09019
Elhadj Mansour Fadiga, doyen des imams de Guinée et premier imam de la mosquée centrale de Nongo

Après les acteurs politiques et les coordinations régionales, le comité national de rassemblement et du développement (CNRD) a reçu au palais du peuple ce mardi, 14 septembre 2021, les chefs religieux de Guinée. La rencontre s’est déroulée à huis-clos, mais les religieux ont visiblement été séduits par les mots du colonel Mamady Doumbouya (le président de la junte militaire qui a renversé Alpha Condé). Car, au sortir de ce tête-à-tête, Elhadj Mansour Fadiga, doyen des imams de Guinée et premier imam de la mosquée centrale de Nongo, a exprimé une grande satisfaction.

Elhadj Mansour Fadiga, doyen des imams de Guinée et premier imam de la mosquée centrale de Nongo

« Nous sortons avec des sentiments de satisfaction après avoir rencontré le président du CNRD. Nous sommes très contents des discours, des déclarations faites par les chefs religieux. Et, la réponse qu’on a eue du président du CNRD est satisfaisante. Il nous a dit qu’il attend les propositions que nous allons faire pour la bonne transition. C’est nous qui l’avons parlé de notre satisfaction. Les religieux seront à leur disposition lorsque, eux d’abord, auront la foi en Dieu. Nous leur avons demandé de travailler paisiblement pour quand-même avoir une transition paisible afin que toutes les institutions soient mises en place », a indiqué Elhadj Mansour Fadiga.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Lire

Concertation entre le CNRD et les chefs religieux : « On attend de voir avant de juger », dit Elhadj Mamadou Saliou Camara

14 septembre 2021 à 19 07 45 09459
Elhadj Mamadou Saliou Camara, premier imam de la mosquée de Fayçal

Comme annoncé précédemment, les chefs religieux de Guinée ont répondu ce mardi, 14 septembre 2021, à l’invitation du comité national de rassemblement et du développement (CNRD) au palais du peuple. Ils ont eu un tête-à-tête avec le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD) qui s’est montré très rassurant.

Seulement, en dépit des mots pleins de sagesse qui leur a été adressés par l’officier militaire, Elhadj Mamadou Saliou Camara, le premier imam de la mosquée Fayçal, s’est montré prudent. Ce guide religieux n’a apporté aucun jugement négatif le CNRD ; mais, pour avoir été souvent déçu par les autorités politiques guinéennes, il préfère tempérer aujourd’hui sa joie.

« On n’était réuni pour parler de la Guinée, pour dire au CNRD que nous (les chefs religieux) ne nous opposons pas à la volonté de Dieu. Mais, même si on n’est content aujourd’hui, on se réserverait d’abord. Parce que nous avons beaucoup manifesté notre joie dans ce pays et ça s’est terminé par le cauchemar. C’est pourquoi, cette fois, on ne veut pas  manifester notre joie et pleurer après. Nous leur avons dit de faire en sorte que la joie qui les a accueillies continue jusqu’à à leur départ. Cela passe par l’organisation des élections apaisées, en donnant démocratiquement le pouvoir à un civil, pour que les guinéens vivent en paix. Je ne peux rien dire d’abord par rapport à cette équipe. Parce que pour moi ils n’ont rien fait d’abord. On attend de voir avant de juger », a dit Elhadj Mamadou Saliou Camara.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Palais du peuple : voici ce qu’Elhadj Mamadou Sayba Doumbouya de la Coordination Mandingue a dit au CNRD

14 septembre 2021 à 18 06 42 09429

Comme annoncé précédemment, le comité national de rassemblement et du développement (CNRD) a rencontré cet après-midi, mardi 14 septembre 2021, les responsables des Coordinations régionales de Guinée. Et, au cours de cette rencontre –qui s’inscrit dans le cadre des concertations nationales amorcées par la junte militaire au pouvoir- Elhadj Mamadou Sayba Doumbouya, le président du bureau de la Coordination Mandingue, a adressé un message au CNRD. Il leur a demandé de se faire confiance, de se dire la vérité, d’éviter la trahison et surtout de bien traiter Alpha Condé (le président déchu).

Lisez !

Elhadj Mamadou Sayba Doumbouya, Président du Bureau exécutif de la Coordination Mandingue

« Nous avons rencontré le CNRD aujourd’hui, c’était une bonne rencontre. L’essentiel du débat c’est de refaire la Guinée, parce que la Guinée est un pays où il y a eu trop d’erreurs dans le passé. Mais, puisque le CNRD a pris le pouvoir, il a dit qu’il a plusieurs valeurs à respecter ; et parmi ces valeurs, il parle de rassemblement, de redressement, de refondation de la République. Ces valeurs sont essentielles et résument l’essentiel de notre pays. Nous leur avons demandé tout d’abord de cultiver la paix entre eux militaires. Parce que quand une équipe militaire prend le pouvoir, ils (les militaires) s’éliminent entre eux. Personnellement, je leur ai demandé d’être sincères entre eux. Le président qui les conduit peut se tromper, mais au lieu de le trahir, il faut lui dire la vérité en face. Parce que c’est leur cohésion qui va sauver la Guinée. Je leur ai dit également que les sages de la coordination les soutiennent  avec les deux bras. Il faut les soutenir, il faut les encourager. Il ne faut pas qu’ils tombent dans les erreurs du passé. Ils n’ont qu’à tout faire pour que les Guinéens puissent souffler du bonheur maintenant. On leur a dit que l’œuvre humaine n’est jamais parfaite. Seule l’œuvre de Dieu est parfaite. C’est pourquoi Alpha Condé a fait des erreurs. Il est entre vos mais aujourd’hui, il est le père de certains, il est le grand-père d’autres. Essayez de lui assurer un traitement digne de son rang. Il a été un grand homme pour l’Afrique et pour la Guinée », a dit Elhadj Mamadou Sayba Doumbouya.

Propos recueillis par Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Lire

Elhadj Ousmane Baldé : « le colonel Doumbouya nous a dit… »

14 septembre 2021 à 18 06 32 09329
Elhadj Ousmane Fatako Baldé, président de la coordination nationale des Foulbhé et Haali Poular de Guinée

Comme annoncé précédemment, les coordinations régionales ont constitué la deuxième couche à être reçue par le comité national pour le rassemblement et la démocratie (CNRD), dans le cadre des concertations nationales qui doivent permettre d’élaborer une feuille de route pour la transition.

A l’issue de la rencontre, qui s’est tenue à huis clos, le président de la coordination nationale des Foulbhé et Haali Poular de Guinée a exprimé sa satisfaction par rapport au coup d’Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé. Elhadj Ousmane Fatako Baldé a déclaré que la junte militaire a tout simplement débarrassé les Guinéens d’un gros fardeau.

« Les militaires nous ont appelés pour qu’on puisse apporter notre contribution à l’édification d’une Guinée nouvelle. Parce que comme vous le savez, notre pays était devenu comme une poubelle pour les citoyens guinéens. C’est pourquoi, nous remercions les militaires qui ont pris leurs responsabilités pour nous débarrasser de ce problème.

Le colonel Doumbouya nous a dit qu’il a fait ça, parce que la Guinée souffrait beaucoup et qu’il est là pour aider le pays à souffler à nouveau, pour que chaque citoyen puisse jouir de ses droits et s’acquitter de ses devoirs à l’égard de sa famille et la nation guinéenne. Pour cela, nous le remercions infiniment », a-t-il déclaré.

De leur côté, les sages du pays ont dit à l’équipe dirigée par le colonel Mamady Doumbouya qu’elle a « beaucoup à faire ». Il s’agit notamment de faire en sorte que la Guinée soit véritablement un Etat de droit, promouvoir l’unité nationale, la vérité, l’équité et la justice pour tous.

 « Certes, ce n’est pas facile, mais comme ils ont la volonté, ils pourront réussir cette noble mission. Car Dieu sera de leur côté et la population aussi va les accompagner dans ce combat. J’exhorte chacun à prendre ses responsabilités pour faire en sorte que la Guinée puisse devenir un pays correct et honnête », a lancé Elhadj Ousmane Fatako Baldé.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com 

Tél: 622680041

Lire

Dr Jean Dimidi Tolno témoigne sa confiance au CNRD : « ils sont prêts à sortir la Guinée de l’ornière »

14 septembre 2021 à 17 05 27 09279
Dr Jean Dimini Tolno, président de la coordination de la Guinée Forestière

Le comité national de rassemblement et du développement (CNRD) a ouvert ce mardi, 14 septembre 2021, le marathon des consultations nationales avec les forces vives de la nation. La junte militaire a donné le coup d’envoi de ces pourparlers en fin de matinée avec les acteurs politiques. Et, dans l’après-midi, le Colonel Mamady Doumbouya (président du CNRD) a reçu les responsables des coordinations régionales du pays. Les échanges se sont déroulés à huis clos et n’ont visiblement débouché sur aucune proposition concernant la conduite de la transition. Mais, les sages sont sortis satisfaits de ce tête-à-tête.

Selon Dr Jean Dimidi Tolno, le président de la coordination nationale des unions forestières, la présente rencontre était une « prise de contact ». Mais, la démarche de la junte pour ce qui est de la vie nationale est rassurante.

Dr Jean Dimini Tolno, président de la coordination de la Guinée Forestière

« Cette rencontre, c’est une rencontre de concertation entre les forces vives du pays. C’est une bonne chose. Avant de poser un acte, il faudrait passer par une concertation. Et, c’est cela qui a été organisée par le groupe qui a pris le pouvoir. Quand j’ai pris la parole, je n’ai pas manqué de les féliciter et des les rassurer de notre soutien sans faille au sein de la forêt et au nom de toutes les préfectures de la forêt. Et, que si les autres institutions, la CEDEAO, l’Union Européenne, condamnent leur acte pour dire que c’est un coup d’Etat, nous nous disons que ce n’est pas un coup d’Etat. Au contraire, ils sont venus accomplir une mission. C’est une mission d’Etat qu’ils ont accompli, celle de libérer le peuple de Guinée. J’ai vraiment confiance. Le fait qu’ils ont accepté de rassembler toutes les forces vives de la nation guinéenne pour une concertation avant la mise en place d’un gouvernement de transition, je vous rassure qu’on a totalement confiance à leur manière de faire. Et, je sais qu’ils sont prêts à sortir la Guinée de l’ornière. Pour aujourd’hui, il n’y a pas d’autres propositions. Comme ils (le CNRD) l’ont bien dit, c’était une prise de contact. Peut-être on aura un jour de travail dans lequel nous allons donner des propositions à tout ce qui est envisagé », a indiqué Dr Jean Dimidi Tolno.

Mohamed Guéasso Doré pour Guineematin.com

Lire

Jacques Bonimy : « Colonel Dombouya a pris le pouvoir à la satisfaction de tout le monde »

14 septembre 2021 à 16 04 58 09589

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, les autorités militaires du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) ont effectivement démarré ce mardi, 14 septembre 2021, au Palais du peuple, le programme de concertations avec les différentes composantes nationales en vue d’élaborer une feuille de route pour la transition.

Jacques Bonimy, le Président de l’Union pour le progrès de la Guinée (UPG de feu Jean Marie Doré), était des leaders politiques ayant pris part aux travaux de concertations avec la junte au pouvoir ce mardi, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Au sortir de la rencontre, le Président de l’UPG n’a pas caché sa satisfaction. « Le Colonel Mamady Doumbouya a pris le pouvoir le 5 septembre à la satisfaction de tout le monde. Ce matin, il était question de la rencontre entre les acteurs politiques et la junte qu’il dirige. Au cours des échanges, nous avons parlé de la transition avec l’apport et la participation de tout le monde. Doumbouya même a sollicité l’apport de tout le monde. Mais une mise en garde a été faite contre les organisateurs de mamayas et généralement des personnes qui cherchent à se faire plaire à la junte. Il a été clairement dit que l’objectif de la transition est d’aboutir à des élections transparentes et crédibles dont les résultats seront acceptés par tous. Puisqu’on a un mauvais souvenir de la précédente transition. Cette fois, la junte veut corriger les erreurs du passé et offrir à la Guinée des institutions véritablement démocratiques et fortes », a-t-il expliqué.

Selon l’ancien commissaire de la CENI, même si la durée de la transition n’a pas été abordée lors des échanges, il est nécessaire de tenir compte de certaines opérations, notamment l’assainissement du fichier électoral pour que les consultations électorales soient sans reproches.

Jacques Bonimy, président de l’UPG

« Pour réussir cette mission, la junte veut associer tout le monde. Que ce soient les partis politiques, la société civile, les religieux ou encore les syndicats, la junte veut associer tout le monde. Il appartiendra au peuple de Guinée de décider de la durée que prendra la transition. Si c’est un an, deux ou plus. Cela dépendra de ce que le peuple va en décider », a indiqué ce responsable de l’Alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD), visiblement séduit par les démarches de nouvelles autorités.

Après la rencontre avec les leaders politiques, le CNRD va communier ce mardi avec les représentants des quatre coordinations régionales du pays et les religieux. Et ce, conformément à son calendrier de concertations avec les composantes sociopolitiques de la Guinée.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Bah Ousmane après la rencontre avec le CNRD : « Il faut un cadre bien défini pour harmoniser les propositions de solution »

14 septembre 2021 à 16 04 43 09439

Comme annoncé précédemment, les concertations nationales ont démarré au palais du peuple ce mardi, 14 septembre 2021, entre les acteurs politiques et le CNRD (la junte au pouvoir en Guinée). Beaucoup de leaders politiques n’ont pas eu la chance d’accéder à la salle du 02 octobre à cause de problèmes organisationnels ; mais, pour ceux qui y ont mis pieds, le tête-à-tête avec la junte militaire s’est soldé par un sentiment d’espoir.

Evidemment, compte tenu des contraintes liées au temps, tous les acteurs n’ont pas pris la parole devant le colonel Mamady Doumbouya (président du CNRD). C’est le cas notamment de Bah Ousmane, le président de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR). Mais, au sortir de la rencontre, cet ancien collaborateur d’Alpha Condé (le chef d’Etat déchu) dit être disposé à accompagner le CNRD dans l’exécution des objectifs qui seront assignés à la transition. Cependant, il a appelé à la mise en place d’un cadre bien défini pour harmoniser les propositions de solution.

Elhadj Ousmane Bah, président du parti UPR

« Le CNRD a décidé de rencontrer les acteurs aussi bien politiques que de la société civile. Donc, nous venons, en tant que parti de l’union pour le progrès et le renouveau (UPR), prendre part à cette rencontre. Et, le président du CNRD a reprécisé l’orientation qu’il entend donner à une action. Les partis politiques ici présents, parmi lesquels des partis qui sont sur la scène politique depuis 1990, n’ont fait qu’exprimer leurs engagements à accompagner le CNRD dans l’action qu’il a entrepris visant à la restauration de la démocratie, le retour du droit, le développement de notre pays, le retour de la concorde et de l’unité nationale. Voilà ce qui a été dans la salle à cette rencontre. Mais, mon constat est que nous sommes en face d’un vaste chantier ; et, je dirais qu’il faut suffisamment de temps pour la réalisation de ce vaste chantier. Face aux préoccupations du jour, je pense qu’avec l’expérience que j’ai acquise, il faut un cadre bien défini où les partis politiques et les organisations de la société civile vont se retrouver pour harmoniser les propositions de solutions pour la bonne conduite de la transition. Aujourd’hui je n’ai pas pris la parole, parce qu’on ne me l’a pas donnée. Mais, à l’instar de tous les partis politiques, nous à parti de l’UPR, nous avons pris acte du changement intervenu à la tête de l’Etat et nous sommes prêts, en tant que parti légalement constitué depuis longtemps, à accompagner la junte dans l’exécution des objectifs qui seront assignés à cette transition », a indiqué Bah Ousmane.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225

Lire

Concertations nationales : ce que les coordinations régionales ont dit au colonel Mamady Doumbouya

14 septembre 2021 à 16 04 36 09369

Comme annoncé précédemment, les concertations nationales qui doivent permettre d’élaborer la feuille de route de la transition ont débuté ce mardi, 14 septembre 2021, en Guinée. Après les partis politiques, qui ont ouvert le bal, ce sont les coordinations régionales qui ont été reçus au Palais du peuple, à Conakry, par le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé.

Au sortir de la rencontre, tenue à huis clos, le porte-parole des quatre coordinations régionales est revenu sur ce que les sages du pays et l’équipe du colonel Mamady Doumbouya se sont dit, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Gnouma Sory Leno, porte parole des coordinations régionales

« Nous étions venus répondre à l’appel du CNRD, sans savoir exactement le calendrier. Mais dans le discours du colonel Mamady Doumbouya, il s’agissait de se confier et de confier la nation aux sages. Il a appelé les sages à jouer un rôle important dans le cadre de l’unification des fils de la nation. Il a demandé aux différents sages de se retrouver pour travailler et lui faire des propositions dans le cadre de la gestion du pays. Les sages ont répondu favorablement. Ils ont dit qu’ils vont appuyer le colonel dans le cadre des actes positifs qu’il va prendre et dans le cadre de la gestion de notre nation. 

Les sages ont aussi demandé au colonel d’être prudent. Dans le discours des sages, ils lui ont fait comprendre que notre pays a beaucoup de gros parleurs mais au fond, les gens ne se battent que pour leurs intérêts. Ils ont demandé au colonel d’être également transparent, sincère et honnête envers ses frères d’armes. Parce que le plus souvent, la trahison au sein de l’armée vient bien sûr du manque de transparence. Donc, les doyens lui ont demandé d’être transparent et d’être tolérant envers certains de ses amis. Si quelqu’un fait des erreurs, c’est de l’appeler et le corriger automatiquement.

Le colonel a rassuré les sages en disant qu’il ne va pas répéter les erreurs du passé. Il a insisté sur cela et a appelé à l’unité. Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui, notre pays est divisé. La seule chose qui n’est pas divisée, c’est le drapeau, toutes les autres entités sont divisées. Si vous prenez les coordinations régionales par exemple, dans la salle, il y en avait sept pour les quatre régions naturelles. Parce que quand nous nous sommes opposés au président Alpha Condé en disant que nous étions contre le 3ème mandat, M. Alpha Condé a mis en place des coordinations parallèles pour nous contrecarrer », a souligné Niouma Sory Léno.

M. Léno ajoute qu’à l’issue de cette rencontre, les quatre coordinations régionales dont il est le porte-parole et qui sont dirigées par Elhadj Sékhouna Soumah de la Basse Guinée, Elhadj Ousmane Fatako Baldé de la Moyenne Guinée, Elhadj Sékou Kaba de la Haute Guinée et Dr Jean Dimidi Tolno de la Forêt, vont se retrouver pour faire une déclaration commune. Ils vont donner leur position par rapport à la prise du pouvoir par l’armée, mais aussi par rapport au rôle que la junte au pouvoir doit jouer pour permettre à la Guinée d’avoir des lendemains meilleurs.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com 

Tél: 622680041

Lire

Dr Ousmane Kaba après la rencontre avec le CNRD : « il faut aller vite, mais ne pas se précipiter non plus »

14 septembre 2021 à 15 03 59 09599
Dr Ousmane Kaba, président du parti PADES

Dans le cadre des concertations nationales en vue d’une transition apaisée qui va déboucher sur des élections libres, inclusives et transparentes en Guinée, le CNRD a rencontré les acteurs politiques ce mardi, 14 septembre 2021, au palais du peuple à Conakry. Les échanges n’ont duré que quelques heures (avec un temps de parole limité à trois minutes), mais ils ont permis de mettre en confiance la classe politique.

Seulement, pour Dr Ousmane Kaba, le président du PADES (Parti des Démocrates pour l’Espoir), il faut éviter la précipitation au risque de faire chavirer la transition.

« De ce que j’ai  entendu au cours des échanges,  ce que tous les acteurs politiques étaient unanimement conscients des actes posés par la junte militaire. Parce qu’il y avait eu un coup d’Etat constitutionnel que nous avions dénoncé. Et, cette situation, il n’y avait que le coup d’Etat qui pouvait mettre fin à cette dérive. Ceci étant, comment nous voyons l’avenir ? Le CNRD a inventé la classe politique à réfléchir. Des points de vue sont donnés ; et, dans une seconde étape, nous allons nous concerter, nous acteurs politiques, pour qu’ensemble, avec les militaires, nous puissions convenir d’un agenda de la transition. Donc, il faudrait qu’on soit d’accord sur la mission à mener pour la réussite de la transition qui est de restaurer les droits et libertés fondamentales et convenir à des élections libres et transparentes. Mais, pour cela, il faut des changements constitutionnels, il faut une nouvelle Constitution, il faut un nouveau parlement, il faut des lois. Donc, pressons-nous raisonnablement. Il faut aller vite, mais ne pas se précipiter non plus. Pour tout cela, il faut  des bases solides pour que ces institutions soient réalisables et que ça marche », a indiqué Dr Ousmane Kaba.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225

Lire

Baadicko Bah après la rencontre avec le CNRD : « il y a de l’espoir »

14 septembre 2021 à 15 03 29 09299
Mamadou Bah Baadiko, président du parti UFD

Comme annoncé précédemment, le premier round des concertations entre les leaders politiques et le CNRD (la junte au pourvoir en Guinée) s’est tenu ce mardi, 14 septembre 2021, au palais du peuple à Conakry. Cette rencontre n’a accouché d’aucun agenda pour la transition en cours dans le pays ; et, aucune date pour un deuxième tête-à-tête entre le Colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD) et la classe politique n’y a été annoncée. Mais, ce premier contact a au moins permis aux acteurs politiques d’exprimer leurs préoccupations, d’autant plus que ce n’était pas un monologue.

A en croire Mamadou Baadicko Bah, le président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD), la junte a exprimé ses « grandes idées » et a donné la parole aux leaders politiques. Et, au vu de la situation, il y a de l’espoir que les choses aillent dans la bonne direction.

« Il faut faire remarquer d’abord que le colonel Mamady Doumbouya a consacré beaucoup de temps aux partis politiques. Malheureusement, il y a plus de 200 partis ; et donc, tout le monde ne peut pas parler. Puisque le temps de parole était limité à trois minutes. Donc, il (Mamady Doumbouya) a exposé les grandes idées de la junte ; et, nous avons trouvé qu’il y a beaucoup de choses là-dans qui correspondent à ce que nous avions. Je pense que la situation est bonne, parce qu’on a au moins pu introduire les sujets.  Les gens ont exprimé leurs préoccupations, notamment la pérennité du changement promis pour qu’on ne soit pas toujours dans un éternel recommencement… Ils (le CNRD) nous ont indiqué de reconnaitre d’abord les échecs des élites guinéennes, qu’elles soient administratives, politiques ou militaires. Il a dit que nous allons travailler de façon inclusive et nous allons mettre en avant les intérêts du pays et l’Etat de droit. Nous estimons qu’il y a de l’espoir, même si on doit veiller à ce que la transition ne soit déviée. Il y a une volonté de dialogue qui n’a pas existé lors des transitions précédentes. C’est vrai que c’est le début des contacts, mais nous espérons que ça va continuer. La transition ne va pas régler tous les problèmes, mais le travail de la junte c’est de nettoyer la maison et de préparer, avec toutes les forces vives, des institutions capables de réaliser toutes nos ambitions », a dit Baadicko Bah.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Papa Koly, ministre d’Alpha Condé : « les actes posés par le CNRD sont à saluer »

14 septembre 2021 à 15 03 22 09229

Curieusement, la junte militaire qui a renversé Alpha Condé obtient du soutien même dans le camp du président déchu. Papa Koly Kourouma, ministre d’Etat chargé de l’hydraulique et de l’assainissement dans le gouvernement dissout, se montre admiratif des nouvelles autorités guinéennes. Selon le président du parti GRUP, allié de l’ancien parti au pouvoir, le CNRD est en train de poser un « acte noble ». Il l’a dit au sortir de la rencontre entre l’équipe dirigée par le colonel Mamady Doumbouya et les leaders des partis politiques, tenue ce mardi 14 septembre 2021, à Conakry, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« On les a écoutés et ils nous ont demandé de faire des propositions. Donc, en tant que politiques, nous attendons de nous retourner vers la base, recueillir les sentiments de la base et faire des propositions concrètes allant dans le sens de ce qu’ils veulent poser comme acte. Et je pense que ce qu’ils veulent poser comme acte est un acte noble. A travers les discours tenus et à travers les actes qui ont déjà été posés, je pense que ce ne sont pas des gens qui sont en train de faire un pilotage à vue. C’est trop tôt de dire qu’on est rassurés pour l’avenir mais les actes posés sont à saluer », a déclaré l’ancien ministre de l’hydraulique et de l’assainissement.

Interrogé sur le sort du président Alpha Condé, Papa Koly Kourouma s’est réjoui du fait que l’intégrité physique de l’ancien chef d’Etat guinéen est préservée, émettant le souhait qu’il soit libéré. Car dit-il, « la liberté est la règle et la détention est l’exception ».

Mohamed Doré pour Guineematin.com

Lire

Bah Oury au sortir de la rencontre avec le CNRD : « je pense qu’ils savent où est-ce qu’ils vont »

14 septembre 2021 à 15 03 11 09119

Comme annoncé précédemment, le Comité national de rassemblement et du développement (la junte militaire au pouvoir en Guinée) s’est entretenue ce mardi, 14 septembre 2021, avec les acteurs politiques guinéens au palais du peuple à Conakry. Mais, cette rencontre de concertation n’a visiblement été qu’un simple tête-à-tête entre la junte et la classe politique. Cependant, le petit discours du Colonel Mamady Doumbouya (président du CNRD) semble avoir rassuré davantage les leaders politiques qui étaient présents à l’hémicycle. En tout cas, beaucoup de leaders sont sortis « satisfaits » de la salle, même si les termes de la transition n’ont pas été évoqués dans les échanges.

D’ailleurs, aux micros des journalistes qui attendant à la porte de l’hémicycle, Bah Oury, le président de l’UDRG (Union des Démocratiques pour la Renaissance de la Guinée), a laissé entendre la junte à l’air de bien savoir où elle va.

« La rencontre s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Peut-être qu’il faut améliorer l’accueil pour qu’il n’y ait pas de bousculade et que les choses se fassent avec un peu plus de professionnalisme… Sinon, à l’intérieur de la salle, les choses ont été impeccablement bien organisées. Le discours d’ouverture du président du CNDR, Colonel Mamady Doumbouy, a été très explicite. A chaque fois, il est revenu sur le terme : ‘’faisons tout pour éviter les erreurs du passé et faisons en sorte d’avoir une transition inclusive qui sera participative et qui va être suffisamment large pour intégrer les dynamiques des uns et des autres’’. Mais, cela ne veut pas dire qu’il faut s’attendre à ce que toute sollicitation, toute demande soit acceptée. Donc, il y a un certain cap qui est fixé à ce niveau-là ; et, je pense que c’est une manière de dire qu’ils (le CNRD) savent où est-ce qu’ils vont. Ils sollicitent les contributions des élites de quelque nature que ce soit; mais, c’est pour simplement aller dans le sens de la satisfaction de l’intérêt du pays et de l’intérêt de la population guinéenne », a dit Bah Oury.

En outre, le président de l’UDRG a appelé ses pairs de la classe politique à faire en sorte que cette transition évolue de façon stable et d’éviter les intérêts égoïstes de positionnement politique.

« Il faut faire en sorte que la communauté nationale, dans un contexte de pauvreté accrue, avec une crise sociale qui est patente, puisse permettre à ce que les chantiers de la transition puissent se faire dans un environnement relativement stable… Les attentes sont nombreuses et elles vont s’exprimer. Il nous appartient tous d’apporter notre contribution pour que ce processus politique évolue de manière stable et pour apporter des éléments de solution à certains problèmes que nous avons. Il ne faut pas, en termes de classe politique, que chacun cherche à tirer la couverture de son côté au risque de la déchirer », a conseillé Bah Oury.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Cellou Dalein après sa rencontre avec le CNRD : « Nous pensons que Mamady Doumbouya est de bonne foi »

14 septembre 2021 à 14 02 01 09019

Comme annoncé précédemment, le comité national de rassemblement et du développement (CNRD) a rencontré ce mardi, 14 septembre 2021, les acteurs politiques au palais du peuple. Ce tête-à-tête s’inscrit dans le cadre des concertations nationales engagées par la junte militaire (actuellement au pouvoir en Guinée) pour une transition apaisée qui doit déboucher sur des élections libres et crédibles dans le pays, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Ce premier round avec les leaders politiques s’est déroulé à huis clos, loin des caméras et des micros des journalistes. Apparemment, il n’y a pas eu grand-chose sur la feuille de route de la transition. Le Colonel Mamady Doumbouya a pris la parole pour décliner un petit discours, puis il a passé la parole aux acteurs politiques. Et, chacun s’est exprimé sur les quelques idées que le chef du CNRD a avancé. Mais, au sortir de l’hémicycle, Cellou Dalein Diallo, le président de l’UFDG et principal challenger d’Alpha Condé (le chef de l’Etat déchu), avait plutôt l’air satisfait des échanges avec le Colonel Mamady Doumbouya, le chef de la junte militaire. En tout cas, devant les journalistes qui attendaient à la porte, ce leader politique a fait mention de « la bonne foi » du CNRD.

« Nous avons considéré que c’est une réunion de prise de contact. Maintenant, beaucoup ont eu la chance de s’exprimer sur les dérives à éviter. Ils ont dit de résister à la démagogie et toute sorte de force. Le colonel Doumbouya semblait bien approuver ça. Maintenant, les partis vont se retrouver. Moi, je suis à la tête d’une coalition politique forte de 22 membres, nous allons contacter les autres coalitions pour voir si on peut harmoniser nos positions dans cet exercice de définition des termes de cette transition. Nous sommes satisfaits puis qu’il (le colonel Mamady Doumbouya) a dit qu’il souhaite que nous puissions travailler ensemble pour que toutes les propositions qui seront faites, dans la mesure où elles seront jugées cohérentes aux intérêts de la nation, soient prises en compte. Donc, nous sommes satisfaits de pouvoir contribuer à la définition des termes de cette transition… Nous pensons, jusqu’à preuve du contraire, qu’il est de bonne foi », a déclaré Cellou Dalein Diallo.

Mohamed Guéasso Doré pour Guineematin.com

Lire

Concertations nationales : Fodé Mohamed Soumah déplore la « pagaille » qui caractérise les travaux

14 septembre 2021 à 13 01 53 09539

Comme annoncé précédemment, plusieurs acteurs politiques n’ont pas pu prendre part à la première rencontre des concertations nationales devant permettre d’élaborer la feuille de route de la transition. Ils ont souffert du manque d’organisation au niveau de la délivrance des cartes d’accès qui devaient leur permettre d’accéder à l’hémicycle (la salle du Palais du peuple où se tenait la rencontre). Et même après avoir obtenu la précieuse carte, beaucoup d’entre eux n’ont pas réussi à entrer dans la salle, puisqu’ils ont trouvé que les portes étaient déjà fermées.

C’est le cas notamment de Fodé Mohamed Soumah, le président du parti Génération Citoyenne (GéCi). Au micro d’un reporter de Guineematin.com, l’ancien député a dénoncé la mauvaise organisation des travaux, appelant la junte au pouvoir à revoir les choses.

« L’ouverture de ces concertations, je pense que c’est une bonne chose, parce que ça fait un bon moment qu’on appelle à un dialogue inclusif. Mais je crois qu’un dialogue doit être préparé. Lorsque vous parlez de quelque chose, chacun doit savoir ce qu’il y a sur la table. Regardez la pagaille qu’il y a. Vous convoquez plus de 200 partis sans fixer au préalable les modalités. J’imagine que si hier on avait préparé les travaux, notamment en établissant la liste des partis politiques légalement constitués, ça allait être facile. Je pense qu’il faut s’inscrire dans la rupture avec le passé. Il faut aussi éviter de tomber dans l’euphorie du moment. Les gens ne sont pas contents parce que l’armée a pris le pouvoir, mais parce qu’il y avait un ras-le-bol. C’est ce que le CNRD (comité national pour le rassemblement et le développement) doit intégrer », a déclaré Fodé Mohamed Soumah.

A noter que les anciens premiers ministres Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré font partie des acteurs politiques qui ont pris part aux travaux. Ils ont échangé avec les responsables du CNRD, la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé, sur la conduite de la transition qui doit déboucher sur l’organisation d’élections libres et transparentes.

Malick Diakité pour Guineematin.com 

Tel : 626- 66-29-27

Lire

Déclaration : l’Union des impactés de Souapiti sur la prise du pouvoir par le CNRD

14 septembre 2021 à 13 01 14 09149

L’Union des impactés de Souapiti (UIS), en tant que ONG nationale agréée en République de Guinée, regroupant l’ensemble des populations impactées par le projet de construction du barrage hydro-électrique de Souapiti, relevant des quatre (4) préfectures (Kindia, Dubréka, Télimélé et Pita) qui défend et accompagne l’ensemble des populations impactées pour le rétablissement de leurs droits.

 L’Union des impactés de Souapiti prend acte de la prise du pouvoir par le Comité National de Rassemblement et du Développement (CNRD) et se réjouit de la volonté exprimée par les nouvelles autorités pour la bonne gouvernance, le rétablissement d’un Etat de droit et la volonté de mettre en place les jalons d’un idéal de démocratie en Guinée. L’union des impactées de Souapiti (U.I.S) partage ces valeurs avec le CNRD, soutient et accompagne cette démarche patriotique et salutaire des nouvelles autorités.

Cette volonté exprimée par le CNRD, suscite un sentiment d’espoir pour le rétablissement des populations impactées dans leurs droits. L’union des impactées de Souapiti attire l’attention des nouvelles autorités sur la violation des droits des populations impactées par le projet Souapiti, ainsi que les conséquences sur leurs conditions de vie, ce qui a engendré des difficultés notoires avec des conséquences corolaires, mettant en péril le bien-être collectif de l’ensemble de ces populations. Pourtant ces populations se sont sacrifiées pour l’intérêt supérieur de la nation.

Par conséquent, la seule façon de leur rendre justice est de les rétablir dans leurs droits à travers une indemnisation juste et équitable, certes beaucoup a été fait dans ce sens mais ce qui reste est encore énorme.

C’est pourquoi l’union des impactés de Souapiti, au nom de toutes ces populations impactées, porte un espoir sur la vision du CNRD et sollicite humblement son implication afin de permettre le rétablissement de ces populations dans leurs droits.

Vive la vision patriotique du CNRD

Vive la justice, l’Etat de droit, la paix et l’unité nationale ;

Vive les impactés du barrage Souapiti ;

Que Dieu bénisse la Guinée et les guinéens

Je vous remercie.

Conakry le 14 septembre 2021

Le Coordinateur Général

IBRAHIMA BORI DIALLO

Lire

Concertations nationales : plusieurs leaders politiques empêchés de participer aux travaux

14 septembre 2021 à 12 12 49 09499

Après la cacophonie, place à la déception et la désolation au Palais du peuple. En effet, plusieurs acteurs concernés n’ont pas pu participer à la première rencontre des concertations nationales qui ont débuté ce mardi, 14 septembre 2021. Ces leaders de partis politiques ont dû longtemps patienter pour se procurer de la carte d’accès.

Malheureusement pour eux, ils ont trouvé que les portes de l’hémicyle (la salle où se tient la rencontre) sont déjà fermées. Ce qui les a empêchés de participer aux travaux entre la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé et les acteurs de la classe politique guinéenne, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Ils ont dû se débattre pendant un long moment, dans une véritable cacophonie, pour récupérer la carte censée leur permettre d’avoir accès à la salle où se tiennent les concertations nationales lancées par le CNRD (la junte militaire au pouvoir) et qui doivent permettre d’élaborer la feuille de route de la transition. Mais leurs efforts ont été finalement vains.

Car même après avoir obtenu la précieuse carte d’accès, ils n’ont pas pu entrer dans l’hémicycle. Lorsqu’ils sont arrivés devant la salle, cartes en mains ou autour du cou, ils ont trouvé que les portes étaient déjà fermées. Et les agents qui gardent les lieux leur ont fait savoir qu’il n’y a plus d’accès. Une grande déception pour ces leaders politiques, qui ratent ainsi un grand rendez-vous.

Sadio Barry, président du Bloc pour l’alternance en Guinée (B.A.G)

Parmi eux, Sadio Barry, président du Bloc pour l’alternance en Guinée (B.A.G), qui déplore le manque d’organisation. « En réalité, c’est l’image qu’on connaît de la Guinée. Il nous manque sérieusement de l’organisation. Comme aujourd’hui ce sont les partis politiques qui ont été convoqués, les autorités auraient dû prendre en compte le fait qu’il y a plus d’une centaine de partis enregistrés.

Et chaque parti allait venir avec plusieurs représentants. Ils devraient mettre en place un système qui permet aux gens de faire le fil. Si on fait le fil, chacun se serait enregistré sans bousculade et on allait gagner en temps. Maintenant, on se bloque et même si vous êtes enregistré, vous ne pouvez sortir d’ici pour entrer dans la salle. Mais, comme c’est le début, nous allons réfléchir sur comment corriger tout ça à l’avenir », a dit cet acteur politique.

A suivre !

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél: 622 68 00 41

Lire

Kéamou Bogola Haba : « Alpha Condé a des comptes à rendre à la Nation »

14 septembre 2021 à 12 12 18 09189
Kéamou Gbogola Haba de l’UGDD et président de la commission communication  de l’ANAD

A la tête de la Guinée depuis 2010, Alpha Condé a été renversé le 05 septembre dernier par le CNRD dirigé par le colonel Mamady Doumbouya, commandant du Groupement des forces spéciales (une unité d’élite de l’armée guinéenne). Mais, plus d’une semaine après ce coup de force, le désormais ancien chef d’Etat guinéen est toujours dans les mains des militaires qui ont écourté son troisième mandat présidentiel. Et, son sort fait débat dans le pays, même si on apprend que le principe de sa libération est déjà acquis auprès de la junte au pouvoir. Mais, pour le président d’honneur de l’UGDD (Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement), Alpha Condé devrait être traduit devant la justice.

Rencontré ce mardi, 14 septembre 2021, en marge de la rencontre de concertation au palais du peuple entre les acteurs politiques et le CNRD, Kéamou Bogola Haba a laissé entendre qu’il est impossible de libérer Alpha Condé sans aucune condition.

« Alpha Condé a des comptes à rendre à la nation. Donc, tu ne peux pas le libérer sans conditions. Il faut qu’il (Alpha Condé) accepte d’abord la nouvelle autorité (le CNRD) qui existe et de commencer à voir ce qu’il y a à faire en termes de passation de dossiers à monsieur Doumbouya (le président du CNRD). Et, le reste, il (Alpha Condé) verra ça avec la justice », a brièvement martelé Bogola Haba.

A noter qu’on ignore encore si le sort de l’ancien président guinéen fera l’objet des débats lors de ce premier round de concertation entre les acteurs politiques et le comité national de rassemblement et développement.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Lire