Accueil des anciens exilés politiques : vers des poursuites judiciaires contre les leaders du FNDC ?

18 septembre 2021 à 23 11 14 09149

La manifestation organisée ce samedi, 18 septembre 2021, à Conakry, pour accueillir quatre membres du FNDC qui rentraient de leur exil n’est pas du goût du CNRD (comité national pour le rassemblement et le développement).
Dans un communiqué lu ce soir à la télévision nationale, la junte militaire au pouvoir a dénoncé la violation de l’état d’urgence sanitaire instauré dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et interdisant des regroupements de plus de 50 personnes.

Le communiqué signé du colonel Mamady Doumbouya, président du CNRD, condamne cette mobilisation et demande aux autorités compétentes « d’en tirer les conséquences de droit ».

« Vu le communiqué numéro 14 en date du 11 septembre 2021, interdisant toute manifestation de soutien de quelque nature que ça soit ;

Vu la prorogation des mesures de l’état d’urgence sanitaire ;

Il a été malheureusement constaté dans la journée du 18 septembre 2021, des regroupements de personnes à l’aéroport international de Conakry-Gbessia, suivis de cortège à l’occasion du retour de certains membres du FNDC. Cela constitue assurément la violation de deux mesures citées plus haut.

En conséquence, le CNRD, fidèle à sa volonté de maintenir la tranquillité publique, condamne ces actes et demande aux autorités compétentes d’en tirer les conséquences de droit ».

Des poursuites judiciaires seront-elles engagées contre les responsables du Front national pour la défense de la constitution ? C’est la question qui se pose après cette sortie des nouvelles autorités guinéennes. Une sortie qui intervient à un moment où les Guinéens savourent la liberté retrouvée, après la terreur qui leur a été imposée depuis près de deux années par le défunt régime.

A l’appel de la coordination nationale du FNDC, des milliers de personnes sont rassemblées ce samedi devant l’aéroport de Conakry pour accueillir Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno, respectivement chargés des opérations et des stratégies du FNDC ainsi que du rappeur Djanii Alfa et du blogueur Fodé Sanikayi Kouyaté.

Ces activistes de la lutte contre le troisième mandat du président Alpha Condé vivaient en exil depuis plusieurs mois. Ils ont dû fuir leur pays pour éviter d’être broyés par la machine répressive qui ciblait tous ceux qui s’opposaient au maintien du président déchu au pouvoir après ses deux mandats légaux. Ils ont décidé de rentrer en Guinée environ deux semaines après le coup d’Etat militaire du 5 septembre dernier, qui a renversé le régime Alpha Condé.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire

Cellou Dalein au colonel Mamady Doumbouya : « il faut résister aux sirènes déviationnistes »

18 septembre 2021 à 20 08 55 09559

L’UFDG a tenu ce samedi, 18 septembre 2021, sa quinzaine assemblée générale virtuelle, la première depuis la chute du régime Alpha Condé. Et celle-ci a porté essentiellement sur le coup d’Etat militaire du 5 septembre dernier, qui a renversé l’ancien chef de l’Etat guinéen. Cellou Dalein Diallo a salué « une victoire » obtenue au bout d’une lutte ardue contre le troisième mandat du président Alpha Condé. Il a félicité les responsables et militants de son parti pour la détermination dont ils ont fait preuve dans ce combat, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

« C’est le résultat d’une lutte ardue menée par beaucoup de Guinéens. Vous vous êtes battus vaillamment contre le troisième mandat. Nous nous sommes battus vaillamment contre le hold-up électoral et nous avons gagné la guerre. Grâce au courage, au sursaut patriotique de notre armée nationale. Nous devons nous réjouir, parce que malgré les violences, les tueries, les emprisonnements arbitraires, les intimidations, les tentatives de déstabilisation de notre parti, les exils forcés, les privations et discriminations, vous êtes restés unis, solidaires et déterminés dans ce combat contre la dictature.

C’est extraordinaire, c’est exaltant. L’UFDG a fait preuve d’un courage exceptionnel dans ce combat. Aujourd’hui, il m’est agréable de vous féliciter. La dictature est tombée, les prisonniers ont été libérés, notre siège et nos bureaux restitués, les PA stationnés dans nos fiefs sont démantelés. C’est une victoire », s’est réjoui le président de l’UFDG.

L’opposant a également rendu hommage au comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé, pour son acte qu’il trouve héroïque. Il a remercié vivement les militaires pour avoir débarrassé le peuple de Guinée de la dictature. « Je voudrais réitérer les félicitations de l’UFDG et de l’ANAD au CNRD pour le patriotisme dont j’ai parlé et puis le courage. Faire tomber un dictateur suppose beaucoup de courage, on prend des risques énormes.

Ils ont eu ce courage. Je voudrais féliciter le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya pour son acte mais pour toutes les actions positives dont je viens de parler. Je voudrais aussi le féliciter pour le traitement humain digne  qui a été réservé à l’ex président Alpha Condé. Nous avons toujours dit que nous sommes pour la justice, mais toujours contre la violence et la vengeance. Parce que la vengeance crée de nouvelles injustices qui, elles-mêmes, appellent à être vengées. Le traitement qu’ils ont donné à M. Alpha Condé est une bonne chose ».

Cellou Dalein Diallo a mis aussi l’occasion à profit pour interpeller le colonel Mamady Doumbouya, président du CNRD, sur la nécessité de réussir cette transition. Pour cela, il a demandé au chef de la junte au pouvoir de résister aux pressions et aux sirènes. « En mettant fin à ce régime illégal et illégitime à cette période d’exception, nous avons dit c’est un pas vers le retour à l’ordre constitutionnel. Il n’est certes pas suffisant mais en se référant aux discours qu’il a tenus et aux actes qu’il a posés, nous pensons que nous allons aller vers le retour à l’ordre constitutionnel par la mise en place d’institutions démocratique crédibles et légitimes parce qu’issues d’élections inclusives, transparentes et crédibles. 

Nous l’encourageons à aller dans cette direction et à résister aux pressions. Parce que ça ne manque jamais lorsqu’on a le pouvoir. Lorsqu’on a le pouvoir en Guinée, il y a toutes sortes de sirènes, il y a toutes sortes de pressions. Qu’il mette comme il l’a dit, le peuple de Guinée en avant et qu’il restitue au peuple la souveraineté de choisir ses dirigeants au niveau local, législatif et au niveau de l’exécutif. Qu’il fasse confiance en la maturité du peuple. Et je suis sûr que s’il fait preuve de courage, il l’a déjà fait et qu’il résiste à toutes les sirènes déviationnistes, le peuple va enfin aller vers la démocratie et la réconciliation », a dit le principal opposant d’Alpha Condé.

Mohamed Gueasso DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Aboubacar Soumah sur la rencontre avec le CNRD : « nous avons passé le message essentiel des travailleurs »

18 septembre 2021 à 20 08 28 09289
Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG

Que s’est-il passé au cours de la rencontre entre le colonel Mamady Doumbouya et les centrales syndicales du pays ? Quels sont les messages qui ont été délivrés à cette occasion ? Aboubacar Soumah, secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), a répondu à ces questions au micro d’un journaliste de Guineematin.com, au sortir de la rencontre. Il a laissé entendre que son camp a porté à l’attention des nouvelles autorités du pays, les principales préoccupations des travailleurs guinéens.

« Au cours de la rencontre, nous avons eu à passer le message essentiel des travailleurs de Guinée en général, et les enseignants en particulier. Le message principal concernait l’ensemble des travailleurs du secteur formel et informel, notamment le relèvement du SMIG, du salaire et des pensions. Ensuite, nous avons parlé de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants. En ce qui concerne les conditions de travail, nous avons dénoncé le manque d’infrastructures scolaires à tous les niveaux.

Nous avons parlé de la vétusté des écoles déjà existantes et les près de mille écoles en hangars qui sont disséminées dans tout le pays. Donc, on a demandé à ce que tout cela soit amélioré pour que l’enseignant qui donne les cours travaille dans un bon cadre. Il y a aussi la non-qualification de certains enseignants. Nous avons demandé la redynamisation des centres de formation continue qui existait de par le passé dans toutes les DPE et DCE du pays. Aujourd’hui, toutes les organisations syndicales ont délivré le même message qui est la préoccupation des travailleurs », a indiqué Aboubacar Soumah.

Le syndicaliste ajoute qu’en retour, « le président a déploré le fait que nous soyons divisés et la récupération de certaines organisations syndicales par le pouvoir sortant. Il a demandé à ce que nous nous retrouvions en unité syndicale pour rédiger un mémorandum qui leur sera remis après », a confié le secrétaire général du SLECG.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Maladho Kaba : « le CNRD a promis de garantir un bon climat des affaires en Guinée »

18 septembre 2021 à 20 08 26 09269
Maldho Kaba, ancienne ministre de l’économie et des finances, présidente du CA d’Orabank

Dans la matinée du samedi 18 septembre 2021, le Conseil national du rassemblement et du développement (CNRD) dans le cadre de son programme de concertations nationales pour une transition inclusive et apaisée, a reçu les acteurs du secteur financier du pays. Au sortir de la rencontre, Maladho Kaba, ancienne ministre de l’économie et des finances et Présidente du Conseil d’administration d’Orabank a dit toute sa satisfaction, avant de saluer l’engagement des autorités à garantir un bon climat des affaires en Guinée.

« Nous avons salué cette initiative prise par le CNRD. Le Président du CNRD, le Colonel Mamady Doumbouya, a tenu à nous rassurer et à promis de garantir le climat des affaires dans notre pays en vue de permettre le secteur financier de contribuer efficacement aux efforts de développement de la Guinée », a-t-elle souligné.

En prenant la parole devant le chef de la junte, l’ancienne ministre d’Alpha Condé a formulé le souhait de voir les femmes représentées activement dans les organes de transition.

« Pour ma part, j’ai insisté sur le fait qu’il est important d’associer les femmes dans le processus de la transition. J’ai réitéré le souhait d’avoir une concertation spécifique avec le CNRD en vue de permettre aux femmes d’apporter leurs contributions significative à la transition », a souligné Maladho Kaba qui pense que pour réduire la pauvreté, il faut porter une attention très particulière sur la couche feminine.

« Il faut avoir une attention très particulière sur les femmes. Vous savez qu’en Afrique subsaharienne, seulement 20% à 30 % des femmes ont accès à un compte bancaire et au moins 50% parmi elles ont un compte bancaire via leurs époux. Alors que c’est seulement 1% parmi elles qui ont accès à un financement formel. Pourtant la femme africaine et celle guinéenne en particulier a un dynamisme très important. Elles contribuent activement à la réduction de la pauvreté. C’est pourquoi, nous avons demandé à ce que les nouvelles autorités se donnent une priorité dans la promotion de la femme. Mettre les femmes dans des postes de responsabilité et créer des conditions pour qu’elles puissent atteindre une certaine autonomie financière, cserait un gage certain de réussite d’une transition inclusive et paisible », a plaidé l’ancienne argentière du pays.

Ces consultations débutées le mardi 14 septembre ont été clôturées cette semaine par la rencontre avec les centrales syndicales.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Pépé Balamou (SNE) au CNRD : « il faut mettre un accent sur l’éducation »

18 septembre 2021 à 20 08 23 09239
Michel Pépé Balamou, secrétaire général du syndicat national de l’éducation (SNE)

La conduite de la transition, la situation des travailleurs guinéens, ce sont les points débattus au cours de la rencontre ce samedi, 18 septembre 2021, entre le CNRD (la junte au pouvoir) et les centrales syndicales du pays. Une occasion mise à profit par Michel Pépé Balamou, secrétaire général du syndicat national de l’éducation (SNE) pour interpeller le colonel Mamady Doumbouya et son équipe sur un certain nombre de préoccupations. Il s’agit notamment de mettre un accent sur le secteur éducatif, à mettre en valeur les compétences et à tenir compte de l’équilibre régional.

« Nous avons discuté sur les problèmes qui assaillent notre pays et également sur le sort de la transition. Mais nous, au niveau du syndicat national de l’éducation, nous avons mis un accent particulier sur l’éducation. Parce qu’ils ont parlé de rassemblement national, de refondation de l’État. Et lorsqu’on doit parler de refondation de l’État, il faut mettre un accent particulier sur l’éducation. Aujourd’hui, on parle des antivaleurs qui ruinent notre société, c’est parce que les gens ne sont pas bien éduqués. Nous avons un manque d’enseignants en République de Guinée, nous avons des écoles en hangars.

Nous avons tous ces problèmes, mais on ne parle pas de ça. On passe tout le temps à parler de routes et autres, alors que le fondement réel, c’est l’éducation. La Guinée est un scandale géologique, où tous les métaux précieux qui existent à l’inventaire scientifique se sont donné rendez-vous. C’est pourquoi, il faut mettre un accent sur la formation de l’homme. Nous avons aussi dit qu’en Guinée, il n’y a pas eu de guerre entre les ethnies. C’est la violence d’État contre les citoyens, c’est l’instrumentation ethnique pour des fins de conquête, de conservation et de transmission du pouvoir.

Ce sont ces choses-là qui ont fait que nous nous sommes retrouvés dans cette situation. Donc, je pense qu’il faut appliquer la loi. Dans les décrets qui doivent être pris, il faudrait que toutes les composantes de la nation se retrouvent mais bien entendu sur la base de la compétence. Si on respecte la loi et on nomme les gens par compétence en tenant compte de l’équilibre régionale, je crois que ça va marcher », a déclaré Michel Pépé Balamou, qui s’est exprimé au micro d’un journaliste de Guineematin.com, au sortir de la rencontre avec les nouvelles autorités guinéennes.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Amadou Diallo (CNTG) : « nous souscrivons au message fort du colonel Mamady Doumbouya »

18 septembre 2021 à 20 08 21 09219

Au cours de sa rencontre avec les centrales syndicales, ce samedi 18 septembre 2021, le colonel Mamady Doumbouya, a lancé un message d’unité. Le président du CNRD (comité national pour le rassemblement et le développement) a demandé aux syndicalistes d’aller vers une unité d’action pour leur permettre de mieux défendre les intérêts des travailleurs guinéens. Un message auquel le secrétaire général de la confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) a dit souscrire. Amadou Diallo s’est exprimé au micro d’un journaliste de Guineematin.com, au sortir de la rencontre.

« Ça a été une rencontre très importante. C’est une prise de contacts où le président a demandé au mouvement syndical d’œuvrer pour une unité d’action pour que ça soit profitable à tous les travailleurs et travailleuses de Guinée. C’est le message fort en conclusion que le président de la République nous a donné. Nous souscrivons à cela parce que unis et solidaires, nous devenons très forts. Désunis, on ne pourra rien faire. Voilà le crédo désormais sur lequel nous allons nous fonder.

On a effleuré toutes les parties, notamment le SMIG, on a mis en exergue surtout ce problème de SMIG. Nous avons dit 440 000 GNF ne peuvent pas du tout faire un salaire de base d’un travailleur nouvellement recruté. Il a pris très bonne note. Seulement, le mot fort et très fort qu’il a lancé, c’est l’unité d’action syndicale. C’est avec cela que nous pourrons nous réunifier pour que le travailleur guinéen trouve des lendemains meilleurs », a déclaré le syndicaliste.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Pression de la CEDEAO sur le CNRD, sort d’Alpha Condé : le BAG de Sadio Barry donne sa position

18 septembre 2021 à 20 08 19 09199

A la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée à Conakry ce samedi, 18 septembre 2021, le Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG) s’est exprimé sur les récentes exigences de la CEDEAO contre la junte militaire (le CNRD) qui a renversé le régime d’Alpha Condé. Il s’agit notamment de la tenue d’élections dans six mois et la libération immédiate et sans condition de l’ancien chef de l’Etat guinéen. Et, par la voix de son leader, le BAG s’est montré très acerbe contre l’organisation sous-régionale. Il s’est aussi montré fermement opposé à la mise en liberté de l’ancien locataire du palais Sékhoutouyah, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon Sadio Barry, le président du BAG, le délai de six mois donné au CNRD par la CEDEAO est intenable. Et, c’est la volonté de taper sur la junte militaire guinéenne qui a conduit l’organisation sous-régionale à prendre une telle décision.

Sadio Barry, président du parti BAG

« Les chefs d’Etat de la CEDEAO ont utilisé l’artillerie lourde contre les nouvelles autorités guinéennes en exigeant que le colonel Mamady Doumbouya quitte ses fonctions dans un délai de 6 mois et qu’il soit remplacé par un civil… Selon eux, en six mois, le colonel Doumbouya doit être parti et ils choisissent une marionnette qui viendra faire ce qu’ils veulent et non pas ce que le peuple de Guinée veut. Ils disent ensuite que la présidentielle et les législatives vont être organisées ensemble en l’espace de 6 mois. Moi je vous dis une chose, c’est la preuve matérielle que ce vieux Alhassane Outara n’est plus normal. Parce qu’on ne peut pas, même si on avait une CENI fonctionnelle, même si on avait un fichier électoral non corrompu, organiser dans les conditions que nous avons aujourd’hui en Guinée une élection nationale, à plus forte raison deux élections nationales couplées en l’espace de 6 mois, est impossible… Ça veut dire que les mesures de sanction qui ont été prises étaient déjà décidées. On pose des conditions que les gens ne peuvent pas remplir, parce qu’on veut coûte que coûte leur taper dessus », a dit Sadio Barry. 

Pour ce qui est de la demande de libération du président déchu (Alpha Condé), Sadio Barry s’est félicité du refus du CNRD de céder aux exigences de la CEDEAO. Il assure que la Guinée sera déstabilisée à la minute où Alpha Condé mettra le pied hors du territoire national.

Sadio Barry, président du parti BAG

« Nous devons faire beaucoup attention.  Alhassane Ouatara est de la même origine qu’Alpha Condé. Alhassane Ouatara c’est l’un des chefs d’Etat qui a été capable d’organiser une rébellion contre son pays, la côte d’Ivoire.  Alpha Condé a été capable, quand il était opposant, d’organiser la rébellion contre son pays, la Guinée. Leur ami commun, Denis Sassoungueso, c’est un homme qui a organisé la rébellion contre son pays… Alpha Condé a amassé beaucoup d’argent, c’était l’un des chefs d’Etat les plus corrompus, les plus corrupteurs de notre siècle. Il distribuait de l’argent à certaines presses et à des hommes de part et d’autre. Ça veut dire qu’actuellement ses réseaux sont en action pour tordre le cou au CNRD. C’est pourquoi je suis content du communiqué numéro 28 du CNRD dans lequel le colonel Mamady Doumbouya a fait savoir qu’Alpha Condé ne quittera pas la Guinée. Parce qu’un homme, quand il était opposant, a pu organiser un mouvement armé contre son pays, ses amis ont organisé des mouvements militaires contre leurs pays, si vous le libérez, il a l’argent, ses amis sont des chefs d’Etat, ils ont les moyens, qu’est-ce que la Guinée va vivre dans 3 ou 4 mois. Je vous assure qu’il (Alpha Condé) peut organiser une lutte armée contre la Guinée », a martelé le président du BAG.

Saïdou Hady et Mariame Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/664 413 227

Lire

Abdoulaye Sow de l’USTG au sortir de la rencontre avec le CNRD : « les Guinéens peuvent avoir espoir en ces jeunes qui voient loin »

18 septembre 2021 à 20 08 03 09039
Abdoulaye Sow, secrétaire général de l’USTG

Dans le cadre des concertations nationales, les responsables des centrales syndicales ont conféré ce samedi, 18 septembre 2021, avec le CRND (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée). Mais, ce sont des syndicalistes très désunis et prêt à s’offrir en spectacle qui se sont présentés devant le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD). Et, selon Abdoulaye Sow, le secrétaire général de l’USTG, l’officier militaire a tenu un discours rassurant et il leur a prodigué de « sages conseils » à l’hémicycle.

Lisez !

« Il (le colonel Mamady Doumbouya) nous a donné de sages conseils sur l’unité. Parce qu’un syndicat désunit ne peut rien faire. Et, le problème fondamental est qu’à l’arrivée ce matin, le clan de Mamou (USTG dirigée par Abdoulaye Camara) a envoyé des loubards, comme au premier mai passé, pour nous attaquer. Ils nous ont attaqué, insulté et ont voulu attenter à notre physique. Seul Dieu nous a sauvés. D’abord, on a rappelé au colonel son premier discours où il a dit qu’il veut faire comme Rawlings. Et, vous savez le rôle que Rawlings a joué au Ghana. Quand il (Rawlings) a pris le pouvoir, il a lutté contre la corruption sous toutes ses formes et il a construit un pays aujourd’hui démocratique, un pays de confiance où tout le monde veut aller. Et, aujourd’hui, vous avez vu, quand vous entrez dans la salle du CNRD, ça veut dire que les guinéens peuvent avoir espoir en ces jeunes qui voient loin et qui veulent que la Guinée change. Et, nous sommes dans cette dynamique du changement. On lui a dit clairement que les syndicalistes œuvreront aussi pour que le changement arrive dans ce pays. On en a tant besoin. Il y a eu trop démagogies, de tueries, de corruption. Il faudrait qu’on sorte de ça pour que chaque Guinéen se sente concerné pour le développement économique et social de ce pays. Les 5% était un problème sérieux. Il y a eu des syndicalistes qui ont pris l’argent du contribuable guinéen, qui sont allés à l’intérieur du pays, ils ont soi-disant sensibilisé les fonctionnaires guinéens. Ce qui était faux. On a pris des gens dans la rue pour les mettre dans une salle pour signer au nom de tous les travailleurs, avec un faux papier. Il faut que vous sachiez que c’est un faux courrier qu’on a adressé au gouvernement, parce qu’il est écrit dans ce courrier inter-centrale CNTG-USTG. Il n’y a pas d’inter-centrale, c’est archi-faux. C’est la bande à Mamou qu’ils ont récupéré pour dire qu’ils sont l’inter-centrale, il n’y a pas de inter-centrale en Guinée. Donc, ils ont trompé les fonctionnaires guinéens pour prélever leur argent et ils ont pris en otage nos deux institutions l’INAMO et la caisse de prévoyance. Les membres du conseil d’administration sont représentés à 75% par la CNTG et ils assurent la présidence des deux institutions. Il faut que ça s’arrête, ils ne sont pas propriétaire de ces deux institutions, c’est pour toute la Guinée. Il y a 12 centrales syndicales, il faut que chacun se sente concerné. Ils ont utilisé leurs relations à l’époque avec le gouvernement pour tromper tout le monde. Ça doit s’arrêter, on doit maintenant construire une Guinée nouvelle dans laquelle on doit se retrouver. Nous avons déposé notre mémorandum aujourd’hui. Depuis qu’ils (le CNRD) ont pris le pouvoir le 5 septembre, nous avons mis en place une task force au niveau du bureau exécutif de l’UTSG, nous avons rédigé notre mémorandum. Nous avons fait notre résumé qu’on a lu ; mais, nous l’avons déposé pour aller dans le sens de la refondation et de la construction d’une Guinée nouvelle que tous les guinéens souhaitent aujourd’hui. Nous (les syndicalistes) sommes divisés, mais c’est à cause de la subvention que l’Etat payait aux centrales syndicales et le paiement des frais pour aller au BIT. On ne donnait cela qu’à la CNTG, alors qu’un syndicat doit vivre de cotisation. Alors, nous demandons au gouvernement de suspendre cette subvention jusqu’à ce qu’il y voit clair. Il faut qu’on se retrouve en toute sincérité, qu’on parle et qu’on essaie de reconstruire l’unité du mouvement syndical guinéen pour que nous puissions faire comme en 2006, 2007, 2008 et 2009. Sinon, nous ne pourrons rien faire ».

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel : 622 67 36 81

Lire

Kadiatou Bah du SLECG : « le colonel Mamady Doumbouya a demandé l’union pour gérer la situation des travailleurs »

18 septembre 2021 à 19 07 46 09469
Kadiatou Bah, secrétaire général du Slegg et la chargée des négociations au bureau exécutif de l’USTG 

Comme annoncé précédemment, les responsables des centrales syndicales de Guinée ont été reçus ce samedi, 18 septembre 2021, par le CNRD au palais du peuple. Et, lors des échanges avec le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD), les syndicalistes ont exprimé les problèmes qui les assaillent. De son côté, le président du CNRD leur a exhorté à l’union pour défendre au mieux les intérêts des travailleurs. Des engagements ont été pris dans ce sens par les responsables syndicaux ; mais, selon Kadiatou Bah, secrétaire générale du SLECG, ces engagements doivent être traduits en des actes.

« Les attentes concernant moi qui relève du système éducatif sont nombreuses, mais il y a les plus importantes qui sont : la sédentarisation des travailleurs au niveau des départements ministériels, au niveau des directions nationales, au niveau des services déconcentrés de l’éducation notamment dans les structures scolaires. Nous avons aussi les enseignants retraités qui se reconvertissent en des contractuels, alors qu’on a des jeunes qui peuvent assumer ces places. Enfin, le recrutement des enseignants, nous avons des contractuels sortis de l’ISSEG et des ENI, plus des communautaires qui ne sont à la fonction publique, pendant qu’il y a un manque de près de 19 mille enseignants. Ce que nous avons retenu de cette consultation, c’est l’appel à la nation. Parce que dans son intervention, il (Colonel Doumbouya) a mis un accent sur la lutte qu’à mener les forces vives de la nation de 2007 à aujourd’hui pour la libération de notre patrie. 

Par rapport à la division des syndicats, nous ne nous sommes pas sentis trop gêné ; parce qu’il (le colonel Mamady Doumbouya) a demandé à ce que tout le monde appelle à l’union pour qu’on puisse gérer la situation des travailleurs de Guinée. Que cela soit dans le secteur privé, mixte ou fonction publique. Mais, il ne faudrait pas que cette action soit un vin mot, il faut que cela se voit dans les actes et les faits des uns et des autres. Malheureusement, je suis un peu désolée. Car, aujourd’hui on fait la syndicalisation au niveau des médias. Cela n’est pas la doctrine du mouvement syndical guinéen. Quand il y a des situations difficiles, on gère ensemble et on trouve les solutions ensemble », indiqué Kadiatou Bah.

Diarouga Aziz Baldé pour Guineematin.com

Lire

Concertations avec le CNRD : « nous avons pris l’engagement de financer l’économie », assure Guy L. Fondjo

18 septembre 2021 à 19 07 08 09089
Dr Guy Laurent Fondjo, Président de l’APB et PDG d’Afriland Bank en Guinée

Conformément au programme remanié de la junte, le Comité national du rassemblement et du développement (CNDR), dirigé par le Colonel Mamady Doumbouya, a reçu les responsables des banques, assurances et de micro-crédits de Guinée. Cette rencontre qui s’est déroulée ce samedi 18 septembre 2021, dans la salle du 2 octobre du Palais du peuple, s’inscrit dans le cadre des concertations nationales pour une transition inclusive et apaisée.

Au sortir de la rencontre, le Président de l’association des professionnels du secteur bancaire (APB), Dr Guy Laurent Fondjo, par ailleurs Administrateur et Directeur général d’Afriland First Bank en Guinée, a dit, au micro de la presse dont Guineematin.com, toute sa satisfaction et renouvelé l’engagement des acteurs bancaires à financer l’économie du pays.

« Nous sommes vraiement satisfaits d’avoir rencontré les autorités du CNRD et nous sortons confiants assurés quant à la pousuite et au développement du secteur financier du pays. Nous sommes les promoteurs du développement économique et social de la nation. A ce titre, nous consignons notre rôle au financement de l’économie, au financement du secteur privé et public et même du citoyen. Cela, c’est pour permettre au Guinéen d’être heureux, fier et capable de contribuer au progrès du pays », a promis le Président des patrons des banques primaires de Guinée.

Dr Guy Laurent Fondjo réitère la volonté de son organisation à travailler à sortir la Guinée de la pauvreté par la création de richesses.

Dr Guy Laurent Fondjo, Président de l’APB et PDG d’Afriland Bank en Guinée

Pour les attentes exprimées aux nouvelles autorités, le Président de l’APB annonce la préparation d’un mémo qui contiendra aussi bien des offres du secteur bancaire à la promotion du développement de la Guinée mais également des attentes, voire des recommandations pour faciliter l’essor du secteur bancaire en Guinée.

Faut-il le rappeler que secteur bancaire, des micro-crédits et des assurances connaît un grand progrès et compte 19 banques, 5 établissements de monnaie électronique, 19 établissements de microfinance et 17 compagnies d’assurances.

Les concertations nationales avec le CNRD se poursuivent avec les centrales syndicales du pays.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Steve Assoumou de FBN-BANK : « les banques veulent accompagner, donner des crédits… »

18 septembre 2021 à 18 06 33 09339
Steve Assoumou, directeur de la conformité chez FBNBANK Guinée 

Dans le cadre des concertations nationales avec les forces vives de la nation, le CNRD (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée) a conféré au palais du peuple ce samedi, 18 septembre 2021, avec les directeurs des banques et micro-finances de Guinée. Les échanges se sont déroulés à huis-clos à l’hémicycle. Et, selon Steve Assoumou, directeur de la conformité chez FBN-BANK Guinée, la lutte contre le blanchiment des capitaux et l’octroi de crédits aux PME ont été parmi les points évoqués avec le Colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD).

« La corporation de l’établissement financier a posé un certain nombre de problèmes, notamment sur comment lutter contre le blanchiment des capitaux qui bat son plein, sur l’avancement de certains projets comme la digitalisation. Parce qu’aujourd’hui, la banque passe du cash à l’utilisation des produits électroniques ; mais, il y a beaucoup de blocages qu’on rencontre. On a tenu à partager sur cette préoccupation, surtout au niveau juridique. Les banques veulent accompagner, donner des crédits. Mais, lorsque ces crédits ne sont p

as remboursés, c’est difficile d’aller au tribunal obtenir une décision de justice. Et, même les garanties que vous obteniez une hypothèque pour pouvoir l’exécuter, il y a des difficultés sur le terrain. Bref, il y a eu pas mal de choses qui ont été partagées pour permettre une avancée sereine à la fois en soutenant l’action du CNRD et pour les banques de réussir leur développement en tant qu’entreprise », a expliqué Steve Assoumou.

Diarouga Aziz Baldé pour Guineematin.com

Lire

Lamarana Sadio Diallo, DG de la SECAFI : « on s’est engagés à financer l’économie guinéenne »

18 septembre 2021 à 17 05 43 09439
Lamarana Sadio Diallo, DG de la SECAFI

Au cours de leur rencontre, ce samedi 18 septembre 2021, avec le colonel Mamady Doumbouya, les patrons des institutions de microfinance de Guinée ont pris l’engagement de financer l’économie guinéenne pour permettre la réduction de la pauvreté. C’est ce qu’a fait savoir le directeur général de la SECAFI, qui s’est exprimé au micro d’un journaliste de Guineematin.com, au sortir de la rencontre. Lamarana Sadio Diallo a indiqué qu’ils ont demandé aussi aux autorités de leur offrir un environnement serein et de faire en sorte que la justice guinéenne soit à la hauteur de sa mission.

« On a eu des échanges très importants avec le président. Il nous a expliqué la vision du CNRD par rapport à cette transition et nous aussi, responsables du secteur financier de Guinée, nous l’avons assuré tout le soutien du secteur financier guinéen pour la réussite de la transition, mais aussi la réussite de la Guinée après cette transition. Et comme on est des structures financières, on s’est engagés à financer l’économie guinéenne pour permettre la réduction de la pauvreté. 

Nous attendons de la part du CNRD un soutien pour que nous puissions évoluer dans un environnement serein. On a beaucoup insisté sur l’affaire de la justice. Le bon fonctionnement de la justice conditionne les activités économiques. Si la justice ne fonctionne pas bien, les gens n’auront pas le courage d’investir et cela sera un frein. Comme ils ont dit que la justice sera leur boussole, il faudra que cette justice soit à la hauteur de la population guinéenne », a dit M. Diallo.

Par ailleurs, le colonel Mamady Doumbouya, président du comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), a demandé aux responsables du secteur financier guinéen de préparer un mémorandum contenant des propositions allant dans le sens de la conduite de la transition, mais aussi de l’accroissement de leur rôle dans le développement économique du pays.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Fatou Diarra de la société Pay-CARD : « le président a demandé de faire des propositions pour améliorer l’économie »

18 septembre 2021 à 16 04 00 09009
Fatou Diarra, directrice générale générale de la Pay Card, société d’émission de monnaie électronique

Comme annoncé précédemment, les directeurs des banques et micro-finances de Guinée ont répondu au palais du peuple ce samedi, 18 septembre 2021, à l’invitation du CNRD (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée). Ils se sont entretenus avec le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD) à l’hémicycle.

Selon Fatou Diarra, directrice générale de la société Pay-CARD (une société d’émission de monnaie électronique), plusieurs points ont été évoqués lors des échanges. Et, le colonel Mamady Doumbouya a mis cette occasion à profit pour demander aux banquiers de faire des propositions pour améliorer l’économie guinéenne.

Fatou Diarra, directrice générale générale de la Pay Card, société d’émission de monnaie électronique

« Nous avons échangé autour des problématiques du système bancaire. Le président nous a demandé de faire des propositions pour améliorer l’économie guinéenne. Nous avons aussi parlé du rôle des femmes dans le système financier guinéen, mais aussi la nécessité de travailler sur le droit des nationaux, c’est-à-dire le contenu local. De faire en sorte que les sociétés des nationaux puissent profiter des marchés publics-privés qui existent dans notre pays. Nous avons parlé également de la nécessité d’avoir une bonne justice qui permettrait aux banques de faire des prêts, d’exécuter les lois qui existent sur les assurances pour que tous les travaux publics soient assurés. Ils (le CNRD) nous ont bien parlé, ils nous ont rassurés. Ils nous ont même donné des contacts et ils nous ont demandé de travailler avec eux. Donc, nous sortons rassurer », a indiqué Fatou Diarra.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Djanii Alfa : « la transition doit être axée autour de quatre choses essentielles »

18 septembre 2021 à 15 03 32 09329
Alpha Midiaou Bah, Djanii Alfa, artiste

L’amour, le pardon, la justice et la solidarité. Ce sont les quatre choses essentielles sur lesquelles la transition qui s’ouvre en Guinée doit être axée, selon l’artiste Alpha Midiaou Bah, plus connu sous le nom de Djanii Alfa. Le rappeur engagé, qui était en exil en raison de son opposition au troisième mandat du président Alpha Condé, est rentré ce samedi, 18 septembre 2021, en Guinée.

A son arrivée à Conakry, il a rendu hommage à tous qui sont morts et ceux qui sont partis en prison dans le cadre du combat contre la confiscation du pouvoir par l’ancien président guinéen. Il a invité les Guinéens à ne pas oublier ces « martyrs » et à se donner les mains pour réussir la transition qui s’annonce, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

« La chose la plus importante aujourd’hui, c’est que nous n’oublions pas que pour que nous nous soyons là aujourd’hui, il y a des personnes qui sont tombées, et des personnes sont allées en prison. Certains sont sortis, mais il y en a encore qui sont en prison.

Donc, nous avons pris acte des déclarations du CNRD et nous invitons tout le peuple de Guinée à comprendre que cette transition n’est pas que la transition du CNRD, c’est la transition de tout le peuple de Guinée. Et cette transition doit être axée autour de quatre choses essentielles : l’amour, le pardon, la justice et la solidarité », a déclaré Djanii Alfa.

A noter que le célèbre rappeur est rentré avec Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno, respectivement chargés des opérations et des stratégies du FNDC (Front national pour la défense de la constitution), mais aussi du blogueur Fodé Sanikayi Kouyaté, qui étaient également en exil à l’étranger. Ils ont été accueillis en héros par une immense foule à l’aéroport de Conakry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Sidy Dieye de la BIG au sortir de la concertation avec le CNRD : « nous sommes rassurés »

18 septembre 2021 à 15 03 23 09239
Sidy Dieye, directeur général de la Banque islamique de Guinée (BIG)

Dans le cadre des concertations nationales avec les forces vives de la nation, le CNRD (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée) a conféré au palais du peuple ce samedi, 18 septembre 2021, avec les directeurs des banques et micro-finances de Guinée. On ignore encore la nature réelle des échanges, puisque la rencontre s’est tenue à huis-clos à l’hémicycle. Mais, selon Sidy Dieye, le directeur général de la banque islamique de Guinée (BIG), les mots du colonel Mamady Doumbouya, le président du CNRD, étaient rassurants. Et, les partrons des institutions financières du pays se sont engagés à tout mettre en œuvre pour réaliser les recommandations et les attentes du CNRD.

« Le président nous a rassurés par rapport aux priorités qui ont été déclinées. Nous, également à notre niveau, nous avons tenu à rassurer le président qu’on va prendre toutes les dispositions et les mesures nécessaires pour l’accompagner dans ses priorités. Au niveau de la corporation bancaire, nous ne ménagerons aucun effort pour que les recommandations formulées soient réalisées conformément aux attentes du président de la république. Les questions comme la justice et la sécurisation des transactions bancaires ont été mis sur la table. Également, il a été question de l’accompagnement des entrepreneurs et des porteurs de projet guinéen dans la mise en œuvre de leurs projets… Je demanderais à la junte de mettre en place des mécanismes en allant dans le sens de rassurer le secteur bancaire. Parce que ce secteur a un rôle extrêmement important à jouer dans l’économie de ce pays. Donc, nous avons demandé au président de la république de prendre toutes les dispositions pour qu’on puisse continuer à accompagner les entreprises et les ménages de manière appropriée. Dans tous les cas, nous allons formulés un mémorandum qui sera remis au CNRD dans les meilleurs délais. Pour le moment, nous sommes rassurés par leur démarche », a dit Sidy Dieye.

Malick Diakité par Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Prévention de la Covid-19 : la Fondation Espoir Guinée vole au secours des personnes vivant avec le VIH

18 septembre 2021 à 14 02 55 09559

La Fondation Espoir Guinée a procédé jeudi, 16 septembre 2021, au lancement des activités de sensibilisation et d’atténuation de l’impact de la Covid-19 chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH). En plus d’être outillés sur comment prévenir le coronavirus, les personnes cibles vont aussi bénéficier d’un accompagnement alimentaire, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est sur financement de SIDACTION-France que la Fondation Espoir Guinée organise cette campagne de sensibilisation sur le respect des mesures barrières, le dépistage et la vaccination contre la Covid-19. Elle vise à aider les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), membres de ladite fondation, à se prémunir contre la pandémie du coronavirus.

Mme Kadiatou Bodié Baldé, présidente de la FEG

« C’est dans le cadre de la prévention du Covid-19 que nous avons lancé cette campagne. Nous allons faire la sensibilisation dans les sites où nous intervenons déjà dans le cadre de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Nous allons sensibiliser les gens au respect des mesures barrières et leur donner des kits de lavage des mains qui contiennent des seaux et du savon. Nous allons aussi distribuer des vivres : du riz, du sucre et de l’huile pour accompagner les personnes démunies, pour les aider à respecter les mesures barrières. Parce que quelqu’un qui vit avec le VIH, il a peur d’attraper une autre pathologie. Mais s’il est affamé, il est obligé de sortir et faire tout ce qu’il faut pour trouver à manger. Donc, il faut un appui alimentaire qui peut non seulement aider ces personnes dans leur traitement contre le VIH, mais aussi leur permettre de pouvoir se prémunir contre le Covid-19 », a indiqué Mme Baldé Kadiatou Bodié, présidente de la Fondation Espoir Guinée (FEG).

Cette campagne va se dérouler dans 7 centres médicaux de Conakry et 3 de Coyah. Elle est accueillie avec une grande joie par Fatoumata Lamarana Bah, l’une des bénéficiaires. « Je suis vraiment très contente. Je vis non seulement avec le VIH mais aussi j’ai un cancer du sein. Je ne travaille pas pour pouvoir subvenir à mes besoins. Donc, ce soutien me réconforte. Je remercie la Fondation Espoir Guinée pour cet autre geste en ma faveur », a déclaré cette dame, qui n’a pas pu contenir ses larmes lorsqu’elle a reçu ce don.

A noter que la cérémonie de lancement officiel de cette campagne a eu lieu au centre de santé Djénè Kaba Condé de Kaporo. Elle a connu la présence de plusieurs organisations évoluant dans le secteur de la santé, dont Plan Guinée, SOLTHIS (solidarité thérapeutique de la santé), le programme national de lutte contre le sida et les hépatites, etc.

Mariame Diallo pour Guineematin.com

Lire

Hadja Djenabou Keïta (MUFFA et MC2) : « le colonel Mamady Doumbouya a dit qu’il est prêt à nous accompagner »

18 septembre 2021 à 14 02 43 09439
Hadja Dejanbou Keita, présidente MUFFA et MCD Guinée

Comme annoncé précédemment, les directeurs des banques et micro-finances ont été reçus ce samedi, 18 septembre 2021, par le colonel Mamady Doumbouya, le président du CNRD (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée). Au cours de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des concertations nationales avec les forces vives de la nation, les patrons des institutions financières ont exposé leurs difficultés au CNRD. Et, selon Hadja Djenabou Keïta, la présidente de la fédération nationale des MUFFA et MC2 de Guinée, le président du CNRD s’est engagé à les accompagner dans leurs activités au bénéfice des populations guinéennes.

« La rencontre a été fructueuse, il (le colonel Mamady Doumbouya) s’est bien adressé aux banques et assurances, aux banques primaires et aux micro-finances. Il souhaite qu’ils (les banques) assistent les gens qui veulent avoir des prêts, de les assister dans l’agro-business, l’agriculture, l’artisanat etc. C’est ce qui peut faire marcher un pays. Il (le colonel Mamady Doumbouya) a dit qu’il est prêt à nous accompagner. D’abord, nous (les banques) sommes confrontés à d’énormes difficultés. Depuis bientôt 3 ans, les MUFFA (mutuelle financière des femmes africaines) ne sont pas financées, à plus forte raison refinancées. Aujourd’hui, les concessionnaires trimballent les présidentes des fédérations dans les commissariats, les gendarmeries voire même dans les tribunaux par manque de payement de loyer. Paiement, remboursement des paiements, remboursement des cautions versés par de pauvres femmes pour qu’elles puissent avoir des prêts. Si tu ne gagnes pas des prêts, que tu aies au moins ce que tu as versé. Il y a beaucoup de femmes qui ont perdu leur ménage, certaines ont fuit. Il y a l’humiliation totale, nous n’avons plus de considération nous les présidentes. Donc, j’ai exposé ça devant le président pour qu’il nous vienne en aide et qu’il puisse nous financer et refinancer », a indiqué Hadja Djenabou Keïta.

Mamadou Yaya Diallo pour Guineematin.com

Tel : 622673681

Lire

Ibrahima Diallo (FNDC) à son retour d’exil : « il ne faut pas perdre la chance qui s’offre à la Guinée »

18 septembre 2021 à 14 02 38 09389

Comme annoncé précédemment, quatre exilés politiques sont rentrés ce samedi, 18 septembre 2021, en Guinée.Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno, respectivement chargés des opérations et des stratégies du FNDC (Front national pour la défense de la constitution) ainsi que l’artiste Djanii Alfa et le blogueur Fodé Sanikayi Kouyaté, ont été accueillis en héros par une immense foule à l’aéroport de Conakry.

Tout en exprimant sa joie de rentrer chez lui et de retrouver les siens après plusieurs d’exil, Ibrahima Diallo a annoncé la suite de son combat, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters. Il s’agit, selon lui, de travailler de manière à avoir une transition réussie pour ne pas rater la chance qui s’offre à la Guinée.

« Nous sommes contents d’être là. Nous n’avons pas douté un seul instant qu’on allait gagner ce combat. A notre tour maintenant de manager cette situation avec beaucoup de responsabilités, avec beaucoup de maturité.

Le FNDC est un état d’esprit, le FNDC sera là comme étant la sentinelle de la démocratie. Nous allons continuer le combat pour ne pas qu’on retourne en arrière avec cette histoire de 3ème mandat. Nous allons nous retrouver dans les prochaines heures pour voir comment nous allons articuler nos prochaines activités pour que nous ne perdions pas cette chance qui s’offre à la Guinée.

Nous voulons accompagner un processus de transition démocratique qui va aboutir à des élections crédibles et transparentes pour que la Guinée puisse se tourner vers le développement. Le 3ème mandat maintenant, nous voulons que ça soit derrière nous », a déclaré Ibrahima Diallo, coordinateur des opérations du FNDC.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Louncény Nabé après la rencontre avec le CNRD : « le président a rassuré le secteur financier »

18 septembre 2021 à 14 02 32 09329
Louncény Nabé, gouverneur de la banque centrale

Comme prévu, le colonel Mamady Doumbouya a reçu ce samedi, 18 septembre 2021, les directeurs des banques, assurances et institutions de microfinance. La rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des concertations nationales en cours, a porté sur la collaboration entre l’Etat guinéen et le secteur financier.

Tout en se montrant rassurant, le chef de la junte militaire au pouvoir a demandé à ses invités de lui faire des propositions écrites liées à la conduite de la transition et l’accroissement de leur rôle dans le développement économique du pays. C’est ce qu’a fait savoir Louncény Nabé, gouverneur de la Banque centrale de la République, qui s’est exprimé au micro d’un reporter de Guineematin.com, au sortir de la rencontre.

 « Le président de la République a rassuré le secteur financier de l’engagement de l’État guinéen à poursuivre les obligations antérieures liées à nos relations avec le secteur et avec la maison mère de toutes les banques et institutions financières qui sont en Guinée. Les banques, les assurances, les institutions de microfinances et les établissements de modèle économique ont profité pour exposer des préoccupations, dont il leur a été demandé de faire la liste exhaustive et de la présenter après par le canal de la banque centrale au CNRD pour qu’un examen soit fait.

Ces papiers qui vont être présentés seront assortis de propositions du secteur financier pour accroître son rôle dans le développement économique du pays et de propositions liées à la transition qui révèle des aspects multiples y compris des aspects économiques et financiers », a dit Dr Louncény Nabé, ajoutant que la Banque centrale va appuyer le CNRD pour rassurer le secteur financier. 

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Palais du peuple : les syndicalistes Abdoulaye Sow et Aboubacar Soumah se donnent en spectacle

18 septembre 2021 à 14 02 19 09199

Les syndicalistes guinéens vont-ils se ridiculiser devant le colonel Mamady Doumbouya à l’hémicycle ? La question vaut son pesant d’or d’autant plus que Abdoulaye Sow (le secrétaire générale de l’USTG) et Aboubacar Soumah (le secrétaire général du SLECG) viennent de se donner en spectacle dans la cour du palais du peuple où ils sont tous allés répondre à l’invitation du CNRD ce samedi, 18 septembre 2021. Les deux syndicalistes, opposés sur tout depuis quelques temps, ont failli en venir aux mains à cause de leurs quêtes effrénées de légitimité, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Cette ridicule scène s’est produite vers midi quand Aboubacar Soumah est arrivé au palais où se trouvaient déjà Abdoulaye Sow et un groupe de syndicalistes. En compagnie d’une poignée de jeunes, Soumah s’est dirigé vers la position de Sow et compagnie. Mais, les jeunes qui l’entouraient se sont mis scander des slogans interprétés par Abdoulaye Sow comme étant des insultes. « A bas les syndicalistes corrompus ! Soumah est le seul vrai syndicaliste, Soumah est le seul syndicaliste qui n’est pas corrompu », ont crié ces jeunes dans les oreilles d’Abdoulaye Sow et compagnie.

Face à ces « attaques » répétées de jeunes qui tournoyaient sans cesse autour de lui, Abdoulaye Sow s’est énervé.

Abdoulaye Sow, secrétaire général de la CNTG

« Ils (le SLECG d’Aboubacar Soumah) ont envoyé des personnes qui ne sont même pas syndicalistes pour nous attaquer et nous insulter. Ce qui nous a divisés, c’est la subvention de l’Etat. L’Etat ne subventionnait que la CNTG et le clan d’Abdoulaye Camara. Et, c’est ce qui a nourri les divisions », a dit Aboulaye Sow.

De son côté, Aboubacar Soumah, pointant le doigt vers le groupe d’Abdoulaye Sow, a laissé entendre que ce sont les syndicalistes véreux qui ont favorisé la division des syndicats en Guinée.

Aboubacar Soumah

« Nous sommes sortis d’un régime corrupteur et divisionniste. C’est pourquoi il y a une division dans toutes les centrales syndicales et il y a deux factions du même nom à chaque point. Il (le régime d’Alpha Condé) a réussi cette division à l’aide de certains syndicalistes véreux qui ont été corrompus. C’est ceux-là qui ont aidé à cette division. Ce n’est qu’une fierté pour nous que ce régime qui a orchestré toutes ces divisions soit terrassé. Et, nous sommes ouverts à tous les syndicalistes qui ont un esprit d’entraide aux enseignants », a-t-il déclaré.

Finalement, on se demande bien quelle sera l’attitude de ces syndicalistes quand il s’agira de prendre la parole, dans la salle de l’hémicycle, devant le président du CNRD (la junte militaire qui dirige actuellement la Guinée).

Diarouga Aziz Baldé pour Guineematin.com

Lire