N’Zérékoré : lecture du saint coran en faveur des militaires qui ont évincé Alpha Condé

10 septembre 2021 à 19 07 14 09149

Lire le coran et faire des prières en faveur du CNRD (la junte militaire qui a pris le pouvoir après avoir arrêté le président Alpha Condé), c’est l’objectif d’une cérémonie qui a eu lieu ce vendredi, 10 septembre 2021, à N’Zérékoré. Organisée à la grande mosquée de la ville, elle a réuni plusieurs imams et fidèles musulmans de N’Zérékoré, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Selon Amadou Soumaoro, secrétaire préfectoral des affaires religieuses de N’Zérékoré, cette cérémonie religieuse a été organisée à la demande du nouveau gouverneur de N’Zérékoré. Cela, pour faire des prières en faveur de la réussite des nouvelles autorités guinéennes dans leur mission. « C’est monsieur le gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré qui a ordonné aux trois ligues islamiques de N’Zérékoré, d’organiser la lecture de saint coran.

Pourquoi cela ? Parce que l’avènement de la junte militaire au pouvoir a été une réussite totale pour l’équipe du colonel Mamady Doumbouya. C’est pour cela qu’on a réuni ce matin tous les imams de la ville à la grande mosquée pour faire la lecture du saint coran, afin d’implorer la grâce de Dieu pour la stabilité du nouveau gouvernement et la République de Guinée », a indiqué ce responsable religieux.

Au terme de la cérémonie, le gouverneur de N’Zérékoré a exprimé sa satisfaction, tout en justifiant sa démarche. « Je me réjouis de cette lecture du saint coran, dans la mesure où nous souhaitons qu’il y ait la paix, la quiétude et la sécurité dans notre pays. Mais aussi, aider les nouvelles autorités afin qu’elles aient le bon chemin de pouvoir aider le peuple de Guinée dans le cadre du développement.

Les prêtres aussi feront les mêmes prières dans les églises. Tant que nous sommes ici, nous le ferons pour la paix et pour la sécurité dans notre pays. Et que Dieu aide les nouvelles autorités à aller dans la bonne direction », a promis le général Mohamed Lamine Keïta, nouveau gouverneur de la région de N’Zérékoré.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Lire

Gel des comptes bancaires : la BCRG précise qui sont les cadres concernés par la mesure

10 septembre 2021 à 18 06 07 09079

On connaît maintenant qui sont les cadres du régime Alpha Condé concernés par le gel des comptes bancaires annoncé hier soir par le CNRD, la junte militaire qui a renversé l’ancien président guinéen.

Il s’agit des secrétaires généraux, chefs de cabinet et DAF des ministères, les directeurs nationaux et les directeurs nationaux adjoints, le directeur général des impôts et son adjoint, le directeur général des douanes et son adjoint, le directeur général du trésor et de la comptabilité publique et son adjoint, le directeur général du budget et son adjoint.

C’est la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) qui l’a fait savoir dans un communiqué publié ce vendredi, 9 septembre 2021. Elle a demandé aux Banques primaires de veiller au respect scrupuleux de cette mesure.

Guineematin.com vous propose ci-dessous le courrier de la BCRG :

Lire

Fin de la mission de la CEDEAO à Conakry : « nous avons eu des échanges très positifs »

10 septembre 2021 à 17 05 28 09289
Jean Claude Kassi Brou, président de la commission de la CEDEAO

Ce fut une mission éclair. Quelques heures seulement après son arrivée à Conakry, la délégation de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) quitte la capitale guinéenne.

Les émissaires de l’organisation sous-régionale ont eu un entretien de moins d’une heure avec les responsables du CNRD, la junte militaire dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, à l’hôtel Riviera Royal de Conakry. Ils se sont ensuite rendus au quartier général du Groupement des forces spéciales, l’unité de l’armée guinéenne qui a renversé Alpha Condé.

Ils ont pu voir le président déchu pour s’assurer qu’il se porte bien. Au sortir de là, le président de la commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi-Brou, a accordé un bref entretien aux journalistes, dont un de Guineematin. Il a annoncé que sa délégation a eu des échanges « très positifs » avec la junte et avec le président Alpha Condé, dont la libération était l’une des conditions posées par la CEDEAO.

« Nous avons eu des échanges très positifs avec le comité national pour le rassemblement et le développement. Nous avons eu la possibilité de rencontrer le président Alpha Condé, nous avons également échangé avec lui, il va bien. Comme ce sont les chefs d’Etat qui nous ont mandaté de venir pour cette mission, nous allons rendre compte aux chefs d’Etat des résultats de nos échanges », a déclaré l’Ivoirien.

Avant d’envoyer cette mission à Conakry, les chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO ont suspendu la Guinée de toutes les instances de l’organisation sous-régionale. Ils ont exigé la libération du président Alpha Condé et le retour à l’ordre constitutionnel dans le pays.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Lire

Comment se porte Alpha Condé ? Priorité de la mission de la CEDEAO

10 septembre 2021 à 16 04 38 09389

Ouverte cet après-midi à l’hôtel Riviera Royal de Conakry, la rencontre entre la mission de la CEDEAO et les responsables du CNRD a duré un peu moins d’une heure. C’est d’abord le colonel Mamady Doumbouya qui s’est retiré de la salle avec ses hommes, avant la sortie des émissaires de l’organisation sous-régionale, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Pour l’heure, on ne sait pas exactement ce qui s’est passé dans la salle pour que les deux parties quittent aussi vite les lieux. Interrogé par les journalistes, Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso et membre de la délégation de la CEDEAO, a indiqué que les travaux ne sont pas terminés, sans en dire plus.

Mais, selon des indiscrétions, la rencontre a été suspendue parce que la mission de la CEDEAO aurait exigé de voir le président déchu, Alpha Condé, pour s’assurer qu’il se porte bien, avant de poursuivre les discussions avec la junte au pouvoir.

Les deux parties se sont dirigées au QG du Groupement des forces spéciales (l’unité de l’armée guinéenne qui a renversé le président Alpha Condé) situé tout près de l’hôtel où se tenait la rencontre.

A suivre !

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Lire

Conakry : la mission de la CEDEAO s’entretient avec les responsables du CNRD

10 septembre 2021 à 15 03 35 09359
Arrivée du colonel Mamady Doumbouya à l’hôtel pour rencontrer la mission de la CEDEAO

Arrivée ce vendredi matin à Conakry, la mission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a entamé ses travaux. Elle s’entretient en ce moment même (14h 30’) avec le CNRD, la junte militaire dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, qui a renversé le président Alpha Condé. La rencontre se tient à l’hôtel Riviera Royal, situé tout près du Palais du peuple et du siège du Groupement des forces spéciales, l’unité de l’armée guinéenne qui a mené le coup d’Etat du 5 septembre dernier.

La mission de haut niveau de la CEDEAO est composée de Jean Claude Kassi-Brou, président de la commission de l’organisation sous-régionale, Shirley Ayorko Botchway, ministre des Affaires étrangères du Ghana et présidente du conseil des ministres de la CEDEAO, mais aussi des ministres des Affaires étrangères du Nigéria, Geoffrey ONYEMA, du Burkina Faso, Alpha Barry, et du Togo, Robert DUSSEY. Elle est venue échanger avec les nouvelles autorités guinéennes autour de la libération du président déchu, Alpha Condé, et du retour à l’ordre constitutionnel en Guinée.

Cette rencontre intervient deux jours après le sommet virtuel des chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO, qui ont décidé de suspendre la Guinée des instances de l’organisation sous-régionale et d’envoyer cette mission à Conakry.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Lire

Manque d’enseignants au Lycée-Collège Sarékaly (Télimélé) : l’appel du Censeur aux autorités du pays

10 septembre 2021 à 13 01 32 09329
Mamadou Diouldé Diallo, Censeur du lycée-collège Sarékaly

Construit depuis la période coloniale en Guinée, le collège de Sarékaly (aujourd’hui lycée-collège) a été rénové en 2011. C’est une école publique de 4 bâtiments composés chacun de 3 salles de classe. Elle est fréquentée de nos jours par un total de 456 élèves dont 252 filles. Mais, dans ce collège (d’où est venue la première de la préfecture de Télimélé au BAC, option sciences sociales), il y a un manque criard d’enseignants.

Rencontré dimanche dernier, 5 septembre 2021, par un journaliste de Guineematin.com, le Censeur du lycée-collège Sarékaly, Mamadou Diouldé Diallo, a demandé aux autorités éducatives de lui permettre d’avoir des professeurs dans des matières comme : la Biologie, les mathématiques, le français.

Mamadou Diouldé Diallo, Censeur du lycée-collège Sarékaly

« Le premier bâtiment, le bloc A que vous voyez, a été construit par le PACV et une partie de la communauté. Les blocs B et C ont été construits par les ressortissants de Sarékaly vivant en Angola. La Direction a été construite par les ressortissants vivant en Belgique. Le bâtiment inachevé, c’est la bibliothèque, la salle d’informatique, la salle de conférence et le bureau de l’APAE. Il a été construit par les ressortissants de la France, de la Belgique, de l’Angola, ainsi que la communauté. Tout ça épaulé par notre vaillant ressortissant Elhadj Ousmane Diallo, appuyé au niveau local par Elhadj Tidiane Kouyaté et Elhadj Djoué Lépitèrè. Ces bâtiments sont électrifiés par la CR de Sarékaly, mais nous avons un problème crucial : le manque de professeurs. Nous avons 9 professeurs contractuels communautaires pris en charge par la communauté. C’est un problème crucial. Nous demandons aux autorités éducatives de nous aider à avoir des professeurs titulaires pour nous accompagner. Si nous avons ça, nous allons élever le score d’admission », a dit Mamadou Diouldé Diallo.

A en croire notre interlocuteur, l’établissement qu’il dirige a souvent fait de succès lors des examens nationaux. Mais, ce qu’il ambitionne, c’est d’avoir des lauréats. Et, pour y arriver, le Censeur Mamadou Diouldé Diallo souhaite avoir des « enseignants titulaires » pour améliorer la qualité de la formation dans son école.

Mamadou Diouldé Diallo, Censeur du lycée-collège Sarékaly

« Cette année, la première de la préfecture de Télimélé au BAC en sciences sociales est sortie de cette école. Historiquement, en 2014, le premier du BEPC est sorti de cette école. De 2017 à 2018, la deuxième de la région est sortie de cet établissement. Si cette année encore la première de la préfecture de Télimélé est sortie de cette école, cela veut dire que ça travaille. Mais, nous sommes en manque à peu près de 11 professeurs au niveau collège et lycée. En mathématiques, on a besoin de 2 enseignants, 4 en français, 1 en biologie, 1 en Chimie, 1 en Economie, 1 en ECM, 1 en EPS. Nous comptons avoir de lauréats l’année prochaine. C’est pourquoi nous lançons un SOS pour que nous ayons ces enseignants » a indiqué Mamadou Diouldé Diallo.

De retour de Télimélé, Mohamed Guéasso DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Saïkou Yaya Barry sur le gel des comptes des anciens dignitaires : « ce n’est qu’un début vers la droiture dans la gestion de l’Etat »

10 septembre 2021 à 12 12 50 09509
Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines

Dans un communiqué rendu public hier, jeudi 09 septembre 2021, le comité national de rassemblement et du développement (la junte militaire actuellement au pouvoir en Guinée) a annoncé le gel temporaire des comptes bancaires des anciens dignitaires du régime Alpha Condé. Officiellement, cette mesure s’inscrit dans le cadre de la « sécurisation des fonds de l’Etat » et vise particulièrement les membres du gouvernement sortant, ainsi que les hauts fonctionnaires, administrateurs et régies financières de l’État. Mais, au sein de la classe politique guinéenne, cela est perçu comme une manière de fouiner dans les avoirs des anciens dirigeants du défunt régime Condé.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com ce vendredi, 10 septembre 2021, Saïkou Yaya Barry, le secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR), a salué « une décision qui permettra de recouvrer une partie de ce qui a été pillé » à la Guinée. Cet ancien député estime que cette interdiction de mouvements dans les comptes des anciens dignitaires n’est qu’un début dans le redressement du système de gouvernance de notre pays.

« C’est bien parti par rapport à ce que nous vivons aujourd’hui. Nous avons souvent dénoncé le comportement de ces administrateurs de l’Etat qui ont pris les biens de l’Etat comme leurs propres biens et qui en faisaient ce qu’ils veulent avec une arrogance sur le terrain. Je crois que la junte a trouvé le créneau nécessaire nous permettant de recouvrer un peu ce qu’ils (les anciens gouvernants) ont pillé, parce qu’il faut reconnaître que la bonne partie de ce qu’ils ont pillé se trouve à l’extérieur du pays. Mais, il faut commencer quelque part. Pour un début, le fait de geler les biens et leur demander des comptes sur la manière dont ils ont obtenu cet argent est nécessaire. J’ai souvent dit que c’est en Guinée qu’on trouve un directeur ou un administrateur plus riche qu’un entrepreneur, plus riche qu’un trésorier de société. C’est ici qu’un fonctionnaire, payé à cinq millions de francs guinéens, est capable de te montrer des immeubles à 5 ou 7 étages. La manière dont il a obtenu cet argent mérite d’être vérifiée. Donc, cet acte de la junte nous permettra de renflouer nos caisses, s’il est avéré que ces gens-là ont pris de l’argent. Nous sommes sûrs que l’argent du contribuable guinéen se trouve dans la poche de ces gens. Je ne dis pas tout le monde ; mais, je sais que beaucoup parmi eux vivent au dos de l’Etat et pillent les biens de l’Etat. Donc, je dirais que c’est salutaire et j’espère que ce n’est qu’un début vers la droiture dans la gestion de l’Etat », a indiqué Saïkou Yaya Barry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Mandiana : des jeunes célèbrent la chute d’Alpha Condé dans la rue

10 septembre 2021 à 12 12 48 09489

Les scènes de liesse se poursuivent en Guinée, suite au coup d’Etat militaire du 5 septembre 2021. Ce vendredi septembre, c’est au tour de Mandiana de se faire entendre. Plusieurs jeunes ont défilé dans les rues de la ville pour exprimer leur soutien au CNRD, la junte militaire qui a renversé le président Alpha Condé, a constaté Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.

Si Alpha Condé (gardé dans un lieu tenu secret) suit l’actualité guinéenne, il va sans doute être étonné et déçu. Car son arrestation par le Groupement des forces spéciales, qui a mis fin à son règne, est célébré jusque dans son bastion historique, la Haute Guinée. Après Kankan et Faranah, une autre ville de cette région, dont il est originaire, apporte son soutien aux militaires qui ont évincé l’ancien président guinéen.

Quelques dizaines de jeunes ont manifesté ce vendredi dans les rues de Mandiana pour célébrer la chute d’Alpha Condé. Ils ont fait le tour du centre-ville, en scandant des slogans comme « Vive la transition », « Vive le CNRD », « Vive le colonel Mamady Doumbouya », « Nous voulons le changement ».

Nous y reviendrons !

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta et Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Lettre ouverte au président du CNRD : « évitez de tomber sous le charme des mouvements de soutiens démagogiques »

10 septembre 2021 à 12 12 35 09359
Ibrahima Kalil Diallo

A Monsieur le Président du CNRD

Monsieur je vous écris ces quelques mots sans savoir s’ils vous parviendront mais j’espère bien qu’ils vous parviendront.

Monsieur le Président nous sommes encore une fois á un tournant décisif de l’histoire de nôtre cher pays.

Tel un Moïse, Dieu vous a envoyé pour sauver un peuple martyr, un peuple opprimé, un peuple abandonné par son élite pendant plus de 60 ans.

Aujourd’hui avec votre arrivée, l’espoir renaît pour ce peuple qui n’a vécu que des espoirs ratés.

Aujourd’hui l’engouement du peuple est au-delà de l’imagination. Qui de la société civile, qui des politiques patriotes, qui du monde syndical, qui de nos paisibles populations n’attendais pas ce moment ? Personne.

Ceci Monsieur le Président dit qu’il n’y a pas meilleur moment que celui-ci pour libérer définitivement ce peuple.

Cet espoir nouveau ne doit pas être perdu. Mais n’est- ce- pas le même espoir que ce vaillant peuple a nourrit en 1958 quand le Président Ahmed Sékou Touré et les pères fondateurs nous ont libéré des 60 ans de domination coloniale. N’est ce pas le même espoir quand le Colonel Lansana Conté et ses compagnons d’armes nous avaient libérés de 26 ans de répression brutale de Sékou Touré ? N’est-ce pas le même espoir quand le vaillant capitaine Moussa Dadis Camara et ses compagnons d’armes nous avaient libéré des 24 ans de laisser aller et répression du régime Conté ? N’est-ce pas le même espoir quand l’arrivée du Général Konaté après le massacre du 28 septembre et l’éloignement forcé du Président Dadis pouvoir ?

N’est-ce pas le même espoir quand le Président Alpha Condé est venu au pouvoir après une courte transition militaire très mouvementée ?

C’est pour autant dire monsieur le Président que des espoirs ratés.

C’est au vu de l’histoire, de l’analyse et de la connaissance du milieu intellectuel de ce pays, que j’ai décidé de vous écrire pour vous alerter et plaider afin que vous éviter de tomber dans les mêmes erreurs que vos prédécesseurs.

Monsieur le Président aujourd’hui, vous recevrez des soutiens venant de l’Est, de l’ouest, du nord, du sud, du ciel et même de Satan. Car comme l’a dit un de vos frère d’armes le Général Edi Amine en qui j’ai un respect et un amour fondés, ‘’la victoire a des parrains mais la défaite est toujours orpheline’’ une bonne leçon de morale. Aujourd’hui, même vous ennemis les plus redoutables et vos adversaires les plus intraitables vont vous soutenir.

Justement monsieur le Président c’est là qu’il faut s’en méfier et toujours peser le pour et le contre dans le bon sens.

Vous devez apprendre des erreurs de vos prédécesseurs.

C’est pourquoi monsieur le Président, je vous exhorte humblement de ne pas tomber dans les charmes des mouvements de soutiens circonstanciels et démagogiques.

Je vous demande de vous en passer des engrenages des coordinations régionales.

Je vous demande d’éviter de tomber dans la tentation du pouvoir

Je vous demande d’éviter la familiarisation ou la clanisation du pouvoir.

Je vous demande d’éviter les mauvaises fréquentations.

Je vous demande de ne jamais se prêter au jeu de la division ou de l’ethnisation du pouvoir ou de la gestion des affaires de l’Etat.

Je vous demande d’éviter de tomber sous le charme des groupes d’intérêts tant internes qu’externes.

Je vous demande d’éviter de faire des discours qui ne seront pas suivis d’actes concrets.

Je vous demande de mettre en place des institutions fortes et durables qui vont nous éviter á l’avenir l’arrivée au pouvoir des hommes forts.

Je vous demande de travailler avec l’ensemble des acteurs de la nation pour faire des lois non pas calquées sur des modèles étrangers mais adaptées à nos réalités socioéconomiques.

Ceci dit Monsieur le Président qu’il est plus que temps de se débarrasser de la médiocrité. C’est plutôt le temps où, nous devons donner á chacun la place que lui vaudront son travail et son dévouement au pays.

J’ai personnellement beaucoup apprécié vos différents discours surtout les parties vous parler de rassemblement. C’est cela que le peuple en a besoin en premier.

A tous les niveaux de la gestion des affaires de l’Etat et de la vie sociétale, les enfants des quatres régions naturelles que constituent notre pays doivent être traités au même pied d’égalité.

Désormais aucun guinéen ne doit subir une injustice parce qu’il est de telle ou telle région, aucun guinéen ne doit bénéficier d’une faveur parce que simplement il vient d’une telle région, ou qu’il est le fils d’un tel ou l’ami de tel. Chaque guinéen doit avoir le mérite qu’il mérite.

Monsieur le Président on a tous besoin d’un rassemblement aujourd’hui. Mais rassembler ne doit signifier laisser l’impunité sévir

Il y a des gens qui ont commis des délits économiques, d’autres ont commandité des crimes. C’est pourquoi pour éviter que de telles choses ne se répètent, vous devez laisser la justice faire son travail avec la plus grande autonomie.

Monsieur le Président ne commettez pas l’erreur de ramener aux affaires des cadres qui par le passé ont fait preuve de médiocrité, qui ont commis des délits économiques, qui ont cautionné des crimes ou qui se sont faits remarqués par des discours divisionnistes.

Monsieur le Président je sais que vous le savez bien que le peuple reste le seul souverain. J’ai la forte conviction que votre carrure de leader naturel vous mettra au dessus de tout pour amener notre pays là où il devrait être depuis des lustres. A savoir dans le cercle des nations développées respectueuses des droits de l’homme et ses libertés publiques.

Ma volonté monsieur le Président est que vous partez un jour comme un Jerry Rawlings, comme un Thomas Sankara mais non pas comme un Bokassa ou un Mobutu, oui c’est possible Monsieur le Président que votre nom soit inscrit un jour sur le panthéon d’or de l’histoire des grands hommes de ce pays et du continent africain.

Monsieur le Président pour terminer cet écrit, je voudrais vous parler de l’homme, de la religion, du pouvoir et de la vie. Mais avant je voudrais vous rappeler d’une citation du saint Coran qui dit « Dieu est le détenteur de l’autorité absolue, il donne le pouvoir á qui il veut, il arrache l’autorité á qui il veut, il donne la puissance á qui il veut et il humilie qui il veut ». Ce grand Dieu vous a donné le pouvoir et la puissance faites en sorte de ne jamais les perdre. Si je l’ai dit, cela ne veut pas dire que je vous encourage á vous éterniser au pouvoir. Ce que je veux vous dire, c’est de faire en sorte d’avoir le pouvoir après le pouvoir et de garder la puissance après le pouvoir. Cela ne sera possible que quand vous conduirez la transition avec brio. Dans ce cas, même après votre départ, partout où vous passerez on vous étalera le tapis rouge. Donc, faites très attention le pouvoir peut aveugler l’homme au point qu’il ne voit pas le danger venir. Et ce pouvoir dont je vous parle est une maîtresse infidèle, elle peut á tout moment abandonné son compagnon. Donc, mieux vaut abandonner le pouvoir avant qu’il ne nous abandonne. Dans ce bas monde, seule la volonté divine est éternelle, tout le reste n’est qu’éphémère. De toute l’histoire, des bons comme des mauvais, de Pharaon, á Staline, á Hitler en passant par Mandela, Jerry Rawlings Kwamé Kruma, Patrice Lumumba, les chefs ont toujours fini par quitter le pouvoir d’une manière ou d’une. Donc aucun chef mortel ne fera exception á cette règle. D’où l’importance pour les grands hommes qui veulent sortir par la grande porte de savoir partir au bon moment. C’est pourquoi je prie vous Dieu tout puissant qu’il vous guide vous et vos compagnons sur le droit chemin. Et, de votre part, éviter de tomber dans la tentation. Comme ça, vos enfants pourront fièrement un jour lever les mains et dire voilà ce que notre père a fait pour nous et pour notre pays.

Que Dieu tout puissant vous protège vous et vos compagnons et qu’il protège le peuple de guinée

Par Ibrahima Kalil Diallo, journaliste et Président du Collectif des jeunes Démocrates de Guinée

Lire

Cellou Baldé à Mamou : « nous n’avons pas de rancune » contre Alpha Condé

10 septembre 2021 à 11 11 42 09429

L’ancien député uninominal de Labé a-t-il pardonné à son geôlier Alpha Condé ? En visite dans la ville carrefour (où il a rencontré les nouvelles autorités régionales et préfectorales de Mamou) hier, jeudi 09 septembre 2021, Cellou Baldé a dit n’avoir aucune rancune et ne veut régler des comptes à personne. Ce cadre de l’UFDG (qu’on dit avoir négocié avec l’ancien régime sa libération conditionnelle avec Ousmane Gaoual et Chérif Bah) a dit mettre ses longs mois de prison au compte de la volonté divine et a demandé au comité national de rassemblement et du développement (CNRD) de ne pas regarder dans le rétroviseur. Il a surtout exhorté à la junte actuellement au pouvoir en Guinée d’œuvrer en faveur de la réconciliation, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Devant les autorités de la ville carrefour, ce responsable des fédérations UFDG de l’intérieur s’est tout d’abord réjoui de la prise du pouvoir par l’armée. Ensuite, il a exprimé son soutien au CNRD pour une transition réussie dans le pays.

Cellou Baldé, ancien député de Labé

« C’est un sentiment de joie et de satisfaction que nous avons à notre niveau. Il n’y a pas une entité qui doit se réjouir aujourd’hui plus que l’union des forces démocratiques de Guinée de ce changement qui vient d’intervenir dans notre pays, d’autant plus que nous sommes les premiers bénéficiaires des mesures positives prises par le CNRD,  notamment la libération des détenus politique. Moi, j’en étais un. Au nom de tous mes collègues détenus et à mon nom personnel, je vous dis merci. Nous sommes venus vous saluer, vous féliciter et vous remercier d’avoir, à travers le CNRD, délivré le peuple de Guinée. Nous espérons que vous allez rassembler tout le peuple de Guinée. Nous sommes venus vous témoigner notre soutien pour une transition réussie », a dit Cellou Baldé.

Pour l’ancien député uninominal de Labé (qui a passé huit mois de détention à la maison centrale de Conakry), il faut aller de l’avant pour réconcilier la Guinée avec elle-même.

« Nous n’avons pas de rancune, nous ne voulons pas de règlement de comptes. Nous avons subi les affres de la prison ; mais, nous nous disons que c’est Dieu qui a voulu que nous soyons là-bas et c’est lui qui nous a libérés aussi. Nous ne voulons pas qu’on regarde dans le rétroviseur. Nous voulons qu’on regarde de l’avant pour que la Guinée soit une Guinée réconciliée avec elle-même. Et, l’ensemble des régions se donnent les mains pour qu’ensemble nous réussissions tous, à l’image des pays voisins », a indiqué Cellou Baldé.

Apparemment, le message de ce cadre de l’UFDG a été bien accueilli par les autorités de Mamou. Car, à tour de rôle, le préfet Colonel Bienvenue Lamah et le gouverneur colonel Aly Badra Camara ont pris la parole pour exprimer leur satisfaction et réitérer leur engagement à œuvrer pour la paix, la cohésion sociale dans la ville carrefour. Ces autorités ont également réitéré leur disponibilité à travailler avec toutes les composantes de la population de Mamou.

Colonel Aly Badra Camara, nouveau gouverneur de la région administrative de Mamou

« On ne peut pas  rassembler si on n’a pas le sentiment de fraternité. On ne peut pas se rassembler sans la paix. Nous tendons la main à tout le monde pour une transition réussie et civilisée. Nous souhaitons la complémentarité pour une Guinée prospère », a dit le gouverneur Aly Badra Camara.

Colonel Bienvenue Lamah, préfet de Mamou

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Lire

Suspension de la Guinée par la CEDEAO : Dr Zoutomou dénonce Alhassane Ouattara

10 septembre 2021 à 9 09 07 09079
Dr Edouard Zoutomou Kpogomou, président de l’UDRP (Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès)

Comme annoncé précédemment, en session extraordinaire mercredi dernier, 08 septembre 2021, la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a décidé de suspendre la Guinée, suite au coup d’Etat militaire qui a évincé Alpha Condé du pouvoir. Cette décision de l’organisation sous régionale (qui n’est pas assortie de sanction économique) est intervenue 72 heures seulement après la prise du pouvoir par l’armée. Et, elle n’a pas l’air d’ébranler qui que ce soi en Guinée.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, jeudi 09 septembre 2021, Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, acteur politique majeur guinéen et président de l’UDRP (Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès), a traité la CEDEAO de « caisse à résonance » où les chefs d’Etats restent « muets comme des carpes » devant les souffrances des populations.

« Cette sanction ne nous fait ni froid, ni chaud. La CEDEAO est une caisse de résonance. Au moment où ils voient les chefs d’Etats malmener leurs populations, ils restent muets comme des carpes. Mais, c’est au moment où il y a des actions salvatrices qu’on sent leur présence. Aujourd’hui, toute la démarche de monsieur Ouattara en Côte d’Ivoire, c’est dans le but de pouvoir amener une sorte de rébellion dans notre pays. Nous nous connaissons ce qu’il est en train de faire. Les informations qui viennent des coulisses nous disent qu’il plaidait pour qu’on envoie une force d’invasion ici en Guinée. Alors, comment peut-on composer avec des créatures de ce genre ? Moi, je ne suis pas tendre avec ça. La CEDEAO peut nous suspendre ; mais, l’important c’est quoi ? Ce que ceux qui ont pris la décision de redresser les choses ici, qu’ils restent dans l’optique des objectifs qu’ils se sont fixés », a dit Dr Zoutomou.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Libéré de prison : voici la réaction de Dr Mamady Onivogui du mouvement Elazologa

10 septembre 2021 à 8 08 50 09509
Docteur Mamady Onivogui, responsable du mouvement Elazologa

Dr Mamady Onivogui du mouvement Elazologa fait partie des dizaines de prisonniers politiques du régime de l’ex dictateur Alpha Condé libérés par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya et le CNRD.

Voici ce qu’a déclaré au micro de Guineematin.com l’ancien pensionnaire de la Maison centrale de Conakry à sa sortie de prison :

« Je remercie tout d’abord le Tout-Puissant Allah d’avoir guidé le colonel Mamady Doumbouya, qui nous a libérés de la prison. Nous étions sans abri,  nous étions au milieu des punaises mais nous avons pu tenir.  Nous avons pu tenir parce que nous étions sereins. Nous, ce que nous menons, ce n’est pas un combat personnel mais c’est un combat noble. Nous étions sereins au milieu de ces maladies. Je dis à  tous les Guinéens, soyez fiers de la Guinée. Nous n’étions pas contre un individu, nous étions contre le système. Nous n’étions pas contre une ethnie mais contre le système de gouvernance parce que la chose publique doit être partagée de façon équitable. La Guinée nous appartient tous. Pour cela, je dis à tous les Guinéens de rester sereins. Je dis merci à tous ceux qui demander de libérer les détenus politiques et se sont battus dans ce sens. Qu’ils soient militants de la démocratie,  qu’ils soient défenseurs des droits humains ou qu’ils soient défenseurs des droits du peuple,  je leur dis merci éternellement. Mais le combat ne fait que commencer. Nous n’avons combattu monsieur Alpha Condé, mais nous avons combattu le mauvais système. Plus jamais de 3è mandat ! Nous ne voulons que 2. Ce n’est pas pour monsieur Alpha Condé seulement…J’ai lutté contre les militaires. Et depuis 2010, les Guinéens se battent encore de plus contre le mauvais système et le 3ème mandat  en Guinée. Nous devons respecter la durée et le nombre de mandats prescrits dans notre Loi fondamentale : deux mandats de 5 ans chacun. Donc pas de 3è mandat en Guinée. Tous les Guinéens doivent respecter cela y compris les politiciens qui compétissent pour accéder au pouvoir. A la nouvelle équipe dirigée par le colonel Mamady Doumbouya, merci d’avoir libérer le peuple. J’avais dit à monsieur Alpha Condé qu’il était venu en héros, il doit partir en héros, mais il a préféré venir en héros et partir comme un zéro. Je veux que les jalons de la démocratie soient posés d’abord et cela consiste à  mettre en place des institutions indépendantes, crédibles et autonomes. Commençons par les élections municipales et remontons jusqu’à l’élection présidentielle. Moi, c’est  mon souhait. Et c’est le souhait de ceux qui étaient en prison avec moi. Parce que nous avons été pris en otages en tombant dans l’erreur d’aller en 2010 d’abord à l’élection présidentielle. Nous avons nous nous-mêmes fabriqué un dictateur qui s’est retourné contre nous. Ne faisons pas les mêmes erreurs. Victoire à tout le peuple de Guinée ». 

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tél. : 622919225

Lire

Libération d’Abdoulaye Bah : l’ex directeur de la SEG de Kindia témoigne

10 septembre 2021 à 8 08 47 09479

Depuis sa sortie de prison, le domicile de l’ancien président de la délégation spéciale de Kindia, Abdoulaye Bah, ne désemplit pas. Mercredi dernier, 8 septembre 2021, ses parents, amis et anciens collaborateurs se relaient chez lui pour témoigner leur affection et leur soutien, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Ayant tenu tête jusqu’au bout, l’ancien président de la délégation spéciale de Kindia a été définitivement libéré de prison avec plusieurs de ses compagnons le mardi 7 septembre dernier. Depuis, c’est la joie à son domicile privé de Kaporo-Rails. Parents et amis se succèdent pour marquer leur solidarité et remercier les tombeurs d’Alpha Condé qui terrorisaient ses compatriotes.

Elhadj Souleymane Bah Wansan, ex Directeur régional de la SEG de Kindia

Rencontré sur place, Elhadj Souleymane Bah Wansan a exprimé toute sa joie de revoir son ancien collaborateur en liberté. « Aujourd’hui, c’est une fierté pour moi. Je suis très content. On a bien collaboré au moment où j’étais Directeur régional de la SEG (Société des Eaux de Guinée), à Kindia. Il m’a beaucoup apprécié et on a bien collaboré. C’est un monsieur très bien, honnête. Je suis très content de la libération de tous ceux qui étaient détenus dans l’illégalité parce qu’ils ont été accusés. Les voir être libres, je suis vraiment content. Je souhaite que le colonel Doumbouya et le CRND gèrent très bien le pays, qu’ils instaurent la démocratie, la bonne gouvernance. Que ça change parce que depuis l’arrivée d’Alpha Condé à la tête de ce pays, c’est la mauvaise gestion, la mauvaise gouvernance, la criminalité », a dit l’ex Directeur régional de la SEG à Kindia.

Elhadj Souleymane Bah se rappelle du combat acharné livré par Abdoulaye Bah contre le détournement des fonds de CBK alloués au développement de la préfecture de Kindia. « C’est Abdoulaye Bah qui avait dépisté les 2 à 3 milliards de francs que la société de bauxite de Kindia (CBK) donnait pour le développement de Kindia. Mais, personne ne le savait et c’est celui qui a dépisté cela. Il a empêché le détournement c’est pourquoi, à un moment donné, on ne voulait pas le sentir à Kindia. Quand il était maire de Kindia, il fallait voir comment la ville était propre. C’est un bon cadre, un technocrate », ajoute monsieur Bah.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

Lire

Soutien au CNRD : après Faranah, Dinguiraye dans la cadence

10 septembre 2021 à 8 08 44 09449

Comme partout ailleurs en Guinée, la ville de Faranah et Dinguiraye étaient dans les rues ce jeudi 9 septembre 2021 apporter leur soutien aux nouvelles autorités du pays. Dans la cité religieuse, malgré les intempéries, la population est sortie  massivement pour soutenir le Comité National du Rassemblement et du Développement et le colonel Mamady Doumbouya en particulier pour avoir débarrassé la Guinée du dictateur Alpha Condé, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Mme Djiba BARRY, au nom des organisateurs de la manifestation de soutien au CNRD à Dinguiraye remercié la vaillante armée Guinéenne pour avoir sauvé le peuple de Guinée et surtout d’avoir joint la parole à l’acte en libérant tous les détenus politiques. « Nous remercions la vaillante armée pour avoir sauvé le peuple de Guinée et d’avoir respecté son engagement en libérant les détenus politiques. Nous les exhortons pour  la mise en place d’une charte de transition équilibrée et saine impliquant tous les acteurs sociopolitiques afin de passer une période de transition apaisée ».

Le Colonel Mamadi Touré, nouveau préfet de Dinguiraye,  au nom des nouvelles autorités du pays, a remercié les populations avant de les inviter à  accompagner le CNRD pour l’accomplissement de sa mission, notamment celle d’unir tous les Guinéens sans exclusion aucune.  Il a surtout mis un accent particulier sur l’unité,  la paix et la cohésion sociale sans lesquelles aucun développement n’est possible.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel: +224620241513 /660272707 

Lire

Télimélé : l’installation des nouveaux sous-préfets en cours

10 septembre 2021 à 8 08 38 09389
Colonel Augustin Fancinadouno, nouveau préfet de Télimélé

Comme annoncé par la junte du CNRD, ce sont des agents des forces de défense et de sécurité qui vont être placés à la tête des préfectures et des sous-préfectures. À Télimélé, après la prise de fonction du nouveau préfet, c’est maintenant au tour des nouveaux sous-préfets d’être installés dans leurs postes respectifs, constate un correspondant de Guineematin basé dans cette préfecture.

Le mercredi 8 septembre dernier, le nouveau préfet de Télimélé, colonel Augustin Fancinadouno a annoncé l’installation de nouveaux sous-préfets de sa  juridiction. Ce sont au total 13 agents des forces de défense et de sécurité de la préfecture qui vont être choisis pour les besoins de la cause. Conformément aux instructions du Comité national du Rassemblement et du Développement (CNRD), ce sont des commandants, des lieutenants, des sous-lieutenants, des margis-chefs et des adjudants-chefs issus respectivement de la police, de la gendarmerie et de l’armée qui vont prendre le commandement des différentes sous-préfectures. 

Selon le préfet, parmi les 14 sous-préfectures de Télimélé, seule Tarihoye, une sous-préfecture située à 45 kilomètres de la commune urbaine, a vu son ancien sous-préfet confirmé à son poste. 

Colonel Augustin Fancinadouno, préfet de Télimélé

« Depuis hier, mercredi, j’ai mis à contribution les deux secrétaires généraux de l’administration, le chargé de l’organisation et des collectivités COC et le directeur des micros-réalisations (DMR), pour l’installation des sous-préfets. Donc, présentement ils sont sur le terrain à cet effet. Ils vont procéder à l’installation de 13 nouveaux sous-préfets car celui de Tarihoye, qui était déjà un commandant, est confirmé à son poste », a déclaré le colonel Augustin Fancinadouno au micro d’un journaliste de Guineematin.com

Mamadou Saliou Bah pour Guineematin.com

Tél: 628 88 04 73

Lire

Labé : les chefs religieux invitent les nouvelles autorités à lier la parole aux actes

10 septembre 2021 à 8 08 29 09299

A l’occasion d’une visite de courtoisie que lui a rendue le nouveau préfet de Labé hier, jeudi 9 septembre 2021, le premier imam de la ville, Elhadj Mamadou Badrou Bah affiché son soutien aux nouvelles autorités avant de les exhorter à lier leurs paroles tenues aux actes, rapporte un correspondant de Guineematin.com à Labé.

Ce jeudi 09 septembre 2021, le nouveau préfet de Labé, Colonel Sylvin Sény Camara, accompagné  de son cabinet, a rendu visite de courtoisie aux autorités religieuses de Labé. La rencontre a eu lieu au quartier mosquée au domicile d’El Badrou Bah. A cette occasion, le premier imam de la ville livré un message aux nouvelles autorités du pays :  » Nous remercions Dieu. Chaque que Dieu fait, il se réveillera avec quelque chose de nouveau. C’est la loi de la vie. Mais comme nous Guinéens sommes tous des croyants (musulmans ou chrétiens), nous nous réjouissons des prières et bénédictions faites par nos aïeux pour nous et pour notre pays. Car leurs prières ont été exhaussées en leur temps et ces mêmes prières continuent de nous protéger.

Plusieurs choses qui devaient s’abattre sur notre pays sont souvent déjouées grâce aux prières de nos ancêtres. Ceux qui pensent que la Guinée va brûler se trompent. Les raisons sont simples : premièrement, les Guinéens sont de croyants.

Colonel Sylvin Sény Camara, nouveau préfet de Labé, chez le grand imam

Deuxièmement,  la Guinée est une famille. Nous remercions Dieu et ceux qui ont été la cause de ce changement de régime sans effusion de sang, sans dégâts.  C’est  vrai,  c’est une première chez nous qu’un coup d’Etat s’opère au vivant du président en exercice sans enregistrer de dégâts.  Je peux dire, que c’est une première. Tout ça, c’est à cause des bénédictions de nos parents. Ce que nous devons faire, c’est de poursuivre ces prières et bénédictions, nous aimer les uns des autres. Le nouveau préfet qui est venu nous rendre visite a dit qu’il n’est pas de Labé,  mais depuis 8 ans il est en service à Labé. Ça prouve qu’il connaît Labé. Il a succéder à El Safioulaye bah. Si on demandait au nouveau préfet,  il allait dire de laisser El Safioulaye comme préfet sans être à sa place.  Mais ça ne dépend pas de lui. C’est la situation qui l’oblige. Comme l’administration est une continuité, El Safioulaye qui en France pour une visite médicale m’a appelé pour me dire d’envoyer le véhicule de service au nouveau préfet et les clés de la résidence du préfet.

Le nouveau préfet a dit qu’il va attendre tout cela  jusqu’au retour d’El Hadj Safioulaye qui, si tout va bien comme prévu,  sera à Labé le samedi prochain. Le nouveau préfet, nous avons entretenu de bonnes relations avec lui lorsqu’il était dans son ancien poste avant d’être aujourd’hui préfet. C’est une tradition pour les labekas. Tout administrateur muté à Labé et qui devient utile à la population, il quittera Labé avec tous les honneurs. Mais si c’est le contraire,  même si la population de Labé ne l’aime pas, ils feront tout pour lui obéir comme l’islam le recommande. Ce n’est pas facile de vivre avec les citoyens de Labé.  Vient seulement te mettre à la disposition de tout le monde. Et tout ce qu’il pense être bon pour Labé,  il n’a qu’à se battre pour la chose et il trouvera que nos bénédictions vont l’appuyer.

Colonel Sylvin Sény Camara, nouveau préfet de Labé

En ce qui concerne les nouvelles autorités qui les ont mis à ces postes, Dieu merci,  depuis qu’ils ont pris le pouvoir nous entendons leurs discours et des promesses qui méritent d’être soutenus. Car, s’ils disent qu’ils ont pris le pouvoir pour rétablir la justice, lutter contre la gabegie financière, se battre pour le développement, la paix,  pour le rassemblement de tous les fils de la Guinée,  cela n’est pas difficile à soutenir. C’est ce que nous cherchons tous. La junte s’est engagée sur une voie qui montre qu’ils sont pour le sérieux en disant qu’ils n’accepteront pas les mouvements de soutiens liés aux mamayas inutiles qui vont les empêcher de travailler. Ça prouve qu’ils sont engagés à travailler pour le pays. Si c’est eux qui convoquent telle ou telle entité, c’est normal que ceux qui sont invités répondent pour échanger avec eux.

Nous prions Dieu que la junte puisse lier la parole à l’acte. Si tel est le cas, ils ne heurteront pas aux erreurs du passé. Comme ils sont des intellectuels, ils doivent tirer les leçons du passé,  prendre tout ce qui est bien et rejeter tout ce qui est mauvais. Nous les leaders religieux, ce qui nous revient, c’est de multiplier les sensibilisations pour la paix dans nos différents sermons. Et cela aussi va aider toutes les autorités qui aspirent au développement en prenant tous les citoyens au même pied d’égalité. Nous avons appris que des prisonniers politiques ont été libérés par les nouvelles autorités,  nous remercions Dieu et ceux qui les ont libérés.

Et nous demandons au nouveau préfet que si par hasard il y a des prisonniers politiques à la Maison centrale de Labé, que cette libération soit élargie. C’est ce que nous leur demandons. Le reste,  ils n’ont qu’à rester tranquilles et travailler pour Labé,  les mains libres. Nous n’allons pas les embêter dans leurs bureaux à travers des visites inutiles.  Mais que le nouveau préfet sache une chose, au cas où il nous voit dans son bureau, qu’il sache que c’est pour une affaire importante. Parce que nous n’allons pas les tromper », a confié Elhadj Badrou Bah,  par ailleurs inspecteur régional des affaires religieuses de Labé. 

Labé,  Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com 

Lire