Elhadj Frebory Donzo (Patronat de Guinée) : « on est parti montrer notre division devant le Colonel Doumbouya »

16 septembre 2021 à 20 08 30 09309
Elhadj Frebory Donzo, président de l’Union Nationale des Transporteurs Routiers de Guinée

Comment annoncé précédemment, le CNRD a rencontré ce jeudi, 16 septembre 2021, le patronat guinéen au palais du peuple. Mais, en lieu et place d’un Patronat, ce sont quatre organisations se disputant la paternité du Patronat guinéen qui sont présentées devant le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD). Et, face à la division dont les ‘’patrons’’ ont fait preuve, le CNRD les a simplement renvoyé avec des conseils pour mieux s’organiser.

Au sortir de l’hémicycle, Elhadj Frebory Donzo, président de l’union nationale des transporteurs routiers et membre du Patronat de Guinée, a laissé entendre que le secteur privé guinéen est allé exhiber sa « division » devant le colonel Mamady Doumbouya.

Elhadj Frebory Donzo, président de l’Union Nationale des Transporteurs Routiers de Guinée

« Vous savez, le secteur privé, on est parti montrer notre division devant le Colonel dans la salle. Parce qu’en suivant des différentes interventions, vous vous rendrez compte que le secteur privé n’est pas uni. Avec les multitudes Patronats, on a demandé à ce qu’on s’organise et qu’on reste un seul Patronat. Je crois ça donne une méditation au secteur privé. Nous devons nous rencontrer et essayer d’organiser ce secteur. Parce que dans la salle, il y avait quatre (4) Patronats. Quatre Patronats qui ont parlé. Il y a des Patronats qui étaient représentés par deux têtes. Avec ça, est-ce qu’on peut nous porter confiance ? Nos attentes, vous savez, il est très tôt de parler. On observe. Nous sommes entrain d’observer et ils sont à la recherche d’un chemin. C’est ça la vérité », a indiqué Elhadj Frebory Donzo.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Lire

Elhadj Habib Hann, président du CNP-Guinée : « il était temps qu’il y ait une nouvelle gouvernance »

16 septembre 2021 à 20 08 05 09059
Elhadj Habib Hann, président du CNP-Guinée

Le changement de régime intervenu en Guinée suite au coup d’Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé, est vivement salué par Elhadj Mohamed Habib Hann, président du conseil national du patronat de Guinée (CNP-Guinée). L’opérateur économique espère que l’arrivée des militaires au pouvoir permettra de soigner les maux dont souffre le secteur privé guinéen, plus que jamais divisé. Il l’a dit au micro d’un journaliste de Guineematin.com, au sortir de la rencontre ce jeudi, 16 septembre 2021, entre le CNRD (la junte au pouvoir) et les organisations patronales du pays.

Elhadj Habib Hann, président du CNP-Guinée

« J’étais à Paris, je suis rentré hier pour répondre à l’appel du colonel Doumbouya. Ma présence ici consistait d’abord à exprimer réellement la satisfaction de ma personne, de mon bureau exécutif et du conseil national du patronat de Guinée, sans oublier le secteur privé tout en entier. Il était temps qu’il y ait une nouvelle gouvernance et il est encore temps qu’il y ait une refonte totale, une restructuration du secteur privé guinéen. Cette instrumentalisation du secteur privé guinéen, des patronats, c’est terminé. Nous n’accepterons plus qu’il y ait du favoritisme, qu’il y ait de l’exclusion et que cela fasse partie des habitudes et du quotidien des Guinéens.

Des opportunités énormes se sont offertes à nous, on doit les saisir avec l’arrivée du colonel Doumbouya. Nous lui avons dit que nous sommes prêts à l’accompagner. On a vu son beau sourire et je pense que c’était une satisfaction », a déclaré le PDG de la SONAG (Société Nouvelle des Assurances de Guinée). Elhadj Mohamed Habib Hann a mis aussi l’occasion à profit pour conseiller la junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya « à ne pas accepter l’instrumentalisation du secteur privé guinéen et à faire en sortir que ce secteur soit complètement dépolitisé ».

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com 

Tel: +224 622 07 93 59 

Lire

Ismaël Doumbouya de ‘’SAER Group’’ sur la rencontre avec le CNRD : « nous sommes rassurés de ce qui a été dit »

16 septembre 2021 à 20 08 01 09019
Ismaël Doumbouya, chef des opérations de SAER GROUP

Comme annoncé précédemment, le CNRD (la junte militaire au pouvoir actuellement en Guinée) a conféré ce jeudi, 16 septembre 2021, avec les patrons des sociétés minières implantées en Guinée. Au cours de cette rencontre, les acteurs du secteur minier guinéen ont présenté des doléances au colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD) pour la continuité des activités minières dans le pays. Et, selon Ismaël Doumbouya, chef des opérations de SAER Group, les réponses données par les autorités sont rassurantes.

Ismaël Doumbouya, chef des opérations de SAER GROUP

« Je salue l’initiative du colonel Doumbouya qui a voulu faire participer tout le peuple de Guinée à ces concertations. Nous avons discuté de la Guinée et de son avenir. Les difficultés auxquelles nous sommes confrontées ont été également évoquées dans la salle. Nous avons exprimé nos attentes vis-à-vis du CNRD. Voilà entre autres points que nous avons soulevés. Nous remercions les nouvelles autorités. Car, depuis qu’ils sont là, nous (acteurs miniers) avons eu beaucoup d’assurances de leur part. Ce coup d’État a été l’un des rares qui, dès le lendemain, les gens ont vaqué à leurs activités. On peut en être fier. Nous sommes rassurés de ce qui a été dit par les autorités. Nous sommes dans un régime exceptionnel ; mais, il n’y a pas à s’inquiéter, puisque les nouvelles autorités nous ont rassurés dès le lendemain de ce coup d’État. Les propos d’aujourd’hui aussi nous rassurent. Et, je pense bien qu’ils vont respecter les engagements », a dit Ismaël Doumbouya.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Xander Alferink de West Africa Développement : « les engagements nationaux et internationaux doivent être respectés »

16 septembre 2021 à 19 07 49 09499
Xander Alferink, directeur général de la société d’exploitation par dragage WAD (West Africa Développement)

Invités au palais du peuple ce jeudi, 16 septembre 2021, dans le cadre des concertations nationales avec le CNRD (la junte militaire actuellement au pouvoir en Guinée), les partons des entreprises minières installées en Guinée se sont avec beaucoup d’espoir des pourparlers avec le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD). La nature des allocutions a visiblement séduit ces miniers qui, naturellement, ont exposé aux autorités quelques problèmes qui les assaillent.

A en croire Xander Alferink, le directeur général de West Africa Développement (une société d’exploitation d’or par dragage basé à Siguiri), tout porte à croire que la Guinée est sur la bonne voie. Et, il faut faire en sorte de respecter les engagements pris.

Xander Alferink, directeur général de la société d’exploitation par dragage WAD (West Africa Développement)

« Notre rencontre avec le CNRD a été pour les acteurs miniers d’exprimer nos préoccupations. Dans les discours, les intervenants ont énoncé plusieurs spécificités. Et, moi je pense que c’est une grande opportunité pour nous et pour tous les guinéens de réarranger les choses. Nous sommes déjà en bonne route, mais il faut faire quelque chose. Ça c’est clair. Au cours des échanges, j’ai entendu plusieurs problèmes spécifiques comme le problème des orpailleurs. Mais, pour le moment, je pense qu’il faut avoir une plate-forme pour continuer. Les engagements nationaux et internationaux doivent être respectés. En ce qui nous concerne, il n’y a pas de problème, on peut continuer comme à faire les concertations pour mieux harmoniser les choses. Parce qu’il faut quand-même faire quelque pour le développement de ce pays. Nous sommes vraiment contents de la démarche entamée par le colonel Mamady Doumbouya et son équipe », s’est réjoui Xander Alferink.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: +224622919225

Lire

Ansoumane Kaba, président du CNPG : « la rencontre avec le CNRD a été très fructueuse »

16 septembre 2021 à 19 07 34 09349
Ansoumane Kaba, alias Kaba Guiter, président du CNP

Comme annoncé précédemment, le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) a reçu ce jeudi, 16 septembre 2021, les présidents des organisations patronales du pays. La rencontre s’inscrit dans le cadre des consultations nationales entamées mardi dernier et qui doivent déboucher sur l’élaboration d’une feuille de la transition.

Selon Ansoumane Kaba, alias Kaba Guiter, président du conseil national du patronat guinéen (CNPG), la rencontre a été « très fructueuse ». Au micro de Guineematin.com, le PDG du Groupe Guiter a indiqué que le colonel Mamady Doumbouya a instruit les acteurs du secteur privé à s’unir pour être plus efficaces.

Ansoumane Kaba, alias Kaba Guiter, président du CNP

« La rencontre s’est bien passée. Elle a été une rencontre très fructueuse, parce que la vision du président qu’il a exprimée, va dans le sens d’avoir un secteur privé dynamique. Il a instruit que le secteur privé soit un et indivisible. Et c’est ce qui a été la mesure la plus importante. Parce que depuis 37 ans, nous avons un secteur privé divisé, parce que la politique s’est mêlée et ça a amené certains à penser qu’ils peuvent être des patrons.

Et, aujourd’hui, le président nous a instruits et je pense que tout le monde a compris que nous devons nous organiser à avoir un seul patronat. Nous allons avoir par après une chambre de commerce qui va être la chambre de commerce nationale, qui sera aussi mise en place. Parce que depuis 20 ans, on n’a pas de chambre de commerce. Or, il a été clairement dit que le CNRD est partenaire du secteur privé », a dit M. Kaba.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Frédéric Bouzigues de la ‘’SMB’’ : « Nous continuerons à assumer tous nos engagements »

16 septembre 2021 à 19 07 22 09229
Frédéric Bozick, directeur général de la SMB, Administrateur du Consortium Winning

Comme annoncé précédemment, le marathon de concertation entre le CNRD (la junte militaire qui a déposé Alpha Condé le 05 septembre dernier), les forces vives et les partenaires de la Guinée s’est poursuivi ce jeudi, 16 septembre 2021, au palais du peuple. Le président du CNRD, le colonel Mamady Doumbouya, a entamé la journée avec les patrons des entreprises minières. Et, au cours de cette de leur tête-à-tête, des engagements ont été pris de part et d’autre.

Selon Frédéric Bouzigues, le directeur général de la SMB et administrateur du Consortium Winning, les sociétés minières ont surtout réitéré leur volonté de continuer à assumer leurs engagements vis-à-vis de l’État et des communautés.

« Cette rencontre s’est déroulée dans la sérénité ; et, beaucoup de messages forts ont été véhiculés. Des messages qui rassurent l’ensemble du secteur minier ; et, au-delà, l’ensemble des opérateurs économiques. Nous sortons d’une réunion très satisfaites. Nous avons entendu le message du président du CNRD, le Colonel Mamady Doumbouya. L’ensemble des collègues miniers, le président  de la Chambre des Mines de Guinée, ainsi que le secrétaire général des Mines et de la Géologie ont pu s’exprimer. Nous avons signifié notre engagement et notre volonté de rassurer l’ensemble de nos investisseurs pour pouvoir continuer notre travail et relever les défis qui sont face à nous. Nous continuerons à assumer tous nos engagements vis-à-vis de l’État et des communautés. C’est une chance extraordinaire que nous avons aujourd’hui pour pouvoir continuer à travailler ; mais, surtout d’aller au-delà des engagements pour faire du potentiel guinéen un vrai levier pour l’ensemble de l’économie de manière transversale. Les nouvelles autorités nous rassurent, parce que le jour de leur prise du pouvoir, elles ont pris des mesures pour la continuité de nos opérations, à savoir : l’ouverture des frontières maritimes, puis aériennes. Nous restons à la disposition entière des nouvelles autorités du pays pour pouvoir continuer à les accompagner. Parce que nous avons cette confiance dans ce secteur à fort potentiel qui pourra en tous les cas servir durablement le pays », a indiqué Frédéric Bouzigues.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Lire

Secteur privé guinéen : Fatima Diawara réclame des marchés à la junte

16 septembre 2021 à 18 06 20 09209
Fatima Diawara, PDG F2B BTP

Fatima Diawara, citoyenne guinéenne revenue de la France avec une société des travaux publics et des transports (BTP F2B) était de ceux qui ont répondu présents à l’appel du CNRD dans l’après-midi de ce jeudi, 15 septembre 2021, au Palais du peuple, où les autorités militaires ont conféré avec les représentants du patronat guinéen.

Interrogée par la presse dont Guineematin.com à sa sortie de la salle, la patronne de F2B BTP, tout en réitérant sa disponibilité à accompagner la junte au pouvoir, a plaidé pour une meilleure intégration des femmes dans la vie publique guinéenne.

Fatima Diawara, PDG F2B BTP

« Nous avons répondu à l’appel du Président du CNRD en vue de permettre au secteur privé guinéen de participer au développement de la Guinée. Vous savez que c’est le secteur privé qui crée la richesse, donne de l’emploi et développe un pays. Moi je suis là, non seulement en ma qualité de Présidente du réseau des femmes entrepreneures de Guinée, PDG du groupe F2B BTB et également Présidente du mouvement diaspora pour une Guinée unie et prospère. Cette rencontre nous a permis d’exposer au Président du CNRD notre vision et de lui faire des propositions concrètes sur ce que nous pouvons apporter au pays et aux autorités. Nous demandons aux autorités d’aider les femmes à trouver des marchés et à appuyer les femmes entrepreneures évoluant dans le secteur privé.  Hier, lors de la rencontre avec la diaspora, nous l’avons dit au Président. Nous voulons que le Président aide les femmes à développer le secteur privé. Généralement, celles-ci sont minoritaires et elles méritent d’être épaulées », a plaidé Fatima Diawara.

Se gardant soigneusement de se prononcer sur le coup de force qui a renversé le Pr Alpha Condé du pouvoir, la PDG de F2B BTP rappelle qu’elle est une femme d’affaires et les affaires sont peu regardantes sur ce qui se passe au sommet de l’Etat.

« Moi je suis une femme d’affaires et tout ce que nous demandons aux autorités du CNRD, c’est de nous créer de meilleures conditions d’épanouissement. Le secteur privé a juste besoin d’un bon climat des affaires pour évoluer et créer des richesses et d’emplois pour le pays. Nous voulons un développement des entreprises locales. Habituellement, ce sont les multinationales qui viennent rafler les marchés, prendre l’argent et l’exporter. Alors que les entreprises locales, crée de l’emploi, la richesse et n’exporte pas l’argent qu’elles gagnent. Et mieux l’Etat devrait exiger aux multinationales qui évoluent dans les mines de payer plus et de s’abstenir d’exécuter de petits marchés qui reviennent de droit aux PME et PMI locales. C’est à cela qu’on peut aider à développer les entreprises locales. Et faciliter également les paiements et éviter les retards », a sollicité cette responsable de la diaspora guinéenne.

Selon le calendrier du CNRD, le programme de concertations nationales pour une transition inclusive et apaisée prendra fin demain vendredi avec les responsables des banques, des sociétés de micro finances et les centrales syndicales.

A la suite de ces concertations, les Guinéens attendent de la junte militaire la publication de sa feuille de route, la nomination d’un Premier ministre et la mise en place du gouvernement d’union nationale qu’elle a annoncé à la prise du pouvoir.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Guinée : voici le discours nationaliste du colonel Doumbouya devant les miniers

16 septembre 2021 à 18 06 03 09039

Je réaffirme de façon solennelle l’engagement du peuple de Guinée, du CNRD et de moi-même, à ne ménager aucun effort quant à la protection et à la sécurité des investisseurs étrangers en Guinée. Tout en vous rappelant que ses ressources sont non renouvelables, je voudrais vous inviter au respect strict des obligations légales et contractuelles.

Le CNRD et le secteur minier ont une communauté d’intérêt. La préservation de ces intérêts nécessite le renforcement des équilibres et le maintien du dialogue. C’est pourquoi, la Guinée restera toujours attachée au respect des normes et principes de transparence et de bonne gouvernance, prônées par l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). Entre autres, dans cette dynamique, une attention particulière sera accordée au respect du contenu local. 

Aucune entreprise avec des intérêts étrangers ne pourrait être désignée pour faire la construction et la maintenance des routes non goudronnées et des bases-vies, sauf s’il y a un constat d’incapacité des entreprises locales. Cette mesure concerne aussi le transport des minerais, notamment par voie terrestre et pour le transport des travailleurs.

Il convient aussi d’accorder la priorité aux nationaux dans tous les concours de recrutement aux différents postes y compris les cadres des directions, en particulier les ressources humaines, au développement communautaire, la communication et les relations extérieures. En ce qui concerne les directeurs généraux, les sièges sociaux de leurs sociétés doivent être basés en Guinée. Le respect scrupuleux des normes environnementales et sociales par les compagnies est impératif. Nous y veillerons particulièrement. 

Dans le même ordre d’idées, j’interpelle les employeurs à tous les niveaux, d’accorder une attention particulière aux obligations de santé, de sécurité et de protection sociale. Aussi, la participation non contributive de l’Etat dans les sociétés en phase de production et celles en phase de développement doit être assurée. Une ouverture suffisante pour les contributions à des coûts historiques ou basées sur le marché doit être envisagée. De même, toutes les transactions commerciales et financières y compris entre maisons-mères et filiales doivent être portées préalablement à la connaissance de l’Etat et des dispositions fiscales conventionnelles ou de droit commun pourraient être applicables. 

Je voudrais rappeler l’importance du Fonds de développement économique local (FODEL) et du Fonds national de développement local (FNDL) en tant qu’outils de financement des communautés locales impactées par les activités minières. Des dispositions spécifiques seront prises pour l’utilisation efficiente et transparente en faveur des communautés locales. La Guinée a longuement souffert de la malédiction des ressources. Le pays dispose d’un potentiel minier incontesté, mais les populations demeurent dans une pauvreté visible. Nous devons travailler ensemble pour que cette malédiction se transforme en opportunité d’amélioration des conditions de vie des populations.

Pour cela, la transformation des matières premières et la diversification des activités minières telles qu’envisagées dans la plupart de vos conventions deviennent impératives. Vos obligations dans ce cadre doivent être respectées sans délai. Si les investissements réalisés dans le secteur des mines ont été principalement dans la bauxite et l’or ces dernières années, nous devons mettre tout en œuvre pour favoriser la production d’autres minerais dont le fer.

Si nous pouvons nous satisfaire de l’accroissement du volume de la production de bauxite, les retombées sur l’économie guinéenne ne sont pas encore pleinement satisfaisantes. Nous devons donc accélérer la deuxième phase de la chaîne des valeurs, c’est-à-dire la transformation de la bauxite en alumine, ensuite en aluminium dans le pays. 

Dans la logique des équilibres des droits et des devoirs de chacun et de tous, nous ne transigerons pas sur certains points tels que l’existence de transparence dans les relations Etat et opérateurs, le respect des obligations contenues dans les conventions, la fiscalité, la redistribution des richesses à travers notamment les différents régimes de contribution, la préservation de l’environnement et la responsabilité vis-à-vis des générations futures, l’intensification de la recherche scientifique et de la protection géologique. Il est temps que le secteur minier joue son levier d’entraînement pour les autres secteurs de l’économie nationale à savoir : l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’industrie manufacturée, les infrastructures…

Enfin, il convient de renforcer le partenariat gagnant-gagnant, afin que chacun des deux parties puisse bénéficier des retombées de l’activité minière. Nous attendons vos propositions et suggestions relatives à la réussite de la transition.

Propos décryptés par Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Lire

Fodé Konaté de la société Kouroussa Gold Mine : « nous avons souhaité que l’Etat garantisse la sécurité du sites miniers »

16 septembre 2021 à 17 05 57 09579
Fodé Konaté, représentant de la société minière Kouroussa Gold Mine S.A

Comme annoncé précédemment, le CNRD (la junte militaire au pouvoir actuellement en Guinée) a conféré ce jeudi, 16 septembre 2021, avec les patrons des sociétés minières implantées en Guinée. Au cours de cette « rencontre de prise de contact », les acteurs du secteur minier guinéen ont présenté des doléances au colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD) pour la continuité des activités minières dans le pays.

Selon Fodé Konaté, le représentant de la société Kouroussa Gold Mine à ce tête-à-tête, il a été notamment demandé au CNRD de s’impliquer et garantir la sécurité des sites miniers et les infrastructures.

Lisez !

Fodé Konaté, représentant de la société minière Kouroussa Gold Mine S.A

« La rencontre s’est déroulée dans un atmosphère assez décontracté. Il était question de faire un état de lieux de la situation des sociétés minières. Donc, certains ont eu la chance d’expliquer un peu leurs problèmes. Il était question à priori de faire la situation des sociétés minières par catégories, c’est-à-dire celles qui sont en phase de recherche, en phase de construction et en phase d’exploitation. Pour chaque phase des sociétés, il y a eu des intervenants qui ont évoqué tous les problèmes qui assaillent le secteur. Et, si ces problèmes sont résolus, le secteur minier va jouer son rôle de moteur de développement économique de la Guinée. Le colonel Mamady Doumbouya, président du CNRD, nous a dit qu’ils sont à la disposition de tout le monde. Il voudrait que le secteur minier continue à travailler et jouer pleinement son rôle de support à la croissance économique. Et, pour cela, il donne toute la garantie à toutes les sociétés minières de continuer leurs activités. Et, comme vous le savez, dès le lendemain de la prise du pouvoir le 5 septembre 2021, le cours du travail a continué. Aucune société minière n’a interrompu ses activités à cause du reversement du pourvoir. Les spécificités des garanties, c’est la sécurité sur les sites. Parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a souvent des actes de vandalisme sur les sites. Donc, ils veilleront à ce que l’Etat sécurise les infrastructures, notamment conte ces mouvements qu’il y a lieu souvent sur les sites miniers. Et, donc, nous sommes une société en phase de construction. Nous, notre préoccupation c’est la garantie sur la sécurité du site. Alors, la cohabitation avec les orpailleurs nous préoccupe. Donc, nous avons souhaité que l’Etat s’implique et garantisse pour nous la sécurité des sites miniers. Parce qu’aujourd’hui, les communautés pensent qu’elles ont le droit investir les sites ; alors que cela ne garantie pas les investissements directs dans le secteur minier. Cette situation a été évoquée par plusieurs sociétés ; et, nous nous alignons derrière cette démarche », a dit Fodé Konaté.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel: +224622919225

Lire

Bobo Lopy au sortir de la rencontre avec le CNRD : « le Colonel Doumbouya écoute beaucoup et parle peu »

16 septembre 2021 à 17 05 48 09489
Elhadj Mamadou Aliou Bah, Super Bobo

Le patron de la junte au pouvoir qui a renversé le Pr Alpha Condé le 5 septembre, a reçu ce jeudi 16 septembre 2021 dans l’après-midi, les membres du patronat guinéen, au Palais du peuple, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Au sortir de la rencontre consacrée aux concertations nationales pour une transition apaisée et inclusive, Elhadj Mamadou Aliou Bah, dit Bobo Lopy ou super Bobo n’a pas caché ses sentiments de satisfaction à l’endroit du Colonel Mamady Doumbouya et de ses compagnons d’armes.

Elhadj Mamadou Aliou Bah, Super Bobo

« Le Président du Conseil national du rassemblement et du développement (CNRD), le Colonel Mamady Doumbouya, nous a reçus et nous on a échangé. C’est quelqu’un qui écoute beaucoup et qui parle peu. Nous sommes sortis contents de la rencontre. C’est un jeune qui pense du bien à la Guinée et pour l’avenir des Guinéens. C’est une très bonne chose. Et nous sommes vraiment contents de lui », a souligné Super Bobo.

Au cours des échanges, les patrons guinéens du secteur privé se sont montrés coopératifs et disponibles à travailler avec les nouvelles autorités, pour peu que le climat des affaires soit propice, les investisseurs et les investissements sécurisés et que l’Etat assure un arbitrage et une régulation conformément aux textes de loi.

« Les autorités doivent aider le secteur privé à s’épanouir. Nous sommes prêts à accompagner le Colonel Doumbouya et le CNRD. Nous avons besoin que les choses changent pour le secteur privé, que l’Etat prenne ses responsabilités pour diminuer la souffrance aux Guinéens », a conclu Bobo Lopy.

Avant cette rencontre avec le patronat guinéen, les autorités du pays avaient conféré dans la matinée de jeudi avec les responsables des sociétés minières et sous-traitants. Demain vendredi, dernier jour de concertations, le CNRD recevra les patrons des banques et micro finances avant de clôturer ce marathon par les centrales syndicales.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Sonny Doumbouya de la société AMR après la rencontre avec le CNRD : « nous avons eu une garantie »

16 septembre 2021 à 17 05 37 09379
Sonny Doumbouya, Directeur Général adjoint AMR SARL

Comme annoncé précédemment, le CNRD (la junte militaire au pouvoir actuellement en Guinée) a conféré ce jeudi, 16 septembre 2021, avec les patrons des sociétés minières implantées en Guinée. La rencontre s’est déroulée à huis-clos à l’hémicycle (au palais du peuple), loin des caméras des journalistes. Mais, selon Sonny Doumbouya, le directeur général adjoint de la société AMR, de nombreux points en lien avec la continuité des activités minières dans le pays ont été énumérés. Il s’agit principalement des questions de financement, de la sécurisation des zones minières et des acteurs miniers et des problèmes liés à la création d’emplois et la promotion du contenu local.

Lisez !

Sonny Doumbouya, Directeur Général adjoint AMR SARL

« C’était une prise de contact avec la junte militaire. Une occasion pour nous de communiquer avec les nouvelles autorités qui sont en place. Le président du CNRD (Colonel Mamady Doumbouya) a exprimé ses souhaits et il nous a aussi lancé un message. Et, ce message, nous l’avons reçu. Nous aussi, à notre tour, on lui a exprimé exactement nos doléances et ce que nous attendons de lui. Donc, je pense que ça été une réunion de concertation positive et la leçon a été tirée. Mais, les concertations vont continuer ; et, je pense que ça serait pour le bien de notre nation. Pour les sociétés qui sont en phase de développement et en phase d’exploration, il s’agissait bien sûr du financement. Parce qu’il y a un problème de financement qui se pose actuellement en Guinée. Et, ce problème de financement, c’est que les banques primaires et la banque centrale ne sont pas impliquées pour aider et pour assister les sociétés qui sont en phase d’exploration et de développement. Donc, on a aussi discuté des questions sécuritaires sur les zones minières, à savoir si la junte pouvait nous garantir la sécurité des zones minières et des miniers. Egalement, nous avons parlé de certaines difficultés que nous avons actuellement et qui consiste à la création des emplois, la mise en place des guinéens au niveau directionnel des sociétés minières. Je pense que ce sont les points dont on a discuté. Maintenant, en tant que Directeur Général adjoint de la société AMR, depuis la prise du pouvoir par le CNRD, il n’y a pas eu d’impact négatif sur nous et sur nos partenaires que sont la SMB et d’autres sociétés. Nous pensons que l’approche a été la bonne ; et, pour le moment, tout est parfait. Donc, nous pensons que si on continue sur ce volet, nous n’allons pas avoir de problème et les investisseurs seront rassurés. Les sociétés qui sont en phase de développement ou qui sont en phase d’exploration seront aussi rassurés de continuer sur la base d’exploitation minière qu’ils ont entamé. Donc, je pense que c’est ça qui doit continuer. Après, on verra maintenant s’il y a d’autres et on pourra travailler là-dessus avec la junte pour pouvoir améliorer certaines conditions que nous avons signalé durant cette concertation. Et, pour vous dire la vérité, nous avons eu une garantie. Parce que c’est la première fois qu’il y ait un coup d’Etat en Guinée et que les gens vont au travail », Sonny Doumbouya.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Ismaël Diakité, président de la chambre des mines : « nous sommes rassurés par les discours des autorités »

16 septembre 2021 à 17 05 24 09249
Ismaël Diakité, président de la chambre des mines

Dans le cadre des concertations nationales en cours, le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) a reçu ce jeudi, 16 septembre 2021, les patrons des sociétés minières implantées en Guinée. Selon Ismaël Diakité, président de la chambre des mines de Guinée, les échanges ont porté sur les grandes préoccupations concernant ce secteur très important de l’économie nationale. Il s’est prêté au micro d’un journaliste de Guineematin.com, au sortir de la rencontre.

« Nous avons décliné nos préoccupations et des réponses appropriées nous ont été données. Vous savez, le secteur minier est un secteur à la fois complexe et très dynamique avec une pluralité d’investisseurs de différentes origines et de différentes exigences. Chacun était venu représenter le domaine où il travaille, que ça soit la bauxite, le minerais de fer, l’or, que ça soit dans le secteur moderne ou dans l’artisanat minier. Donc, chacun a posé ses préoccupations », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le président de la chambre des mines a expliqué les raisons de la hausse du prix de l’alumine, survenu au lendemain du coup d’Etat militaire survenu le 5 septembre dernier. Il se dit rassuré par les discours tenus par les nouvelles autorités du pays, en ce qui concerne le secteur minier. « Le coût de l’aluminium effectivement a augmenté. Il arrive à un sommet important. Depuis 13 ans, ce n’était pas allé à ce niveau-là. Il faut comprendre que la Guinée joue un rôle important dans l’approvisionnement de la chaîne de valeur, de la bauxite jusqu’à l’aluminium. Donc, ça c’est tout naturel.

Mais cela n’a pas eu de répercussion directe sur le coût de la bauxite. Il n’y a aucune menace perceptible et connue jusqu’à ce moment sur le projet de Simandou 1 et 2. Nous continuons à travailler dans le sens du respect de nos obligations. Nous restons toujours rassurés suite aux discours que nous avons entendus. Nous n’avons aucune crainte. Vous savez, depuis les premiers jours du coup d’État, les déclarations étaient en faveur du secteur minier. Qu’il s’agisse du couvre-feu ou du respect des conventions. Donc, ce sont des déclarations qui nous ont rassurés », a dit Ismaël Diakité.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Lire

Transition en Guinée : Maadjou Barry « Angola » du groupe Kebo Energy salue le comportement de la junte

16 septembre 2021 à 17 05 17 09179
Maadjou Barry « Angola » du groupe Kebo Energy

La junte militaire au pouvoir depuis le 5 septembre à la tête de la Guinée continue de dérouler son programme de concertations nationales, lancé mardi dernier, pour une transition inclusive et apaisée. Ce jeudi, 16 septembre 2021, c’était le tour des responsables des compagnies minières et sous-traitants d’être reçus au Palais du peuple par le Colonel Mamady Doumbouya et ses hommes.

Madjou Barry « Angola », connu pour être l’un des fervents militants du RPG/Arc-en-ciel, ancien parti au pouvoir, a pris part à ce rendez-vous avec la casquette de patron du groupe Kebo Energy, un consortium d’entreprises énergétiques et minières de cinq milliards de dollars, s’est prêté aux questions de Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Maadjou Barry « Angola » du groupe Kebo Energy

« La rencontre avec les nouvelles autorités s’est très bien passée. Le Colonel Mamady Doumbouya a donné la parole à tout le monde. Cela nous a permis de nous exprimer et de formuler à l’endroit des nouvelles autorités que nous saluons, de propositions. Et sincèrement, nous avons quitté la salle, très confiants. Moi je dirige un groupe d’entreprises qui s’appelle Groupe Kebo Energy. Nous entendons démarrer l’exploitation de la bauxite en 2023. Nos concessions se trouvent à Gaoual et Télimélé », a indiqué l’homme d’affaire.

S’exprimant sur le coup d’Etat qui a déchu le Pr Alpha Condé, son ami et Président de parti, Madjou Barry ne rougit pas et tresse même des couronnes aux auteurs du putsch.

« Moi, personne ne m’a inquiété. Aucun autre membre du RPG n’e’st inquiété. Pourtant moi je suis du RPG Arc-en-ciel, mais nous saluons le Colonel Doumbouya et ses hommes. C’est une première en Guinée et même dans le monde, qu’il y ait un coup d’Etat et le lendemain et que les gens vaquent à leurs affaires. Le Président est bien traité également. Puisque nous connaissons ce qui s’est passé en Haïti. Donc nous remercions les nouvelles autorités qui ont rassuré les milieux économiques et financiers du pays. Dès le lendemain du coup d’Etat, ils ont publié des communiqués qui ont permis le bon déroulement des activités économiques et minières dans le pays. C’est très important », souligne M. Barry qui appelle la communauté internationale à ne pas sanctionner la junte au pouvoir encore moins la Guinée qui cherche à sortir de ses difficultés.

Pour ce cacique de l’ancien parti présidentiel, le pays n’était pas dirigé par le RPG mais par un clan mafieux et affairiste qui a trompé le Pr Alpha Condé.

Les travaux de concertations avec les composantes nationales élargies aux pays amis se poursuivent au Palais du peuple avec les différentes organisations patronales du pays.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Kankan : le corps sans vie d’un petit garçon retrouvé à Heremakonon 2

16 septembre 2021 à 16 04 45 09459

Cette découverte macabre a eu lieu dans la nuit d’hier, mercredi 15 septembre 2021, dans le secteur 4 du quartier Heremakonon, dans la commune urbaine de Kankan. Le corps de ce petit garçon qui serait âgé d’environ 7 ans flottait dans un bassin rempli d’eau.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est aux environs de 21 heures que ce corps a été découvert.

« Je loge ici il n’y a pas longtemps ; mais, mon combat, chaque fois, c’est de chasser les enfants d’ici (le bassin d’eau). Avec cette saison pluvieuse, l’eau a rempli le bassin ; et, les enfants viennent avec les échelles pour y descendre. Quand ils entendent le bruit de ma moto, ils prennent la poudre d’escampette. Hier nuit, à 21 heures, c’est un groupe de femmes qui m’a alerté qu’il y a un corps sans vie derrière notre maison. Mais, puisque moi je suis étranger ici, je leur ai dit d’aller informer le chef quartier », a expliqué Alkaly Tounkara.

Aussitôt informé, le chef quartier de Heremakonon2, Elhadj Fadama Condé, s’est rendu sur les lieux.

« C’est à 21 heures que je suis arrivé ici sous la pluie. Effectivement, on a trouvé le corps en train de flotter dans l’eau. C’est un enfant d’environ 7 ans, avec un pantalon, une chemise et une paire de chaussures posés à côté du bassin. J’ai demandé si quelqu’un a signalé la perte de son enfant dans le quartier, mais il se trouve que personne n’a fait de déclaration. Pour l’instant, on ne connaît pas ses parents et je ne connais pas la cause de son décès », a dit Elhadj Fadama Condé.

Face à cette situation, le chef quartier de Heremakonon2 a informé la protection civile de Kankan. Celle-ci a dépêché une équipe sur le terrain pour sortir le corps de l’eau et le transporter à l’hôpital régional de Kankan.

« Quand mon commandant m’a alerté, j’ai rapidement réuni une équipe pour venir ici (à Heremakonon). On est venu trouver le corps dans un bassin, on l’a remonté, mais on n’a pas pu l’identifier. Ses parents ne sont pas connus. Le corps n’a pas passé 24 heures dans l’eau, puisqu’il n’est pas en état de décomposition », a précisé Sankoumba Fadiga, le commandant adjoint de l’unité de la protection civile de Kankan.

Pour l’heure, on ignore les causes de la mort de ce petit garçon. Mais, dans le quartier, c’est la thèse d’une « noyade » qui est la plus répandue.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Dr Lamine Dieng de ‘’BCM Group International’’ : « Le CNRD s’est inscrit dans une dynamique de comprendre le secteur minier »

16 septembre 2021 à 16 04 39 09399
Dr Lamine Dieng, représentant de BCM Group International

Comme annoncé précédemment, dans le cadre des concertations nationales ouvertes au palais du peuple pour une transition apaisée et réussie en Guinée, le CNRD (la junte militaire au pouvoir actuellement en Guinée) a conféré ce jeudi, 16 septembre 2021, avec les patrons des sociétés minières implantés dans le pays. Cette rencontre a permis d’échanges fructueux et rassurants entre les parties. Et, selon Dr Lamine Dieng, représentant de BCM Group International, le CNRD s’est inscrit dans une dynamique de comprendre le secteur minier.

Lisez !

« En tant qu’expert du secteur minier en Guinée, je pense que c’est un rapprochement qui est salutaire et qui est noble. Le CNRD s’est inscrit dans cette dynamique de comprendre le secteur minier. Et, il ne pourra le comprendre qu’à partir de nous qui sont les acteurs dans ce secteur. Donc,   aujourd’hui la rencontre s’est bien passée. Il y a pas mal d’activités que nous allons entreprendre ensemble avec le CNRD pour que vraiment le secteur minier se comporte très bien. C’est surtout au niveau du marché financier que le président Doumbouya a mentionné quelque chose de très important. Vous savez que la Guinée est le deuxième pays exportateur de bauxite, derrière l’Australie. Je pense que les deux années qui vont suivre, on risque de surpasser l’Australie et ça c’est un atout principal. Surtout que la Chine même a créé quelque chose de très important chez elle et elle en profite de cette exploitation bauxitique de la Guinée. Je pense qu’on fera des mémorandums par rapport à cela pour que le CNDR comprenne et que l’on crée de la valeur ajoutée au niveau de la bauxite en Guinée. On n’a pas de crainte et je pense que c’est rassurant. On a vu dès après le 5 septembre, il y a eu une levée du couvre-feu ; et, cela a été saluée même au niveau international que les activités minières continuent et d’ailleurs vous avez vu que ça continu. Nous, on a des investisseurs dans les avions, ils sont près à venir. Malgré c’est un coup d’Etat qui a été fait ; mais, ça rassure les investisseurs qui veulent investir en Guinée », a indiqué Dr Lamine Dieng.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tel: 622 68 00 41

Lire

Mamady Youla, ancien PM d’Alpha Condé : « le message des nouvelles autorités est rassurant »

16 septembre 2021 à 15 03 41 09419
Mamady Youla, PDG de la société des mines de fer de Guinée (SMFG)

L’ancien premier ministre guinéen, Mamady Youla, a pris part à la rencontre entre le CNRD (la junte au pouvoir en Guinée) et les patrons des sociétés minières évoluant dans le pays. Rencontre tenue ce jeudi, 16 septembre 2021, au Palais du peuple, à Conakry, dans le cadre des concertations nationales sur la conduite de la transition.

Au sortir des travaux, le PDG de la société des mines de fer de Guinée (SMFG) s’est exprimé au micro d’un reporter de Guineematin.com qui était sur place. Il a exprimé un sentiment de satisfaction, car il trouve le message des nouvelles autorités guinéennes rassurant.

« Nous avons répondu à l’invitation des autorités, nous avons écouté leur message. C’est un message rassurant puisqu’ils ont veillé à ce qu’il y ait une continuité des activités sans interruption. Nous saluons déjà cela, nous saluons également la volonté de dialogue. Nous sommes au début d’un processus. Aujourd’hui, c’était une rencontre juste formelle, nous allons travailler sous la coordination du ministère des mines. Nous sommes acteurs du secteur minier, notre responsabilité, c’est de veiller à ce que les activités se poursuivent sur le terrain », a déclaré l’ancien premier ministre d’Alpha Condé.

Propos recueillis par Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Lire

Muhammed Barry (Barry Timbo) de BTC- Guinée, après la rencontre avec le CNRD : « Nous sommes très satisfaits »

16 septembre 2021 à 15 03 35 09359
Muhammed Barry, alias Barry Timbo, PDG de la société BTC- Guinée

Dans le cadre des concertations nationales ouvertes au palais du peuple pour une transition apaisée et réussie en Guinée, le CNRD (la junte militaire au pouvoir actuellement en Guinée) a conféré avec les patrons des sociétés minières implantés dans le pays. Et, apparemment, le président du CNRD (le colonel Mamady Doumbouya) a trouvé les mots qu’il faille pour rassurer les acteurs miniers. Car, au sortir de ce tête-à-tête, Muhammed Barry (plus connu sous le nom de Barry Timbo), le PDG de la société BTC- Guinée, s’est dit rassuré à 100%.

« Nous sommes très satisfaits de notre entretien avec le président du CNRD. Il convient d’appuyer et d’encourager les sociétés minières guinéennes qui évoluent dans le domaine de la bauxite et de l’or. Nous sommes très satisfaits. Il (le colonel Mamady Doumbouya) a donné toute sa voix et son engagement ferme vis-à-vis de nous. Il a dit qu’il va recevoir et soutenir surtout nous les jeunes guinéens qui voulons investir dans le pays, dans l’intérêt de tout le monde. Il nous rassure à 100% », Muhammed Barry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Mata Barry de ‘’Dynamic Minning’’, après la rencontre avec la junte : « le Colonel Doumbouya a demandé que le contenu local soit promu »

16 septembre 2021 à 15 03 29 09299
Mata Barry, directrice des relations extérieures de ‘’Dynamic Minning’’

Ce jeudi, 16 septembre 2021, marque la troisième journée des concertations nationales entre le CNRD (la junte militaire actuellement au pouvoir en Guinée), les forces vives et les partenaires de la Guinée. Le colonel Mamady Doumbouya (le président du CNRD) a conféré en fin de matinée avec les patrons des sociétés minières implantées dans le pays. On ignore sur quoi ont réellement porté les échanges à l’hémicycle ; mais, selon Mata Barry, directrice des relations extérieures de ‘’Dynamic Minning’’, le président du CNRD a beaucoup insisté sur la promotion du contenu local dans le secteur minier.

« Depuis que le président du CNRD a pris le pouvoir, il invite tout le monde à discuter avec eux. Le secteur minier est déjà une priorité pour lui ; parce que dès qu’il a pris le pouvoir, il a demandé à ce que le secteur continue à opérer. Donc, il nous a invités et il avait une oreille très attentive. C’était très important et on l’a su par les mouvements de sa tête. Il a demandé aussi à ce que les gens l’envoient des mémorandums afin qu’il sache lire leurs problèmes. Et, surtout, ce qui était très intéressant ici, pour moi, en tant que guinéenne, c’était la promotion du contenu local. Il a demandé à ce que le contenu local soit promu tant sur le recrutement des locaux et leur formation, que l’engagement des sous-traitants. Il a demandé aussi à ce que les directeurs des relations communautaires soient des guinéens, que les directeurs des relations extérieures soient des guinéens. Que les DRH aussi soient de Guinéens. Donc, ce qui veut dire qu’il pense beaucoup aux guinéens.

Ensuite, il a demandé à ce qu’on lui parle de nos problèmes. Et, je pense qu’il va trouver des solutions. Il nous rassure de la sécurité des investissements, parce qu’effectivement les investisseurs ont besoin d’être rassurés. Les besoins spécifiques, c’est toujours garantir les investissements, créer un bon environnement pour les investissements et traiter tous les investisseurs au même pied d’égalité. Et, je pense qu’il va le faire », a indiqué Mata Barry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Lire

Chérif Abdallah : « nous allons travailler avec les militaires pour le décollage économique de notre pays »

16 septembre 2021 à 15 03 01 09019
Chérif Mohamed Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

Exilé depuis janvier dernier au Sénégal, le président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) est rentré en Guinée, après le coup d’Etat militaire qui a renversé le président Alpha Condé. Chérif Mohamed Abdallah dit être venu pour répondre à l’appel de la junte militaire au pouvoir et travailler avec elle pour permettre au pays de connaître un véritable décollage économique. Il l’a fait savoir ce jeudi, 16 septembre 2021, au Palais du peuple, à Conakry, où il est venu prendre part à la rencontre les nouvelles autorités guinéennes et les organisations patronales, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

« J’ai de l’espoir avec le CNRD et c’est d’ailleurs la raison de ma présence ici, parce que j’étais en exil depuis le 2 janvier 2020. C’est suite au coup de paix et à l’appel du colonel Mamady Doumbouya que je suis rentré avant-hier en Guinée pour répondre à l’appel des nouvelles autorités guinéennes. Et je rappelle que tous les opérateurs économiques guinéens victimes de destruction de biens ont été recensés par mon organisation. Nous avons près de 300 milliards de pertes et près de 2000 opérateurs économiques victimes de destruction de leurs biens. Donc, nous avons des dossiers à gérer, et c’est pourquoi j’ai hâte de rencontrer le colonel et parler avec lui.

Je suis venu pour travailler avec l’équipe du colonel Doumbouya. Je ne suis pas venu pour les accompagner mais pour travailler avec eux, être au cœur du développement économique de notre pays. Nous voulons que ce pays change. Nous voulons la paix et l’unité entre tous les citoyens guinéens, nous voulons le développement de notre pays. Heureusement pour nous, des militaires patriotes ont opéré un changement dans le pays. Donc, nous allons nous donner les mains avec les militaires pour le décollage économique réel de notre pays », a dit le président du GOHA.

Chérif Mohamed Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

Pour que le comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) puisse réussir sa mission, l’opérateur économique donne quelques conseils à ses responsables. « Nous disons d’abord aux militaires qu’ils ont opéré un coup de paix en Guinée et non un coup d’Etat. Maintenant, le premier conseil que j’ai à leur donner, c’est de s’atteler à la sécurité des personnes et des biens. Parce moi par exemple, comme tant d’autres, c’est sous les menaces et de l’insécurité que j’ai quitté le pays pour aller en exil. Et nous souhaitons avoir une transition apaisée qui va déboucher l’organisation d’élections libres, transparentes et apaisées.

Parce que si l’environnement politique n’est pas bon, ça va impacter les opérateurs économiques. Nous avons toujours été victimes de cette situation. Nous pensons que cette fois-ci, la transition sera la bonne, et je prie Dieu qu’elle soit la bonne dans l’intérêt supérieur de la nation. Aujourd’hui et depuis toujours, les problèmes des opérateurs économiques, ce sont des problèmes d’insécurité, de copinage, de marchés de gré à gré et tout ce que vous connaissez comme mal. Et je pense que cette fois-ci ça va changer. Il suffit tout simplement que chacun joue son rôle pour que ce changement tant souhaité soit réel », a dit Chérif Mohamed Abdallah.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tel: +224622919225

Lire

Transition : IFES disponible à apporter son savoir-faire à la Guinée

16 septembre 2021 à 13 01 21 09219
Mountaga Sylla, représentant résident d’IFES en Guinée 

La fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) est prête à accompagner la Guinée pour la réussite de son processus de transition. C’est son représentant résident en Guinée qui l’a fait savoir au cours de la rencontre entre la junte au pouvoir et les institutions internationales, tenue hier, mercredi 15 septembre 2021, au Palais du peuple, à Conakry. Mountaga Sylla a rassuré que si son institution est sollicitée par les autorités guinéennes, elle va apporter tout son savoir-faire au pays, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Mountaga Sylla, représentant résident d’IFES en Guinée 

« Au cours de notre rencontre, le président du CNRD a, dans un premier temps, expliqué les motivations de la prise du pouvoir et a aussi fait une main tendue à la communauté internationale, à travers les agences du système des Nations Unies et les institutions internationales qui sont accréditées en Guinée. En réponse, certaines institutions, comme nous, ont réitéré leur disponibilité en montrant leur savoir-faire une fois qu’elles seront sollicitées. 

Vous savez, IFES évolue dans le cadre de tout ce qui prévention dans les conflits électoraux, tout ce qui est appui technique dans le cadre de l’organisation des élections ainsi que dans les réformes institutionnelles et constitutionnelles. A cette rencontre, nous avons fait valoir ça et nous leur avons dit que nous sommes disponibles une fois que nous sommes sollicités avec bien entendu l’accompagnement des partenaires financiers dans le cadre de la coopération bi et multilatérale », a indiqué Mountaga Sylla, représentant résident de IFES en Guinée.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tel: +224622919225

Lire