Coup d’Etat en Guinée : qui est Mamady Doumbouya, l’homme qui a renversé le pouvoir d’Alpha Condé ?

5 septembre 2021 à 22 10 34 09349
Colonel Mamady Doumbouya

Le colonel Mamady Doumbouya est le nouvel homme fort de Conakry. Le commandant du Groupement des Forces spéciales et ses hommes ont renversé le pouvoir guinéen ce dimanche, 5 septembre 2021. Ils ont arrêté le président Alpha Condé et dissous la constitution, le gouvernement et toutes les institutions du pays. Cet officier de l’armée guinéenne s’est révélé au grand jour lors du défilé militaire qui a marqué la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée, le 2 octobre 2018.

C’est un officier breveté de l’Ecole de guerre, possédant plus de quinze années d’expérience militaire, notamment lors de missions opérationnelles (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Djibouti, République Centrafricaine) et de protection rapprochée (Israël, Chypre, Royaume-Uni, Guinée). Le commandant Mamady Doumbouya a brillamment accompli la formation de spécialiste en protection opérationnelle à l’Académie de Sécurité Internationale (Israël), le cours de formation des commandants d’unité à l’Ecole d’application de l’infanterie (E.A.I. – Sénégal), la formation d’officier d’Etat-major (E.E.M.L. – Libreville) et l’Ecole de guerre de Paris. 

Capable d’identifier et de désamorcer des situations à risque en restant calme face à un environnement hostile et une pression extrême, le patron du Groupement des Forces spéciales s’adapte et improvise face à toute situation qui demande une maîtrise de soi, une évaluation du risque et une prise de décision rapide. Le commandant Doumbouya est titulaire d’un Master 2 (bac + 5) défense et dynamiques industrielles à l’Université panthéon Assas Paris II. Expert de la défense en management, commandement et stratégie. Ce colosse au physique impressionnant est instructeur commando, instructeur à la légion étrangère en France.

Avec la DIRPA

Lire

Guinée : le CNRD convoque les anciens ministres et présidents des institutions

5 septembre 2021 à 22 10 30 09309

Dans son deuxième communiqué publié dans la soirée de ce dimanche, 05 septembre 2021, le Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD) a convoqué les anciens ministres et présidents des institutions républicaines à une réunion demain, lundi, au palais du peuple. Les nouveaux dirigeants du pays demandent aux fonctionnaires de reprendre le travail ce lundi, en précisant que « toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité » des populations.

Après avoir annoncé la dissolution de la Constitution, de l’Assemblée nationale et du gouvernement, le Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD) demande aux secrétaires généraux d’assurer l’intérim des ministres.

À l’intérieur du pays, les Gouverneurs de régions sont remplacés par les commandants militaires ; les préfets et sous-préfets sont remplacés par les commandants d’unités. 

Le couvre-feu est ramené à 20 heures sur toute l’étendue du territoire national. 

Lire

Coup d’Etat en Guinée : « ça ne nous étonne pas » (Jacques Gbonimy)

5 septembre 2021 à 19 07 18 09189

Le président de l’UPG (Union pour le progrès de la Guinée), Jacques Gbonimy, n’est pas étonné par le coup d’Etat militaire perpétré par le Groupement des Forces Spéciales ce dimanche, 5 septembre 2021, en Guinée. L’opposant guinéen soutient que toutes les conditions étaient réunies pour que l’armée guinéenne s’empare du pouvoir. Il l’a dit dans un entretien accordé à Guineematin.com quelques heures après l’annonce de l’arrestation du président Alpha Condé et la dissolution de la constitution, du gouvernement et des autres institutions.

Jacques Gbonimy, président de l’UPG

« Ça ne nous étonne pas, parce que si on regarde comment le pouvoir d’Alpha Condé fonctionnait sans tenir compte des droits de l’homme, sans respecter même la constitution guinéenne qu’il a modifiée pour s’octroyer un 3ème mandat, en emprisonnant tous ceux qui ont levé le doigt pour contester ce 3ème mandat, avec une prison où les conditions n’étaient pas réunies, il fallait s’attendre à ce que l’armée intervienne. Donc, l’intervention des forces spéciales ne nous surprend pas et nous pensons que ça devait arriver à cause de la mauvaise gouvernance », a déclaré le président de l’UPG.

Il reste toutefois prudent, en attendant de savoir les vraies intentions des putschistes, dirigés par le colonel Mamady Doumbouya, commandant du Groupement des Forces Spéciales. « C’est vrai que ceux qui viennent, il faut d’abord rester sur sa réserve parce qu’applaudir dès leur arrivée sans connaître réellement ce qu’ils veulent, ça amène d’autres questionnements. En attendant, il faut tout de même se féliciter de la façon dont les choses se sont déroulées. Nous pensons qu’il n’y a pas eu d’effusion de sang et de règlement de compte.

Pour cela on doit se féliciter. A ce stade, on ne fait aucune déclaration, ni de soutien, ni de rejet. Nous nous félicitons de ce qui est en train de se passer en attendant que le bureau politique de l’UPG ne se retrouve et que l’ANAD qui est notre grande alliance se retrouve pour faire des déclarations officielles », a indiqué Jacques Gbonimy.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

 Tél : 622 68 00 41

Lire

Saïkou Yaya (UFR) sur le coup d’Etat en Guinée : « Alpha Condé a fait la sourde oreille… »

5 septembre 2021 à 18 06 28 09289

Comment la classe politique guinéenne a-t-elle accueilli le coup d’Etat militaire survenu ce dimanche 5 septembre 2021 dans le pays ? Pour l’heure, c’est la prudence devant cette situation qui a surpris tout le monde. Très peu de réactions se sont fait entendre depuis l’annonce de l’arrestation du président Alpha Condé et la dissolution de la constitution, du gouvernement et des autres institutions. C’est le cas notamment de celle de Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR (Union des Forces Républicaines).

Interrogé par un journaliste de Guineematin.com, l’opposant a estimé que le renversement du gouvernement est la conséquence de son refus d’écouter l’opposition et la population guinéenne. « Ce qu’il faut retenir, c’est que le pouvoir d’Alpha Condé a fait la sourde oreille face le cris d’alarme des populations et des politiques dans notre pays. Nous avons toujours voulu que le pays soit sereinement géré, que les institutions soient des institutions fortes, mais le pouvoir n’a pas voulu nous écouter.

Saîkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

Donc, c’est ce genre d’événements qui peuvent arriver quand on ne s’écoute pas. L’opposition n’est pas un ennemi, c’est un concurrent du pouvoir. Elle critique et fait des propositions pour que le pays aille de l’avant. Elle apporte des critiques et des suggestions. A force de ne pas écouter cela, les risques sont ceux-là que nous sommes en train de vivre aujourd’hui », a déclaré ce responsable du parti de Sidya Touré, qui souhaite que la Guinée retrouve la démocratie.

« Ce que je souhaite, c’est que le pays retrouve la démocratie, que les droits de l’homme soient respectés, que des institutions fortes soient installées, que des élections libres et transparentes s’organisent dans notre pays, que chacun trouve son compte parce que ce pays nous appartient tous. On souhaite qu’il y ait entente entre les fils de ce pays pour qu’on aille de l’avant. On n’a pas toujours les mêmes visions de l’évolution de notre pays. Vous avez votre vérité, nous avons la nôtre et il y a la vérité. C’est sur ça qu’on doit avoir au niveau de la médiane pour pouvoir évoluer ensemble », a dit Saïkou Yaya Barry.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Coup d’État en Guinée : le FNDC annonce une réunion (Déclaration)

5 septembre 2021 à 16 04 43 09439

Ce dimanche 05 septembre 2021, l’armée guinéenne à travers le Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD) a annoncé l’arrestation du dictateur Alpha Condé. 

Le FNDC observe cette situation qui prévaut actuellement dans notre pays et prend acte, notamment, de la déclaration faite par ce Comité militaire annonçant la dissolution de la « constitution » du 3ème mandat et de toutes les institutions issues du coup d’État constitutionnel imposé au peuple de Guinée à travers la répression et un simulacre d’élections le 22 mars 2020. 

Le FNDC rappelle que ce régime qui était dirigé par le dictateur Alpha Condé était illégitime et anticonstitutionnel. La Coordination Nationale du FNDC informe de la tenue urgente d’une réunion entre les acteurs sociaux et politiques autour de la situation. 

L’opinion nationale et internationale sera informée des conclusions de cette rencontre. Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons ! Conakry, le 05 septembre 2021.

La Coordination nationale du FNDC

Lire

Coup d’État en Guinée : manifestation de joie à Conakry pour célébrer la fin de règne Alpha Condé

5 septembre 2021 à 16 04 34 09349

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, les Guinéens manifestent dans la rue leur joie après l’annonce d’Alpha Condé. Les militaires du Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD) sont applaudis par les citoyens, heureux de célébrer la fin du régime Alpha Condé, qui s’est accroché au pouvoir après son dernier mandat légal, en changeant la Constitution…

Les parents des prisonniers politiques rêvent de revoir les leurs libérés et le pays reprendre la voie de la démocratie.

Lire

Coup d’État en Guinée : scène de joie à Conakry pour célébrer la fin de règne Alpha Condé

5 septembre 2021 à 16 04 18 09189

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, les Guinéens manifestent dans la rue leur joie après l’annonce d’Alpha Condé. Les militaires du Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD) sont applaudis par les citoyens, heureux de célébrer la fin du régime Alpha Condé, qui s’est accroché au pouvoir après son dernier mandat légal, en changeant la Constitution…

Les parents des prisonniers politiques rêvent de revoir les leurs libérés et le pays reprendre la voie de la démocratie.

Lire

Alpha Condé arrêté : les Guinéens manifestent leur joie dans la rue pour soutenir le coup d’État militaire

5 septembre 2021 à 16 04 02 09029

C’est un véritable ouf de soulagement pour tous les compatriotes qui souffraient du régime Alpha Condé. Depuis quelques heures de nombreux citoyens de la ville de Conakry ont pris d’assaut les rues de la capitale pour applaudir la fin du règne Alpha Condé et accueillir dans la joie les militaires dirigés par Mamady Doumbouya, jusque-là patron des forces spéciales et subitement devenu maître du pays.

Les premières réactions sont celles des parents des personnes arrêtées et détenues à la maison centrale de Conakry depuis la réélection contestée d’Alpha Condé pour un troisième mandat à la tête de la Guinée. Les familles de ces centaines de Guinéens demandent aux militaires putschistes de libérer les leaders et de pacifier le pays.

En attendant de revenir sur ce changement de régime en cours à Conakry, Guineematin.com vous propose, ci-dessous, quelques vidéos des Guinéens qui manifestent leur soutien au coup d’État :

Lire

Coup d’Etat en Guinée : les militaires annoncent une « transition inclusive et apaisée »

5 septembre 2021 à 15 03 34 09349

Comme annoncé précédemment, le Groupement des Forces Spéciales a mené un coup d’Etat ce dimanche, 5 septembre 2021. Après avoir arrêté le président Alpha Condé, les putschistes ont fait une déclaration à la télévision nationale. Ils ont annoncé la dissolution de la constitution, du gouvernement et des autres institutions, avant de promettre une transition inclusive et apaisée. 

Guineematin.com vous propose ci-dessous le décryptage d’un extrait de la déclaration faite par le colonel Mamady Doumbouya, commandant des Forces Spéciales et nouvel homme fort de Conakry :

« L’irrespect des principes démocratiques, la politisation à outrance de l’administration publique, la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémiques, ont amené l’armée guinéenne, à travers le comité national du rassemblement et du développement, à prendre ses responsabilités vis-à-vis du peuple souverain de Guinée dans sa totalité.

Nous avons décidé à partir de l’instant, de dissoudre la constitution. Car nous allons réécrire une constitution ensemble cette fois-ci, toute la Guinée. Nous allons nous rassembler, les quatre régions naturelles du pays, les Guinéens de l’étranger, nous allons mener une consultation inclusive pour décider de la vie de ce pays. La personnalisation de la vie politique est terminée.

Nous n’allons plus confier la politique à un homme, nous allons la confier au peuple. Nous venons uniquement pour ça, c’est la seule chose qui nous anime (…). Donc, nous avons dissout la constitution, le gouvernement et les institutions. Nous avons décidé également de la fermeture des frontières terrestres pendant une semaine.

Nous appelons nos frères d’armes, les unités de toute la République, à se mettre du côté du peuple pour une fois et l’aider à sortir de cette ornière. Nous invitons également chacun en ce qui le concerne, à rester dans les casernes et continuer les activités régaliennes : protéger la population et nos frontières.

Nous allons engager une concertation nationale pour ouvrir une transition inclusive et apaisée. Plus personne ne doit mourir pour rien. Les Guinéens ne doivent plus mourir pour la politique. Nous allons travailler ensemble avec tous nos partenaires bi et multi latéraux pour assurer le respect de nos engagements vis-à-vis des organisations internationales ».

Guineematin.com

Lire

Coup d’État en Guinée : liesse populaire à Conakry ! Les militaires de Mamady Doumbouya applaudis dans les rues

5 septembre 2021 à 14 02 38 09389

C’est un lieutenant-colonel Mamady Doumbouya visiblement serein et heureux de son coup qui a été accueilli à la télévision publique nationale pour faire la déclaration officielle du coup d’État militaire en République de Guinée. Le drapeau guinéen (le rouge-jaune-vert) autour du coup, le nouveau maître du pays a expliqué ses motivation et annoncé une transition militaire rapide et paisible.

Au siège de la RTG et dans les rues de Conakry, les nouveaux maîtres de Conakry sont applaudis par des citoyens qui affichent leur satisfaction de vivre ce changement de régime. Beaucoup de Guinéens qui appellent Guineematin.com au téléphone ce dimanche demandent déjà aux nouveaux maîtres du pays de libérer les prisonniers politiques et annoncer des signes de décrispation qui permettraient de réconcilier le peuple et lui permettre de respirer…

Les reporters de Guineematin.com sont déjà sur le terrain et diffusent en direct sur notre page Facebook cette liesse populaire qui accompagne le renversement du régime Alpha Condé.

Nous suivons pour vous !

Lire

Coup d’État en Guinée : les vidéos d’Alpha Condé aux mains des forces spéciales « vous n’avez pas été brutalisez, non ? »

5 septembre 2021 à 13 01 59 09599

C’est un Alpha Condé visiblement mal en point qui apparaît dans une de nombreuses vidéos qui circulent actuellement sur les réseaux sociaux. Le chef de l’État est interrogé par les militaires qui l’ont mis aux arrêts : « vous n’avez pas été brutalisé, non ? On a touché un cheveu de vous ? », interrogé un de ses geôlier, montrant Alpha Condé dans un fauteuil.

Jusqu’à présent, aucun officiel n’a accepté la moindre interview sur ce coup d’État qui semble avoir été mené de mains de maître par le le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, patron des forces spéciales…

Lire

Coup d’État en Guinée : les forces spéciales de Mamady Doumbaya ont-elles arrêté Alpha Condé ?

5 septembre 2021 à 13 01 20 09209


La nouvelle d’un coup d’État coup militaire, mené par les forces spéciales circule actuellement en Guinée. Une déclaration du lieutenant-colonel Mamady Doumbaya, patron des forces spéciales, annonce l’arrestation du président Alpha Condé, la dissolution de la constitution, de l’Assemblée nationale et du Gouvernement, la fermeture des frontières et demande aux militaires de rester dans les casernes.

Dans cette communication, le patron des forces spéciales explique son coup d’État par les nombreuses dérives du régime Alpha Condé, les atteintes à la démocratie et aux droits de l’homme, la politisation de l’Administration…

Le lieutenant-colonel Mamady Doumbaya promet d’éviter les erreurs du passé, appelle au calme et demande aux militaires de rester dans les casernes.

Pour le moment, les officiels que Guineematin.com essaie de contacter depuis le matin refusent la moindre communication au téléphone.

La ville est pour le moment calme, tout semble se jouer dans la commune de Kaloum, particulièrement aux abords de la présidence de la République.

Guineematin.com suit pour vous !

Lire

Crépitement des armes militaires à Conakry : que se passe-t-il en Guinée ?

5 septembre 2021 à 11 11 59 09599

Ce sont des crépitements des armes lourdes et des rumeurs parmi les plus folles qui ont réveillé les Guinéens ce dimanche, 05 septembre 2021. Selon plusieurs citoyens contactés au téléphone par Guineematin.com, des dizaines de véhicules militaires, lourdement armés, ont circulé dans la commune de Kaloum (centre administratif et des affaires) qui abrite la présidence de la République. Des tirs à l’arme automatique sont entendus.

L’entrée de la commune de Kaloum a été fermée et le marché Niger (le plus grand de Kaloum) s’est précipitamment vidé des marchants et clients ce matin. Les habitants sont terrés chez eux, surtout que la consigne des militaires rencontrés est la même : « allez à la maison ! Restez vous ! ».

Autre signe évocateur du malaise qui existe ce matin dans la ville de Conakry, les chancelleries occidentales (sans doute très informées de la situation en cours dans la capitale guinéenne comme l’ambassade de France en Guinée) ont demandé à leurs ressortissants d’être vigilants et de rester chez eux.

Pour le moment, aucun officiel (ni un membre de l’entourage du président Alpha Condé, ni un membre du gouvernement) n’a officiellement pris la parole. Ce qui laisse évidemment place à la confusion et aux rumeurs les plus pessimistes, quelques fois contradictoires.

Au siège de la radiodiffusion et télévision nationale (RTG), un reporter de Guineematin.com a remarqué un renforcement du dispositif sécuritaire. Un responsable de la radio nationale a été vu à la porte d’entrée, entouré de quelques agents…

Un citoyen qui habite près du camp Alpha Yaya Diallo (le plus grand camp du pays, situé dans la commune de Matoto, qui abrite notamment le bataillon des troupes aéroportées) a dit au téléphone de Guineematin.com que les militaires leur ont demandé de rentrer chez eux.

Dans les différents marchés de la capitale guinéenne, certaines femmes encouragent d’autres à se faire assez de provisions « parce qu’on ne sait pas ce qui se passe dans la ville »…

Guineematin.com suit l’évolution de la situation pour vous !

Lire