Plusieurs jeunes en colère, accompagnés de quelques secrétaires locaux du RPG arc-en-ciel et des chefs des quartiers de la commune urbaine de Mandiana ont envahi la résidence du préfet de Mandiana le vendredi dernier, 12 juin 2021. Ces jeunes ont tenu à exprimer leur désapprobation des résultats du « recrutement d’enquêteurs pour la réalisation des opérations de collecte » organisé récemment par le ministère de l’agriculture et de l’élevage. Ils dénoncent l’absence notoire des jeunes de Mandiana dans la liste des enquêteurs retenus pour cette préfecture et menacent d’empêcher les opérations de recensement dans leur localité, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mandiana.

Selon nos informations, le gouvernement guinéen a bénéficié d’un financement de la banque mondiale, à travers le projet de développement agricole intégré de Guinée (PDAIG, pour la réalisation du recensement national de l’agriculture et de l’élevage (RNEA). Et, dans cette perspective, le ministère de l’agriculture et de l’élevage a entamé un processus de recrutement national des enquêteurs pour la réalisation des opérations de collecte de données. Les dossiers de candidatures devaient être déposés au plus tard le 1er juin dernier au près des directeurs préfectoraux de l’agriculture des 33 préfectures du pays (entre autres). Mais, dans les conditions de recrutement de ces enquêteurs, la lettre circulaire ce recrutement précise que « les candidats doivent être des résidents des préfectures pour lesquelles ils postulent pour être enquêteurs ». C’est ainsi que dans la préfecture de Mandiana, 128 jeunes candidats ont postulé. Mais, à la sortie des résultats, seules 44 personnes ont été retenues pour la préfecture. Et, sur ces 44 retenues, seules 2 personnes sont des résidents de Mandiana. C’est cette situation qui a irrité les jeunes de cette zone aurifère. Ils estiment avoir été lésés dans ce recrutement et ils sont allés ce vendredi chez le préfet pour exprimer leur déception mêlée de colère. D’ailleurs, ils menacent d’empêcher le déroulement des opérations de recensement dans leur préfecture s’ils ne sont pas rétablis dans leur droit.

« Nous avons rencontré le préfet se soir sur ce sujet, mais il (le préfet) nous a informé qu’il a parlé avec le ministre et que le ministre a dit qu’on peut envoyer un jeune de Faranah à Mandiana, parce que le recensement est national. Mais, ce qu’on arrêté en assemblée après la rencontre avec le préfet, ce que si les jeunes de Mandiana qui ont postulé ici ne sont pas retenus, ceux viendront pour ce recensement ne vont pas travailler. Parce que les conditions de travail ont été claires : ce sont les résidents des préfectures. Et, ceux qui ont été retenus ne sont pas de Mandiana, ils n’ont jamais été à Mandiana, ils n’ont même pas déposé leurs dossiers à Mandiana ici. Sur 128 qui ont déposé à Mandiana ici, seulement 2 personnes ont été retenues sur les 44 présélectionnées. Le reste on ne sait comment ils ont pris ça », a indiqué Loncény Koulibaly, le porte-parole de ces jeunes en colère.

De Mandiana, Mamady Konoma Keïta pour Guineematin.com

Tél. : 00224 625 81 03 26

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin