Le procès opposant la société de vente en ligne, Qnet, et le Colonel Moussa Thiégboro Camara, responsable du secrétariat chargé des services spéciaux de la lutte contre la drogue et le crime organisé, s’est ouvert au tribunal correctionnel de Dixinn ce jeudi, 23 mai 2019. L’officier de gendarmerie est poursuivi pour des faits de vol, dénonciations calomnieuses, abus d’autorité, défaillance du requis, atteinte au secret, défaut de répondre à une réquisition, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est dans une salle archicomble que l’audience de ce jeudi s’est ouverte au tribunal de Dixinn. Face au colonel Moussa Thiégboro Camara, il y a les représentants de QNET, en l’occurrence Akoye Guilavogui, Kofi Richard Kouassi et autres.

Dès l’entame des débats, le collectif des avocats de la défense va demander au juge Thierno Souleymane Barry de déclarer l’irrecevabilité de l’action, à défaut d’annuler la procédure. Selon le collectif, qui a soulevé la nullité de la citation à comparaître, la partie civile doit être désignée complètement. Mais ici, arguent les avocats de la défense, la citation est délivrée à la requête de Mr Akoye Guilavogui, Mr Koffi Richard Kouassi et 5 autres, tous représenté par Mr Akoye Guilavogui. Pour la défense du colonel Thiégboro, des inconnus ne peuvent pas attraire un citoyen devant un tribunal parce que les 5 autres ne sont pas connus.

Par contre, les avocats de la partie civile estiment que cette demande n’est pas fondée. Selon maitre Lancinet Sylla, « la défense a soulevé une question de nullité. C’est des arguments qui ne tiennent pas du tout. Vous avez une citation directe qui a été délivrée, une requête de plusieurs parties civiles et qu’une erreur se glisse en ce qui concerne le nom de famille d’une des victimes, on ne peut pas s’abriter derrière cela pour demander la nullité de la citation parce que même une seule victime peut mettre en mouvement l’action publique ».

Après cette réaction, les avocats de la partie civile vont demander un renvoi pour leur permettre de mieux se préparer pour le procès. « La défense ne nous a donné les écritures que ce matin. Mr le président, pour l’égalité des actes, il faut permettre à la partie civile de prendre les écritures en bonne et due forme pour pouvoir venir défendre son client à l’audience. C’est pourquoi, nous sollicitons le renvoi afin que nous puissions déposer nos écritures », a dit maitre Lancinet Sylla.

Une demande appuyée par le procureur Boubacar 1 Bah.

Le tribunal a renvoyé l’affaire au 27 juin 2019. Une audience qui sera mise à profit par le tribunal pour se prononcer sur la demande de nullité de la procédure soulevée par la défense.

Il faut noter qu’à la fin de l’audience, des gens présentées somme étant victimes de la société QNET ont manifesté devant le tribunal, pancartes en main. On pouvait lire sur des pancartes des slogans du genre : « A bas Qnet, A bas Souleymane Doumbouya, QNET Zéro »

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél 224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin