Kaporo-Rails : l’Union du Fouta en Angola offre plus de 47 millions aux victimes

18 mai 2019 à 22 10 45 05455

Des guinéens vivant en Angola volent au secours des victimes du déguerpissement de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse. Ces ressortissants guinéens réunis au sein de l’union du Fouta en Angola ont offert un montant de 47 500 000 (Quarante-sept cinq cent mille) francs guinéens aux déguerpis. La cérémonie de remise de ce don a eu lieu ce samedi, 18 mai 2019 à Conakry.

Cette cérémonie a réuni une délégation de l’union du Fouta en Angola, de représentants de la coordination nationale des Foulbhé et Haali Poular de Guinée et les responsables du collectif des victimes. En remettant ce montant aux bénéficiaires, Mandaou Diallo, le représentant du président de l’union du Fouta en Angola, a appelé

« L’union du Fouta en Angola saisit cette opportunité pour rappeler à la coordination du Fouta en Guinée, la nécessité pour nous de travailler à renforcer davantage notre unité, notre coopération franche pour le bien-être de notre région (Le Fouta) en particulier et de toute la Guinée en général. L’union du Fouta en Angola reste à l’écoute et à la disposition de toutes les filles et fils du Fouta et de la Guinée pour un développement social et harmonieux de notre pays », a déclaré le représentant du président de l’union du Fouta en Angola.

De son côté, le président du collectif des déguerpis de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, Elhadj Alpha Oumar Diallo, a exprimé la satisfaction des bénéficiaires et remercié les donateurs pour ce geste. « Nous remercions l’union du Fouta en Angola pour ce geste qui nous va droit au cœur, et nous les rassurons que cet argent-là sera utilisé à des fins utiles. Nous avons un compte bancaire dans lequel nous avons au moins 700 millions de francs guinéens déjà acquis grâce à la mobilisation des bonnes volontés. Nous sommes très contents et nous ne pouvons que les remercier », a-t-il dit.

Au nom de la coordination nationale des Foulbhé et Haali Poular de Guinée, Elhadj Ousmane Fatako Baldé a remercié aussi les guinéens d’Angola pour ce don. Les larmes aux yeux, l’opérateur économique a exprimé son indignation face à ce qui s’est passé à Kaporo-Rails. « Ce qui s’est passé à Kaporo-Rails est inhumain. A chacun son esprit, son éducation mais de toutes les façons, la Guinée c’est chez nous et c’est n’est pas un étranger qui est venu à Kaporo-Rails pour commettre ces exactions.

C’est pourquoi c’est étonnant. Personne ne mérite ce qui s’est passé, mais il faut laisser à Dieu, c’est lui qui paie tout un chacun à la hauteur de ce qu’il mérite. Je prie Dieu qu’il paye pour nous, je prie Dieu qu’on trouve une issue à cette crise. Je vous prie de redoubler d’efforts pour l’harmonie et le développement de chez nous », a-t-il dit.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 224 623 53 25 04

Lire

Fodé Oussou se fâche : « l’ennemi de monsieur Alpha Condé, c’est Damaro… »

18 mai 2019 à 18 06 55 05555

Décidément, la passe d’arme est loin de finir entre Fodé Oussou Fofana de l’UFDG et Amadou Damaro Camara du RPG Arc-en-ciel. A l’occasion de l’assemblée générale de l’UFDG de ce samedi 18 mai 2019, Fodé Oussou a encore tiré à boulets rouges sur le chef de la majorité présidentielle au parlement a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« Damaro intimide les ministres, et c’est comme ça il fait dans ce pays. Il fait des déclarations de guerre. Au comité de suivi, quand il n’est pas d’accord, Boureima Condé (ministre de l’administration du territoire) n’ose pas parler. Il se prend pour un dieu. Il le fait parce que derrière lui, il y a Alpha Condé qui le soutient. Mais, l’ennemi de monsieur Alpha Condé, c’est Damaro parce qu’il ne lui rend pas service », a notamment dit le vice-président du principal parti de l’opposition.

En effet, la récente sortie médiatique du chef de Damaro Camara, sur l’installation des chefs de quartier, n’a pas été du goût de son homologue, Dr Fodé Oussou Fofana. Ce dernier l’a fait savoir ce samedi, à l’occasion de l’assemblée générale de l’UFDG.

Voici l’intégralité des propos de l’opposant, tenus devant des militants fortement mobilisés :

« Dans un pays comme la Guinée, Damaro ne devrait même pas faire de la politique. Ce qu’on donne comme accusation à Damaro en disant qu’il a été responsable de la mort des officiers guinéens, si j’étais à la place de Damaro, je n’allais pas faire de la politique.

Damaro est devenu un pyromane. Il se prend comme le fils aîné de monsieur Alpha Condé. Je vais vous dire : à l’Assemblée nationale de Guinée, les anciens du RPG Arc-en-ciel, quand je prends Saloum Cissé, Nantou Chérif, Damaro les a écrasés avec tout ce qu’il y a comme RPG Arc-en-ciel. Lui qui est militant de la 25ème heure. Si vous le voyez parlé à Kory (le président de l’Assemblée : ndlr), vous avez pitié de lui. Damaro a eu le courage de regarder en plénière le ministre de la justice pour lui dire : écoutez monsieur le ministre, vous ne savez pas que vous vous attaquez au patron de la mouvance présidentielle ? Il est devenu tellement pyromane, il pense qu’il n’est pas président d’un simple groupe parlementaire, mais il est le patron.

Toute cette agitation de monsieur Damaro, tout ce qu’il fait, il le fait parce qu’il sait qu’il compte sur monsieur Alpha Condé. Mais, il ne rend pas service à monsieur Alpha Condé. Damaro est un homme arrogant, provocateur. Il a dit que l’installation des chefs des quartiers, ce n’est pas sont problème. On dirait que c’est lui Boureima Condé.

Damaro n’est rien, il est simplement le président d’un groupe parlementaire. Mais, le mot président ne lui plaît pas, il veut enlever président pour dire qu’il est le patron. C’est comme ça il intimide les ministres et fait des déclarations de guerre. Au comité de suivi, quand il n’est pas d’accord, Boureima Condé n’ose pas parler. Damaro se prend pour un dieu. Il le fait parce que derrière lui, il y a Alpha Condé qui le soutien. Mais, l’ennemi de monsieur Alpha Condé c’est Damaro parce que Damaro ne lui rend pas service ».

Propos recueillis par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

4 personnes tuées par les ordures et l’inondation à Conakry : pourtant, le Gouvernement a reçu 100 millions d’euros pour l’éviter

18 mai 2019 à 18 06 50 05505

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, dans la nuit d’hier à aujourd’hui, 18 mai 2019, quatre jeunes Guinéens ont été tués par les ordures et l’inondation à Dabondy 3, dans la capitale, Conakry.

Pourtant, le Gouvernement guinéen, au-delà du budget alloué à un département en charge de l’Assainissement, a reçu cent millions d’euros pour assainir le pays et éviter que des ordures tuent les Guinéens.

Malheureusement, on ne voit des activités concrètes de nos dirigeants que dans le cadre d’un dangereux projet d’une nouvelle constitution avec le secret espoir de s’éterniser au pouvoir. Aujourd’hui, on se rend évidemment compte que les prétendues journées d’assainissement n’auront servi qu’à dilapider nos maigres ressources et empêcher les pauvres citoyens de circuler librement à Conakry.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose le communiqué du Gouvernement suite à la mort de ces quatre compatriotes, tués par les ordures et les inondations :

Conakry le 18 Février 2019 – Le Gouvernement déplore profondément les inondations survenues au quartier Dabondy, secteur Makia Touré, dans la commune de Matoto suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur Conakry dans la nuit du vendredi, 17 mai 2019, ainsi que son triste bilan provisoire de quatre (4) morts, des mineurs pour la plupart, des blessés et d’importants dégâts matériels, notamment des maisons et leurs contenus sérieusement endommagés par les eaux.

Un périmètre de sécurité est établi depuis autour de la zone du drame. Le Gouvernement est à pied d’œuvre sur le terrain pour apporter soutiens et assistances à l’ensemble des sinistrés.

Le Gouvernement informe les populations, qu’en plus du plan d’urgence d’assainissement de la capitale, le programme global d’assainissement du pays financé à hauteur de 100 millions d’euros s’est mis en place et devra permettre d’assurer la salubrité publique.

En cette douloureuse circonstance, le Gouvernement présente ses condoléances émues aux familles des victimes et exhorte par la même occasion, les populations à observer les mesures de prudence, d’hygiène et de sécurité qui s’imposent en ce début d’hivernage.

La Cellule de Communication du Gouvernement

Lire

Boké : le maire joue les sapeurs-pompiers entre taxi-motards et agents de la police routière

18 mai 2019 à 18 06 28 05285

Les relations entre les agents de la sécurité routière et les conducteurs de mototaxis de la ville de Boké sont souvent difficiles. Chacun accuse l’autre d’être responsable des multiples malentendus. C’est pour tenter de régler les différends qui naissent entre les deux camps qu’une rencontre s’est tenue ce samedi 18 mai 2019, au siège de la mairie de Boké, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Agents de la sécurité routière et taxi-motards sont souvent à couteaux tirés dans la ville de Boké. Les agents sont accusés de soutirer injustement de fortes sommes d’argent aux conducteurs de taxi moto. La sécurité routière nie les faits et dit agir pour faire respecter les règles et diminuer l’indiscipline dans la circulation routière.

C’est le maire de la commune urbaine, Mamadouba Tawel Camara, qui a présidé cette rencontre qui visait à aplanir les divergences.

Ibrahima Basler Keita

La parole a été donnée au porte-parole des taxi-motards qui est revenu sur les revendications de ses collègues. Selon Ibrahima Basler Kéita, « nous voulons travailler avec nos responsables (syndicat et union), mais sans l’intervention de la police. Le changement d’échappement à 4 trous. En cas de sanction, ça ne doit pas dépasser 25 000FG, parce qu’en ce moment, on nous fait payer 300.000FG. Nous voulons savoir à quel prix on doit récupérer les motos accidentées qui sont en fourrière. Là aussi, en ce moment on nous fait payer jusqu’à 800.000FG », a dénoncé Ibrahima Basler Kéita.

Pour sa part, le commissaire central de la police routière de Boké, Fodé Conté a insisté sur le non respect du code de la route par les conducteurs de mototaxis. « Nous à la police, nous travaillons en fonction de la loi. Nous avons des lois que nous devons tous respecter. Il faut que les conducteurs de mototaxis acceptent de porter les casques, les paires de chaussure fermées. Les rétroviseurs doivent rester et vous devez porter les gilets pour vous différencier des autres », a insisté le commissaire de police.

Mamadouba Tawel Camara

Après avoir écouté les deux parties, le maire de la commune urbaine de Boké a tenu à rappeler à aux motards ce qu’ils doivent faire. « Mes chers frères, sachez que vous et vos motos, vous devez être en règle. Toute personne qui change la configuration de sa moto est en infraction. Une moto qui n’a pas de sonnerie ou de rétroviseurs est largement en infraction. Il faut que vous arrêtiez d’augmenter le bruit de vos motos. Vous ne devez pas utiliser le téléphone sur la moto et vous ne devez pas transporter les femmes en grossesse. Tout ça, c’est des infractions. Vous devez savoir que vous n’êtes pas organisés parce que personne d’entre vous ici ne peut me dire il y a combien de motards à Boké. Nous, c’est votre sécurité et la sécurité de vos passagers qui nous intéressent ».

Pour ce qui de la police routière, le maire a promis d’échanger avec eux à huit clos autour des accusations portées contre eux par les taxi-motards.

De Boké, N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628-98-49-38

Lire

La pluie et les ordures font 4 morts à Dabondy 3 : l’UFDG accuse Alpha Condé

18 mai 2019 à 18 06 07 05075
Dr. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Le drame survenu la nuit dernière à Dabondy 3, où les eaux de ruissellement et des ordures ont coûté la vie à quatre personnes, a été l’un des sujets évoqués au cours de l’assemblée générale de l’UFDG ce samedi, 18 mai 2019. Le principal parti d’opposition du pays a regretté ces pertes en vies humaines avant d’accuser le président Alpha Condé d’être le responsable de cette situation, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est avec un sentiment de tristesse et de frustration que Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, a évoqué cette question devant les militants de son parti, réunis au siège de la formation politique. L’opposant regrette le fait que des guinéens perdent la vie dans de telles conditions et pointe un doigt accusateur sur le président de la République. Selon lui, c’est la construction du marché Briki Momo de Dabondy qui est à l’origine de cette situation.

« Les jeunes qui sont morts à Dabondy, ils sont morts pourquoi ? Parce qu’on a averti monsieur Alpha Condé en disant qu’il ne faut pas construire le marché Briki Momo. On lui a dit si tu construis le marché Briki Momo, il y aura inondation. Malgré tout, il a construit le marché. La saison des pluies n’a même pas commencé, nous avons déjà 4 enfants morts et il y a un disparu.

Et, l’année prochaine ça va continuer parce qu’ils ont sciemment fait en construisant le marché (…) Conakry est devenu une ville où c’est les ordures qui dictent leur loi. Les ordures font la loi dans ce pays après 10 ans de gouvernance de monsieur Alpha Condé. Nous sommes dans quel pays ? », s’interroge-t-il.

A rappeler que ce n’est pas la première fois que les ordures font des victimes dans la capitale guinéenne. Le 22 août 2017, un autre éboulement survenu à la décharge de Dar-es-salam avait coûté la vie à 9 personnes.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Inondation de Dabondy 3 : Kassory dénonce « des maisons construites sur les caniveaux »

18 mai 2019 à 17 05 01 05015

Comme annoncé précédemment, les fortes pluies de la nuit dernière ont fait quatre morts et un porté disparu au quartier Dabondy 3, dans la commune de Matoto. Après cette tragédie, les témoignages émouvants se sont multipliés. Le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, accompagné du ministre de la Sécurité, s’est rendu sur les lieux pour compatir à la douleur des victimes, a constaté sur place Guineematin.com à travers un deux de ses reporters.

L’émotion était grande ce samedi à Dabondy après la mort de 4 personnes et la disparition d’une autre suite aux fortes pluies de la nuit dernière. Le Premier ministre, Kassory Fofana, et le ministre de la Sécurité, Alpha Ibrahima Kéira, se sont rendus sur les lieux.

Dans son intervention, Ibrahima Kassory a déploré la situation tout en dénonçant l’obstruction des voies de passage des eaux de ruissellement. « C’est avec beaucoup d’émotion, beaucoup de tristesse que nous venons de vivre ce que nous avons vu. Les conditions d’insalubrité dans lesquelles vivent les populations de Dabondi3 sont simplement insupportables. Cela signifie que le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour créer et garantir les conditions de sécurité des citoyens. Il n’est pas permis de construire comme on veut, où on veut. Il appartient à l’Etat de mesurer les risques des localités pour dire non, on ne peut pas faire ici, oui on peut faire là. Le drame que nous venons de vivre, il y a 5 pertes en vie humaine, dont certains n’ont pas été retrouvés. Vous voyez des maisons construites sur les caniveaux. Le passage de l’eau obstrué. L’eau a trouvé son chemin en raclant les chambres et faisant des victimes qui ne méritaient pas de perdre la vie. C’est triste. Le président m’a demandé de venir sécher les larmes des victimes, apporter la solidarité du gouvernement et donner la garantie aux populations que le gouvernement sera de leur côté pour leur apporter le soutien nécessaire. Et surtout, prévenir des situations comme ça, pour que franchement on ne perde pas des vies humaines pour rien ».

Propos recueillis par Saidou Hady et Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Lire

Mohamed Diané titille Cellou Dalein : « on n’a pas de leçon à recevoir de ces leaders »

18 mai 2019 à 16 04 53 05535

Présidant l’assemblée générale hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel de ce samedi, 18 mai 2019, le ministre de la défense nationale, Dr Mohamed Diané, s’est exprimé sur le controversé projet de nouvelle constitution qui vise à octroyer un troisième mandat au président Alpha Condé. Ce responsable du parti au pouvoir a défendu ce projet et dénoncé ses détracteurs. Il a visé particulièrement Cellou Dalein Diallo qui a reconnu récemment avoir participé à la modification constitutionnelle de 2001, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Sur le projet de changement de l’actuelle constitution pour passer à une 4ème République, le ministre des affaires présidentielles et ministre de la défense nationale, estime que « quand des citoyens s’expriment sur la situation politique de notre pays, adhèrent à la politique de notre président, apprécient le bilan du président, je pense que ça c’est légitime ».

Il rappelle que ce n’est pas la première fois de changer de constitution en Guinée et en profite pour faire un clin d’œil à Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne, qui a reconnu cette semaine avoir participé à la modification constitutionnelle de 2001. « Ce n’est pas pour la première fois qu’on parle de constitution en Guinée. Ceux qui ont mis ce pays à terre, qui ont dirigé ce pays pendant plus de 20 ans, qui ont modifié ou changé la constitution et qui disent aujourd’hui que c’est par erreur parce qu’ils étaient des cadres du département. Je pense qu’aujourd’hui on n’a pas de leçon à recevoir de ces leaders. Nous pensons que c’est au peuple de dire ce qu’il veut faire de la constitution et les citoyens seront libres d’exprimer leurs opinions », a dit Dr Mohamed Diané.

Le ministre de la défense nationale a réagi aux propos tenus récemment par Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, qui a parlé de Djihad. Il condamne de propos insoutenables. « Nous constatons avec regret que certains politiques, que certains partis politiques qui se disent partis, qui se battent pour la démocratie et pour l’Etat de droit, prônent aujourd’hui le djihadisme. Ces partis politiques n’ont plus d’arguments, ils n’ont plus de programme. Sinon, la préoccupation de l’ensemble des pays, c’est pour la sécurité surtout dans notre sous-région. Je crois que c’est insoutenable d’entendre un leader politique lancer des appels au djihadisme et au terrorisme », regrette-t-il.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Conakry : la route du camp Alpha Yaya brièvement barricadée à l’aide de tas d’immondices

18 mai 2019 à 16 04 17 05175

La forte pluie qui s’est abattue sur Conakry dans la nuit du vendredi au samedi, 18 mai 2019, a causé des morts au quartier Dabondy et des dégâts matériels importants. D’autres quartiers ont été envahis par des tas d’immondices qui ont obstrué de nombreuses routes. C’est le cas au quartier Béhanzin, dans la commune de Matoto, où des jeunes en colère ont barricadé le chemin qui mène au camp militaire Alpha Yaya Diallo dans la matinée de ce samedi, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est suite à l’invasion des devantures des maisons et des rues que les jeunes de Béhanzin et même ceux de Tanènè marché, à quelques encablures de l’aéroport de Conakry, ont barricadé les routes. La circulation a été complètement bloquée par les jeunes qui ont jeté les ordures sur la chaussée, créant un grand désordre.

Selon Bah Alpha Oumar, citoyen de la zone, c’est en jetant les ordures sur la chaussée que les autorités vont agir pour nettoyer les lieux. « Les ordures viennent nous menacer et faire des dégâts. Les voisins viennent jeter les ordures dans les caniveaux. Quand il pleut, tous les déchets rentrent dans le quartier et nous fatiguent ici. C’est pourquoi nous sommes sortis pour prendre les ordures dans les quartiers et les mettre sur la route. Là au moins, ils vont les ramasser. Je souhaite qu’ils nous envoient des poubelles », a dit le jeune homme.

De nombreux citoyens ont été affectés par cette situation. C’est le cas de Tounkara Aboubacar, domicilié à Tanènè marché. « Même l’année dernière, on était acteurs pour éradiquer ce fléau. Mais à chaque fois, ça se répète. On ne peut pas à chaque fois accusé le gouvernement. Etant un bon citoyen guinéen, avant de dire qu’est-ce que le gouvernement a fait pour toi, toi qu’est-ce que tu as fait pour le développement du pays? Les gens refusent de s’abonner à la PME de ramassage des ordures. Ils n’attendent qu’à 4 heures ou 5 heures du matin pour sortir les ordures et les jeter dans les caniveaux. Quand tu leur parles, ils te demandent si c’est ton papa qui a construit ici. Ce n’est pas bon ce que ces jeunes viennent de faire. Et je suis contre ces agissements. Je lance un appel aux deux chefs de quartiers de travailler en commun accord avec les jeunes des quartiers pour trouver une solution », a-t-il dit.

Il a fallu l’implication des militaires du camp Alpha Yaya Diallo pour dégager la chaussée et rétablir l’ordre sur les lieux. C’est le Colonel Mamoudou Touré, chef du corps du Bataillon Spécial de Conakry, qui a envoyé des militaires du camp pour enlever les ordures de la circulation.

Interrogé par notre reporter, le Colonel Mamoudou Touré a dit sa déception devant ces actes inciviques. « Ma réaction est une réaction de tristesse, parce que notre ville qui était hier l’une des plus belles villes de l’Afrique, se trouve dans les déchets et cela par la faute des citoyens. C’est le moment pour moi d’interpeller tout le monde de s’impliquer dans la propreté, parce qu’il y va de notre santé, car quand l’environnement est sain, les esprits sont sains. Nous avons envoyé les militaires pour pouvoir dégager les routes qui étaient complètement barrées. C’est notre devoir, nous le faisons dans l’esprit de l’autorité qui nous a placé ici », a expliqué l’officier.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Travaux Publics : Moustapha Naïté visite les chantiers des routes Siguiri-Kintinian et Kankan-Mandiana

18 mai 2019 à 15 03 03 05035

Le ministre des Travaux Publics poursuit sa mission de contrôle des travaux routier en cours à l’intérieur du pays. Dans la journée d’hier vendredi, 17 mai 2019, Moustapha Naïté et la forte délégation qui l’accompagne ont visité successivement les chantiers de la route nationale Siguiri-Kintinian à bitumer, les 25 kilomètres de la voirie urbaine de Siguiri (en pavage) et la route nationale Kankan-Mandiana, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com qui accompagne la délégation.

Alexis Jean

Cette tournée du ministre des Travaux Publics a commencé par le tronçon Siguiri-Kintinian, distante de 33 kilomètres. Là, Alexis Jean, chef de projet à HENAN CHINE, l’entreprise en charge des travaux, a expliqué que ce chantier est sur le point de s’achever. « Aujourd’hui, on a fini toutes les couches de fondation, on a fait trois kilos de BP, on a fait 8 kilos de couches de base. Nous remercions l’Etat, nous remercions le ministre des Travaux Publics pour leur accompagnement. Nous allons continuer le bon travail, le travail de qualité que nous avons entamé pour être dans le délai contractuel », a-t-il promis.

Alkhaly Issiagha Bangoura

Abondant dans le même sens, Alkhaly Issiagha Bangoura, chef topographe de la mission de contrôle du groupement Louis Berger International et BETEC, a indiqué que les travaux sur le tronçon Siguiri-Kintinian sur déroulent bien. « On a effectivement démarré les travaux au mois de novembre. Et, après sept (7) mois, on a réalisé 42 ouvrages de franchissement dont 21 ouvrages de diamètres fascisants, 20 ouvrages de diamètres fimines, et un dalot de 3 fois 3.

A ce jour, les travaux de terrassement sont terminés, les mouvements de terre en remblais déblayés. La couche de fondation aussi qui est de 20 centimètres est terminée. Nous sommes actuellement au niveau de la couche de base qui est de 15 centimètres. A ce jour, nous sommes au PK8-600 comme vous le voyez. Et le BB, nous sommes au PK3. Donc, nous serons dans le délai parce que sur 14 mois comme délai pour la mission de contrôle, on a déjà fait 7. Et, on peut dire que les travaux qui pouvaient nous faire retarder sont déjà terminés », a-t-il dit.

Elhadj Aliou Guissé

Très content du travail qui a été fait dans sa localité, Elhadj Aliou Guissé, sous-préfet de Kintinian, a salué cette initiative du Chef de l’Etat de désenclaver sa zone et surtout de fluidifier la circulation à travers la mise en place de ce bitume. Selon lui, cette route permettra de diminuer le nombre d’accidents dans la localité. « Cette route, ces derniers temps, était appelée la route de la mort. Parce que quand la SAG s’y est implantée, le trafic a été très intense. En hivernage, le trafic est impossible à cause de la boue.

En saison sèche, c’est impossible à cause de la poussière. Cette route a connu beaucoup de morts. Imaginez, on a fait 60 ans de colonisation, on n’a pas pu bitumer la route. Et, c’est ce que le professeur Alpha Condé a vu et c’est ce que la population a dit qu’Alpha Condé vient à Bouré comme sauveur des enfants qui pratiquent cette route nuit et jour. Les sages nous ont dit de venir traduire leur reconnaissance au ministre eu égard à ce travail», a dit le sous-préfet.

De là, Moustapha Naïté et sa suite se sont rendus la base de Kintinian où il a eu une réunion avec les cadres de l’entreprise en charge des travaux et la voirie urbaine de Siguiri. Ibrahima Sow, le chef de la mission de contrôle de ces travaux, a indiqué que 5 entreprises locales s’occupent dudit projet. « ICE, ils sont au jour d’aujourd’hui à 40% d’avancement dans l’ensemble des travaux, SAFA tourne autour de 15%, SOGEFEL la même chose, ABS eux ils sont pratiquement à 5% d’avancement des travaux », a-t-il dit, précisant que le peu qui est fait répond aux critères.

Le ministre a bouclé cette tournée par la visite du chantier de la route nationale Kankan-Mandiana, distante de plus de 100 kilomètres, et dont les travaux sont exécutés par l’entreprise GUITER SA. A l’issue de sa série de visites, Moustapha Naïté a exprimé sa satisfaction par rapport à l’évolution des travaux de façon générale. « Comme vous l’avez constaté, depuis ce matin, nous avons fait la ville de Siguiri, pour aller d’abord premièrement voir la route qui mène à Bouré, donc de Siguiri à Kintinian avec l’accompagnement des sociétés : SAG et HENAN CHINE. Nous avons fait le constat que sur les 33 kilomètres de route à bitumer sur ce tronçon, déjà le bitume a commencé sur les premiers kilomètres, le terrassement est totalement fini. Donc, nous sommes globalement satisfaits du travail qui est fait sur Kintinian.

Ensuite, il était question d’aller voir la voirie urbaine sur Siguiri, avec les contrats de pavage que nous avons passés. Et lesquels chantiers aussi ont été lancés par le Chef de l’Etat. Nous avons constaté que sur les 5 entreprises qui ont bénéficié du contrat de pavage au niveau de la voirie urbaine, trois évoluent de façon remarquable. Notamment une qui a marqué notre attention, c’est ICE Transport qui a déjà fini les travaux de dégagement et de terrassement et qui, bientôt, sera à la phase de pose des pavés.

Les autres entreprises telles que SAFA et SOGEFEL sont très avancés. Donc, nous allons, à mon retour à Conakry, envoyer des lettres de mise en demeure aux deux autres entreprises qui n’ont pas démarré de façon efficace et efficiente, de faire autant. Sinon, nous serons obligés de résilier purement leurs contrats. Et, en ce qui concerne le bitumage de la route Kankan-Mandiana, nous avons constaté que les travaux évoluent à une allure remarquable que nous félicitons », a dit le patron des TP.

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Energie : à l’heure du Transit vers les Energies Renouvelables

18 mai 2019 à 14 02 35 05355

Lors du dernier Conseil de Cabinet du Ministère de l’énergie, le Ministre, Dr. Cheick Taliby SYLLA, a fixé un nouveau cap en invitant ses principaux collaborateurs et cadres ingénieurs du secteur de l’énergie à une profonde réflexion sur « l’élément transit vers les énergies renouvelables », non sans posé le diagnostic de l’assèchement de nos cours d’eaux, éléments fondamentaux de la production Hydro-électrique en Guinée.

D’ailleurs, il a commencé son intervention par des questionnements relatifs à la dégradation et à la prégnance de l’homme sur l’environnement dans notre pays.

Il reconnait que la Guinée est dotée de plus de 1660 cours d’eau, mais face à la dégradation de l’environnement, les rivières sont asséchées, une sécheresse qui se consolide au fil des ans, et qui ont des impacts négatifs sur les « réservoirs de transits d’eau » dans nos différentes régions.

Face à ces différentes difficultés et pour le cas de la Guinée, « il est temps d’avoir une bonne vision et de prendre une bonne décision pour inverser la tendance ».

Il propose d’aller vers « l’énergie solaire » en construisant de très grandes centrales solaires de grandes capacités, en couplant l’hydro-électrique avec le solaire, il faudra selon le Ministre de l’Energie, se « projeter dans le temps par la construction des centrales qui peuvent combler le déficit électrique en saison sèche (…) Tout cela va dans le sens du progrès. Il est impératif de développer. L’élément Transit Vers les Energies Renouvelables. Aussi, c’est le moment de prendre des décisions harmonisées par rapport au développement de l’électricité Rurale. Je souhaite que chacun s’en approprie », dira-t-il pour galvaniser et amener ses collègues à la réflexion au moment où tous les pays africains sont en compétition pour développer l’énergie solaire.

Pour lui cette prospective arc-boutera sur une politique ambitieuse car, il est encore temps de réfléchir sur la question pour avoir une approche de solutions qu’il serait important de valoriser et diffuser à une large échelle.

La Cellule de Communication du Ministère de l’énergie

Lire

Nouvelle constitution ? Le RPG Arc-en-ciel appelle à la mobilisation des citoyens en faveur de cette initiative

18 mai 2019 à 14 02 26 05265

Malgré la controverse que cela suscite à travers le pays, le projet de nouvelle constitution reste une priorité absolue pour le RPG Arc-en-ciel. Le parti au pouvoir a réitéré sa position sur cette question au cours de son assemblée générale de ce samedi, 18 mai 2019.

La directionnelle nationale du RPG Arc-en-ciel a publié une déclaration dans laquelle elle justifie une fois de plus ce projet et appelle à une forte mobilisation des citoyens pour le soutenir.

C’est dans cette dynamique que le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir, a dévoilé son souhait de voir la Guinée passer à la 4ème République à travers une nouvelle Constitution. L’annonce en a été faite ce samedi, 18 mai 2019 à l’occasion de l’assemblée générale tenue au siège du parti au pouvoir.

C’est à traves une déclaration faite au siège du RPG Arc-en-ciel que les partisans du président Alpha Condé ont lancé un appel à la mobilisation pour soutenir l’idée de la nouvelle Constitution.

Ci-dessous la déclaration de la direction nationale du RPG Arc-en-ciel :

La direction nationale du RPG Arc-en-ciel, dans le souci de continuer à œuvrer pour la consolidation d’un Etat de démocratique dans notre pays et de préserver l’Etat de droit, constate avec satisfaction le débat citoyen qui s’instaure depuis plusieurs mois en Guinée, autour de la nécessité ou non de doter notre République d’une nouvelle Constitution destinée à moderniser nos institutions.

Le RPG Arc-en-ciel, fidèle à ses options et convaincu de la justesse des choix politiques et économiques du président de la République, le Pr Alpha Condé, lance un appel aux citoyens et citoyennes de Guinée, aux jeunes, aux femmes et aux leaders d’opinion, aux militants et sympathisants d’associations et de mouvements de soutien, en vue de la formation, à travers tout le pays, d’une puissante force politique de soutien à cette initiative.

Ce débat citoyen et responsable qu’appelle notre parti de tous ses vœux, doit s’instaurer autour de l’impérieuse nécessité de doter la Guinée d’une nouvelle loi fondamentale qui répond à ses nouvelles aspirations, à ses ambitions légitimes et aux exigences de modernité.

Pourquoi une nouvelle constitution ?

La constitution guinéenne actuelle, fruit de la période de la Transition, a le mérite d’avoir contribué à tirer le pays d’une période d’instabilité politique sans précédent et à mettre en place les institutions républicaines actuellement en vigueur. Cependant, force est de constater qu’elle comporte beaucoup d’insuffisances.

C’est pourquoi, en sa haute qualité de premier président démocratiquement élu de la Guinée indépendante, le professeur Alpha Condé a le devoir et l’obligation suprême, avant la fin de son second mandat, de doter le pays d’une loi fondamentale votée par référendum par le peuple souverain.

Dans la perspective de cet évènement politique d’envergure, le RPG Arc-en-ciel, dont il est le père fondateur et le candidat deux fois victorieux au scrutin présidentiel, entend désormais participer de tout son poids au débat national.

En accord avec les partis alliés, le RPG arc-en-ciel ne ménagera aucun effort pour mettre en ordre de bataille l’ensemble de ses structures de jeunesse, de femmes, de cadres, de sages, de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, en vue de demander au président Alpha Condé d’assumer cette nouvelle et lourde mission patriotique qui, sans doute, entrera dans l’histoire comme une politique majeure.

A partir de la présente déclaration, l’ensemble des structures et organes de direction du parti, de la base au sommet, ainsi que les militants et sympathisants, doivent se tenir mobilisés pour répondre, en tout temps et en tout lieu, à l’appel de la direction nationale du RPG Arc-en-ciel.

Les modalités d’élaboration et de préparation de toutes les initiatives qui seront adoptées à cet effet et soumises à l’approbation du président de la République, feront l’objet de communiqués du Bureau politique national.

Propos recueillis par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

La Guinée sanctionnée par la CAF : voici la réaction de la Féguifoot

18 mai 2019 à 13 01 00 05005

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, la Confédération Africaine de Football (CAF) a infligé une lourde sanction à la Guinée, qui est accusée d’avoir triché sur l’âge de deux de ses joueurs de la catégorie des moins de 17ans. Au lendemain de la propagation de cette terrible nouvelle, la Fédération Guinéenne de Football est sortie de son silence. A travers un communiqué publié sur sa page Facebook, ce samedi 18 mai 2019 à midi, la FEGUIFOOT parle de « décision manifestement erronée ».

La CAF a eu la main lourde à travers sa commission de discipline qui s’est réunie le 12 mai 2019, a infligé des sanctions à la Guinée pour avoir aligné des jeunes non éligibles pour la CAN des moins de 17 ans, disputée récemment en Tanzanie.

Dans un communiqué publié sur Facebook, la Fédération Guinéenne de Football a réagi, parlant de décision erronée. La FGF dit également avoir fait appel de cette décision.

« La Fédération Guinéenne de Football a reçu notification, par la CAF, d’une décision du Jury Disciplinaire de cette instance prononçant des sanctions à la fois sportives et économiques contre la Fédération et les deux jeunes joueurs U17 dont la qualification à participer à la dernière Coupe d’Afrique des Nations était contestée par une fédération au motif prétendu de la falsification des passeports de ces deux joueurs.

Cette décision est manifestement erronée. Elle semble n’avoir pas été prise sur la base des éléments dont dispose la Fédération Guinéenne et qui établissent clairement le bon droit de celle-ci. Ces éléments (passeports biométriques, actes d’états civils, documents médicaux) confirment les premières décisions de la CAF ayant retenu la légitimité des deux joueurs à disputer la compétition concernée.

La Fédération Guinéenne de Football a donc immédiatement fait appel de cette décision erronée. Elle demeure extrêmement sereine quant au rétablissement, dans les plus brefs délais, de la vérité des faits et des résultats sportifs ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Lire

4 morts et un porté disparu à Dabondy 3 : Boutouraby voulait sauver son jeune frère (famille)

18 mai 2019 à 11 11 16 05165

Comme indiqué dans une précédente dépêche de Guineematin.com, les ordures ont encore fait des morts dans la capitale guinéenne. Mais, si le Gouvernement d’Alpha Condé ne s’attaquait jusque-là qu’à Dar-Es-Salam, l’inondation de la nuit d’hier à aujourd’hui, samedi 18 mai 2019, a été enregistrée à Dabondi 3, dans la commune de Matoto.

Selon monsieur Mohamed Sylla, père de trois victimes, huit membres de sa famille dormaient quand ils ont été surpris par cette inondation en pleine nuit de Ramadan. L’eau, accompagnée et renforcée par des ordures, atteignait les hanches quand ils se sont rendus compte de ce qui leur est arrivé. Malheureusement, ils ont été obligés de se sauver sans tous leurs enfants. Monsieur Sylla aurait même commencé à réciter un verset du Saint Coran, sans succès… Et, sa fille de 17 ans, Boutouraby Sylla, qui tenait coûte que coûte à porter et faire sortir un de ses jeunes frères, âgé de 3 ans, a elle aussi été emportée par les eaux qui avaient une force irrésistible. C’est la cinquième victime, considérée actuellement (11 heures) comme portée disparue.

En attendant de revenir sur ce drame, Guineematin.com vous propose, ci-dessous, la liste provisoire des quatre (sur les 5) victimes, fournie par les parents :
Bountou Raby Sylla, âgée de 17 ans, qui est portée disparue ; Mamadou Sylla, âgé de 13 ans ; Abdoulaye Sylla, âgé de 3 ans ; Mariama Cire Touré, âgée de 3 ans.

A suivre !

Saïdou Hady Diallo et Mamadou Baïlo Kéita sont à Dabondy 3 pour Guineematin.com

Lire

Pourquoi inviter Alpha Condé à Télimélé ? « Cela va nous être très utile » (préfet)

18 mai 2019 à 10 10 43 05435
Amadou Sadio Diallo, préfet de Télimélé

Le préfet de Télimélé continue sa série de rencontres avec les couches sociales de la commune urbaine Après les sages et les femmes, Amadou Sadio Diallo était en conclave avec la jeunesse hier vendredi, 17 mai 2019. C’est la salle de conférence du bloc administratif préfectoral qui a servi de cadre cette rencontre au cours de laquelle plusieurs sujets ont été abordés, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Devant une foule peu nombreuse, Amadou Sadio Diallo a abordé plusieurs sujets qui touchent la préfecture de Télimélé : l’enclavement de la préfecture, la destruction de l’environnement, l’accès des jeunes à l’emploi, visite éventuelle du président Alpha Condé dans la ville.

Concernant l’enclavement de la préfecture et les problèmes liés environnementaux, le préfet a invité les jeunes à accompagner les autorités dans la recherche de solutions. « Nous sommes la seule préfecture qui est très proche de la capitale, mais qui n’a pas de goudron. Donc, nous devons revoir cela. Quelque soit ma volonté, je ne peux pas faire le goudron pour notre préfecture. J’ai discuté avec le maire en ce qui concerne l’environnement. Vous avez vu nos marigots et rivières, tout a tari. Je vous demande, au mois de juillet, que tout le monde se lève pour faire une journée de reboisement. Cette journée sera consacrée à planter des arbres le long de la Samankou et sur les autres rivières et marigots de la préfecture », a conseillé monsieur Diallo.

Par ailleurs, le préfet a fait savoir aux jeunes qu’il est là pour le bien être de la population, tout en annonçant la facilitation de l’obtention des agréments pour les ONG. « On m’a dit que vous souffrez beaucoup ici pour l’obtention des agréments pour vos ONG. A partir de maintenant, restez tranquille. Vous aurez ça très facilement et dans un délai très raisonnable. Au lieu de payer les frais d’obtention de l’agrément à trois cent mille (300 000) francs guinéens, désormais vous ne payerez que soixante quinze mille (75 000) francs guinéens », a promis Amadou Sadio Diallo.

Sur un autre plan, le préfet de Télimélé a demandé aux jeunes d’accepter que président de la République soit invité à Télimélé. « Le professeur Alpha Condé a fait des tours dans les différentes préfectures du pays, mais il n’est pas venu chez nous à Télimélé. Regardez, même des leaders des partis politiques ont accepté de fondre leurs partis pour rejoindre le président de la République. Je vous prie d’accepter qu’on l’invite chez nous, cela va nous être très utile. La jeunesse va profiter plus que tout le monde. Je ne peux pas vous forcer, mais acceptons de le recevoir. Les sages, les religieux et les femmes ont donné leur accord pour accueillir le président à Télimélé », a-t-il laissé entendre.

Par rapport à ce sujet, Elhadj Mamadou Bobo Diallo, membre de la société civile, a répondu au préfet en termes clairs. « Le président de la République est le président de toute la Guinée. Si c’est la population de Télimélé qui l’invite, il sera reçu en président de la République à Télimélé et il y aura une forte mobilisation. Mais, la crainte c’est de venir pour dire que Télimélé soutient un troisième mandat ou la modification de la Constitution. C’est ça notre inquiétude. Nous, nous sommes des acteurs de la société civile, pour ce qui engage ma personne, s’il s’agit de recevoir le président de la République à Télimélé, rassurez-vous que les populations de Télimélé ne resteront pas en marge pour le recevoir », a-t-il fait savoir.

Il est important de rappeler que les différentes couches sociales rencontrées ces trois derniers jours ont montré leur volonté d’accompagner leur nouveau préfet.

De Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tél. : 622525250

Lire

Fin de la crise à Zougoueta (Lola) : les barricades levées, le marché et les forages rouverts

18 mai 2019 à 10 10 27 05275

La crise qui secouait les districts de Zougoueta 1 et 2 depuis près d’une semaine a trouvé son épilogue hier, vendredi 18 mai 2019. Les jeunes qui manifestaient depuis le lundi, 13 mai dernier ont accepté de mettre fin à leur manifestation contre les autorités locales.

Cette décision est intervenue après une médiation menée par le premier vice maire de la commune urbaine de Lola, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à N’zérékoré.

Doro Traoré a réuni les manifestants et les autorités des deux districts concernés sous le hangar du marché de Zougoueta 1. Le premier vice maire de la commune urbaine de Lola a écouté toutes les parties, à commencer par les jeunes. « Le village avait décidé de construire un collège de proximité puisque 80% des jeunes filles ne vont pas au lycée parce qu’elles doivent aller à Lola pour faire le collège, loin des parents. Ensuite, le village n’a plus de centre de santé depuis plusieurs mois », a expliqué Mathos Fanghamou, le porte-parole des jeunes manifestants, qui exigent le départ des responsables des deux districts.

De leur côté, les autorités locales ont estimé que ce soulèvement des jeunes est injustifié. « Ce soulèvement n’est pas justifié, puisque tout se passent devant une population qui est bien informée des problèmes et préoccupations concernant les infrastructures. La société forêt forte avait mobilisé quelques ressources (des tôles et du ciment) pour nous aider à construire notre école. Mais, cela est insuffisant pour construire une école, il faut alors d’autres ressources provenant de tiers. Et c’est ce qui a fait qu’on n’a pas démarré les activités jusqu’à nos jours », a souligné un des responsables.

Après avoir écouté les deux parties, Doro Traoré a proposé d’intégrer les jeunes au sein des conseils des districts des deux localités. Une proposition qui acceptée par tous et qui a permis de désamorcer la crise. « Nous avons écouté les deux parties, et notre première préoccupation était de rétablir l’ordre public. Puisque les jeunes avaient fermé les différents forages et le marché. Mais Dieu merci, nous nous sommes entendus sur l’essentiel. Et désormais, les jeunes font partie intégrante du conseil de district de Zougoueta », a dit le vice maire de Lola.

De Lola, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224 620 16 68 16/666 89 08 77

Lire

Inondation à Conakry : 4 morts et un disparu à Dabondi 3

18 mai 2019 à 9 09 51 05515

La pluie enregistrée dans la nuit d’hier à aujourd’hui, samedi 18 mai 2019, a entraîné plusieurs dégâts matériels et humains dans la capitale guinéenne. Si certains quartiers de Conakry déplorent l’invasion des ordures dans leurs domiciles ou à la devanture, Dabondi 3 pleure ses morts.

Selon l’adjoint au chef du quartier, interrogé par un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place ce matin, il y a au moins quatre morts (des enfants) et un disparu. Et, les jeunes du quartier s’efforcent actuellement contre les envahissantes ordures pour déblayer les lieux.

A suivre !

De Dabondi, Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Lire

Football : la Guinée lourdement sanctionnée pour avoir fraudé sur l’âge de deux joueurs

18 mai 2019 à 9 09 36 05365

La nouvelle est tombée comme un couperet la nuit d’hier vendredi, 17 mai 2019. La Guinée a été lourdement sanctionnée par la Confédération Africaine de Football (CAF) pour avoir fraudé sur l’âge de deux de ses joueurs de l’équipe nationale des moins de 17 ans. Cette sanction est consécutive à une plainte de la Fédération sénégalaise de football lors de la Coupe d’Afrique des Nations de mois de 17 ans jouée récemment en Tanzanie, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La CAF a eu la main lourde. Les soupçons de fraude sur l’âge des joueurs Ahmed Tidjane Kéita et Aboubacar Conté se sont confirmées au grand dam de la Guinée. Ces deux joueurs ont présenté des dates de naissance différente sur leurs passeports.

Après les tests IRM (Imagerie à Résonnance Magnétique) de la CAF, révélées défaillantes, c’est l’expertise des japonais qui a permis de confondre les deux joueurs guinéens dont ont a diminué l’âge. Avec leur présence, la Guinée a participé à la CAN des Cadets où les poulains de Maleyah Camara ont fini deuxième sur 8 équipes au départ.

Selon le contenu de la décision du Conseil de Discipline de la CAF, le Syli perd sa deuxième place et doit restituer la médaille d’argent obtenue lors du tournoi cadet. Nos cadets sont également disqualifiés de la coupe du monde de sa catégorie, prévue au mois de novembre prochain au Brésil. La Guinée est également bannie des deux prochaines éditions de la CAN U17. Les deux joueurs concernés sont interdits d’exercer toute activité liée au football pour une période de deux ans. Comme cela ne suffisait pas, la Fédération Guinéenne de Football est sanctionnée d’une amende de 100 mille dollars US.

Le Sénégal reprend la place de la Guinée pour la coupe du monde des U17.

Telles sont les lourdes conséquences des errements de ceux qui gèrent le football guinéen : fédération de football, ministère des sports et ministère de la sécurité.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Incendie au ministère du Budget : « les enquêtes vont déterminer l’origine du feu » (Ministre)

18 mai 2019 à 8 08 56 05565
Ismaél Dioubaté

Comme annoncé précédemment, un incendie s’est produit hier, vendredi 17 mai 2019, au ministère du Budget. Le feu a causé un blessé et plusieurs dégâts matériels. Selon Ismaël Dioubaté, le ministre du Budget, une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine de cet incendie, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

L’incendie s’est déclaré peu avant 16 heures dans les locaux du ministère du Budget. Et, c’est seulement aux environs de 18 heures que le feu a été maîtrisé par les sapeurs-pompiers. Le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté s’est alors prêté aux questions des journalistes, annonçant que ni l’origine de l’incendie encore moins la valeur des dégâts causés ne sont, pour l’instant, connus.

« Il est prématuré de donner des explications exactes de la situation. Ce qui est sûr, c’est que c’est aux alentours de 15h45 que l’incendie s’est déclaré au niveau de l’aile gauche du département. Aussitôt informé, j’ai alerté le président de la République et le Premier ministre. J’ai appelé aussi le ministre de la sécurité qui a mis à disposition un camion des sapeurs-pompiers. Mais, l’intensité de l’incendie était telle qu’on était obligé de faire appel à LAGUIPRESS qui nous a secourus.

J’ai demandé aussitôt à l’administrateur d’EDG de couper le courant dans le secteur, la gendarmerie s’est déployée, et comme vous le constatez, le feu est sous contrôle. En attendant de faire le constat, nous estimons que les dégâts ne concernent essentiellement que trois bureaux. Les enquêtes vont déterminer l’origine du feu », a expliqué le ministre.

Quant aux sapeurs-pompiers qui ont réussi à maîtriser le feu, ils disent avoir rencontré d’énormes difficultés dans leur travail. « Nous avons reçu l’alerte comme quoi il y a un incendie au ministère des finances. Immédiatement, les secouristes se sont déplacés, ils sont venus effectivement trouver que le bureau du directeur national du budget a pris feu, et immédiatement les opérations ont commencé. Comme la situation était très grave, on a fait appel à LAGUIPRESS qui nous a secourus.

Ils se sont battus, et malgré les difficultés, on a pu faire ce qu’on a pu faire. Mais nous avons rencontré vraiment des difficultés. Parce que les véhicules que nous recevons sont des véhicules utilisés en France, c’est des dons. La Guinée paye le transport, on reçoit ces véhicules, mais on ne gagne rien avec l’Etat. Il y a aussi un de mes agents qui est gravement blessé par les vitres. Il a perdu assez de sang, on doit même l’envoyer à Ignace Deen parce qu’il a besoin de sang », a dit le contrôleur général de police Moussa Camara, directeur général de la protection civile.

A noter qu’après avoir maîtrisé le feu, les sapeurs-pompiers et les gendarmes présents sur les lieux ont failli en venir aux mains. Cela, en raison du refus des gendarmes de laisser les agents de secours accéder aux locaux alors que ces derniers avaient encore leurs équipements dans le bâtiment. Il a fallu l’intervention de plusieurs personnalités pour éviter un affrontement entre les deux parties.

Amadou Oury Touré pour Guineematin.com

Lire