Hommage à Aly Badra Diakité ! Par Amadou Diouldé Diallo

5 mai 2019 à 15 03 18 05185
Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Né à Adjamé (Côte d’Ivoire), le 2 janvier 1954, Aly Badara Diakité a rendu l’âme le 04 mai 1996 au CHU Ignace Deen, dans la capitale guinéenne. Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’hommage que lui a rendu un de ses anciens collègues de la radio nationale (RTG), Amadou Diouldé Diallo..

Il nous était venu d’Abidjan au moment où le maestro Justin Morel Junior quittait le micro pour les fonctions administratives de directeur de la télévision nationale et de directeur général de la RTG, puis ministre, laissant de fait un vide difficile à combler.

C’est en ce moment de doute pour trouver un porteur du lourd héritage de JMJ que Aly le grand comme son homonyme vainqueur de la bataille de Badri nous vint des bords de la lagune Ebrié.

Là-bas, il avait ses armes en animation sur les chaînes de radio et dans les célèbres boîtes de nuit d’Abidjan. Ce by night parfumé marquera toute la vie de ABD d’une passerelle d’Abidjan à Conakry.

La musique Aly l’avait dans ses veines, elle irriguait ses artères et faisait exploser de joie les nombreux cœurs de ses millions de fans. Et, cette musique au tempo était distillée à des décibels enivrants accompagnés d’un riche vocabulaire expressif d’un niveau de culture unanimement reconnu.

Oui ABD n’était pas un animateur culturel d’occasion. Il connaissait bien la musique préparait soigneusement ses émissions avant sa prise d’antenne de son samedi féerique à partir de 9 heures 00. Le fils de Nga Sayon qui ne disait jamais son nom les samedis enflammait alors Conakry debout à l’aube pour ne pas rater une seconde de son émission Africa cadence.

La chaude actualité de la Guinée et de l’Afrique était développée par Aly Badara Diakité avec des sonorités langoureuses aux rythmes cadencés de la force et de la vitalité du continent bois d’ébène. L’Afrique dans toute son horizontalité musicale condensée en une heure les samedis, c’était la marque de Aly pour un bon début de weekend. Mais, ce n’était pas tout. Car ABD tenait aussi Conakry by night en haleine dans les présentations des albums des artistes ou des majestueuses et solennelles cérémonies de mariage et de souveraineté.

C’est alors en duo avec l’artiste guitariste animateur Jean Baptiste Williams, ils faisaient toucher le plafond du ciel aux spectateurs. ABD était un génie qui avait la musique africaine en livre de poche comme un condensé kaléidoscopique.

Un génie, un météore comme Boubacar Kanté qu’un destin brutal raccourci la vie sur terre dont le remplacement pose encore problème par manque d’héritiers capables de porter les charges et les fonctions de leur noble mission. Tous deux l’un de Boké l’autre de Dabola ont vécu à Abidjan et ont apporté leur pierre à l’édifice du miracle ivoirien de Félix Houphouët Boigny.

ABD était un animateur fulgurant un homme de culture achevé mais aussi un être généreux et serviable. Je lui dois la vie en cette épouvantable nuit pluvieuse du 24 août 1987 sur la petite côte qui mène à la cité CFP de Ratoma où j’habite. Il était 23 heures 30’. Je venais d’être renversé par un chauffeur qui a pris la fuite. J’avais une fracture semi-ouverte du fémur droit et une grosse plaie ouverte à la tête. Je saignais abondamment et je criais de toutes mes forces au secours. Arrivé juste après l’accident avec son cousin, Doulla Sanoussy, un de mes voisins, ABD fait le bon policier en filant la voiture jusqu’à son stationnement dans la cour de monsieur Lancei Traoré, alors secrétaire général du ministère de l’Industrie.

Après avoir repéré la voiture, ABD revient à mon chevet où se trouvaient déjà ma femme portant au dos notre petite fille, capitaine Ibrahima Bah, un autre voisin, Mahawa Cheik Camara, en état de famille et son mari Padre. Mahawa est la sœur aînée de mon amie Nbalou Ckeik Camara de Fria. A la question de savoir où était le chauffeur qui m’a renversé, ABD demanda à l’assistance de le suivre. Arrivé dans la cour, il indiqua la voiture qui appartenait à Kaba Laye dit « Radio Mali ».

Il fut aussitôt mis aux arrêts et conduit au commissariat ; et, moi, à l’hôpital Donka, puis à Pechiney Fria où je fus opéré le 1er septembre 1987 par Docteur Cissoko de la clinique du Km36. Après 8 mois d’hospitalisation et de rééducation, je repris l’usage de ma jambe droite tandis que celui qui m’a accidenté, monsieur Kaba Laye, dit « Radio Mali », recouvrit sa liberté le lendemain même de l’accident sur instructions fermes de mon père qui s’en était remis à la volonté de Dieu.

Voilà racontée l’odyssée cauchemardesque d’une nuit dont l’obscurité et la brutalité m’auraient ôté la vie sans ce SAUVEUR appelé ABD à qui je formule le vœu d’être parmi les Élus D’ALLAH AU PARADIS MUHAMMAD (PSL) étant son ENVOYÉ.

Amen !

Amadou Diouldé Diallo, journaliste et historien

Lire

Anti nouvelle constitution à Labé : l’UFDG insiste, persiste et signe

5 mai 2019 à 14 02 27 05275

La fédération de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a affiché hier, samedi 04 mai 2019, sa détermination à empêcher les promoteurs de l’adoption par référendum de la nouvelle constitution à évoluer librement dans les différents quartiers de la commune urbaine de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le siège de la fédération UFDG de Labé situé à Kouroula a abrité dans l’après-midi d’hier samedi, 04 mai 2019, une grande assemblée générale des responsables, militants et sympathisants du parti à la base. La rencontre a particulièrement regroupé les membres du bureau fédéral et ses organismes parallèles, les responsables des 4 sections du parti dans la commune urbaine de Labé, les délégués des autres sections rurales venus des 12 sous-préfectures de Labé, les maires issus du parti et leurs conseillers communaux.

Les participants ont échangé sur plusieurs points inscrits à l’ordre du jour dont la situation politique de la Guinée, notamment la question du 3ème mandat ou de nouvelle constitution permettant le président Alpha Condé à s’éterniser au pouvoir après 2020.

« Nous avons demandé à la population à se mobiliser pour résister à toute tentative de modification de la constitution actuelle. Ceux qui font actuellement la promotion de la modification de cette constitution sont des qui l’entourent et qui ne voudront jamais qu’il y ait changement en République de Guinée parce qu’ils profitent du régime au détriment de la population guinéenne. C’est le moment de se lever comme un seul homme pour barrer le chemin à ces sirènes révisionnistes. Nous sommes prêts en découdre avec les promoteurs de la nouvelle constitution. Nous ne le permettrons pas. Le ton est donné » a expliqué le chargé de la communication du bureau fédéral de l’UFDG de Labé, Mamadou Aliou Sampiring Diallo.

Pour atteindre son objectif, la fédération UFDG de Labé a appelé ses militants et sympathisants à la base à s’organiser dans les quartiers en vue de lutter contre toute promotion de la nouvelle constitution à Labé.

« Nous ne cherchons pas à intimider Paul ou Pierre. Ce que nous faisons, nous ne le faisons pas pour l’UFDG. Nous le faisons pour tout le pays, pour la Guinée. Regardez ce qui se passe dans les pays limitrophes ou de la sous-région comme le Ghana par exemple. Nous devons vivre comme des citoyens libres du 21ème siècle. Le Pr Alpha Condé a fait 10 ans au pouvoir. Il est à la fin de son second mandat. La constitution n’autorise que 2 mandats pour tout candidat. Pourquoi faire la promotion d’un 3ème mandat pour lui. Cela ne profitera à personne. Notre combat n’est pas un combat de la Moyenne Guinée ou de la Guinée. Nous avons demandé à tout le monde d’être vigilant. Celui qui fait la promotion d’un 3ème mandat à Labé ici de le combattre. C’est tout le monde qui va se lever pour combattre les promoteurs du 3ème mandat à Labé ici. Il n’y a pas de 3ème mandat à Labé ici » a ajouté le porte-parole de la fédération UFDG de Labé.

A la question de savoir quel genre de combat l’UFDG veut-elle livrer contre les promoteurs du 3ème mandat à Labé, Mamadou Aliou Sampiring Diallo a répliqué avec beaucoup de fermeté dans les propos : « qu’est-ce que vous voulez dire ? En tout cas nous n’avons de fusil et nous ne sommes pas armés aussi. Le combat est quotidien. Le RPG et l’UFDG se connaissent sur le terrain. Nous nous sommes toujours combattus depuis 2010. Le combat a toujours été ouvert. Ils peuvent se vanter d’avoir gagné les deux premières batailles mais l’histoire retiendra qu’ils ne gagneront pas pour le changement de la constitution, ils ne gagneront pas pour la promotion d’un 3ème mandat, parce que nous allons les en empêcher par tous les moyens légaux » a-t-il précisé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (0024) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Qui doit jeûner, comment se comporter pendant le Ramadan ? Oustaz Ramadan à Guineematin

5 mai 2019 à 10 10 19 05195
Oustaz Mohamed Ramadan Bah, chroniqueur islamique et imam à Koloma

Selon toutes les prévisions, les fidèles musulmans de Guinée et du monde vont entamer le jeûne du Ramadan demain, lundi 06 mai 2019. En France par exemple, la date a été rendue officielle depuis hier, samedi, par le Conseil français du culte musulman, à l’issue d’une réunion des grandes fédérations musulmanes. En Arabie Saoudite comme en Guinée, on attend le crépuscule pour scruter l’apparition du croissant lunaire.

Comme on le sait, le ramadan est un mois pendant lequel ils vont multiplier les actes de dévotion afin de se faire pardonner leurs péchés et se rapprocher davantage de leur créateur.

A la veille du début de ce mois très important pour les musulmans du monde entier, Guineematin.com a reçu comme invité Oustaz Mohamed Ramadan Bah, chroniqueur islamique et imam à Koloma. Avec lui, nous avons évoqué plusieurs sujets liés au mois de Ramadan.

Décryptage !

Guineematin.com : nous sommes à la veille du début du mois saint de Ramadan, dites-nous est-ce que le jeûne du Ramadan doit commencer ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : je vous remercie. Concernant le jeûne du mois de Ramadan, tout est défini par le Saint Coran et les hadiths du Prophète Mohamed (PSL). Dieu nous dit dans le Coran que celui qui observe le croissant lunaire doit jeûner le mois. Et dans les hadiths, le Prophète Mohamed(PSL) nous enseigne dans un des hadiths de jeûner lorsqu’on le croissant et rompre le jeûne lorsqu’on observe le croissant lunaire du mois suivant. Le Prophète a ajouté que : si le croissant se cachait derrière les nuages, si vous n’arrivez pas à observer le croissant, compléter le mois à 30 jours. Donc c’est ce que disent le verset et les hadiths du Prophète Mohamed (PSL).

Guineematin.com : à ce niveau justement, on rencontre régulièrement des polémiques dans notre pays, soit au début ou à la fin du Ramadan. Parfois, les musulmans ne commencent pas tous ensemble le jeûne et ils ne le terminent pas tous ensemble. Que disent les textes là-dessus ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : concernant l’observation du croissant lunaire, il n’est pas dit forcément que tout le monde doit l’observer. Si on arrive à voir nous-mêmes la lune, c’est bien. Et dans le cas contraire, la religion nous dit que si d’autres personnes croyantes observent le croissant lunaire, c’est valable pour ceux qui n’ont pas observé la lune, ils doivent jeûner. Il n’est pas dit forcément que tout le monde doit observer le croissant pour jeûner. Maintenant, le problème se trouve à deux niveaux : le premier, c’est si par exemple l’Arabie Saoudite observe la lune et que nous ici on ne l’a pas observé, est-ce qu’on peut jeûner avec eux ? Ça, c’est le premier aspect.

Le deuxième aspect, c’est est-ce que chaque pays doit observer la lune ? Puisque nous savons que le lever et le coucher du soleil diffèrent. Il y a un décalage horaire entre les pays. C’est là où il y a le problème. Mais tout est défini par la religion. Si un musulman croyant observe la lune quelque part dans le monde, c’est valable pour tous les musulmans du globe de jeûner. C’est l’argument le plus solide. Maintenant pour résoudre tous ces problèmes, nous avons une autorité religieuse qui est là. Pour ne pas qu’il y ait des mésententes, des divergences, des malentendus entres les musulmans, croyants, nous devons écouter les autorités religieuses.

Ces autorités ne vont pas dire ce qui n’est pas vrai en ce qui concerne le croissant lunaire. Si elles nous disent que le croissant a été observé, nous devons jeûner. Et à la fin du mois de Ramadan aussi, si elles nous disent que le croisant a été observée nous devons rompre le jeûne. C’est ce que l’islam recommande. Puisque que l’islam demande l’unité des musulmans. Chaque pays doit commencer le jeûne le même jour et rompre le jeûne le même jour. C’est ce qui est bien pour les musulmans. Mais si les uns jeûnent aujourd’hui, les autres jeûnent demain, ça ce n’est pas une bonne chose. Cela divise la communauté, et c’est interdit par la religion. C’est une religion qui appelle à l’union de la communauté et de la nation.

Guineematin.com : comment le musulman doit se préparer pour accueillir le mois de Ramadan ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : le musulman doit attendre ce mois avec des invocations et des prières. D’abord, il faut demander à Dieu qu’il nous donne longue vie, une bonne santé, pour accueillir ce mois de Ramadan. En même temps remercier Allah. Puisque l’année dernière on était avec des gens, on a jeûné avec eux, et cette année ils ne sont plus là. Que Dieu ait leurs âmes ! Donc si nous on a eu la chance de vivre jusqu’à cette année, nous devons rendre grâce à Allah, lui remercier et faire beaucoup d’invocations pour qu’Allah nous donne une longue vie. Le musulman doit aussi accueillir ce mois dans la ferveur.

Il doit être content de la venue du mois béni de Ramadan. Il ne doit pas se fâcher, être triste parce que le mois de Ramadan est là. C’est des choses que le musulman doit éviter. Ce mois, c’est un bonheur pour l’humanité tout entière. Pas pour les musulmans seulement. Cela seulement, doit conforter le musulman. On entend le gens dire cette fois-ci encore le mois de Ramadan est venu, comment on va s’en sortir avec les dépenses, la famille, les enfants, les habits, les parents, les beaux-parents ? Tout ça, c’est à éviter. Il ne faut pas être triste.

Guineematin.com : dites-nous maintenant qui doit jeûner ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : c’est le musulman qui doit jeûner. Le musulman qui a atteint l’âge de la puberté, qui est en bonne santé et qui n’est pas en voyage. Celui qui n’est pas musulman n’est pas demandé à jeûner ce mois de Ramadan ; l’enfant qui n’a pas atteint l’âge de la puberté, on doit lui apprendre à jeûner petit à petit à jeûner, mais on ne doit pas le forcer parce qu’en islam tout est facile. Celui qui est malade aussi, l’islam ne lui demande pas de jeûner, sauf s’il peut supporter le jeûne avec la maladie. Mais s’il trouve qu’il ne peut supporter le jeûne avec sa maladie, l’islam lui dit de ne pas jeûner.

Pourquoi ? Parce qu’il ne doit pas faire souffrir son âme. Ça c’est interdit. Donc il doit se ressaisir, il doit manger, et compter les jours qu’il a mangés et après le mois il rembourse les jours qu’il a mangés. Le musulman aussi qui est en voyage, l’islam lui dit de ne pas jeûner. Parce que nous savons que le voyage est difficile. Maintenant s’il peut supporter le jeûne et le voyage, là, il n’y a pas de problème, il peut jeûner. Mais si cela va porter préjudice à sa santé, l’islam lui dit de ne pas jeûner. Donc de manger et après rembourser après le mois.

Guineematin.com : il y a certains, notamment des personnes très âgées qui ne peuvent pas du tout jeûner. Ils ne peuvent pas le faire pendant le Ramadan et ne peuvent pas rembourser après le Ramadan. Que doivent-ils faire ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : il y a deux catégories de personnes qui ne doivent pas jeûner. Ceux-là, en contrepartie, ils doivent faire manger un pauvre une seule fois dans la journée, comme il est indiqué dans les versets. Un demi-kilo suffit pour cela. Il y a les vieilles personnes et il y a des gens qui ne sont pas des vieilles personnes mais qui sont malades et qui sont condamnés à ne pas jeûner avec leur maladie. Maintenant, il faut préciser que c’est seulement celui-là qui est condamné c’est-à-dire il n’attend pas à guérir de la maladie. Quelqu’un qui attrape une maladie qui peut guérir, n’est pas dispensé du jeûne.

Il peut bien sûr manger pendant le Ramadan mais après, il doit rembourser les jours qu’il a mangés. Cela est valable aussi pour les femmes qui voient leurs règles et celles qui sont en grossesse et qui allaitent. La femme en état de grossesse ou en état d’allaitement, si elle trouve qu’elle ne peut pas supporter le jeûne avec la grossesse ou avec l’allaitement, elle doit manger et à la fin du mois de Ramadan elle rembourse le jeûne. C’est ce qui est dit. Elles ne font pas mangées des pauvres.

Guineematin.com : quels sont les comportements que le jeûneur doit adopter pendant le mois de Ramadan ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : le jeûne, nous savons que c’est de s’abstenir de manger, de boire et d’avoir des rapports intimes avec son épouse pendant les 29 ou 30 jours du mois de Ramadan. Mais tout le corps doit jeûner, de la tête aux orteils. Les oreilles doivent jeûner : elles ne doivent pas écouter ce qui est illicite comme la musique, le mensonge et la calomnie. Les yeux doivent jeûner : ils ne doivent pas observer tout ce qui est illicite. Il ne faut pas être en jeûne et regarder ce qui est illicite. Même les films, il faut les éviter pendant la journée et même pendant la nuit. Il faut lire et écouter le Coran. C’est ce qui est recommandé. Tout le reste, il faut abandonner. Les mains ne doivent pas toucher tout ce qui est illicite. On ne peut pas être en jeûne et s’amuser avec les femmes d’autrui, excusez-moi du terme. Ça, c’est quelque chose qui est haram, qui est illicite.

Les pieds doivent jeûner : ils ne doivent pas aller n’importe où pendant le jeûne. On doit aller dans les endroits où il y a du bien et éviter les endroits où on peut récolter des pêchés. La langue, la bouche doit jeûner. Quelque part le Prophète Mohamed (PSL) nous enseigne que celui qui ne s’abstient pas aux mensonges et à témoigner le mensonge, Dieu n’a pas besoin de son jeûne. Donc on doit s’abstenir de mentir ou de témoigner le mensonge. Donc il faut faire beaucoup attention. Surtout chez nous ici où tout le monde est devenu politicien. On ne parle que de la politique avec beaucoup de mensonges. Donc c’est des choses qu’il faut éviter. La langue doit faire des invocations, des prières, lire le Coran et dire la vérité.

Guineematin.com : il y a certains jeûneurs qui vont jouer au damier, aux cartes et tant d’autres jeux de divertissement pendant la journée pour faire passer le temps. Est-ce normal d’agir ainsi ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : jouer au damier, au ludo, aux cartes, aux jeux de hasard, c’est des choses à éviter parce que tout cela est illicite en islam. Cela n’annule pas le jeûne mais c’est des choses qui réduisent les biens qu’on peut avoir pendant le jeûne. C’est un mois de repentance, un mois où chacun doit en profiter pour faire beaucoup de biens pour effacer ses pêchés.

Guineematin.com : malade qui suit un traitement, peut-il jeûner et prendre des injections ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : en ce qui concerne les injections, il y a deux sortes : si ce sont des injections qui remplacent l’alimentation, un jeûneur ne peut pas les prendre pendant la journée parce que ça annule le jeûne. Mais si c’est des injections qui ne remplacent pas l’alimentation, si des injections qui permettent juste de traiter une maladie, cela n’annule pas le jeûne. Donc, on peut jeûner et prendre ce genre d’injections.

Guineematin.com : quels sont les avantages liés au jeûne du Ramadan ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : Il y a beaucoup d’avantages dans le monde ici-bas et à l’au-delà. Le plus grand avantage c’est à l’au-delà. Il y a une porte au paradis appelée Abaya, n’entre par cette porte que le jeûneur. Si le jeûneur entre, elle se referme, elle ne se rouvre plus. Aussi, le Prophète Mohamed(PSL) nous dit qu’Allah a dit que le jeûne lui appartient, et c’est lui personnellement qui récompense le jeûneur. Ça ne veut pas dire que les autres adorations ne lui appartiennent pas. Mais là, c’est une distinction pour le jeûne et le jeûneur. Donc il est très important de jeûner. Puisqu’en le faisant, on devient un homme de Dieu.

Il y a un autre hadith qui dit que c’est une défense entre le jeûneur et le châtiment. Quand on est dans la tombe, quand le châtiment arrive, le jeûne devient un barrage entre le châtiment et le jeûneur. Donc le châtiment n’atteint pas le jeûneur. Et le jour de résurrection aussi, c’est la même chose jusqu’à ce qu’il entre au paradis. Ça, c’est à l’au-delà. Dans ce bas-monde, nous-mêmes nous voyons combien de fois le jeûne est important. D’abord pour la santé, il est dit : jeûnez et vous aurez la santé. Combien de gens vont à l’hôpital et on leur dit de suivre un régime ? Il y a beaucoup de gens qui disent, avant le mois de Ramadan je ne me sentais pas bien, mais après le mois de Ramadan, vraiment je me sens à l’aise.

Donc cela fait partie de l’importance du jeûne sans compter combien de fois le jeûne unit la communauté et la nation. Avant l’arrivée du mois de Ramadan, les mosquées ne sont pas remplies. Mais demain ou après-demain, il faut observer toutes les mosquées seront remplies à cause du jeûne. Il y a cette fraternité, l’amour entre les fidèles de cette communauté. Ils deviennent plus pieux pendant le mois de Ramadan qu’avant le mois de Ramadan. Mais cela ne nous surprend pas parce que le Prophète Mohamed (PSL) nous dit que quand vient le mois de Ramadan, les portes du paradis sont ouvertes, les portes de l’enfer sont fermées et Satan est enchainé. Donc quand Satan est enchainé, ceux-là qui ne pratiquaient pas la religion, en ce moment ils deviennent libres. Ils participent à la prière collective, aux sacrifices, ils s’abstiennent à faire ce qui est illicite.

Guineematin.com : un musulman qui n’est pas malade et qui refuse volontairement de ne pas jeûner, que risque-t-il ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : le musulman qui refuse volontairement de jeûner, cela peut conduire à annuler sa foi en Allah. Il peut devenir un mécréant. Cela est interdit par la religion musulmane. Ceux qui le font, qu’ils sachent qu’ils doivent se repentir et revenir chez Allah avant qu’ils ne quittent ce monde. Sinon, s’ils quittent ce monde dans cet état, leur récompense sera l’enfer. Que Dieu nous en garde ! Donc il faut éviter cela. Il y a certains qui disent qu’ils ne peuvent pas jeûner les 30 jours. Si on est majeur, on a atteint l’âge de la puberté, si nous jeûnons 29 jours, et le mois se termine à 30 jours et qu’on ne jeûne pas 30èmejour, tous les 29 jours deviennent nuls.

Et, pour rembourser un seul jour mangé volontairement pendant le mois de Ramadan, il faut jeûner pendant deux mois successifs. Mais, même si on jeûne 2 mois successifs, cela ne va pas remplacer le jour mangé volontairement pendant le Ramadan. Même s’il jeune toute sa vie, cela ne peut pas remplacer le jour qu’il a mangé volontairement. Donc quand on est majeur, on est en bonne santé il faut éviter cela et jeûner. Qu’on soit garçon ou fille, il faut jeûner.

Guineematin.com : La prière de « Taraawi » que nous appelons ici « Naafila », est-elle obligatoire pour les jeûneurs ou facultative ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : la prière « Taraawi » célébrée après « Icha » (la dernière prière du soir) n’est pas une prière obligatoire. En Islam, il y a 5 prières obligatoires. Le reste, même le « Taraawi » dont vous parlez n’est pas obligatoire. C’est une prière surérogatoire. Mais c’est une prière qui est très importante. Puisque le prophète nous dit : celui qui prie cette prière pendant ce mois de Ramadan, à la fin du mois de Ramadan Dieu lui pardonne tous ces pêchés.

Guineematin.com: nous arrivons à la fin de cet entretien. Quel message avez-vous à lancer à l’endroit des fidèles musulmans de Guinée qui vous suivent ?

Oustaz Mohamed Ramadan Bah : le message que j’ai à lancer, c’est d’abord d’accueillir le mois de Ramadan dans la joie, dans la ferveur ; éteindre les querelles, les mésententes, qui existent entre nous. Partout où nous sommes, que ça soit dans le travail ou dans la famille, soyons des frères et des sœurs. Pardonnons-nous et tolérons-nous surtout dans nos routes évitons les injures et les bagarres pendant ce mois de Ramadan.

Il faut aussi écouter nos autorités religieuses : si elles nous disent que la lune a été observée, nous commençons à jeûner ensemble. A la fin du mois de Ramadan, si elles nous disent que le jeûne est fini, nous prions ensemble. Ensuite, il faut surtout lire beaucoup le Coran et faire beaucoup de sacrifices. Donc c’est me message que j’ai à lancer à l’endroit des fidèles musulmans.

Propos décryptés par Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel. 620 589 527/654 416 922

Lire

Parité : après avoir voté CONTRE, l’Hon. N’Fa Condé dénonce une loi utopique

5 mai 2019 à 10 10 06 05065
Mamadou N’fa Condé, député liste nationale du RPG arc-en-ciel, originaire de Siguiri

Alors qu’ils ont été incapables de faire respecter à leurs partis politiques respectifs le quota de 30 pour cent pour les femmes, les députés guinéens ont voté une loi qui les oblige d’être à parité entre les hommes et les femmes. Votée le jeudi dernier, 02 mai 2019, si elle est promulguée, cette loi est censée s’appliquer sur l’ensemble des postes électifs et semi électifs…

Mais, le député Mamadou N’fah Condé, élu sur la liste nationale du RPG arc-en-ciel à Siguiri est l’un des rares à avoir voté non contre cette loi qu’il a trouvé plutôt utopique…

Interrogé par Guineematin.com, l’honorable Condé a expliqué les raisons d’une telle prise de position. « J’ai été poussé par ma conscience. C’est-à-dire, j’ai vu que si on vote, ça deviendra une loi. Et qu’est-ce que ça veut dire, une loi ? Ça veut dire une obligation dans l’application par l’ensemble des acteurs, que ça soit dans la capitale ou bien en brousse. Je suis un député élu de la circonscription de Siguiri ; donc, presque en brousse. Je sais quelle difficulté il y a. On dit déjà qu’il faut aligner alternativement un candidat sur une liste élective : candidate-femme et candidat-homme, vice-versa jusqu’à la fin. C’est-à-dire, s’il y a 30 candidats sur une liste de 30 personnes, il faudrait qu’il y ait moitié hommes, moitié femmes. Donc, c’est ce qu’on appelle le genre, venir en aide au genre.

Bon, je vois que ça va créer d’énormes difficultés à la base. Imaginez-vous un coin comme Nabou, une sous-préfecture qui est à 85 kilomètres de Siguiri centre, ou bien que ça soit à Norassoba ou bien à Siguirini. Vous allez pour faire une liste du RPG Arc-en-ciel, vous allez avoir dedans combien ? Parce qu’il faut au moins sur 30 candidats vous allez avoir une liste de 15 femmes et 15 hommes. C’est très difficile parmi les acteurs que vous trouviez 15 femmes. Voilà pourquoi j’ai voté contre ça…

Nous savons quelle est la réalité sur le terrain, sans être contre l’évolution du genre, nous sommes pour l’efficacité. Cette efficacité-là, on peut la trouver chez les hommes comme chez les femmes. Je sais que, par exemple, rien qu’à l’Assemblée nationale, vous avez des femmes valables beaucoup plus que des hommes députés. Vous avez Zalikatou Diallo qui est là et beaucoup d’autres femmes qui sont supérieures à plusieurs députés hommes…

Mais, il faudrait qu’on aille pas-à-pas, qu’on accorde plus d’importance à l’efficacité et à la tâche, plutôt que d’essayer bêtement de dire qu’il faut telle quantité d’hommes, telle quantité de femmes. C’est-à-dire que cela n’engage pas un seul genre. Mais, il y a des milieux où vous trouvez des femmes qui sont plus efficaces que des hommes. Dans ce cas, si on compte sur l’efficacité on va prendre rien que des femmes et ils seront complétés par quelques hommes qui sont combatifs. C’est ça le problème. Ce n’est pas un problème politique, c’est un problème de société.

Avant, on nous demandait, je crois, ça se trouve dans les institutions internationales, qu’il fallait 30% de femmes à chaque liste. Ce n’était pas la liste nationale, on n’a pas pu avoir ces 30%, pourquoi ? Parce la réalité marche contre…».

Propos recueillis par Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Fodé Oussou menace : le jour où Alpha Condé dira lui-même qu’il veut d’un 3ème mandat…

5 mai 2019 à 9 09 19 05195

Le débat autour d’un éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé continue de polariser les attentions dans le paysage politique guinéen. Cette question était encore au centre de l’assemblée générale hebdomadaire de l’UFDG d’hier, samedi 04 mai 2019, à Conakry. Et, à cette occasion, Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président du principal parti d’opposition du pays, a demandé au chef de l’Etat guinéen d’exprimer ouvertement son intention de modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Pour l’opposant, puisqu’il est clair que l’actuel locataire du palais Sékhoutouréya compte bien s’accrocher au pouvoir au-delà de ses deux mandats légaux, il n’y a plus besoin de tergiverser. Il demande au président Alpha Condé de dire clairement ses intentions et voir la réaction du peuple de Guinée. « J’ai vu monsieur Alpha Condé dire qu’il y a maintenant la paix sur l’axe parce qu’il a mis les Points d’Appui (PA). J’ai l’impression que monsieur Alpha Condé ne connait pas l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa. S’il veut savoir si les PA ont une influence sur cet axe, au lieu de continuer à dilapider l’argent, à faire des manifestations à Kindia, à Kouroussa…il n’a qu’à dire : je veux un 3ème mandat. Puisque nous sommes au mois de mai, il ne faut pas continuer à contourner, il faut le dire. Ce n’est pas le peuple, lui il a déjà décidé que la constitution ne sera pas modifiée. Maintenant, on laisse les théories. Monsieur Alpha Condé, nous te prions pour l’amour de Dieu, il faut toi-même dire que tu veux un 3ème mandat. Tu verras la réaction du peuple de Guinée », a dit le vice-président de l’UFDG.

Pour lui, c’est « une honte » pour celui qui revendique 40 ans de lutte pour la démocratie, de vouloir modifier une Constitution pour s’octroyer un mandat à vie. « Vous jurez sur une Constitution et vous vous levez pour dire que vous ne voulez plus de cette constitution parce qu’elle ne vous permet pas d’avoir un 3ème mandat. Vous voulez une Constitution qui vous permet d’être Président à vie. Mais, si vous êtes sûr que vous êtes un Président bien- aimé, vous êtes convaincu que les Guinéens vous aiment, ce n’est pas la peine de sortir de l’argent. Laissez les gens se manifester. Si les Guinéens étaient d’accord, il n’allait même pas avoir besoin de faire la campagne. C’est les Guinéens qui allaient décider de dire : non, monsieur le Président, vous êtes un excellent Président, vous devez continuer », ironise le député et président du groupe parlementaire de l’UFDG à l’Assemblée nationale.

A en croire l’opposant, le Président Alpha Condé n’a qu’un seul choix dans les conditions actuelles. C’est de faire une déclaration solennelle pour dire qu’il n’est pas candidat, qu’il ne veut pas d’un 3ème mandat. « Dans ce cas, il termine tout simplement son mandat en cours, il s’en va et je garantie ici en tant qu’UFDG que nous examinerons son cas en tant qu’ancien Président. S’il a peur d’aller à la Cour Pénale Internationale, nous examinerons. Mais, ce qu’on ne peut pas accepter, c’est ce problème d’affrontement », a-t-il laissé entendre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Promotion d’une nouvelle constitution à Labé : le FARC installe des groupes d’autodéfense dans certains quartiers

5 mai 2019 à 8 08 20 05205

Le Front pour l’Adoption par Référendum de la Nouvelle Constitution (FARC) dirigée par Samba Camara vient d’envisager la mise en place de groupes d’autodéfense dans certains quartiers de la commune urbaine de Labé, pour, dit-il, éviter une surprise désagréable de la part de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) en particuliers et des fieffés du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDS), rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le Front pour l’Adoption par Référendum de la nouvelle Constitution (FARC) a organisé hier, samedi 04 mai 2019, une rencontre extraordinaire avec les bases et associations qui lui sont favorables dans la commune urbaine de Labé. Il était question d’étudier les possibilités de réactiver les groupes d’autodéfense qui, par le passé, ont aidé à protéger les responsables de la mouvance présidentielle contre la colère des extrémistes de l’opposition. L’initiative fait suite à une menace ou supposée telle qui plane sur les principaux responsables du RPG Arc-en-ciel en général et ceux du FARC en particulier.

« Nous avons pris la décision d’installer des groupes d’autodéfense dans certains quartiers de la commune urbaine, en réaction au communiqué diffusé, vendredi, sur la page Facebook Comité Fédéral de la Jeunesse de l’UFDG de Labé qui promet d’aller même dans les confins des quartiers pour interdire toute promotion de l’adoption par référendum de la nouvelle constitution. Pour éviter qu’on se fasse surprendre, nous avons réactivé nos groupes d’autodéfense dans les quartiers ciblés par nos adversaires. Les groupes ont été installés dans les quartiers vulnérables et progressivement ils seront installés dans les 12 quartiers urbains de la commune urbaine de Labé » a indiqué le président du Front pour l’Adoption par Référendum de la nouvelle Constitution, Samba Camara.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire