Le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) n’est pas du tout satisfait de la répartition du quota qui revient à l’opposition dans les démembrements de la CENI. Et le parti de Dr Ousmane Kaba le fait bien savoir. A l’occasion de leur assemblée générale hebdomadaire de ce samedi, 31 août 2019, les responsables de la formation politique ont dénoncé l’isolement du PADES dans ce processus, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« Pour ceux qui ne savent pas, des listes ont été envoyées sur l’ensemble du territoire national, dans lesquelles on a tout fait pour écarter le PADES au niveau du quota qui revient à l’opposition dans les démembrements de la CENI. Au niveau de ces démembrements-là, il y a un tableau de répartition des postes qui est mis en place. Il y a un quota pour la mouvance et un autre pour l’opposition. Donc il revenait à l’opposition de se retrouver pour déposer une liste. Et c’est au sein de cette liste là qu’on a tout fait pour écarter le PADES. Mais retenez que le combat est loin d’être perdu et nous allons nous battre pour avoir la place que nous méritons », a déclaré Amadou Baldé, membre de la coordination du PADES.

Pour lui, des manœuvres sont en cours au sein de la classe politique guinéenne en vue d’isoler le PADES. « Le PADES est isolé et muselé parce qu’il fait peur. Il fait peur à la mouvance et à l’opposition, donc c’est de bonne guerre. C’est à nous de retrousser les manches, c’est à nous de mener le combat avec toutes les armes légales, pour pouvoir mériter la position actuelle que nous avons », a lancé ce responsable de la formation politique.

De son côté, madame Dédé Dioubaté, chargée aux affaires politiques du Parti des Démocrates pour l’Espoir, cette situation autour des démembrements de la CENI a été orchestrée par la mouvance dans le but de diviser l’opposition. C’est pourquoi, elle appelle les responsables des partis d’opposition à poursuivre leur élan d’unité en cours, mais aussi leurs militants à s’engager sur le même chemin. « Hier, les leaders de l’opposition, de la société civile, des syndicats se sont adressés à la population pour dire que l’heure a sonné, on ne va pas laisser la route à ce pouvoir pour faire de la Guinée ce qu’il veut.

Et les leaders l’ont dit avec fermeté, avec sincérité, il faudrait que nous aussi nous emboitions leur pas. On s’adresse aux militants et sympathisants du PADES, il faut que nous nous levions et que nous disions que nous sommes mobilisés et qu’on attend le feu vert de nos leaders pour qu’on puisse dire à ce pouvoir que trop c’est trop, qu’on n’en a assez. Mais si on ne se réveille pas, les leaders seuls ne peuvent rien faire. Les leaders parlent au nom du peuple de Guinée, et le peuple c’est nous », a lancé cette responsable du PADES.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin