Le procès du directeur général de la banque Société Générale Guinée s’est ouvert hier, mardi 8 juin 2021, au tribunal de première instance de Kaloum. Il est poursuivi par Maïmouna Soumah, une guinéenne résidant en Angleterre, pour « détournement d’un bien saisi ». La plaignante réclame près de 600 millions de francs guinéens au patron de l’institution financière privée, a appris un journaliste de Guineematin.com qui a suivi ce procès.

C’est en l’absence du prévenu que ce procès s’est ouvert hier. La citation à comparaître aurait pourtant été servie ; mais, le directeur général de la Société Générale Guinée SA n’a pas répondu présent. Ce qui n’a pas empêché le tribunal d’entendre Mme Maïmouna et son avocat, qui ont livré leur version des faits. Selon Me Mohamed Sampil, sa cliente a porté plainte, suite « refus » du DG de la SGG d’exécuter une décision de justice rendue en sa faveur dans le cadre d’un conflit domanial l’opposant à un officier de la gendarmerie.

« Ma cliente, Mme Maïmouna Soumah, bénéficiaire d’un jugement correctionnel du tribunal de première instance de Dixinn, a fait pratiquer une saisie attribution de créance. Cette saisie a été attaquée en contestation par l’adversaire de ma cliente, Togba cé Maomi. Sa contestation a été déclarée irrecevable par la présidente du tribunal de première instance de Dixinn. Donc, nous avons pris un certificat de non contestation et l’huissier commis par ma cliente a commandé à la banque de payer le montant saisi entre ses mains sur le compte de Togba cé Maomi. Chose que la banque a refusé.

Face à ce refus, ma cliente a engagé une procédure de référé pour difficultés d’exécution, et la banque a été condamnée à se libérer de ce montant sous peine d’une astreinte. Toujours face au refus de la banque, l’huissier a pratiqué une saisie sur un véhicule appartenant à la banque en constituant gardien, le directeur général de la Société Générale Guinée. 30 jours après, puisqu’il n’y a pas eu de contestation, nous avons pris un certificat de non contestation de la saisie vente.

Et, l’huissier s’est adressé une fois encore à la banque pour procéder à l’enlèvement du véhicule saisi. Malheureusement, le véhicule ne lui a pas été remis. Et, puisque la loi condamne de telles pratiques, ma cliente a saisi le tribunal correctionnel de Kaloum pour détournement d’un bien saisi », a expliqué l’avocat de la partie civile, demandant au tribunal de condamner le directeur général de la Société Générale Guinée au paiement d’un montant global de 590 millions de francs guinéens.

« Sur un montant de 168 millions concernant le montant de la saisie, la banque a payé par chèque déjà les 78 millions saisis sur le compte de Togba cé Maomi. Donc, le reliquat, c’est 90 millions et quelques. Et, nous demandons que la banque soit condamnée à titre principal à ce montant et à 500 millions de francs de dommages et intérêts en faveur de ma cliente Mme Maïmouna Soumah », a plaidé Me Mohamed Sampil.

De son côté, le procureur a demandé au tribunal de condamner le DG de la banque Société Générale Guinée au paiement d’une amende de 25 millions de francs guinéens. Finalement, la présidente du tribunal, Mariama Bamba Kallo, a renvoyé le dossier au 22 juin 2021pour rendre sa décision.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com